Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était hier

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était hier

Message par kanashimi » ven. 9 juil. 2010 13:13

Bonjour à tous,

Je n'ai pas lu toutes les histoires sur le forum, mais l'histoire de jag m'a donné envie de me confier à vous car vous m'avez l'air de sympathiques cornus.
En plus je suis assez isolé là où je vis (vers l'Océan Pacifique Nord), et je connais peu de monde de confiance (amis quoi) dans mon humide campagne (il n'y a pas de fautes de frappes ndlr.), je suis vraiment content de me soulager de ce poids ici.

Le contexte :
Pas encore 30 ans, je suis marié à une étrangère depuis 4 ans mais nous sommes ensemble depuis une dizaine d'année. Madame a un peu plus d'une moitié de décennie de plus que moi.
Pour moi, c'est mon premier, grand et unique amour. Un amour que j'ai senti grandir au fil du temps.
Pour elle, elle a eu deux copains stables, et des petits trucs de-ci de-là purement charnel (quand elle était dans le désert comme elle dit).
Nous avons vécu le plus possible ensemble : de façon continue entre 2001 et 2004, et entre 2008 et maintenant.
Entre temps, nous avons connu les "joies" (et désespoirs) de la relation à distance, et je pense, bon an mal an, que nous avons assez bien géré ces périodes.

Il y a 6 ans, je suis allé faire un séjour d'études dans son pays, par chance cela correspondait à la fin de son visa. Nous voilà réunis là-bas, mais nous n'étions pas dans la même ville, séparé par 300 km, elle travaillant dans l'entreprise familiale pour se faire un petit pécule en vue d'un retour en France, moi étudiant de mon côté. Bref, une broutille que nous essayions de parcourir chaque week-end et vacances pour se retrouver soit dans sa famille, soit dans son appartement plus proche du bureau ou soit dans ma "cage".

Dès le début, j'ai été clair avec elle : moi encore jeune, étudiant et avide d'expériences sexuelles avec d'autres partenaires (et rien que par curiosité pour le cul), je ne pouvais pas lui promettre d'être fidèle. Elle m'a dit, sans gaieté de coeur mais avec assurance, qu'elle me comprenais. Moi, je m'engageais à lui dire (même si elle m'a dit qu'elle s'en fichait) quoiqu'il se passât et que cela ne changeait en rien mon amour.
Quelques petites expériences estudiantines plus tard, et ayant tenu mon engagement (parfois têtu), nous sommes d'accord pour continuer l'aventure dans son pays.
Malheureusement, je devais rentrer en France pour subir une opération, je me sentais pas de la faire faire dans son pays (onéreux, médecin peu communicatif, pb de langue...).
Bien sûr je lui dis de ne pas hésiter à venir si cela n'allait pas, moi pouvant difficilement venir, et de me faire confiance, que je lui faisais confiance, et qu'elle n'hésite pas à me faire par de quoique ce soit si elle se sentait seule, besoin de quelqu'un.... bref de toute façon je l'aimais et qu'elle pouvait s'ouvrir à moi (chose qu'elle n'arrivait pas et n'arrive pas trop à faire avec n'importe qui, même sa maman)! Franchement, j'étais aveuglé par l'amour, ou je la mettais sur un pied piédestal, la voyant forte, tel que rien ne pouvais arriver.
Avec une réelle et grande tristesse (qui pour elle s'avérera une détresse), je la laissais en plein milieu de l'été de l'année suivante mon arrivée.

Mais je suis têtu : déjà je me projette pour savoir comment être réuni à nouveau, et un mois après mon retour je lui présente mon option, sachant que le mariage m'était pas apparu comme la meilleure solution, même si elle me l'avait évoqué (et non réellement proposé), de revenir en début d'année prochaine quoiqu'il advienne et qu'ensuite on avisera pour qu'elle obtienne un diplôme français afin d'obtenir du travail.
Pour moi, moments difficiles, vraiment 1 an et demi de galère, j'étais abattu et perdu à cause de cette opération et j'avais l'impression de galvauder ma dernière année d'études.
Pour elle, beaucoup de travail, étude continue, apprentissage d'arts traditionnels.... un agenda surchargé et pas mal de stress aussi. Enfin bon, je suis arrivé quand même à aller la voir à l'automne '05 et elle a pu venir pour Noël '05.

Nous nous retrouvons enfin au début de l'année suivante et, après un bref retour dans son pays pour formalités administratives, nous marions en privé comme, a posteriori, je me sentais pas encore "valide" ou "fort". Elle rentre ensuite en formation dans le coeur de la France tandis que moi, j'entreprends une formation d'un an au bord du Léman, voyons la précédent comme un échec. Encore de la distance donc.

Le dit diplôme est obtenu avec brio deux ans plus tard! Pas de travail hélas, ni pour elle ni pour moi d'ailleurs.... :pleure:
Mais on a un projet qu'on voulais mener à bien ensemble... puis se présenta le petit bout, pas prévu pour si tôt, mais bon ! Départ pour son pays natal en fin d'année dernière, afin d'y accoucher entourée de ses proches et occasion pour nous de se faire un peu d'argent en bossant pour belle maman (je ne recommande pas, bel erreur).

Les doutes

Sur le coup deux épisodes m'ont marqué ainsi que des emails que j'ai lu (et dont certains ont été effacés) lorsque j'ai du écrire des mails en français pour elle. Mais je ne comprenais qu'à moitié... et puis l'amour aveugle, on fait confiance, surtout quand l'être aimée vous manque.

Le premier épisode :
Quelques jours avant le 31/12/05, avant son départ avec sa famille pour passer le nouvel an, elle m'appelle un peu tard par rapport à d'habitude.
Complètement bourrée et excitée, elle me dit qu'elle a envie de moi, blabla et se masturbe au téléphone. Forcément moi aussi...mais ce qui m'inquiète c'est qu'une fois qu'elle a fini, elle me dit qu'elle doit me laisser (alors que moi j'ai pas fini, d'habitude on attend l'autre) et qu'"IL" doit revenir car il est sorti acheter du thé.
Je lui dit "qui il ?" et là c'est incompréhensible. Puis elle raccroche.
Impossible de la joindre par la suite, mais étant à la montagne et que ça passait mal.

A son retour de week-end du nouvel an, je la questionne et elle me dit, en se mélangeant les pinceaux (mais bon saoule, c'est pas facile de se rappeler) que c'est une amie de son cours d'arts traditionnels qui est restée dormir.Je me dis que l'ayant vu 2-3 jours avant en France, ça va.
OK... :bonk:

Le second épisode :

Eté 2006, avant de commencer son diplôme, elle part pour une formation de 2 mois linguistique avec d'autres futurs élèves.
Je viens la voir par la suite tous les week-ends et elle vient aussi me voir.
Un week-end, je ne peux pas venir car j'avais une sortie de prévue depuis un moment et que cela faisait longtemps que je ne les avais pas vus.
La semaine suivante, je viens donc la voir, et là elle est complètement bizarre : froide, distante, en colère.
Bizarre, surtout qu'elle me dit que c'est pas à cause de moi. De plus, elle m'avait appeler la veille en me disant qu'après la soirée étudiante, elle avait été abordée par un gros type mais qu'elle avait repoussée ses avances. J'imagine donc le pire (erreur).

A posteriori, son comportement était étrange, et d'autres signes comme qu'en je suis allé lui rendre visite en automne, où je l'avais senti travaillée par quelque chose, vraiment abattue comme jamais. Mais je pensais que c'était de la tristesse de me voir repartir à nouveau (un peu des deux je pense). Ou encore les chlamydia en Janv.'06 (mais bon comme on s'était vu une semaine ou deux avant) .

Les révélations

Vivre dans le mensonge et qui plus est dans le doute, ce n'est pas du tout, mais alors pas du tout mon truc.
Tout le temps avoir des questions qui reviennent "et qu'est ce qui s'est passé ce soir là?" et de la voir s'énerver pour ça, je sentais que quelque chose n'était pas clair.
Au moment de s'engager plus ensemble dans la construction d'une famille, et mettant à profit un retour pour voir sa famille, je lui soumets un ultimatum (2009) : vérité ou on ne fait rien ensemble. Du coup, elle me dit par téléphone "tu veux vraiment savoir?" Sans confiance, ça ne sert à rien de continuer non?
Mais je préfère attendre son retour, donc "oui quand tu rentres."

Au retour, première discussion et premiers chocs.
"Oui je t'ai trompé"...
Le soir avant le réveillon avec un type bourré aussi, ils étaient ensemble en soirée avec d'autres amis (arts traditionnels), et le type a raté son train et est revenu pour lui demander de l'héberger. Et puis ensuite elle ne se souvient pas de m'avoir appelé etc.... et que oui ils ont baisé peut être sans capote. "Mais c'était pas terrible"
pulsations cardiaques : 186
Mais aussi une autre fois lorsque j'étais en cours de langue en France, un mexicano-belge pendant une semaine, plusieurs fois avec capote.
pulsations cardiaques : 234

Nom de Zeus !!! :fou:
Après j'étais abasourdi bien sûr, mais je m'y attendais un peu, pas pour le second cas quand même.
Pleurs, crises de panique, cauchemars, multiples questions... bref moralement vraiment pas facile pendant plusieurs semaines, voir mois, mais bon an mal an, on faisait pour le mieux et j'arrivais à passer l'éponge puisqu'elle avait respecté le contrat et joue le jeux de répondre aux questions. Et me jure qu'il n'y a rien eu d'autre. J'accepte, elle est aussi mortifiée, regrette, et comme elle dit "j'étais malade, c'est la première fois dans ma vie que j'ai fait des choses comme ça".
Moi je reconnais que "loin des yeux, loin du coeur" n'est qu'encore une fois qu'un adage bien vérifié. Et après tout on est des humains.

Rebondissements

Oui mais voilà ! Cela aurait pu être simple mais non!
Nous voilà donc après l'accouchement dans son pays, moi loin de ma famille et de mes amis, essayant de faire connaissance avec quelques autochtones ou back packers égarés et sédentarisés.
Pas facile avec en plus le gros changement qu'il y a eu, j'ai le moral qui a fait des hauts et des bas pendant son dernier trimestre. Mais l'arrivée des beaux jours me redonnaient du coeur !
Que nenni....
Alors que je regardais les anciens portables utilisés dans l'entreprise pour changer celui d'une collègue qui ne marchait plus, je tombe sur celui qu'elle a utilisé lors de son bref passage avant le mariage. D'ailleurs, je m'étais demandé pourquoi elle avait eu besoin d'un téléphone pour 4 semaines et je lui avais fait savoir...
Bref je regarde s'il a encore de la batterie, essaye le chargeur et puis je l'allume. Naturellement, ma première action fut d'aller voir les messages reçus puis envoyés.

OULALALA :boire2: qu'ai je fait? Mon coeur s'emballa, mon esprit s'embruma... sa mère et elle à côté regardant les autres téléphones, je les interrompis pour demander - en VF - qu'est ce que sont ces messages ? Certains me paraissant déjà vus (voir emails et doutes plus haut) mais je n'avais pas vu les réponses de ma "douce" !
Elle les regarde, me donne pas vraiment d'explications et efface les messages reçus ! Je reprends le téléphone, je sents qu'y a un truc.... :doigt
Je dis rien mais je boue, car y a sa mère à côté...
Enfin seuls à seuls (pour 2 min), "l'artiste à quoi tu joues, c'est quoi ce que tu as écris là, je comprends un peu quand même".

Rebelote : Elle les regarde, me donne pas vraiment d'explications et efface les messages envoyés !
Là j'en peux plus, mais comme on est cuit, je me dis au lit on parlera demain.
Pas possible de fermer l'oeil, je me lève et je vois qu'elle aussi ne dort pas vraiment.
"Alors c'est quoi tout ça. Maintenant tu dis tout (ou je me barre en sous entendu)! "
:pleure: elle aussi elle n'en pouvait plus de me cacher tout ça, mais elle pensait "amener ses histoires au cimetière".

RE-déballage :
pas deux mais 3 types.
Alors que j'étais encore au Japon, elle était allée faire une soirée avec ses collègues de boulot et a rencontré un type, qui avait des pbs avec ses deux copines, qui n'arrêtait pas de l'envoyer des emails et de lui téléphoner. Mais bon c'était amical à priori une sorte de confidente.
Dès que je suis parti, Août '05, il(s) est (sont) passé(s) à l'action. Cette aventure a duré jusqu'en Mai '06 (date de la dernière fois), avec entre temps des pauses car une de ses copines avait trouvée les photos des fesses de la mienne sur son téléphone, et qu'en suite ma "chérie" est venue en France. Elle me dit qu'elle avait des sentiments pour ce type à force (normal), il venait souvent chez elle (appartement du travail), rarement chez lui etc...

C'est vrai qu'elle était pas dans une condition psychologique terrible et que je n'étais pas là, mais bordel moi non plus! :+
Mais la dernière fois, là j'ai pas compris : pour s'amuser? un petit coup pour la route en somme?? :?

Et pourquoi pas de capote??? :bonk:
"J'étais trop conne, j'ai vraiment eu peur après" => direct on est allé direction tests MST (car HIV déjà fait pour grossesse)
ouf...safe :ala:

Je me suis jamais senti aussi bas, trahi, déçu, en colère, etc -vous comprenez le feeling mix- qu'on m'est menti à ce point.
Je comprends pas pourquoi.... elle dit qu'elle pensait que ça suffisait que ça m'avait fait assez mal et qu'elle voulait pas plus me faire mal. Bordel, mais à quoi elle pensait? J'avais été clair pourtant "repartir ensemble sur des bases solides" m'enfin bon.

Pour moi c'est comme un double mensonge et là je mettrais un holà définitif si je trouve encore une histoire qu'elle m'a pas dit.

Mais c'est pas fini !

J'en veux à mon épouse, mais je l'aime, et aimer c'est aussi pardonner. J'essaie en tout cas :)
Le seul souci c'est que je suis rancunier (le revers du têtu), et quand on me fait une crasse je n'oublie pas.
Dans un pénultième délire colérique (avec un peu d'alcool dans le sang) elle reçut une bonne baffe, vu des étoiles pendant quelques jours. Mais comme je ne suis pas adepte de ce genre de choses, j'ai culpabilisé.

Tellement d'ailleurs, que je me suis dit que ce n'est pas possible que ce type s'en sort sans rien.
Après avoir retrouvé son adresse, je me rends chez lui dans un ultime délire colérique (à jeun) :
"Bonjour c'est vous Machin"
"Oui c'est moi" (sacrée tête de con qui se prend pour un autre, Ok zéro remord)
ET BIM ! IMPACT NASAL
...il a mouché rouge direct, a essayé de relancer la machine mais bon.
Tout ça en lui gueulant dans sa langue (pas facile de se concentrer) "impardonnable ce que t'as fait avec ma femme", "y a 4 ans tu t'en rappelles (pas on dirait) ?"
Sa copine/femme sort et crie qu'en elle entend ça "quoi???". Le type commence à comprendre, comme qui dirait, et se ré-énerve (mais bon trop vieux à 40 ans pour ses conneries) : bref je pense que le message à porter. Son père qui m'avait froidement accueilli lors d'un premier passage de reconnaissance (je frappe pas les innocents) arrive tout penaud (j'avais pris soin d'aller me présenter à lui car je ne savais pas s'il était là, mais bien sûr en laissant tourner le moteur et avec une batte de baseball dans la voiture si ça tournait vinaigre, pas fou :cocu: ).

Enfin remarquant qu'il avait choisi la copine d'un gars, n'ayant pas peur des mots, trop fort pour lui (lui : 175 cm pour 70-75 kg, fumeur, juste porte des trucs lourds, 40 ans / moi : 185 cm pour +95 kg, sportif, non fumeur) il prononça ses paroles "je vais appeler la police" blabla de merde .... bref déçu qu'il ne s'excuse pas, je me casse sur ces entrefaites car j'ai des trucs à faire moi :doigt
Mais il a la tête dur à défaut d'avoir le nez solide :D
Dernière tentative de sa part de m'agresser (moi je punis seulement :D ), avec une grosse pierre qui n'atteindra jamais ma voiture en contrebas (bien trop lourde : entre porter et jeter c'est pas pareil :lol: ).

Ca c'était le 8 Juillet 2010. :wink:

Alors certains diront la violence ne résout rien, peut être. Mais ça fait du bien, et aujourd'hui je me sens bien mieux. Comme ayant extériorisé
Je l'ai dit à ma femme car si jamais le type se pointe (ce que je doute mais sait-on jamais) je ne veux pas qu'elle soit prise au dépourvu. Car le seul truc d'inquiétant c'est sa réaction : couillu ou pas. Va-t-il venir ou pas? Mon épouse balise, elle ne pensait pas que j'y aille, mais comme je dis "c'est l'effet papillon ma chérie, fallait y penser avant".

Normalement demain nous allons au temple pour purifier nos mauvaises pensées. Inch'allah amen.
Je ne sais pas si cela va nous aider mais Buddha nous réserve les mêmes directions selon l'almanach de mère-grand.
Tout ce qui nous rapprochera est le bienvenu.
Mais j'irai bien voir ailleurs, voir si le poil est plus frais (et bénéficier d'une oreille féminine compatissante). :roll: inutile sans doute?

Toute question aura sa réponse (sauf si j'estime qu'elle rompt mon anonymat). Lâcher les cornus :cocu:



Avatar du membre

benja
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 41
Enregistré le : jeu. 10 juin 2010 11:36

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par benja » ven. 9 juil. 2010 13:51

Bienvenu à toi, Kanashimi

Ton histoire est toute fraiche mais si vieille. Donc c'est hier que tu a découvert l'existence de ce troisième type ?? Je n'encourage pas la violence mais qu'est ce que ça m'aurais fais du bien de lui refaire le portrait à la petite p..fiasse de mon mari :super: Au moins tu t'es défoulé.

Maintenant, discute avec ta femme sur les raisons de ces multiples infidélités, oui certes la distance mais n'y aurait-t-il pas autre chose?

Vous avez, en tous cas, eu une vie très mouvementée !!!

Maintenant, n'hésite pas à venir en parler car je t'assure que certaines personnes de ce forum éclairerons très bien ta lanterne :D

Enfin pas moi je suis toute fraiche :cocu: alors pas encore assez de distance.

Bon courage !!


Comment se tue en nous l'amour ?
Trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence.
La souffrance use l'amour, l'indignation le brise, et on arrive ainsi à l'indifférence finale.


http://www.sos.cocus.org/viewtopic.php?f=21&t=2261

Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par kanashimi » ven. 9 juil. 2010 14:36

Bonsoir (ici en tout cas),

Le rebondissement, le re-déballage avec le "vrai" bonhomme (qui doit avoir un gros nez rouge et quelques cernes sous les yeux), est intervenu il y a 2 mois environ.
Même si l'histoire est vieille, je pense que pour la personne trompée, elle devient "réelle" / "effective" (car parfois on se demande non, on rêve! Pas moi, pas elle) au moment où l'autre avoue.
Le fait de le faire en deux fois m'a fait mal, mais au final, j'ai eu la vérité et elle a été soulagée. De toute façon même si "la vérité est cachée au fond d'un puit" , "la vérité finit toujours par se savoir". Pourquoi mentir qui plus est dans un couple avec de l'amour?
Je trouve ça puérile et je ne crois pas que le mensonge épargne la personne flouée (elle tombera d'autant plus haut).

La distance a joué un rôle, car elle était dans le doute : "je ne voyais plus l'avenir, mais je t'aimais, je ne voulais pas que tu me quittes"
Elle avait je pense d'une oreille attentive, et aussi de baiser. Ca la distance y est pour quelque chose et je ne lui en veux pas vraiment (mon corps n'était pas là). Mais de rien avoir dit pendant tout ce temps... :pleure:
Le pire c'est quand je lui ai demandé de mettre au parfum sa mère, accessoirement mon boss, car je ne pouvais plus aller au travail (pas le gout, peur des regards "elle sait" "lui aussi"...) et que sa mère a dit (en pensant que je ne comprendrais pas) "vaut mieux dire un mensonge dans ce cas" :kelkon:
Quelle éducation a-t-elle donné à ses filles??? Bon étant dans un pays étranger, les valeurs ne sont pas forcément les mêmes. Loin de moi l'idée de les voir pénétrés par la pensée humaniste ou judéo-chrétienne... mais merde quand même !

Pour la suite, l'histoire en France, ben l'explication : "alcool + conne + frottis-frottas = sexe". Après elle s'est rendu compte qu'elle avait fait que de "la merde" (sic) et elle a chopé peur (les coups sans capote). Que croire?

Moi je dis que tu devrais y aller franco, franchement pour se battre comme pour baiser ou tromper (dans mon cas et dans ton cas en connaissance de cause) il faut être deux !
Donc une bonne torgnole pour bien lui fixer les infos dans le crâne ne ferait pas de mal.
"Un jour ou l'autre, on finit toujours par payer la facture" :D Faut pas déconner quoi, j'aime pas les mauvais payeurs.
Même si j'ai culpabilisé comme jamais après la baffe que j'ai mise à ma femme, je pense que ça lui a aidé à comprendre comment elle m'a fait mal . D'ailleurs elle m'avait auparavant dit "tape moi stp, j'ai été conne" mais j'avais dit non, jamais ça... comme quoi :D Première fois que quelqu'un la tapait, selon elle, elle a été surprise (forcément une claque bien donnée, puissante, ça fait mal).

Enfin bref, j'encourage pas la violence. :Q:



Avatar du membre

Adèle
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 1437
Enregistré le : mer. 25 mars 2009 03:07
Localisation : Quebec

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par Adèle » ven. 9 juil. 2010 18:03

Vous êtes pas sortis du bois... si après 4 ans vous aviez encore des idées de vengeance aussi puissantes...

Il y a rien de règlé dans le fond....


On va mieux lorsqu'on comprend que la fin d'un couple, n'est que la fin d'un monde... pas du monde.

**on est incurable lorsqu'on chérit sa souffrance** Gustave Flaubert.

Avatar du membre

jaguarboy
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 3591
Enregistré le : mer. 7 janv. 2009 20:43
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par jaguarboy » sam. 10 juil. 2010 01:48

Salut Kanashimi... et bienvenue parmi nous. Je vois que tu a parcouru mon histoire. Commencé voici un an et demi, je commence enfin à voir le ciel bleu, mais seul... pour le moment.

Pas simple... L'adultère laisse toujours des traces, c'est des blessures que l'on oublie pas.

Seul le temps peut apaiser la souffrance. Et la volonté de tourner la page.


Les 200 chevaux parqués sous le capot sont bien moins dangereux que l'âne derrière le volant.

Avatar du membre

uomo
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 254
Enregistré le : lun. 24 nov. 2008 18:03

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par uomo » dim. 11 juil. 2010 04:33

Difficile de savoir pourquoi exactement elle a tenu à te le dire...


"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort"
Nietzsche

http://www.sos.cocus.org/viewtopic.php?f=21&t=1454

Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par kanashimi » dim. 11 juil. 2010 08:56

Salut à tous. Merci pour vos remarques et questions.

@jaguarboy : c'est vrai que ça ne disparaîtra pas. Je le vois lorsque, sur le coup inconsciemment, je ne lui fais pas confiance pour un truc banal (genre poster une lettre pour moi), ça la fâche un peu, je comprends, mais j'y peux rien et je m'en excuse. Mais ça va mieux aussi pour moi, et pour elle je pense aussi, quoique le coup d'aller voir le cocufieur a fait peur à ma femme :mdr1:

@uomo : on a dire que cela lui pesait trop, surtout que là elle pouvait difficilement cacher ce qui restait. c'est la première fois qu'une chose comme ça lui arrivait, et vraiment, elle le regrette.
Quand on vit à 12000 km l'un de l'autre, et que n'ayant pas le moyen ou plutôt ne voyant pas le moyen de se rapprocher, avec les obstacles qui vont avec (visa, langue, travail...) je peux comprendre que la situation lui ait échappée et qu'elle ait pété les plombs.
Bien sûr, elle a rejeté la faute sur moi comme tout le monde essaye de faire devant la grossièreté de l'erreur commise, et ça fait mal mine de rien, mais ça n'a pas duré longtemps.
Toutefois cela n'excuse rien, et elle le sait et le reconnait, ce qui je pense est une grosse étape. On a vraiment beaucoup discuté, j'ai pu lui poser toutes les questions, et elle ne s'est jamais échappée, même si la réponse n'était pas agréable.

J'ai vraiment senti une femme qui veut continuer la route avec moi, repartir sur des bases saines et repartir sur des bases saines. Comme elle m'a dit "en 3X années, j'ai déconné un an, et c'est dur"

@adèle : si tout est (presque) réglé. Le monsieur a eu sa petite punition pour qu'il évite de faire souffrir les gens, ma femme a reconnu ses égarements et veut aller de l'avant avec moi. Et moi aussi je veux aller avec elle, car je pense qu'un moment de faiblesse peut arriver à n'importe qui, qui plus est dans les situations de relation à distance (et dieu sait si j'en ai connu des histoires qui ont capoté...). :calin

Mais même si les histoires dates, vraiment c'est au moment où on le découvre que cela fait mal.
Ensuite à chacun ses trucs pour y remédier (qui dépendent de beaucoup de trop de paramètres pour qu'il y existe une règle).



Avatar du membre

jaguarboy
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 3591
Enregistré le : mer. 7 janv. 2009 20:43
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par jaguarboy » dim. 11 juil. 2010 10:14

Chaque histoire a sa propre trame...

J'ai senti également que mon épouse voulait continuer... J'ai su après coup que ce n'était que du flan, j'ai été naïf la dessus.

Mais si elle avait réellement voulu, nous aurions continué.

Mais je n'aurais jamais été tranquille à 100 %. La vie n'aurait plus la même saveur. Vivre dans l'angoisse, non merci.

Il faut dire que j'ai été particulièrement gâté : en 20 ans, il y a toujours eu quelqu'un, je pense ne pas être loin de la palme et mon ex pas loin du bois de Boulogne.


Les 200 chevaux parqués sous le capot sont bien moins dangereux que l'âne derrière le volant.

Avatar du membre

uomo
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 254
Enregistré le : lun. 24 nov. 2008 18:03

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par uomo » dim. 11 juil. 2010 10:51

Kanashimi,

Etant donné le temps qui a passé sous les ponts pour elle et sa contrition réelle, d'après ce que tu dis, il semble que tu peux effectivement reconstruire.

De ce fait, il va falloir que tu te fasse violence.

Dans cette reconstruction, ton orgueil et tes peurs primaires (abandon, sentiment de ne pas être à la hauteur, culpabilité, besoin d'une relation de confiance fusionnelle) sont tes pires ennemis.

Il me semble que la meilleure réponse, d'après ma courte expérience, est l'humour.

L'humour qui doit te permettre de comprendre que la vie n'est pas "un long fleuve tranquille" basée sur des gens irréprochables (parfaits) qui suivent à la lettre tous les principes dictés par la société.

Au contraire, la vie est foisonnante de surprises, d'opportunités, elle bouillonne et en général cherche toujours à combler les vides et à remplacer les formes d'organisation en perte de vitesse par de nouvelles pleines de vigueur.
Je m'explique, dans le vide laissé par une relation difficile, qui s'essoufle un peu (routine, distance, conflits, manque de désir), c'est la vie qui nous pousse à créer quelquechose de nouveau, d'excitant, de plus intense.

Certains d'entre nous sont dotés de la capacité de respecter leurs engagements sans céder à cette sensation de vide, ont une certaine capacité de souffrance (ou d'aveuglement) qui leur permet de préserver intact le respect de leurs voeux.

D'autres non.

Les uns valent-ils mieux que les autres ? Je ne crois pas.

La seule chose qui soit vraie dans cette débauche d'énergie qu'est la vie, selon moi, c'est d'être toujours en accord avec soi-même et avec ce qu'on attend de l'existence.

Donc pour moi si tu es sûr que ce que tu attends de l'existence, pour la partie qui concerne ta vie sentimentale, et familiale, c'est de continuer avec ta compagne, so be it.

Mais du coup, pour que ta relation résiste, il faut lui insuffler de nouveau l'intensité et l'énergie qui combleront tous ces vides et lui permettront de résister aux coups de boutoir de la vie.

En bref, sans vouloir jouer les préchi-précha, vois cette révélation plutôt comme un avertissement, une opportunité de te remettre en question et de remettre en question ta façon de vivre ta relation.

Sers toi de ton humour pour cela. Pour accepter que tu n'es pas infaillible, que ta femme n'est pas une sainte, et que ça arrive à tout le monde. C'est un peu ce qu'on doit tous faire quand nous acceptons que nos compagnes ont eu des relations avant nous, des amours, des émotions, des sensations, avant nous. Et elles le font aussi. Sinon la reconstruction ne serait jamais possible et nous n'aurions tous droit quà une seule chance dans la vie. Vois ce cocufieur comme un ex de ta femme. Comme si il avait existé avant toi. Avant votre histoire.

J'espère que ça pourra t'aider à surmonter tes peurs et les coups de boutoir de ton orgueil de mâle. Je t'en parle d'autant plus librement que moi je n'ai pas pu le faire au final, j'ai dû appuyer sur le bouton "RESET" et passer à une autre vie.

Courage.

PS essaie quand même de t'assurer que la situation est clean aujourd'hui c'est à dire qu'il n'y a pas baleine sous gravillon :petard:


"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort"
Nietzsche

http://www.sos.cocus.org/viewtopic.php?f=21&t=1454

Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par kanashimi » lun. 12 juil. 2010 07:32

Merci uomo, tu me confortes dans ce que je pensais.

Comme je l'ai dit plus haut je suis passé sur le billard, pour une opération orthopédique, et pourtant je pensais pas qu'un jour ça pourrait m'arriver une telle tuile, bref que ça n'arrive qu'aux autres :bonk: . Je pense que cela m'a permis de relativiser cet évènement. Et j'essaie de le prendre avec humour, mais c'est pas facile facile.
Par contre je ne suis pas au stade de voir ce type (avec qui elle était en relation pendant 1 an) comme un ex. :Q:
C'est pas facile pour lui d'obtenir ce statut...je le vois plus comme un "vibromasseur humain" (j'aurais du faire plus attention quand elle m'a dit qu'elle préfère "les vrais" que "les faux" :? :D ) Comme elle dit, au moment où cela s'est passé, cela aurait pu être n'importe qui avec quelques conditions (pas trop moche, et ne voulant pas s'engager).
Mais ça va mieux déjà.

Pour la baleine cacher sur le gravillon, je pense que j'ai sacrément gratté le vernis puis la peinture. Je pense qu'il n'y a plus rien, en tout cas la connaissant (le regard qui cache quelque chose, mal à l'aise pour parler d'un truc...), je sens que c'est tout déballé, mais comme tu dis je revérifierai si besoin est. Elle a même envoyé un email à un type avec qui elle aurait pu faire quelque chose (comme j'étais pas sûr de ce qu'elle disait) et qu'il lui a dit non y a rien eu et qu'il aurait bien aimé :kelkon: :D
C'est le GROS problème, avoir confiance dans l'autre maintenant. Là, j'ai un peu du mal pour le moment. :doute:

Alors oui j'ai essayé de voir ce qui n'allait pas de mon côté, j'ai bien trouvé deux trois trucs. Mais à cette époque, la seule chose que je puisse me reprocher c'est d'avoir cru en elle, de l'avoir cru forte, d'être allé me faire opérer en France et de ne pas avoir insisté pour qu'elle vienne me rejoindre me soutenir.

L'orgueil mâle... je pensais que j'en avais pas ou peu. Et je me suis surpris moi même à aller mettre un marron au type. Moi qui suis absolument non violent (même à l'école j'ai du me battre 3 fois depuis la maternelle). :cocu: Cela m'a fait plaisir.


@jaguarboy : heureusement pour moi, mon épouse n'est pas comme la tienne (si j'ai bien fouillé, mais de ce côté je pense que ça va). Vraiment, elle est plutôt pantouflarde, ne sort jamais avec ses ami(e)s, pas trop intéressée par la séduction, aime le sport et travailler... bref elle est loin du bois du Boulogne!
On va dire que quand elle a ce qu'il lui faut, elle ne cherche pas ailleurs.
Donc y a une vraie chance d'avance ensemble je crois.



Avatar du membre

jaguarboy
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 3591
Enregistré le : mer. 7 janv. 2009 20:43
Localisation : Région parisienne
Contact :

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par jaguarboy » lun. 12 juil. 2010 08:54

Très bon, le concept du bouton "reset"... Je garde. :fou:


Les 200 chevaux parqués sous le capot sont bien moins dangereux que l'âne derrière le volant.

Avatar du membre

uomo
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 254
Enregistré le : lun. 24 nov. 2008 18:03

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par uomo » lun. 12 juil. 2010 22:42

Jaquar boy:

C'est cadeau ça me fait plaisir :D:

Kanashimi :

Le thème de la confiance revient régulièrement sur ce forum et c'est plus que naturel. Moi-même je suis passé par la case "je ne pourrai plus jamais lui faire confiance". Je me suis même surpris à la suivre en toutes circonstance spour vérifier qu'elle allait bien voir sa copine ou diner avec sa cousine. J'en ai été malade et je n'étais vraiment pas fier de moi.

En fait, ce n'est pas la confiance en l'autre qu'il faut reconstruire. C'est la confiance en soi-même qu'il faut reconstruire... voire même, dans la plupart des cas, construire..

Si tu as été, comme moi, en parfaite confiance avec ta femme, peut-être l'as-tu été, comme moi, parce que tu avais certes une pleine confiance en elle, mais surtout, une pleine confiance en la place que tu occupais dans son coeur. Pour moi, la façon dont elle me voyait n'avait pas changé depuis le début : un bel homme, gentil, attentionné, charmant, avec des tas de défauts mais qui ne sont pas vraiment importants à ses yeux. A force de me l'entendre dire j'ai fini par y croire. Et comme c'est elle qui est venue me chercher au départ, ce n'était pas très difficile de croire à cette belle histoire.

En vérité, j'avais construit ma confiance en moi sur son discours me concernant, sur le fait que cette super woman m'avait choisi, moi, entre tous, m'avait épousé, moi, entre tous, et que ça voulait dire que j'étais vraiment un gars bien. Ses copines étaient toutes jalouses d'elle, soit disant.

Eh bien, lorsqu'elle m'a trompé, c'est sûr que la première chose qui m'a blessé, c'est le fait que je croyais que nous en étions comme deux faces de la même pièce, n'ignorant rien l'un de l'autre et pouvant avoir une confiance aveugle l'un en l'autre.

Mais ce qui m'a achevé, c'est le deuxième effet kiss cool, qui est venu juste après le premier.

Ca voulait dire que superman number one tombeur de cette dame était en fait un imposteur avec des chaussettes trouées. Elle m'avait menti. Je n'étais pas indestructible, infaillible, aimé au delà de toute mesure.

J'étais juste un pauv'type comme tant d'autres, qui s'est fait mettre 2 paires de cornes au milieu du front sans rien voir venir.
Et je n'étais plus alors ni beau, ni gentil, ni attentionné, ni rien d'autre. Et finalement toutes ses copines, pas jalouses pour deux sous, l'avaient prévenue dès le début que j'étais un tocard.

Alors comme j'avais cru à la première version, j'ai cru encore plus fort à la deuxième.
Et le fond de la seine s'est mis à avoir des propriétés gravitationnelles inédites pour moi... en bref je n'avais plus le goût de vivre, n'étant même plus assez bien pour être un moins que rien.

Eh bien dans la seine comme ailleurs (c'est une image rassure toi), il y a un fond, et quand j'ai touché ce fond, j'ai commencé à remonter.

Avec l'aide de mes amis, de ma famille, de ma psy, de ce forum (MERCI LES AMIS) j'ai commencé à apprendre que j'avais vraiment de la valeur, moi, tout seul, indépendamment du regard de ma femme ou de toute autre nénette.

Et petit à petit j'ai appris à me détacher de leur regard à eux aussi.

Et j'ai réussi à retrouver qui j'étais vraiment, et en retrouvant ça j'ai retrouvé une certaine confiance en moi.
C'est cette confiance qui me fait dire que c'est elle qui a fait une erreur en me trompant, puis en récidivant, puis en croyant que j'allais attendre comme un toutou que madame ait sa petite vie et ses petites aventures tout en lui rapportant un salaire confortable, et en l'aidant à faire les courses.
Elle pensait même que j'étais tellement désespéré d'avoir un enfant avant d'être "trop agé", j'accepterai tout d'elle et que je ne la quitterais jamais. Je l'ai entendue le LUI dire au téléphone.

Eh bien non. Au final avec ma confiance, j'ai retrouvé ma fierté. J'ai reconsidéré l'histoire qui s'est produite avec ses amants.
Je me suis rendu compte qu'elle s'était donnée à un quarantenaire désabusé obnubilé par sa réussite professionnelle et qui ne voulait plus s'engager. Puis un divorcé en goguette loin de son pays qui collectionnait les voitures de sport, les soirées en clubs lounges et les pétasses en mal de sensations.

Tu sais quoi. J'ai eu de la peine pour elle. Sincèrement. Foutre en l'air une relation avec un mec comme moi pour deux blaireaux comme eux.... J'ai vraiment eu de la peine pour elle. Je l'ai vue se démener, se faire larguer par l'un, baratiner par l'autre, souffrir, se raconter des histoires, me raconter des histoires, raconter des histoires à sa famille et à ses amis pour sauver la face.

Et j'ai encore eu plus de peine.

Je n'ai même pas eu le coeur de rétablir la vérité auprès de sa famille et de ses amis.
Je lui ai juste dit : "tu sais, tu fais une connerie, ils te mènent en bateau ces mecs, tu ne te respecte pas en allant les voir. Si tu te respecte vraiment, laisse les tomber et vois si tu peux reconstruire avec un homme qui tient à toi sincèrement et en qui tu peux avoir confiance". Je ne savais pas encore si j'étais capable de lui pardonner son mauvais goût mais je n'avais plus honte de moi, je ne me sentais plus en compétition avec eux.

Elle est revenue, au bout de quelques semaines, elle a voulu me remettre dans le rôle de l'esclave de service qui est bien utile au quotidien mais pour qui on n'a plus de désir et un amour si fragile qu'il faudra du temps pour le ressentir à nouveau.

J'ai fait ce qu'il fallait pour qu'elle comprenne que je n'étais plus cet esclave et que je valais mieux que ça. Finalement je me suis aperçu que nous avions vraiment pris des chemins séparés et j'ai choisi de couper cette branche morte avant que l'arbre entier ne crève. Donc l'histoire ne dira pas si elle était de nouveau digne de ma confiance. Mais ce n'était plus le sujet.

Je lui ai laissé l'argenterie, le service en porcelaine, j'ai racheté la voiture au prix fort, j'ai vendu l'appart en minimisant les pertes et je me suis barré. Elle aussi. Et maintenant que nous sommes divorcés, il me semble quand nous échangeons quelques mots percevoir chez elle de l'amertume et de la jalousie sur le fait que je m'en sorte bien au final. Elle a même fait une remarque acerbe sur le fait que ma voiture, soudainement propre et rangée, l'avait été pour une autre femme. Manque de bol, non. C'était juste par respect pour moi même.

Maintenant, je sais que sans cette confiance EN MOI je serais aujourd'hui encore toujours son esclave, pendu à mes stratagèmes pour voir si elle me dit la vérité ou si elle continue à me mener en bateau.

**********************************

Au final, la moralité de l'histoire, c'est que si tu arrives à reconstruire la confiance en TOI, pas en elle, tu sauras que quoi qu'elle fasse tu prendras toujours le bon chemin, celui qui te correspond le mieux.

Si elle fait les bons choix, tu resteras avec elle pour votre plus grand plaisir à tous les deux.

Sinon.... je ne te fais pas de dessin.

J'espère que cette longue explication ne t'aura pas perdu, en gros il faut comprendre que même accompagné, au final on est et reste seul devant la vie. Au moment de vérité, même quand quelqu'un t'aime extrèmement fort, il pourra toujours te décevoir, voire te trahir. La confiance ABSOLUE n'existe pas.

Mais ce n'est pas si grave. Quand on le sait, on attend des autres ce qu'ils peuvent donner. Rien de plus. Et on ne les en aime que d'avantage.

Forza!

Un uomo


"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort"
Nietzsche

http://www.sos.cocus.org/viewtopic.php?f=21&t=1454

Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par kanashimi » mar. 13 juil. 2010 05:01

Merci l'uomo ! Clair et instructif. :super:
Je comprends mieux maintenant.

J'espère que nous ferons tous les deux les bons choix.



Avatar du membre

Topic author
kanashimi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 34
Enregistré le : ven. 9 juil. 2010 08:37

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par kanashimi » mer. 14 juil. 2010 05:26

Salut,

Aujourd'hui gros coup de blues.
Je sais que c'est toujours dans un coin de la tête, mais avec la fatigue (sport + couché tard pur regarder l'étape de montagne du Tour), ça revient trop fort.
Surtout que je n'ai pas arrêté de penser à la baleine sous la caillou (je lis trop le forum sans doute)... même si je crois que je me fais un film sur ce point. Elle m'a donné toutes les garanties possibles, mais bon...
Je broge trop peut être.

Du coup petite discussion ce matin, car elle voyait que je n'étais pas au top.
Je lui dis ce qui me chiffonne, elle me dit qu'elle m'a tout dit et qu'elle comprend.
Je lui dis que non elle ne peut comprendre, car cela ne t'est pas arrivé.
Elle me sort que moi je si je rencontrais quelqu'un, comme j'avais l'air de chercher une fille (pas faux vu que je cherchais un point de vue féminin et un peu de réconfort, vu qu'ici je connais personne, mais la recherche n'a pas duré plus d'une semaine) peut être que je céderais si je rencontrerais une gentille femme qui me draguerais. (j'ai mis du conditionnel partout désolé, mais pour bien montrer qu'elle parlait d'hypothèse).
Je me suis énervé en lui disant que moi rien n'était arrivé contrairement à elle. Elle me sort que son coeur est moins solide que le mien.
Là, je m'indigne, et lui précise que c'est pas une question de solidité de coeur, mais si on aime on se doit de respecter l'autre et que si on ne se sent pas assez fort autant arrêter. Dans le sens où si la personne qu'on dit aimer n'est pas là pendant 3 semaines, c'est pas pour ça qu'on doit se jeter dans les bras d'un autre...

Encore du "désolé j'ai fait n'importe quoi je sais"...

Du coup les boules et super triste...ce matin dès que je regarde notre bébé j'ai qu'une envie c'est de pleurer.
Je m'en veux aussi de la relancer là dessus, car elle se ferme comme une huître dès que je commence à bouillir ou lui dire la vérité . J'ai aussi peut être pas la bonne formulation (elle me dit d'ailleurs "ça m'énerve t'as raison, je peux rien te dire"...). Il me semble que j'annihile la bonne entente et l'ambiance précaire qu'on essaie d'instaurer.

Ce genre de coup de blues ça fait un petit moment (relatif, depuis le déballage de Mai) que ça ne m'était pas arrivé.
Pour un truc qui c'est passé il y a 4 ans ça me fait rudement chier...

Je fanfaronne moins hein?...moi qui disais que ça allait mieux.
Je vais continuer à essayer la voie que tu m'indiques uomo.



Avatar du membre

uomo
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 254
Enregistré le : lun. 24 nov. 2008 18:03

Re: Vieilles histoires exhumées mais c'est comme si c'était

Message par uomo » ven. 16 juil. 2010 04:53

Kanashimi,

Dans la même situation, lorsque ma femme faisait semblant de me revenir mais avait toujours un amant, elle était très agressive dès que je tentais de creuser un peu son emploi du temps. Elle était aussi très "insoumise", elle trouvait toujours le moyen de se justifier.

La tienne non. Elle fait profil bas. Elle s'excuse. Elle te comprend.

Désolé d'avoir pu te troubler avec ma baleine sous gravillon.

Je ne crois pas qu'il y ait de baleine dans ton cas.

Fais-lui confiance, fais-toi confiance et essaie d'oublier cette souffrance.

Tu es quelqu'un de bien, j'en suis sûr, et ta femme le sait, j'en suis sûr aussi.

Si tu peux, essaie vraiment de voir ça comme de l'histoire ancienne, comme un ex dont elle aurait oublié de te parler, rien de plus.

Si tu peux...

Courage

Je vous souhaite vraiment de réussir à vous réconcilier.

Amicalement,
L'uomo


"Tout ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort"
Nietzsche

http://www.sos.cocus.org/viewtopic.php?f=21&t=1454

Répondre