Cocu ,mais également responsable

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

Affublé il y a moins de 8 jours d'une couche de kératine sur la tête dont les strates rappellent les mensonges d'un proche de confiance et de ma compagne pendant 3 ans (malgré 24 ans de vie commune et une fille de 12 ans)....et largué en même temps "définitivement" du coeur de ma femme, je me permets d'écrire que je connais un peu le sujet...de la souffrance fulgurante, du déchirement, de la solitude (devant le manque de compassion des acteurs du drame)
L'écrasement au sol du téléphone de ma moitié témoigne que ce ne fut pas un épisode facile !

Je conseille de lire attentivement les contributions ci dessous qui m'ont bcp aidé à comprendre ce qui se passait.
viewtopic.php?f=21&t=2630

On décrit souvent l'infidèle, dans les témoignages du site, comme une "salope" une "putain", un monstre", qui a tous les tords. Et tous les internautes de pousser le cocufié à se venger (cette tentation est attisée par le fait que les souffrances sont réelles et fortes alors que l'infidèle semble souvent incapable de reconnaître à la fois ses tords et notre souffrance). Il est évident que c'est loin d'être la règle générale : l'infidélité peut être tout simplement la conséquence d'un malaise dans le couple, ainsi les deux en sont responsables.

En ce qui me concerne je reconnais que je suis en partie responsable de cette infidélité, ainsi, si je ne change pas, si je ne fais rien, il y a bcp de chance que cela recommence avec une autre personne (et en tout cas aucune chance que cela puisse reprendre avec ma femme). Je suis persuadé que cette auto thérapie passe forcément par la séparation physique (et surtout des sexes !). En effet les relations de couple servent malheureusement souvent à cacher nos "misères", et la séparation permet alors de les revoir en face (et ce n'est pas très beau !!)


Or ce n'est pas facile de quitter sa femme alors que l'on préfererait que ce soit elle qui le fasse en raison de sa culpabilité. Il faut donc forcément éloigner, pour arriver à la quitter, les désirs de violence, de vengeance, de confrontation, de culpabilisation. Il faut également scruter chez nous s'il n'y a pas un besoin de victimisation de nous-même, car dans ce cas nous ne voulons pas chercher à quitter notre état.
Et oui, on aura besoin de pardonner!

On peut espérer que la séparation la fasse réfléchir et revenir, non, c'est notre éventuelle transformation qui seule peut le faire, et plus vite que l'on croit, et tellement plus durablement que toutes les stratégies de reconquête proposées au fil des forums.

Mais ce n'est pas facile à faire: il va falloir déménager comme si on était en tord, par là on montre également aux autres que l'on se quitte, la solitude qui nous attend. NON c'est l'apprentissage de la liberté !
Je suis en train d'en vivre les premiers jours, j'en suis comme essoufflé.

La guérison viendra t'elle ?
Oui, je le sens.

il doit donc être possible d'utiliser avec bénéfices ces épisodes monstrueux, pour nous même.
Ne soyons pas entraînés par le bas par nos bourreaux.
Il faut parfois savoir se sauver dans les 2 sens du terme.


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Cedko
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 36
Enregistré le : sam. 23 nov. 2013 01:57

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Cedko »

J'ai du mal à comprendre tout ton discours compagnon de galère. Tu estimes que si tu es cornu c'est aussi de ta faute, et c'est toi qui part...c'est un point de vue.

Je suis d'accord que si il y a un malaise dans le couple les 2 peuvent être responsables, soit on dialogue, fait des efforts, reconquiert l'autre et ça s'arrange, soit on se sépare "noblement". Le quotidien peux être une tuerie pour un couple, c'est sûr!
Aux 2 de savoir s'en parler, se réaccorder du temps ensemble, re séduire son/sa partenaire, lacher prise sur les ennuis du quotidien, les factures, les enfants qui accaparent temps et sentiments, construction de la maison, tâches ménagères, boulot...on connais tous ça !

Passer à l'acte c'est mettre son couple en péril, prendre le risque de le détruire. Une fois, une nuit, ce n'est pas pardonnable mais aprés pas mal de temps ensemble des projets communs qui avancent, les enfants, on ne pardonne pas mais oui on peux tenter de comprendre, et de passer à autre choses pour continuer avec son/sa partenaire. Mais si c'est de manière répétée, continue, tu te rends compte du lot de mensonges, tromperies, dissimulations que cela représente?

Pour qu'un couple fonctionne, passe les années et surmonte les ennuis que la vie réserve, il faut être 2 à le vouloir et à faire des efforts en ce sens. A toi de choisir ton camps camarade, soit fort et je te souhaite, quelquesoit ta décision d'être heureux.

Ced.



Avatar du membre

fml
Cornu
Cornu
Messages : 21
Enregistré le : jeu. 5 déc. 2013 14:15

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par fml »

Exprime-toi autant que tu peux!Ca fait du bien!

Un cornu depuis deux mois mais qui a fêté sa première semaine de connaissance de sa cornutité!

fml



Avatar du membre

Ricochette
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 2747
Enregistré le : mar. 24 avr. 2012 18:02

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Ricochette »

encorné&misdecoté a écrit : On décrit souvent l'infidèle, dans les témoignages du site, comme une "salope" une "putain", un monstre", qui a tous les tords. Et tous les internautes de pousser le cocufié à se venger
Archi faux, même si l'envie nous a tous tenaillés pour le passage à l'acte.

C'est plutôt l'indifférence et le mépris qui est prôné, il a souvent été répété que se venger ne menait nulle part à part se soulager. Qu'il valait mieux mettre cette énergie à notre profit pour notre reconstruction.


Le rire c'est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur.

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

Merci à tous deux de vos réponses, qui touchent juste.
Cedko Je ne suis pas obligé de partir, car si son coeur (et le reste) sont partis ailleurs, elle préfererait que je reste pour notre enfant notamment. Mais elle ajoute qu'il n'est pas impossible que si la situation compliquée de l'autre se dénoue je sois obligé de partir ! Car j'habite chez elle, et je devrai partir.
J'ai donc joué le héro, j'aurais préféré on le voit porter la cornette des bonnes soeurs plutôt que les cornes des coeurs trompés.
Mais je suis encore moins un héro quand tu sauras que je reviens régulièrement, avec une humeur changeante comme je l'avais moi même prévu. Le déménagement est toutefois presque terminé. Je reviens pour ma fille, avec qui d'ailleurs je passe du meilleur temps. Mais pas seulement.

Oui Cedko il y en a eu des mensonges, tu as raison, il ne faut quand même pas les oublier et je les découvre tous les jours après coup, et en fait ce n'est pas par hasard que depuis 3 ans justement je me plaignais de son absence, de ses absences. C'est un peu trop facile de me mettre tout sur le dos si la vie de couple n'était pas parfaite. Et quand je me rappelle ce qu'elle faisait parfois pdt ce temps, sous couvert de mensonges communs, j'ai mal.

Bon je vis le jour le jour, j'essaie de modifier mon comportement en fonction de ce que je ressens, s'il faut nous séparer plus, j'essaierai de le faire.

A vous lire mes cornu-religionnaires ...


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Ricochette
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 2747
Enregistré le : mar. 24 avr. 2012 18:02

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Ricochette »

encorné&misdecoté a écrit :son coeur (et le reste) sont partis ailleurs, elle préfererait que je reste pour notre enfant notamment.
Autre chose pour le confort de Mme?
Votre fille grandira mieux dans un milieu sain et épuré qu'avec le fantôme du couple parental et les dérives que ça comporte.


Le rire c'est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur.

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

J'ai pris la décision de reprendre un travail sur moi, commencé dans les mêmes circonstances avec la même personne il y a 13 ans, interrompu trop tôt avec le désir partagé de nos retrouvailles (avec enfant à la clé).
Merci FML pour ton témoignage énergique.
Je vais amasser du matériel les nuits qui viennent (rêves)


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Ricochette
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 2747
Enregistré le : mar. 24 avr. 2012 18:02

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Ricochette »

Ce travail t'aidera certainement pour le passage de ce cap difficile. Tu réapprendras à penser au singulier et c'est tout à fait possible, juste un apprentissage à faire.
Il faut reconnaître que ton ex a eu des effets dévastateurs sur toi depuis que tu la connais.


Le rire c'est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur.

Avatar du membre

Lou
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 416
Enregistré le : mar. 5 juin 2012 20:00

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Lou »

J'ai pris la décision de reprendre un travail sur moi
:super:
Modifié en dernier par Nas le mer. 15 janv. 2014 17:14, modifié 1 fois.
Raison : Correction de balises



Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

On s'est revu 2 à 3 fois par semaine, elle voulait que je reste pour l'enfant, je pouvais dormir dans une autre chambre, notre fille a repris confiance, on a repris des activités ensemble, j'y croyais, je n'ai pu m'empêcher d'espérer et quiconque aurait été là l'aurait cru. Mais la chute fut presque aussi dure que la première. Tout est à refaire dans ma reconstruction, j'ai l'impression. Elle m'a confirmé qu'il n'y avait aucune chance que cela reprenne, que oui je pouvais finir le déménagement. J'avais réservé une camionnette, elle m'a rappelé pour me confirmer que je pouvais tout reprendre, oui il y avait aucune chance, mais.. si tu pouvais attendre la fin des fêtes. Je lui ai dit que par pitié elle ne me demande pas de rester pour son seul confort, tant cette situation où en sa présence je ne pouvais m'empêcher d'espérer me faisait du mal, mais uniquement si nous avions une chance, elle a insisté néanmoins pour que je reste.
Je vais quand même continuer le déménagement, et je serai présent au moins à une des fêtes familiales, mon souhait est de rompre totalement les ponts pendant plusieurs semaines déjà. Ce n'est qu'un souhait !
J'espère que je vais en avoir le courage.


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Ricochette
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 2747
Enregistré le : mar. 24 avr. 2012 18:02

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Ricochette »

Tu n'es pas à blâmer d'avoir cédé à sa demande, si bien formulée, si bien enrobée. Elle a su te prendre par ton talon d'Achille, ta fille.

Encorné&misdecoté, tu y as eu droit toi aussi à cotoyer une manipulatrice.

Maintenant que les dés sont jetés, relis ton sujet depuis le départ, c'est toujours intéressant.


Le rire c'est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur.

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

Les fêtes familiales de fin d'année !

Rappel : le 24 matin elle me disait que tout était fini entre nous. A peine partie, je fracassai une lampe en criant de rage de toutes mes cordes vocales, puis je m'effondrai en pleur et m'en voulais un peu : dès le premier jour j'avais écrit à un ami que la cohabitation pour ma fille (et pour notre "vie en commun" qu'elle dit apprécier et voir continuer) serait impossible car toujours en sa présence j'aurais voulu revivre le passé, et toujours elle me rappellerait brutalement sa décision. Et cela faisait presque 3 semaines que je vivais ces retrouvailles-déchirements.
Peut être m'avait elle entendue au moment de partir mais elle me téléphone et me demande de reporter ce départ après les fêtes. Je la suppliai alors de ne pas m'y inviter s'il ne restait pas une chance pour nous, et je raccrochais en pleurant, tellement mare de cette situation ambigüe qui me démolissait. Elle appelait plus tard pour me confirmer qu'elle souhaitait que je vienne et ne parlait plus de déménagement.

24 déc nous partons donc ensemble pour une soirée familiale en comité réduit, tout baigne.
25 déc Le matin je lui montre mon désir par les modifications physiologiques qu'il laisse apparaître, elle en rit un peu satisfaite.
Et c'est son fils qui nous reçoit avec sa belle-famille. Nous sommes l'un en face de l'autre, regards de connivence, un couple que j'apprécie se fait des câlins ça me donne envie de faire de même, moi qui ne suis pas assez démonstratif avec elle en public, et je lui fais du pied du genoux de la jambe de la cuisse, je retire mes chaussures et elle ne se dérobe toujours pas, elle en rougit, nous nous aimons enfin ! Nous gardons ce secret pour nous, comme des amoureux. Dans un canapé je lui passe le téléphone, et pendant ce temps je lui caresse le ventre, très rapidement les seins (elle se dérobe) et puis longuement et si tendrement son cou.. Encore des regards de connivence pendant cet appel qui n'en finit pas. Nous restons discret car j'avais prévenu son fils (on s'apprécie réciproquement depuis 24 ans) de notre séparation, mais les autres ne nous gênent pas. Pendant ce temps je pense que le mariage qui m'avait toujours fait peur avec elle pourrait être possible. Jamais nous avions été aussi tendres, et sereins en même temps.
Retour chez elle, compliments sur sa tenue sexy (on parle de son soutien gorge bien choisi), elle prépare notre fille à ce coucher et c'est à mon tour de continuer seul le rituel du soir (lecture, histoire, petite prière, nombreux bisous..).
Je redescend, or je pressent tout de suite que quelque chose à changé dans son comportement. Comme nous l'avions encore fait plusieurs fois, maladroitement (je savais pourtant qu'elle allait me dire non!) je lui demande s'il est possible que je dorme à côté d'elle, sans la toucher évidemment (elle l'aurait voulu que j'aurais dit non: bien trop tôt). Et là énorme douche froide une fois de plus, "je me faisais des illusions, elle ne s'était laissé faire que parce qu'en public elle ne pouvait faire autrement, sans faire d'esclandre" Je lui répond qu'elle pouvait au moins refermer ses jambes, retirer mes mains ou me faire une moue désapprobatrice. Elle ne pouvait pas croire que j'ai pu changer. ça sonnait bizarre, faux. Je lui demande donc si elle l'a appelé, elle me répond "non". "mais comment te croire maintenant?" elle ne répond pas et s'esquive: je sais donc que c'est oui.
Je l'enregistre à son insu une fois de plus : j'ai tant besoin maintenant de l'entendre dire que je dois m'en aller, mais ça ne sort pas ("toutefois ne part pas ce soir il est trop tard"), dis le ! que je dois partir, que tu en aimes un autre, que je dois refaire ma vie ailleurs (mais j'ai droit à l'habituel "vivre en couple non ce n'est plus possible"), je lui lance plusieurs fois la phrase inachevée qu'elle doit compléter: dis moi que je dois ... et elle la termine enfin: "partir". Je lui montre que je l'ai enregistrée, c'est ce que je voulais entendre, et termine cette fois mon déménagement. Il ne reste presque rien. Elle descend pour me dire que je fais trop de bruit (quelle empathie...), que j'ai pris une gamelle (du chien) qu'elle voulait garder pour son fils (c'est tout ce que ça lui fait, c'est plus efficace que de l'entendre dire pars!). Il est 1 heure du mat sur l'autoroute, poor lonesome cowboy, j'ai besoin de passer des textos à un confident à l'oreille attentive.

Le 26: Mauvais sommeil, inefficacité. Les mots "immobilité" raisonnent dans ma tête au premier réveil, ensuite je me souviens de ces superbes vers de Paul Valery "patience, patience, patience dans l'azur, chaque atome de silence est la chance d'un fruit mur". Je prends pour moi ces mots qui s'adressent au cosmos. Bien heureusement car j'ai besoin de me rebiffer, d'en parler !
Je lui envoie un texto fixant les nouvelles règles entre nous : très peu de contacts, textos éventuellement pour l'organisation avec notre fille, et pendant 1 mois.

Le 27: Voilà, je suppose qu'elle profite de ses congés pour le rejoindre, lui et sa femme malade qu'ils tromperont. Partir c'était déjà dur. Mais pressentir cela, c'est bien pire. Ce matin je me meurs de suspicion : où est elle, que fait elle, l'a t'elle rejoint ? J'ai besoin d'appeler. Conversation technique, elle est encore là.

La Règle n'est donc pas encore bien tenue, mais je crois que c'est parti. Oui je sais, c'est moi qui est fautif cette fois, mais je sais maintenant que je suis capable de tenir mes distances, chat échaudé ... J'essaie de traduire les mots entendus au réveil (du latin?) custodié (ou custo die, ou custo dei), c'est bien du latin. Et ça a du sens (calme, respect, observation, jours ou dieux protecteurs)

Ca se calme cet après-midi, textos avec humour au copain, on finit par s'habituer à tout, la vie continue.
"Ce qui me déplaît le plus dans cette histoire" disait Sacha Guitry à la suite d'une pareille mésaventure, "C'est que l'on sait maintenant de quoi et du peu je me satisfaisais"

Elle m'appelle, mais c'est notre fille, en fait je me faisais un film, elle n'a pu le rejoindre.
Par contre il semble que quelque chose est cassé chez moi, vais-je retrouver ces si bons moments partagés il y a deux jours? Ii faut se souvenir qu'aimer c'est vouloir aimer. Mais on n'en est pas encore là, on verra dans un mois (si elle est encore là). J'ai peur que s'en tenir à une relation froide est désincarnée aura raison de nous. Enfin on verra, "à chaque jour suffit sa peine".


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Ricochette
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 2747
Enregistré le : mar. 24 avr. 2012 18:02

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par Ricochette »

Mais quelle persévérance, quelle endurance, quelle patience!
Je sais, je suis mal placée pour le dire mais le constat est toujours plus facile avec le vécu des autres car on a forcément du recul. Et de mon côté, il n'y avait pas de sentiments contrairement à toi.

Il me semble surtout que ta femme est une grande joueuse et qu'elle ne connait pas de limites. Tu lui sers de roue de secours et elle te demande, à son gré, de rester ou de partir selon les disponibilités de son sandwich. Elle ne manque pas de vergogne, aime se faire désirer pour se rassurer et sentir le pouvoir qu'elle a sur son petit monde. Elle fonctionne en solo et elle te prend pour une marionnette.

Tu es très lucide lorsque tu dis que quelque chose en toi est cassé. Ca le restera, ne te fais plus d'illusion.
Les bons moments que tu cites, vécus il y a 2 jours, ont été à sens unique et étaient un leurre pour son entourage familial car elle n'assume pas la madame.
C'est cela que tu espères retrouver, ces humiliations qu'elle t'a fait vivre alors que toi, tu étais sincère?

Il est grand temps que tu ouvres les yeux et que tu profites de ce recul pour bien analyser la situation et faire preuve de lucidité au lieu de te voiler la face.
Bien-sûr que tu en vivras encore d'excellents moments, mais plus avec elle de mon point de vue.

Je ne cherche pas à être virulente avec toi, juste à te faire gagner du temps.
Les fêtes de fin d'année risquent d'être bannies de ton calendrier pour un bon moment.

Arme-toi de courage et résiste à tous ces allers-retours qui te détruiront chaque fois un peu plus. On s'y fait vite et bien sans eux, on est même bien plus peinard et plus heureux.


Le rire c'est une poussière de joie qui fait éternuer le coeur.

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

Ricochette a écrit :Tu n'es pas à blâmer d'avoir cédé à sa demande, si bien formulée, si bien enrobée. Elle a su te prendre par ton talon d'Achille, ta fille.
Encorné&misdecoté, tu y as eu droit toi aussi à cotoyer une manipulatrice.
Maintenant que les dés sont jetés, relis ton sujet depuis le départ, c'est toujours intéressant.
Ecrit le 27 déc mais posté plus tard :

A/ Non ricochette elle ne manipule pas trop, elle a vraiment envie que notre relation de couple cesse, elle aurait préféré que je reste "pour son confort" comme tu l'écris, et pour notre fille, mais si impossible elle préfère encore que je parte définitivement.
Accessoirement sa position reste ambigüe certes : elle montre qu'elle ne sait pas exactement ce qu'elle veut, elle m'aime encore un peu (mais moins que lui), et l'avenir pour elle n'est pas forcément rose avec cette future vie de mensonge (femme malade et il veut expressément qu'elle n'en parle pas, pour des raisons obscures (peut être habite t'il chez elle). Mais elle préfère encore que je parte.

B/ J'ai relu le sujet, mais j'ai bien du mal à en tirer des leçons, j'ai la tête dans le guidon !

Bon mais c'est pas grave, ça se passe pas trop mal pour l'instant :

- j'ai repris quand même confiance en moi: durant ces années de dissimulations toujours difficiles à supporter pour leur auteur, la tendance habituelle il semble chez les adultères était donc de faire porter au cocufié tous les tords. Je sais maintenant que c'est faux, ces tords sont partagés : on ne peux pas décider de rompre tout ce qui fait une vie de couple (sexe, conversations, vie en communs, vacances, convivialité (absence de bonjour ou bonsoir pendant des années), irresponsabilité devant sa fille et la femme de l'autre, dissimulations) sans avoir des tords !

- je sais maintenant que je peux aimer ou l'aimer sans que ces mots me fassent peur, à moi d'employer tendresse et amour quand il faudra et avec qui il le faudra. Pourquoi cette évolution fondamentale ? J'avoue ne pas y comprendre grand chose.

Je me demande quand même si contrairement à ce qu'elle énonce, c'était également elle qui ne voulait pas de cet amour, et qui par son comportement a quand même appelé ces déviations:
Ce n'est pas pour rien que le nouveau couple qu'elle espère former ressemble à s'y méprendre au nôtre quelques années plus tôt :

-> alors que la critique qu'elle me formule le plus souvent est le manque d'engagement de ma part (c'est exact, mais ça l'est moins), elle a choisit une relation où il y a impossibilité de s'engager pour l'un comme pour l'autre (existence d'une femme malade et d'une situation apparemment très compliquée dont il ne faut "absolument" pas parler, leur relation devant rester cachée),

-> alors qu'elle me reproche de tout vouloir décider (c'est en partie vrais mais en fait elle fait systématiquement le contraire de ce que je lui propose) sa relation actuelle est apparemment déséquilibrée du point de vue du pouvoir : elle attend bcp de lui, elle lui demande ce qu'elle doit faire avec moi par ex, il se permet de casser toutes non tentatives de réconciliation, elle finit par accepter par imitation admirative tout ce qui lui faisait horreur: mensonges, indifférences aux souffrances qu'ils imposent à autrui (si la femme malade prend conscience de ces tromperies elle risque de ne pas s'en remettre). Sa passivité dans ce genre de relation déséquilibrée a eu également un rôle dans la nôtre. Mais au moins, dans notre couple, aujourd'hui, elle fait ce qu'elle veut, on le voit :-) même si ce n'est pas encore équilibré de faire le contraire de ce qui est proposé.

-> alors qu'elle me reproche encore d'avoir voulu cacher notre relation (oui, mais il y a 20 ans), c'est elle même aujourd'hui qui implore de ne pas en parler, d'attendre les fêtes etc prenant pour argent comptant les arguments qu'il lui donne, mais oubliant que c'est pour des seules raisons matérielles (il semble) qu'il ne veut pas mettre au jour leur "amour". Pour quelle raison a t elle également tout fait dans notre couple pour que l'on revienne en arrière ce ce point de vue là, refusant souvent les occupations que nous avions en commun (mais la reprise récente ce ces activités communes, même une seule fois, laisse prévoir qu'elle a changé de ce point de vue)

-> alors qu'elle me reproche un comportement trop séducteur (c'est exact, mais toujours fidèle et ça se calme)
d'une part elle a choisi un personnage semblable de ce point de vue, à la vie sentimentale compliquée, qui m'explique (sic, sans rire!) que les "sentiments ça ne se décide pas" (c'est une chance pour mon couple, les sentiments étant par essence changeants, il ne tardera pas à partir ! :-) )
Mais d'autre part, on conviendra que les faits démentent qu'elle l'est aussi !
Et enfin, ce qui la caractérise vis à vis de moi, c'est son impossibilité à me faire confiance, à me valoriser. Mais toujours prompte à ma critiquer, à me remettre en cause, aucun intérêt pour mes activités prof pourtant passionnantes. D'amour niet. Pourquoi donc si ce n'est qu'elle attend quelque chose d'inatteignable dans une relation, un amour rêvé plutôt que vivre son rêve avec moi.

Dans ce type de relation, il suffit que l'un bouge pour que l'autre suive, c'est ce qui semble se passer. "Il n'y a rien de plus puissant qu'une idée qui arrive en son temps", cela semble pouvoir se transposer dans les comportements de couple : il n'y a rien de plus puissant pour un couple qu'un changement de comportement qui arrive en son temps.

(non terminé le 27 mais envoyé quand même ce jour le 6/01, même si je n'aurais pas écrit la même chose aujourd'hui)


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Avatar du membre

Topic author
encorné&misdecoté
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 45
Enregistré le : mar. 10 déc. 2013 21:05

Re: Cocu ,mais également responsable

Message par encorné&misdecoté »

Du 28 au 30 : je m'habitue à la cohabitation avec moi-même. Par contre, je fais la découverte de la jalousie, j'ai peur qu'ils se retrouvent maintenant que je suis parti. Pendant cette mini-rupture, des circonstances matérielles hautement improbables l'ont scotché chez elle (vandalisme de sa voiture qui retarde son départ pour constater 2 sinistres chez elle). J'ai peur que mon départ sonne le glas de notre relation, et plusieurs pensent effectivement que j'ai tord de tout quitter. Je lui demande donc si je peux m'inviter le 31 chez elle avec des anciens voisins. Elle me répond que si ça se passe comme pour les fêtes de Noël, pas de problème ! (et moi de m'en réjouir... les attouchements un peu volés ne l'ont donc pas effrayée).
La soirée du 31 au 2 matin se passe très bien, la petite famille invitée est vraiment sympathique et je discute bcp avec lui sur nos sujets préférés. Je dors dans une chambre à part, mais elle ne tient pas qu'ils le sachent (je dois fermer ma porte...), nous nous disons également au revoir plutôt tendrement, et là aussi elle ne veut pas le faire ouvertement (elle m'attend dans l'entrée pour le faire).
Le 2 en soirée elle me dit que au tel que je lui mets trop la pression (sujets abordés sur les séparations), et qu'elle préfère que je ne la revoie pas tout de suite. Et je reste chez "moi, je peux constater combien le moral n'est plus au beau fixe. Dégradation sensible.
Le dimanche 5 il est convenu que je revienne, j'ai moins d'attrait cette fois pour elle, elle doit le ressentir. Je sens qu'elle ferait presque des efforts. J'expérimente en même temps un désir toujours présent (je lui fais à nouveau un peu de pied plus prudent: elle se laisse faire), mais en même temps une lassitude pour elle, je m'énerve même quand j'assiste à un retour de sa mauvaise humeur, de ses puériles remises en question pour des queues de cerise. Ca ne me fait pas peur : en aucun cas je veux reprendre une relation telle qu'elle l'a laissée, même si c'est au risque de perdre les espoirs de la retrouver.
Néanmoins il faut laisser de côté les jeux de pouvoir, continuer à la respecter.


"Jean, les sentiments ça ne se commande pas" (Jean-Paul H, trompeur de noces à Bruxelles)

Répondre