Billets d'humeur

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Enquête chez les cocus du web

Message par Sans Prétention »

Posted on 15 septembre 2018

Ça sonne comme un mauvais sketch des Nuls mais non, SOS Cocu n’est pas une blague : voici LA place forte du web en matière de cocufiages, mensonges et trahisons. Depuis 2002, le forum recense et aide tous ceux qui ont trouvé un amant dans leur placard. Par souci de Gonzo, je me suis donc introduit parmi eux pour mieux comprendre cet univers rempli de cornes.

Tout d’abord, entrer dans le monde des cocus de garde, c’est revenir à cette France fantasmée des années 90-2000, lorsque minitels et forums libres servaient encore de psys aux Charles Bovary(s) en herbe. Dès l’entrée du site, j’ai presque envie de me remettre à appeler Difool pour raconter mes histoires de cul. Attiré par ce casque à cornes luminescent, je ne peux m’empêcher de rentrer dans la caverne. Sur le mur d’entrée, on voit déjà la patte des cocus : un design simple, épuré, jaune et rouge criards. Rien de plus. C’est beau, c’est simple je me sens déjà un peu chez moi, peut être un peu trop.


Les cocus se protègent.

D’après la page de garde, la genèse de l’association est assez simple : tout serait parti d’une soirée entre amis à refaire le monde où le sujet de la tromperie aurait vite été abordé. « Et pourquoi ne pas continuer la discussion sur le net ? ». En 2002, on n’allait pas sur twitter, on créait son forum. Depuis l’histoire dure. Cependant on n’apprend pas grand chose sur ces pères fondateurs à part peut être leur passion pour les gens trompés. Cette espèce, ils la connaissent bien et en donne toute ses caractéristiques : ce sont, selon eux, des personnes à cajoler, de douces victimes. En somme, des entartés qui n’ont pas demandé grand chose à grand monde mais qui s’en sont pris plein la tête. Selon la communauté des cornus, personne ne peut intimement prétendre ne jamais avoir été ou être un jour cocu. Bon, c’est un sophisme religieux de bas étage. Mais on va leur donner l’avantage du doute cartésien.

Question religion, les fondateurs ont même leur propre saint à vénérer : le bien nommé Saint Gandouffe ou Saint Gengoul, à ne pas confondre avec Gandalf le blanc.

Lui c’est le saint patron des cocus, martyr de la foi conjugale. Pour plus d’informations vous trouverez une chapelle à Montreuil-Sur-Mer, office en son honneur tous les 11 Mai. Avant de commencer mon inscription, je regarde par le trou de la serrure pour voir ce que ce forum peut m’offrir. Il me conseille un psychothérapeute du web. Il accueille dépressifs & co sur son divan virtuel pour parler de vos difficultés sexuelles, un peu comme le “proffesseur Djibril” de la station Barbès.


Trêve de palabres, je dois maintenant prendre mes cornes à deux mains pour rentrer au coeur du forum. Dès l’enregistrement un problème se pose : impossible de s’inscrire avec des adresses gratuites comme Gmail ou même Laposte. Les cocus se protègent. C’est bien normal, qui a envie d’avoir des trolls chez son psy ? Seules les adresses de type wanadoo, Tele2, AOL sont acceptées. Je vous avais prévenu, nous ne sommes plus dans les années 2010. Bref. Je valide les conditions d’utilisations sans les voir, comme sur mon compte World of Warcraft, et commence ma plongée dans l’espoir de voir un cocu des bois sortir d’un bosquet. Après quelques formalités classiques (sélection d’un pseudo, date de naissance et captcha incompréhensible pour tout daltonien), je reçois le fameux sésame : “Bienvenue sur les forums de SOS COCU”. Avec une excitation malsaine, je clique sur ce lien et rejoins ma future famille le temps d’un roleplay.

Ayant enfin accès à toutes les fonctionnalités du site, une investigation plus en profondeur s’impose. Je suis frappé par la simplicité du site, comme quoi on peut être cocu et rester basique. Pas plus de cinq rubriques :

- L’adultère en question, le coin méta où on essaie de décrypter l’infidélité dans son ensemble. En soit c’est comment en est-on arrivé d’un je t’aime à un je te tromperai. Dédicace à la formidable chanson de Pino D’angio.

- Des sondages, un espace pour se rassurer et peut être pour voir si être trompé c’est un truc de gauche et tromper un truc de droite quid Hollande/Sarkozy.

- La partie reine du site : les témoignages, du Québec à la Franche Comté. La tromperie ne s’arrête pas à la porte du placard

- Adultèmes, le best-of du site.

- Cocu’s Bar, qui laisse ses portes closes devant mon investigation pour cause de récente inscription. On suppose qu’ici tout est fait pour se rappeler qu’avant d’être des cocus, on était des hommes.


C’est avec une certaine impatience que j’attaque les premières lectures de témoignages, je me sens un peu comme quelqu’un qui ouvrirait le journal intime de ma voisine qui trompe son mari avec le poissonnier depuis deux ans. On découvre des gens très courtois, qui s’accueillent à bras ouvert sous le patronage de Saint-Gengoul. Ça ressemble un peu aux alcooliques anonymes et ça me donne un peu envie de boire. Il est 11h du matin, l’heure de faire descendre une petite mousse avec mes nouveaux amis numériques. Les histoires sont d’une tristesse à en faire bander Louis Garrel pendant 2h30. On voit que ce club est assez ouvert, il recouvre tous les pans de populations, sans distinction de classes sociales mais touche plutôt les couples mariés. A noter, les retraités sont peu présents, peut-être sont ils plus libertins, les jeunes eux, absents, préfèrent poster directement leurs sextapes sur YouPorn.


Métro, Boulot, Cocu

Je note que ces témoignages sont souvent ceux d’un mariage qui bat de l’aile. Le coucou du forum a souvent la bague au doigt et le train train quotidien n’aide pas spécialement. Le cocufieur, lui ou elle, est en recherche d’aventures et le cocufié fait tout pour essayer de ramener l’autre à la raison, souvent sans succès. Car oui : ils partagent une maison, des enfants et souvent des galères. Puisqu’une thérapie est trop chère, on va aller en parler au voisin, à la collègue de boulot ou à son coach sportif et ça se finit au plumard…. Mais pas avec la bonne personne.

Quand la supercherie est découverte, ça fait mal. Après lectures de plus de 40 posts, moi aussi j’ai mal. Une douleur à la tête que j’éprouve seulement devant une comédie romantique avec Virginie Efira. Cependant, je suis fasciné par les réponses des participants : “ce n’est pas la chute mais l’atterrissage”, “ça ne peut que aller dans le mur, casse toi”, “le ver est dans le fruit”. Un éventail de supers solutions. Les paumés se sentent moins seuls et moi un peu plus fatigué. Je commence à avoir envie de leur dire que maintenant il existe plein d’applications de rencontres, meetic est dans la place, plus besoin de se rendre sur un forum vintage pour en parler. Il existe des solutions. Il faut bien que ces applications de rencontres servent à autres choses qu’à un échange de MST entre hipsters dégénérés !

Avant de parler de moi, je décide d’aider quelqu’un. Ça sera ma B-A de la journée et après la troisième bière, comme tout bon alcoolique qui se respecte, je sais que mes idées feront mouche. Je décide d’aider machin, trompée par son mari lors d’un scénario qui ressemble à un crossover entre Bienvenue chez les ch’tis et Match Point. Comme toutes, elle a l’impression d’être “la Cocu de France”. Son mari est parti avec sa secrétaire lors d’un déplacement à BERG, depuis ils convolent comme des ados et elle, elle fume comme Willie Nelson en attendant les papiers de divorce. Pourtant, elle n’a qu’un rêve, le retrouver et vivre un happy end. Des commentaires astucieux lui conseillent le site jerecuperemonex.com. Habile, je décèle une combine aussi foireuse que devenir millionnaire avec Julien et lui conseille de rester dans la zone de réparation. Mais d’autres, les contributeurs fidèles, les fameux cornes d’or s’inquiètent pour elle, demandent comment elle va. C’est une vraie équipe de soutien qui se forme. Merde, je regarde mon statut sur le site, moi aussi je suis devenu un CORNU.

Je zone un peu sur le site et ne vois que des messages d’alertes avec des titres évocateurs : En miettes, Une de plus, Je me sens bizarre, Honte, Un de plus… On dirait des témoignages utilisateurs après avoir mangé dans un resto chinois, mais bon paraît-il, selon un cornu, que l’enfer existe et qu’il est sur terre. Pourtant, un message détonne dans cette avalanche de dépression : “Cocu et heureux de l’être”. Enfin un dégénéré ! Après lecture on découvre un adepte du candaulisme ou cuckoo pour les plus pornophiles d’entre vous. Pour le bonheur de sa bien aimé et par désagrément sexuel, cet homme est capable de laisser sa femme entretenir des relations avec son voisin pour son propre plaisir. Voilà un cocu heureux mais qui finit son expérience par : “je préfère que ses amours adultères ne durent pas trop car j’ai quand même toujours peur que ce soit elle qui me quitte pour un autre”. Cocu mais pas con.


Vol au dessus d’un nid de cocus

Epuisé par tant de messages, j’ai désormais envie de parler, marre d’entendre les autres, moi aussi j’ai envie de vivre comme un cocu. Pour choisir quel cocu je veux être, une liste fournie par les fondateurs catégorise les différents cocus. D’après une étude sociologique sérieuse, Charles Fourier, philosophe du XVIII – XIXème a dressé un étalage de 76 types de cocus. Aujourd’hui par désir de simplicité narrative je serai le “Cocu pur et simple” qui est selon Mister Fourier “un jaloux honorable qui ignore sa disgrâce, et ne prête point à la plaisanterie par des jactances ni par des mesures maladroites contre l’épouse et les poursuivants”. C’est de toutes les espèces de cocus la plus louable. Ainsi étant, je serai une sorte de jaloux qui ne comprend pas grand chose, laisse partir sa femme avec une sorte de sourire maladroit par fierté mais a en son for intérieur un petit cœur tout mou.

Pour me mettre en condition, j’appelle une ex qui m’a cocufié; parfois rien ne vaut la bonne froideur d’une ex pour se mettre dans le bain, lui dire que tout est ok, que je la laisse partir tel un grand prince. Elle ne comprend pas, mais seul moi connaît les secrets du cocu pur et simple, l’espèce la plus louable. Elle s’énerve, jacte et ne comprend pas pourquoi je lui parle de ça trois ans après. Selon Charles Fourier, elle devient l’archétype de la cocu crapuleuse. Après 30 minutes de crachat téléphonique, je me sens assez mal pour contacter ma nouvelle famille. Petit message sur le forum en toute discrétion : mon ex ne veut pas avouer qu’elle m’a fait mal.

Dès lors, les messages de soutiens affluent, on dirait que j’ai perdu une élection face à Benoît Hamon. On me cajole, me dit que ça va aller, que je suis quelqu’un de formidable. C’est très gentil les gars mais ça commence un peu à me faire peur. Et l’autre revient encore avec son histoire de site web pour reconquérir son ex. Non merci. Ça va aller. Cette étonnante plongée dans ce forum commence à ressembler à une discussion avec des raëliens. Je prends peur, fais comme tout le monde, noie ma douleur en 1664 et réfléchis un peu à tout ça.

Et si ces cocus de garde n’étaient pas que de simples psychanalystes Leader Price mais qu’ils voulaient tout simplement se rejoindre entre cocus afin de créer une armée, telles les femmes dans le Calmos de Bertrand Blier ? Nous sommes tous formidables, nous valons mieux que tout le monde. Cocus du monde entier, n’ayez pas honte et inscrivez vous pour partager vos peines, nous serons la pour vous et vous pour nous. Gloire à Gandouffe !

Et comme on dit tous les 11 mai :

“S’il pleut le jour de Saint-Gengoul,
Les porcs auront de glands leur soûl”

Pour plus d’infos, rendez-vous sur https://www.soscocu.org

Source
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Asturias
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 163
Enregistré le : mer. 22 déc. 2021 08:17

Re: Billets d'humeur

Message par Asturias »

Je ne sais pas si on cherche a créer "une armée", mais j'ai le sentiment qu'on a au moins retrouvé un des douze salopards...
Loin de nous tout à la fois et la crainte de l’avenir, et les retours sur un passé désagréable : celui-ci ne m’est plus rien, l’autre ne me touche pas encore.
— Sénèque
Avatar du membre

Help120222
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 428
Enregistré le : lun. 27 juin 2022 16:39
Mon histoire : viewtopic.php?t=4563
Localisation : Nord ouest

Re: Billets d'humeur

Message par Help120222 »

Lui, il n'a jamais vécu l'infidélité.
On ne lui souhaite pas. Trop douloureux.
Mais au cas où, il se souviendra du forum.
Certains hommes possèdent une perle précieuse... mais ils préfèrent aller jouer avec des cailloux...
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Asturias a écrit : mer. 1 nov. 2023 11:34 Je ne sais pas si on cherche a créer "une armée", mais j'ai le sentiment qu'on a au moins retrouvé un des douze salopards...
Il y a (eu) des taupes sur le site.
J'avais essayé de constituer une réponse à l'époque mais j'avais trouvé la tâche trop ardue.

Par contre pas retrouvé trace des interventions de ce gars. Il a brouillé les pistes en mélangeant à l'envi plusieurs cas et interventions à la façon d'une pelote de laine.
:doute:

C'est ce qu'on appelle du "journalisme Gonzo" :
Le journalisme gonzo, ou journalisme ultra-subjectif, est à la fois une méthode d'enquête et un style d'écriture journalistiques ne prétendant pas à l'objectivité, le journaliste étant un des protagonistes de son reportage et écrivant celui-ci à la première personne. (...)

En immersion dans son sujet, le parti pris par le journaliste « gonzoïde » est de s'exprimer à la première personne, et non de façon neutre et objective, comme l'exige en principe la déontologie journalistique. Il informe ainsi son lecteur de la nature et l'intensité des facteurs « déformant » son point de vue. En faisant appel à son sens critique, le lecteur peut ensuite recomposer une image plus vraisemblable de la réalité s'il le souhaite. Décrire les ondulations d'un miroir aide à retrouver la forme réelle du reflet anamorphosé qu'il projette.

L'auteur assume la subjectivité de son propos, dont l'angle se rapproche du récit autobiographique. Bien que restant du journalisme, le procédé gonzo est ainsi avant tout une expérience littéraire proche de la nouvelle, texte de fiction court mettant en scène une tranche de vie (...)

De façon analogue, le journalisme gonzo peut faire la part belle à l'anecdote, incorporant lui aussi des scènes de prise de drogues ou de beuverie (qui renvoient au sens originel du mot « gonzo2 » et à l'ultra-subjectivité).


Source



Help120222 a écrit : mer. 1 nov. 2023 11:50 Lui, il n'a jamais vécu l'infidélité.
Pour me mettre en condition, j’appelle une ex qui m’a cocufié; parfois rien ne vaut la bonne froideur d’une ex pour se mettre dans le bain, lui dire que tout est ok, que je la laisse partir tel un grand prince. Elle ne comprend pas, mais seul moi connaît les secrets du cocu pur et simple, l’espèce la plus louable. Elle s’énerve, jacte et ne comprend pas pourquoi je lui parle de ça trois ans après. Selon Charles Fourier, elle devient l’archétype de la cocu crapuleuse. Après 30 minutes de crachat téléphonique, je me sens assez mal pour contacter ma nouvelle famille. Petit message sur le forum en toute discrétion : mon ex ne veut pas avouer qu’elle m’a fait mal.

Dès lors, les messages de soutiens affluent, on dirait que j’ai perdu une élection face à Benoît Hamon. On me cajole, me dit que ça va aller, que je suis quelqu’un de formidable. C’est très gentil les gars mais ça commence un peu à me faire peur. Et l’autre revient encore avec son histoire de site web pour reconquérir son ex. Non merci. Ça va aller. Cette étonnante plongée dans ce forum commence à ressembler à une discussion avec des raëliens. Je prends peur, fais comme tout le monde, noie ma douleur en 1664 et réfléchis un peu à tout ça.
:doute:
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Autre lecture, plus consistante : https://www.soscocu.org/viewtopic.php?p=74021#p74021

Sur conseil de Help.
:jap:

Précision : c'est comme cela qu'on construit une enquête solide sur un phénomène. :deal:
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Confusions

Message par Sans Prétention »

Sans Prétention a écrit : mer. 12 avr. 2023 17:32 Faut pas tout confondre : y en a qui dévient "par dépit" et d'autres, qui fonctionnent comme ça "par défaut".
Sans Prétention a écrit : mar. 28 mars 2023 19:10 Faut pas confondre vie privée et terrain de chasse.
Dnj a écrit : ven. 22 oct. 2021 11:21 tu n'as même pas besoin d'avoir confiance en l'avenir (des fois on se ment souvent en se disant que tout va bien), il suffit d'être une personne sur qui on peut compter en cas de coup dur. Ça, c'est la marque des grands hommes.
A ne pas confondre avec être bonne poire : la personne fiable est celle qui tient ses engagements et sur qui on peut compter même si un évènement extérieur venait à frapper. La bonne poire, c'est celle qui adopte le même comportement y compris si on la poignarde dans le dos.
Dnj a écrit : dim. 13 juin 2021 21:39 Il ne faut pas confondre une faute et une erreur.
meihra a écrit : lun. 7 juin 2021 11:35 pas confondre passion et amour
Dnj a écrit : jeu. 3 juin 2021 21:53 Au même titre qu'il ne faut pas confondre gentillesse et faiblesse, il ne faut pas confondre fermeté et méchanceté. Tu comprends ?
Sans Prétention a écrit : mar. 18 mai 2021 04:49 faut pas confondre le pardon "chrétien" et le pardon humaniste ou psychologique, c'est pas tout à fait la même chose...
Sans Prétention a écrit : lun. 22 mars 2021 06:36 Faut pas confondre liberté et laxisme (voire négligence affective ou sur investissement affectif ce qui revient au même).
Sans Prétention a écrit : jeu. 13 août 2020 06:22 Ne pas confondre tendance et prophétie. Ne pas confondre non plus déterminisme et fatalité.
lili223 a écrit : sam. 14 mars 2020 06:56 Ne pas confondre thérapie du couple et travail individuel.
Sans Prétention a écrit : ven. 6 juil. 2018 20:55 Tu ne serais pas en train de confondre monogamie et fidélité ?
Sans Prétention a écrit : lun. 27 nov. 2017 04:30 En réalité, il y a trois unités dans la maison du couple : la sienne, celle de l'autre, et les parties communes.
Le tort des cocus est d'avoir mis à disposition leur espace de vie. Celui des cf de confondre ce qui leur appartient avec ce qui est commun (c'est une prise de possession illégale, mais "acceptée" dans un premier temps par le cocu)...
brassens a écrit : sam. 22 oct. 2016 14:04 "Le vrai courage n'est pas de partir ou de rester, c'est celui de rester en phase et synchronisé avec soi-même, ses valeurs et principes, d'être entier et intègre, de garder son honneur et fierté (à ne pas confondre avec orgueil!)."
Dom3 a écrit : ven. 2 sept. 2016 08:06 Il ne faut pas confondre reconstruction personnelle et reconstruction du couple. L'un peut tout à fait s'envisager seule, c'est même probablement ce qui fonctionne le mieux, et alors il est normal d'être seule à ramer. Car reconnaître ses faiblesses fait aussi parfois ramer, j'en sais quelque chose...

Par contre si tu déplores ramer seule dans la reconstruction du couple, c'est que ce n'est pas une reconstruction du couple. Ce genre de chose c'est à deux que ça se fabrique.
Si j'aime Joséphine mais qu'elle ne me calcule pas, je ne peut pas dire que je suis en couple avec Joséphine! :doute:
Usum a écrit : jeu. 28 avr. 2016 18:09 il ne faut pas confondre dialogue et interrogatoire.
Ricochette a écrit : ven. 25 juil. 2014 19:36 pour le pardon, ça, c'est une autre affaire, à ne pas confondre avec "passer l'éponge".
Ricochette a écrit : sam. 15 févr. 2014 12:25 Il ne faut pas confondre paranoïa et vigilance.
inconnu a écrit : ven. 7 oct. 2011 13:16 Trop aimer c'est cela : aimer en se sacrifiant... confondre amour et souffrance.
Dada a écrit : mar. 22 juin 2010 13:19 Je pense qu'il ne faut pas confondre liberté de la femme et partir en "vrille" .
aie a écrit : dim. 30 mai 2010 17:48 La blessure d'amour-propre est surement plus problématique encore que la blessure d'amour. Il ne faut pas la confondre avec de la vanité. Rien à voir. L'image qu'on a de soit est massacrée et je pense qu'il faut la reconstruire aussi vite que possible et par tous les moyens
barnabée a écrit : jeu. 8 avr. 2010 07:55 il ne faut pas confondre "gentillesse" et "bêtise".
Laurent a écrit : jeu. 25 févr. 2010 16:09 la vulgarité ça marche pas, et c'est pas à confondre avec la sensualité...
corsaire a écrit : jeu. 17 déc. 2009 18:05 ne pas confondre amour et sex à gogo...
Yeyalel a écrit : sam. 9 mai 2009 23:07 attention a ne pas confondre amour et tendresse, vie de couple épanouie et habitudes de vie...
irisnoisette a écrit : dim. 15 juin 2008 09:33 confondre de la lamentation avec de la souffrance c'est fort!
Sans Prétention a écrit : mer. 2 août 2017 09:19 On confond souvent fidélité (valeur) et monogamie (régulation sociale ou personnelle d'une pratique sexuelle).
Or, on peut être fidèle et polygame !

On confond aussi :

- Jalousie (sentiment vécu du côté de la personne - réellement ou fantasmatiquement - "trahie" qui peut devenir pathologique) et infidélité (action de trahison d'une valeur partagée faite par une personne qui rompt un accord).

- Adultère (infidélité au sein d'un couple, le plus souvent, à la teinte - l'atteinte ? - "morale*") et infidélité (qui englobe également l'adultère mais qui peut aussi s'exercer dans un cadre plus large : trahir sa famille, ses enfants, une confiance).
*Le "tu ne commettras point l'adultère" biblique est un principe religieux édicté à l'époque où... la loi autorisait (encourageait) la polygamie !

- Degré de tolérance à l'infidélité (sentiment vécu du côté du "cocu") et infidélité elle-même (l'acte de trahison du trompeur).

- Exclusivité et monogamie (qui peut être sérielle).

- Désir (immédiat et "polygame" pour le sujet qui nous intéresse) et besoin (de sécurité affective, de cadres poly ou mono), désir et infidélité (quand la confusion est faite, c'est une pathologie qui nait).



Camus disait "mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde".
On comprend pourquoi l'amour va si mal... :bonk:
(...)
Le langage s'érode et les principes suivent. Aujourd'hui, quelqu'un qui souhaite vivre sa monogamie sur le long terme est très souvent "à côté de la réalité", "jaloux pathologique" ou encore "has been" au nom d'une glorification d'une "fidélité à soi" basée sur un contresens.
Aucune fidélité ne s'exerce sur soi : elle est toujours reliée. Elle part certes de soi mais vers une extériorité. La démence sémantique est aujourd'hui sociétale.

Même dans la définition de Michel Onfray (apôtre du plaisir et de la sexualité dite "ouverte"), on retrouve les invariants traditionnels de la fidélité qui repose sur le pôle de contractualisation amoureuse :
"[La fidélité] n’est pas, pour moi, l’exclusivité sexuelle, qui suppose la propriété de l’autre, sa transformation en une chose dont on jouirait pour soi seul. La fidélité, c’est la mémoire incarnée. On est fidèle quand on tient ce pour quoi on s’est engagé. Infidèle quand on ne s’y tient pas. A charge pour chacun de ne pas promettre plus qu’il ne peut tenir."

"Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté." Confusius.
On n'est plus libre, aujourd'hui, de choisir la monogamie qui dure. On est "libre" de choisir les aventures sans lendemain ou de se faire "avoir".
Hier imposée et violente, aujourd'hui démodée et insolente, la "fidélité" dans son sens le plus commun a perdu de son sel.

(...)
a écrit : Un simple regard peut être considéré comme une haute trahison
Ceci est de la jalousie maladive.
Et cela se soigne.
Parfois le regard est un simple regard.
Parfois il est moins neutre et signifie un désir.
Le désir ne se tue pas. Il se dompte. C'est ce que la psychanalyse appelle le "principe de réalité".
Parfois il se sublime.
Céder à tous ses désirs, ne tue-t-il pas le sublime ?


a écrit : quand un coup d’un soir peut être perçu comme une petite erreur de parcours.
Ceci n'est pas une définition de l'infidélité mais une manifestation du degré de tolérance à l'infidélité.
"Coup d'un soir" est une infidélité (faite par le cf) pendant que "petite erreur de parcours" est une manière d'envisager cette infidélité (envisagée par le cf. Et si le "cocu" s'accorde avec cette vision, il y a moins de souffrance. En cas de divergence, la perversion - retournement des valeurs - n'est jamais loin).
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Laure
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 64
Enregistré le : mar. 1 août 2023 15:40

Re: Billets d'humeur

Message par Laure »

Bonjour
Merci pour ce partage: j'ai découvert les vidéos de Randa récemment: les contenus sont parlant, sérieux et me font bien avancer. Me rappelant que j'ai ma part de responsabilités: en ne me laissant pas faire, en posant mes limites, en ne tolérant pas l'intolérable, sans m'user en colère ni agressivité et que pour le reste nous n'avons pas la maitrise des actions des autres et devons nous détacher ou nous éloigner quand cela est invivable ou toxique.
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Idéalisation : pas bon

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Nanh
Cornu
Cornu
Messages : 6
Enregistré le : mer. 3 janv. 2024 09:18

Re: Billets d'humeur

Message par Nanh »

Bonjour,

Merci pour ce partage.
Très intéressant ce sujet
Conclusion : ne jamais mettre quelqu’un sur un piédestal !!!
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

La mariée lit les messages que son fiancé a envoyé à sa maîtresse au lieu de ses vœux de mariage

Message par Sans Prétention »

Il y a des principes sans lesquels une relation amoureuse ne peut survivre et encore moins se développer. La confiance est la base de la réussite du couple. Un mariage pourrait-il vraiment fonctionner malgré cela ? Certainement pas et il vaudrait mieux qu’il n’ait même pas lieu comme relaté dans cette histoire incroyable.


Qui oserait imaginer qu’une relation puisse fonctionner et s’épanouir sans une confiance réciproque entre les deux partenaires ? L’amour ne suffit pas quand il n’est pas couplé d’honnêteté, de respect et de confiance. Cet amour pourrait même se transformer en haine, de sorte à ce que vous détestiez la personne autant que vous l’avez aimée.


En quoi la confiance est si importante au sein du couple ?

Si une personne n’est pas honnête, elle ne sera jamais digne de confiance et toutes ses relations ne seront que misère et souffrance pour autrui.

La raison est simple, une personne qui vous aime sincèrement verra votre manque de dévouement dans le couple et finira bel et bien par découvrir vos secrets un jour ou l’autre. Rien ne peut rester dans l’ombre indéfiniment. Il arrivera bien qu’un regard, une parole ou un message sur votre téléphone finisse par vous trahir et dévoiler au grand jour votre mascarade.

Le comble, c’est que certains croient réellement que leur mariage peut réussir malgré tout le mal qu’ils font à leur partenaire. Ils pensent même qu’une demande en mariage serait une absolution pour tous leurs péchés et une preuve éternelle de leur amour sincère et indéfectible, or c’est faux.

Le mariage n’est que le début d’un chemin rempli de défis qui mettent à rude épreuve la sincérité des deux partenaires. Sans mentionner le fait qu’à partir du moment où vous perdrez la confiance de la personne qui vous aime, vous pouvez considérer que c’est le début de la fin et que plus rien ne sera comme avant.


Une découverte bouleversante avant le moment fatidique

Le destin ne voulait définitivement pas que cette femme se marie avec son fiancé. vous comprendrez pourquoi à l’issue de cette histoire rapportée par le DailyMail. La femme en question s’est identifiée comme étant Casey et son fiancé comme étant Alex.

La veille du mariage est censée être une source de joie et d’excitation, mais dans le contexte de Casey, cela n’a été que de courte durée puisqu’elle découvrira des messages textuels que son fiancé avait échangés avec une inconnue et qui étaient remplis d’allusions plus scandaleuses les unes que les autres. Elle aurait pu tout annuler sous le coup de la déception et de l’anéantissement qu’elle éprouvait, mais elle s’est ressaisie et s’est dit que la cérémonie du lendemain représentait une excellente opportunité pour exposer le jeu malsain de son partenaire à la vue de tous.


Des messages qui ne laissaient aucune place au doute

Elle avait décidé d’utiliser chacun des messages dont elle venait d’apprendre l’existence pour se venger et confronter Alex à sa propre imposture, parmi ces écrits on pouvait lire des choses telles que :

« Cette fin de semaine, il n’y aura que toi et moi. Nous ferons des trucs torrides sans doute… N’oublie pas d’apporter ton « jouet ».

« Ton corps est hallucinant et tu sais parfaitement comment t’en servir… J’aurais aimé si ma petite amie avait, ne serait-ce que la moitié, de tes talents. »

« Je n’ai jamais eu ce genre de connexion avec quelqu’un… »

Ces captures d’écran étaient accompagnées d’un message provenant d’un numéro anonyme et qui était tout simplement : « Je ne l’aurais jamais épousé… Voudrais-tu vraiment le faire ? ».

Le lendemain, la cérémonie s’est déroulée comme prévu jusqu’au moment où les deux mariés étaient censés prononcer leurs vœux. Casey décida de franchir le pas et de remplacer ses vœux par tous les messages ignobles qu’elle avait reçus la veille. Une fois les révélations tonitruantes faites, le fiancé infidèle et son témoin se sont hâtés de quitter l’église.

Après cela, Casey s’adresse à la foule et dit : « Il n’y aura pas de fête de mariage aujourd’hui, mais plutôt une célébration de l’honnêteté, du véritable amour et du fait d’écouter son cœur même quand la vérité blesse ! ».

Et c’est encore une fois la preuve que le mensonge et la tromperie n’apportent rien de bon et qu’on finit par être démasqué un jour ou l’autre. Si cet homme avait fait preuve d’un minimum d’honnêteté, jamais il n’aurait subi pareille humiliation. Les invités auront au moins eu droit à des moments festifs en compagnie de leur mariée célibataire, en fin de compte !


Source
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Billets d'humeur

Message par Sans Prétention »

Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Répondre