3 ans après

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention, Nas

Répondre
Avatar du membre

Topic author
Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 269
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: 3 ans après

Message par Fishbone » mer. 17 août 2016 15:28

Ouaip....

Et bien vous me confortez dans cette idée que de réussir à pardonner (et non pas vouloir pardonner), est un travail difficile en soi mais qui peut être très bénéfique à titre personnel.

- pour pouvoir avancer plus sereinement.
- pour faire "disparaître" atténuer la douleur
- pour aider à voir plus positivement l'avenir
- pour ne plus souffrir
- parce que merde! Personne n'est parfait
- pour apprendre à déculpabiliser(?)
- pour passer à autre chose

Pas évident hein?

Et bien perso, je me lance ce défit. Parce que je trouve que c'est un beau challenge. Parce que je sais que c'est possible (j'ai même réussi à pardonner à une citadine qui avait osé marcher sur mes skis! :+ :lol: ) Parce qu'à mon avis, même si tu n'y arrives pas, que vas-tu y perdre?



Donc, si un jour, vous trouvez la clé USB du pardon 2.0 dans la rue, comme ça, hop! C'est volontiers que je prends un duplicata :thx:


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Lautrec
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 1063
Enregistré le : ven. 19 févr. 2010 18:53

Re: 3 ans après

Message par Lautrec » mer. 17 août 2016 16:04

Ah mais c'est indéniable que le pardon libère ! et je souhaite sincèrement que tu y parviennes.
T'as raison y a rien à perdre, au contraire même.
j'ai même réussi à pardonner à une citadine qui avait osé marcher sur mes skis! :+ :lol:
Elle a osé ?

Pour la clé usb pas de problème, dès qu'on la trouve on la partage



Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 424
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: 3 ans après

Message par Steelhuman » mer. 17 août 2016 16:41

C'est drôle, mais j'arrives de chez mon psy et devinez sur quoi je l'ai cuisiné ?

Le PARDON :bonk:

Je vais réécouté l'enregistrement de la séance et vous sortir la substance de ses réponses, ça été un moment ou j'ai bien rigolé dans ma tête et pensé fort à vous :wink:


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Topic author
Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 269
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: 3 ans après

Message par Fishbone » mer. 17 août 2016 17:38

Ah? Peut-être un fan de sos le psy?

Moi aussi je penses fort à toi ces jours! Je t'envoies tout ce que tu veux pour aller bien !

(Je précise une fois encore, nous ne couchons pas)


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 424
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: 3 ans après

Message par Steelhuman » mer. 17 août 2016 18:20

Fishbone a écrit :Ah? Peut-être un fan de sos le psy?

Moi aussi je penses fort à toi ces jours! Je t'envoies tout ce que tu veux pour aller bien !
Hahaha disons qu'aujourd'hui c'est plutôt moi qui menait la séance :lol:
Je sais pas pour sos :doute:

Yes moi aussi je penses à plusieurs d'entre vous, que c'est magnifique la solidarité trouvé ici :jap:
Fishbone a écrit :(Je précise une fois encore, nous ne couchons pas)
Pour l'instant... :fou:


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Lautrec
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 1063
Enregistré le : ven. 19 févr. 2010 18:53

Re: 3 ans après

Message par Lautrec » mer. 17 août 2016 18:34

Steelhuman a écrit :
Fishbone a écrit :(Je précise une fois encore, nous ne couchons pas)
Pour l'instant... :fou:
Wowo ! :cocu:



Avatar du membre

grabuge
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 145
Enregistré le : jeu. 14 mai 2015 17:15

Re: 3 ans après

Message par grabuge » lun. 29 août 2016 16:18

"Ca fait schmire de se dire qu'on avait le mari, les enfants, la baraque, bref, que ça le faisait bien par rapport à nos projets et qu'en réalité, c'est sur le sable qu'on a construit notre maison.

Comme souvent, il faut se laisser du temps. Tel les héroïnomanes, nous devons nous désintoxiquer de ces cons. Et ce processus n'est pas linéaire. Il y a des hauts (cette fois, je pars!) et des bas (je suis folle! Je l'aime encore! Je pardonne!).

C'est vraiment comme ça que tu voyais l'Amour?
"


Hello Fishbone,
c'est ta réponse à Sophit qui me pousse à revenir écrire sur ce forum bien aimé ...parce qu'ici on trouve à peu près toute la palette possible des réactiosn humaines, (humains, trop humains..) et que l'on peut donc se sentir moins seuls.
Comme toi, comme Sophit, je me sens souvent lâche de rester. J'essaie d'analyser ce qui me pousse à rester :

- est-ce la raison ? ( maison, sécurité, routine, bien être des enfants qui ne sont pas de lui mais l'apprécient, )? assurément non, puisque si j'étais seule j'habiterais une autre région, plus attractive, non attachée par son travail (je peux me faire muter où je veux vu ma profession...). Et la raison me dit tous les jours : "voyons tu ne va pas rester avec un type qui t'a fait çà, ce n'est pas quelqu'un de bien, il t'a menti, a recommencé etc.... Bref la raison me pousserait plutôt à le rayer de ma vie, et d'ailleurs quand je me rejoue les scènes du passé (les différentes découvertes), je me vois réagir froidement et le virer avec panache. C'est finalement l'émotion qui m'a a chaque fois paralysée.
- est-ce l'amour, les sentiments ? Pas vraiment non plus, puisque je ressens souvent envers lui rancoeur, énervement, rejet. Bon certes il y a forcément encore de l'amour sinon... mais rien à voir avec le bel et grand amour fondé sur le respect mutuel, l'écoute...
- est-ce la peur du changement ? Peut être ... et pourtant j'ai viré mon ex mari sans aucune appréhension. J'ai toujours déménagé ou changé de travail le coeur léger.
- est-ce la peur de souffrir ? Surement . Car à chaque fois qu'il y a eu éloignement je me suis sentie en vrac et ne sais vraiment plus quel est le bon moment pour celà.

Bref c'est un casse tête inextricable.

Tout ce que je sais est que ce qui m'empêche d'agir pour être en conformité avec ma raison et lmes principes est assez puissant.


Comme toi j'y pense tous les jours, en me levant, en me couchant, ce cocufiage est devenu une des composantes essentielles de ma vie et de ma personne (aise !! je sens que SP va commenter celà §§).

Etrquand j'essaie de lui en reparler posément, toujours la même réaction: "il faut tourner la page", "j'en ai assez que tu me replonge dans cette merde", bref pour lui le dossier est classé. Pas pour moi, loin s'en faut. "Je t'ai déjà tout dit" "Tu tournes en rond "etc... . Indifférent à mon mal être il joue d'abord les étonnés (incroyable que j'y pense encore), puis essaie de me culpabiliser (de lui faire A LUI du mal en le replongeant la dedans... le pauvre petit qui voudrait enfin reconstruire sa vie tranquillou, propret, irréprochable, être un homme neuf, et moi qui ne lui fais pas confiance), pour enfin adopter une attitude de fuite. Et moi dans ce cas je me retrouve comme une c.... à rester près de lui, limite à le réconforter, par peur de quoi ? Qu'il ne m'échappe ? est-ce de l'amour? Il me dit que si je lui demande de me quitter il le fera car il ne veut pas me rendre malheureuse. Je ais qu'il le ferait avec une facilité déconcertante, comme l'été dernier, et c'est ce point là qui me fait mal. Parce que lui est un "homme d'action", toujours dans la fuite en avant ...

Au fond de moi je sais qu'il ne m'aime pas vraiment, sinon il ne m'aurait pas fait endurer celà. Et il manifesterait plus d'empathie, me demanderait parfois "où en es-tu avec ce que je t'ai fait subir ? Comment le vis tu auourd'hui " (oui c'est peut être de la Science fiction mais c'est la seule chose qui pourrait me réconforter : qu'il aborde LUI MEME régulièrement le sujet. Mais lui, en terme de lâcheté, atteint des sommets. Il NE VEUT PAS voir ma douleur.C'est un fait. Alors qu'attends-je ? Plus grand chose à vrai dire . il ne changera pas.

Certes il fait quelques efforts au quotidien (plus de participation aux tâches... mais en général çà ne dure pas ...), certes il a toujours été prêt à me soutenir et partager les galères avec moi (il faut bien qu'il ait quelques points posisitifs, mais uen relation se joue-t-elle avec un tableau des "plus" et des moins" ?).

Certes il ne me trompe plus, enfin j'en suis à peu près sure. Aucune trace de CB. Des engagements fermes. Mais comme toi je suis confrontée au fait qu'il a été capable de le faire et c'est suffisant pour nuire à la relation et avoir l'impression qu'elel est caduque.

Donc, Fishbone, tu n'es pas seul, peut être aussi que nous aimons nous sentir en équilibre sur la corde raide? N'aimons pas les situations tranchées ? Chez toi, c'est la nostalgie des belles années qui transparaît. Je peux comprendre çà aussi. Je ne l'éprouve pas de mon côté.Il n'est pas le père de mes enfants, il n'est pas celui qui m'a connue à 17 ans et avec qui j'ai couru nue sur les galets :-)

Comme Sophitt avec sa "preuve ultime", je me dis que s'il y a une "tromperie ultime", une seule, je ne resterai pas. Je l'avais déjà pensé la dernière fois, (la rechute d'il y a un an ) mais n'ai pas été capable de l'appliquer . Une force obscure m'a poussée à minimiser. Je dois me préparer à ce que cette force obscure ressurgisse si j'étais à nouveau confrontée à la tromperie, et, cette fois, la combattre. Chers amis cocus, le cocufiage est un véritable entraînement commando. Ensemble, mettons nous des limites. Tous le monde n'a pas la réactivité etr la focrce P'tit huss de chambon, chacun réagit on pas en fonction de la "faute" de l'autre, mais en fonction de sa propre personnalité. C'est donc la dessus qu'il faut travailler.

Bon courage à tous et à toutes !

PS hier je disais à un copine célibataire désespérée de ne tomber que sur des connards que les perles masculines sont introuvables parce qu'elles restent avec leur compagne coute que coute. Par idéalisme . Et ne se font jamais virer non plus. avis aux "perles" de ce site. Vous n'êtes donc pas des merdes.



Avatar du membre

Topic author
Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 269
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: 3 ans après

Message par Fishbone » mar. 30 août 2016 14:06

Et bien merci Grabuge pour ton témoignage! :jap:

Ce matin en particulier, arrivant au boulot (je sais, pas bien de d'aller sur un site privé au taf), après m'être fait allumer en bonne et due forme dès le réveil par Madame stressée(j'adore commencer une journée avec un mal de ventre pareil), ton message résonne la solidarité et la compréhension. Merci. :super:

ton excellente analyse, bien que complète et objective, laisse en suspens cette question que je pose souvent à mes interlocuteurs.
Quel mot, au-delà des termes (très précis et justes) que tu cites, mettre sur "pourquoi on reste?"
Bref c'est un casse tête inextricable.
Effectivement, un rubik's cube à 12 faces, à côté, c'est du pipi de minet. :fou:
Tout ce que je sais est que ce qui m'empêche d'agir pour être en conformité avec ma raison et lmes principes est assez puissant.
C'est ça. Qu'est-ce que "ce truc"?
et d'ailleurs quand je me rejoue les scènes du passé (les différentes découvertes), je me vois réagir froidement et le virer avec panache. C'est finalement l'émotion qui m'a a chaque fois paralysée.
L'émotion? Bon début de réponse. Bonne piste à suivre.
- est-ce la peur du changement ? Peut être ... et pourtant j'ai viré mon ex mari sans aucune appréhension.
Effectivement, dans ton cas, vu que tu l'as déjà fait, c'est étonnant, comme ça, vu de loin.
Comme toi j'y pense tous les jours, en me levant, en me couchant, ce cocufiage est devenu une des composantes essentielles de ma vie et de ma personne (aise !! je sens que SP va commenter celà §§).
T'en fais pas, SP fait de l'ombre au soleil ces jours :wink:
"il faut tourner la page", "j'en ai assez que tu me replonge dans cette merde", bref pour lui le dossier est classé. Pas pour moi, loin s'en faut. "Je t'ai déjà tout dit" "Tu tournes en rond "etc... . Indifférent à mon mal être il joue d'abord les étonnés (incroyable que j'y pense encore), puis essaie de me culpabiliser (de lui faire A LUI du mal en le replongeant la dedans... le pauvre petit qui voudrait enfin reconstruire sa vie tranquillou, propret, irréprochable, être un homme neuf, et moi qui ne lui fais pas confiance), pour enfin adopter une attitude de fuite.
Je me demande si on devrait pas présenter Mme os de poisson, à Monsieur Grabuge :exorbite:
quand je me rejoue les scènes du passé (les différentes découvertes), je me vois réagir froidement et le virer avec panache.
Aucun conseil dans cette réponse. Juste réaliser que tu n'es pas seule à penser ainsi. Perso, c'est justement à ce moment-là que je pense avoir été le plus lâche.
Mais bon, prenons-le comme une expérience à ne pas réitérer. :jap:
Une force obscure m'a poussée à minimiser
mais en fonction de sa propre personnalité. C'est donc la dessus qu'il faut travailler.
Cette force obscure est donc ta personnalité .

Et en parlant de personnalité, je pense qu'il est important de garder à l'esprit que, quoique nous fassions, nous devons rester nous-même. Parce que si en plus de nous avoir pris pour des andouilles, nos con- :petard: changent notre manière d'être, de penser, de vivre, c'est qu'ils auront gagné.

Exemple: Dernièrement, j'ai fait l'acquisition d'un logiciel espion, alors que cela est juste contraire à ma vision des choses. Cacher, espionner, mentir... très peu pour moi.

PS hier je disais à un copine célibataire désespérée de ne tomber que sur des connards que les perles masculines sont introuvables parce qu'elles restent avec leur compagne coute que coute. Par idéalisme . Et ne se font jamais virer non plus. avis aux "perles" de ce site. Vous n'êtes donc pas des merdes.
Aurais-tu donc trouvé ce fameux terme que je ne trouve pas? Idéalisme?

Pourtant, quand je vois ma vie, elle n'est pas idéale justement.
Okay, de l'extérieur, on est un couple tip-top nickel, propre en ordre. Un couple référence pour ceux qui nous connaissent moins. Quand j'entends ma mère me parler de la chance que j'ai d'avoir une perle comme ma femme :beurk:
Et ne se font jamais virer non plus
Ben ouais quoi, "j'aime que toi finalement et t'es meilleur au pieu qu'eux." Ouaiiiiiiis! Super! Ca me fait une belle jambe ça!
je disais à un copine célibataire désespérée de ne tomber que sur des connards que les perles masculines sont introuvables
Faux! Ces mecs existent! J'en connais et des braves types! Sauf qu'ils ne se trouvent pas sur les sites de rencontres. Non, pour les trouver, il faut sortir et surtout, savoir regarder derrière les "m'as-tu vu". C'est là que se trouve les célibataires.

Bonne continuation!!!!!!!

:thx:


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 424
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: 3 ans après

Message par Steelhuman » mar. 30 août 2016 15:24

Fishbone a écrit :
Tout ce que je sais est que ce qui m'empêche d'agir pour être en conformité avec ma raison et lmes principes est assez puissant.
C'est ça. Qu'est-ce que "ce truc"?
Une réponse ou un début de piste est de synchroniser "ce que l'on aime" avec "ce que l'on veut" :

Un sujet que j'ai lu, que je trouve vraiment excellent et d'actualité dans le labyrinthe parfois compliqué des relations amoureuses et relationnelles.

... Les gens sont aussi mélangés entre ce qu'ils aiment et ce qu'ils veulent, donnant un message non clair et ambivalent, le tout devient ambiguë


"Il peut être difficile de vivre ce temps d'arrêt entre deux vies de couple. Le désir d'être deux est tellement enraciné dans notre être qu'il peut nous sembler insupportable de n'être qu'un. C'est peut être aussi le moment idéal pour réfléchir à l'orientation que l'on veut prendre, pour distinguer le "ce que j'aime" du "ce que je veux". Oui, j'aime avoir un "chum" ou une "blonde", parce que ça répond à mes besoins affectifs et sexuels,parce qu'alors je me sens normal, parce que c'est un moyen d'éviter ma solitude, parce que cela pose des balises à l'organisation de mon temps et de ma vie sociale. Mais est-ce bien ce que je veux vraiment ? Si mon désir se limite à vouloir combler ma solitude et mes besoins affectifs, il y aura alors concordance entre ce que j'aime et ce que je veux. Mais je peux vouloir autre chose. Par exemple, je peux être engagé dans la poursuite d'un cheminement personnel et rechercher à m'épanouir dans une relation. Alors je devrai évaluer si ce que j'aime (avoir un ami ou une amie) entre en conflit avec ce que je veux : poursuivre ma croissance.

Quand il y a discordance entre ce que j'aime et ce que je veux, je vis un tiraillemnent intérieur. Je dois faire appel à ma raison pour m'aider à clarifier mes priorités et à déterminer les mesures à prendre en fonction de celles-ci. Nous allons illustrer cette situation par un exemple : Sophie se sent femme lorsqu'un homme fait partie de sa vie. Elle aime être entourée, avoir une vie sexuelle active et tous les autres bienfaits rattachés au fait d'avoir un "chum". Cependant, ce qu'elle veut profondément c'est grandir au sein d'une vie de couple. Dès qu'il se présente un homme intéressé à elle, Sophie oublie ses objectifs premiers pour bénéficier des avantages de ce qu'elle aime. Elle est incapable de retarder la satisfaction de son besoin immédiat. Finalement, elle se retrouve sans cesse dans un état de confusion parce qu'elle essaie d'intégrer dans cette relation son véritable besoin, qui est celui d'évoluer dans une vie de couple. Comme Sophie donne à son partenaire l'impression que tout ce qu'elle veut c'est de combler ses besoins primaires, il ne peut remplir le rôle qu'elle voudrait qu'il joue. Étant elle-même ambivalente par rapport à ce quelle aime et ce qu'elle veut, ses messages sont confus et son partenaire ne peut jamais livrer le colis attendu.

Faire l'exercise suivant peut aider à comprendre ce que nous voulons vivre quand nous faisons la rencontre d'une personne qui nous plaît et avec qui nous semblons avoir des affinités. Avant de vouloir élaborer un projet de vie à deux, pourquoi ne pas demander ce que nous avons le goût de vivre avec elle ? Nous découvrirons peut-être que nous apprécions sa compagnie. Si nous recherchons les occasions de la rencontrer pour le simple fait que nous éprouvons du plaisir à être avec cette personne, à ce moment, nous pouvons lui dire : "J'ai envie d'être avec toi." Il se peut que nous nous sentions irrésistiblement attiré par quelqu'un. Nos corps ont le goût de s'approcher et ils le feront peut-être. À cette personne nous pouvons dire : "J'ai envie de toi." Nous pourrons aussi nous sentir à l'aise avec quelqu'un. Il s'établira alors un lien de confiance qui nous amènera à vouloir développer une connaissance de l'autre dans ce qu'il est, ce qu'il a été, dans ce qu'il a vécu. On aura le goût de lui ouvrir notre livre de vie. Nous pouvons dire à cette personne : "J'ai envie de partager avec toi." J'ai envie d'être avec toi, j'ai envie de toi et j'ai envie de partager avec toi constituent les germes de la volonté d'établir un projet de vie à deux. Ils nous amèneront à prononcer ces mots : "J'ai envie de partager ma vie avec toi."

Quand on aura pris le temps de déterminer la ou les dimensions relationnelles que nous voulons établir avec une personne, nous pourrons adopter les comportements qui correspondent vraiment à ce dont nous avons envie. Nos messages verbaux et non verbaux seront cohérents et annonceront clairement le niveau de relation que nous avons envie d'établir. L'autre pourra se situer dans ses attentes par rapport à nous. Combien de déceptions et d'ambiguïtés pourront être évitées !"

J'espère que ça pourras t'aider ou du moins te donner quelques pistes à un chemin plus serein :)


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

cecile82
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 363
Enregistré le : sam. 31 oct. 2015 18:41

Re: 3 ans après

Message par cecile82 » mar. 30 août 2016 16:07

Steelhuman a écrit :Dès qu'il se présente un homme intéressé à elle, Sophie oublie ses objectifs premiers pour bénéficier des avantages de ce qu'elle aime.
Steelhuman a écrit :Elle est incapable de retarder la satisfaction de son besoin immédiat.
En gros t'es en train de nous dire qu'il ne faut pas coucher le premier soir c'est ça??? :mdr1: :mdr1:

C'était une vanne!

Ton analyse est très pertinente et me plaît car tu as mis les mots sur ce que je ressens depuis ma séparation... :thx:
Revivre une vie de couple au quotidien ne m'intéresse pas du tout!!!
Je prendrai mon temps et je trouverai peut-être la bonne personne qui partagera avec moi la même vision de la vie, et aura les mêmes envies...

:A+


J'ai éclaté en sanglots. On n'éclate jamais de faim ou de froid. En revanche on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats...

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 424
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: 3 ans après

Message par Steelhuman » mer. 31 août 2016 13:28

cecile82 a écrit :
Steelhuman a écrit :Dès qu'il se présente un homme intéressé à elle, Sophie oublie ses objectifs premiers pour bénéficier des avantages de ce qu'elle aime.
Steelhuman a écrit :Elle est incapable de retarder la satisfaction de son besoin immédiat.
En gros t'es en train de nous dire qu'il ne faut pas coucher le premier soir c'est ça??? :mdr1: :mdr1:

C'était une vanne!

Ton analyse est très pertinente et me plaît car tu as mis les mots sur ce que je ressens depuis ma séparation... :thx:
Revivre une vie de couple au quotidien ne m'intéresse pas du tout!!!
Je prendrai mon temps et je trouverai peut-être la bonne personne qui partagera avec moi la même vision de la vie, et aura les mêmes envies...

:A+
:lol: coucher le premier soir ? chacun son choix, si c'est entre adultes consentants :doute:

Ça ne vient pas de moi ce qui est entre guillemets, j'avais trouvé ça et je trouves que c'est une piste intéressante, si on cherche quelqu’un, ou à garder à l'esprit même dans son couple, de revenir à la base et de se poser la question, si on est toujours en phase entre ce que l'on aime et ce que l'on veut :super:

Merci Cécile :)


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Topic author
Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 269
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: 3 ans après

Message par Fishbone » ven. 23 sept. 2016 11:42

Salut tout le monde,

Ce matin, en lisant vos commentaires sur le post de Gary, ça m’a vraiment cassé. :fou:
(18 mois) j'ai essayé de toutes mes forces depuis le début même plus que j'aurais dû mais aujourd'hui qu'est-ce qu'il me reste, ces souvenirs qui me hante toujours, jamais de discussion sincère et profonde, plus de projet à long terme, plus envie de lui faire plaisir et de m’investir, même le sexe qui me faisait tenir n'est plus vraiment jouissif ...le doute sur ses envies réelles et sa capacité à rester fidèle?!...Par contre toujours pas envie de la faire souffrir, par moment je me dis, on serait bien en "pote", on a les même points communs les mêmes goûts etc. (c'est con quand même) la suite est très flou et je le sens pas...peut-être que j'arrive au bout. Chaque jour qui passe m'éloigne un peu plus.
Ce dernier commentaire (ainsi que celui de Gary et tant d’autres) me secoue. Il m’énerve envers moi-même. Me désespère.

Perdu.., je peux reprendre ton commentaire point par point pour ma pomme. Tu l’as décrit de manière parfaite. :super:

Sans vouloir vous faire peur, ça fait 4 ans maintenant que je courge. :kelkon:

Durant tout l’été, j’ai agis, j’ai essayé de faire bouger les choses.

Comme Perdu.., impossible d’initier une discussion profonde. Est-ce sa faute à elle ? Oui, en partie. En effet, pour elle, tout cela appartient au passé. Cette période est derrière nous. Tout cela l’énerve et lui fait dire (comme d’habitude) que je suis déprimé et que je n’arriverai pas à avancer si j’y pense encore. Trop de temps s’est écoulé, et c’est comme si elle avait mis une prescription sur cette période noire de notre vie.

Comme si notre couple ressemblait à Tchernobyl.

Une terrible erreur humaine, une expérience « anodine » à l’origine de la catastrophe, a vidé cette ville (notre amour) de la vie qui s’y développait.
Très vite après l’explosion (la découverte), ma femme a coulé une chape de béton sur ce réacteur défectueux (ma femme et ses adultères), afin de contenir au maximum la mort qui en sortait.

La radioactivité s’est dispersée, atténuée. Mais malheureusement, cette dernière restera à jamais nocive.
Et la vie dans la ville n’a pas repris. Mais tout est comme avant. Rien n’a changé. Rien n’a bougé. Tout est calme. Beaucoup trop calme.

Que se passe-t-il dans le réacteur ? Continue-t-il de se consumer à l’intérieur ? Aucune idée. La seule vision que j’arrive à percevoir est cette chape de béton qui m’empêche de pénétrer à l’intérieur du réacteur afin de savoir ce qu’il s’y passe vraiment. Dois-je la démolir ? Peut-être mais cela risquerait de faire repartir la combustion de plus bel.

Toujours est-il que, les années passent mais la radioactivité continue de se répandre dans la ville, empêchant tout retour de la vie.
Enfin, non, cela n’est pas juste. La vie retrouve toujours ses droits. Quelques fleurs ont poussé ça et là. De nouvelles portées d’animaux ont vu le jour.
Mais quel sera leur futur ? Seront-ils sains ? Viables ?

Et plus le temps passe, moins j’ai envie de continuer à vivre dans cette ville. Je n’ai plus envie de revoir quotidiennement ce passé heureux, à jamais souillé. Ce qui s’y développe est certes beau mais les stigmates de la catastrophe sont là, à jamais indélébiles dans ma mémoire.
J’aimerais repartir, oublier, pardonner. Cependant, un « quelque chose » m’en empêche. Dans ma « parabole », ce quelque chose est la radioactivité. Cette radioactivité qu’on ne voit pas, qu’on mesure difficilement. Qui s’immisce en nous de manière invisible et nous ronge de l’intérieur.

Et dans ma tête, impossible de nommer ou de désigner ce « quelque chose ».
Comme ces personnes du 3ème âge qui sont restées en ville, ne sachant pas où aller vivre d’autre. Ces personnes qui s’attachent à leur chez eux, car ailleurs, elles ne savent pas ce qui s’y passe ni si ça leur plaira.
Mais pourtant cette ville devenue sans âme, sans rire, sans profondeur, s’est transformée en prison.

Plus envie de me battre. Je suis fatigué. Désolé, jour sans...


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Topic author
Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 269
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: 3 ans après

Message par Fishbone » lun. 17 oct. 2016 12:18

Cher SOS cocu’s,
Chers administrateurs,
Chères amies,
Chers amis,

Par la présente, permettez-moi de vous faire part de mon étonnement :? , voire de mon agacement :+ , concernant le changement de couleur des extrémités kératineuses se trouvant sur mon casque, sis au-dessus de mon avatar.

Pourquoi tant de haine ? :doute:

Qu’ai-je fait ou pas, pour mériter cette nouvelle ignominie ?

CéPAMAFOTE ! :cocu:

Certes, au fil d’une conversation de pilier de bar, j’ai peut-être, malencontreusement, dit à quelques alcoolique acolytes du site que :
« Jamais je ne serai corne d’or, car j’aurai trouvé ma solution et ma réponse bien avant. »

Mais est-ce vraiment mal d’avoir pensé ainsi ?

Ceci a commencé fortuitement par quelques messages expliquant mon désarroi. Puis des réponses, d’autres messages, toujours plus nombreux. Et le rythme qui s’accélère. J’étais entré dans une spirale infernale ! Chaque jour, ma main ordonnait à ma souris de cliquer favoris- SOS.
Cépamoi ! C’est tout, je vous le jure !

Bon, d’accord, il y a eu ses quelques messages privés. Mais pas beaucoup ! Quelques filles. Et aussi quelques garçons. Mais c’est vous que j’aime ! Et eux aussi ! Enfin…. Vous quoi !

C’est tout. J’ai tout dit. Enfin… presque… Oh ! Et puis flûte ! Oui !!! Il y a eu cet homme, rencontré dans les bas-fonds d’un petit village de pêcheurs.

Mais j’y peux rien ! Il m’a envouté avec son accent érotique exotique, culbuté avec sa poutine et déboussolé avec ses …bières miraculeuses. Il s’est joué de moi.

Prenant en compte les arguments susmentionnés, vous comprendrez aisément que de cornes d’or, je ne mérite point.
Cépamafote !

C’est bon là ? Ca fait sincères mes excuses ? Je suis un bon CF ?

Merci donc de bien vouloir dès à présent, revêtir d’une nouvelle couleur mon casque de cornu.
C’est vrai quoi ! Je ne suis pas et ne serai jamais un « ancien » (pouah ! Berk ! Berk ! Berk ! Rien que de l’écrire, ça pique les yeux).
Non mais ! Fait chié d’en être arrivé là…. Pffffffffff ! :+

Merci SOS pour le taf que vous faites pour faire vivre ce lieu d’échanges, de réconfort, de rires et de pleurs. :super:
Ce site m’arrache parfois le cœur d’y lire tant de souffrances inutiles. :roll:

A tous.
Laisse couler tes larmes quand la fontaine de la tristesse est pleine.
Prend soin de toi mais ne te ferme pas aux autres.
Quand t’as le blues le soir, regarde la lune, et dis-toi qu’au même moment (sauf pour les habitants de l’hémisphère sud hem ! Hem !) quelqu’un qui pense à toi et qui vit la même chose, la regarde aussi. Et tu seras moins seul(e).

Pis si tu pètes, tu verras peut-être la denrée. :)

Laisse-toi aller à la déconne. Essaye l’auto dérision, avec ce sujet, y’a de quoi bien se marrer. :wink:

Don’t worry, be happy !

:fleur :fleur


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2515
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: 3 ans après

Message par Sans Prétention » lun. 17 oct. 2016 12:40

Ca m'a fait pareil il fut un temps...

Mais le kiffe de Cécile quand elle a été dépucelée... Ahhhhh...

Excellent : http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=40&t=3742#p58120


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 424
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: 3 ans après

Message par Steelhuman » lun. 17 oct. 2016 13:52

Fishbone à ta santé :biere: :) :jap:


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Répondre