Un grain de sable sur un fil

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Nas, Dom3, Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2253
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Sans Prétention » jeu. 13 oct. 2016 03:34

so78 a écrit : Il se pourrait même qu'un jour je lui fasse admettre ses torts et qu'il assume pleinement son épisode très proche de la perversions narcissique ( je dis très proche car il n'a pas essayé de m'éloigner de mes proches ni de me dénigrer en public, jamais).
Je crois, So, qu'il te manque des lectures...

Il y a plusieurs approches en la matière.
Les comportementalistes ne sont pas les seuls à s'être penchés sur le problème (les plus grosses ventes en librairie et les articles de presse sont médiatisés par les comportementalistes qui ignorent les "nuances de gris" du PN).
Et le cinéma est un révélateur, une vérité esthétique (très puissante), pas toujours une réalité.

Tout ce que tu racontes est signe de perversion narcissique.
Y compris le fait qu'il ne t'ait jamais disqualifiée en public. Au contraire. Les PN sont bifaces.

Une de leurs caractéristiques est, outre leur narcisse méprisant, de ne pas s'opposer quand il ne se sentent pas menacés.
Sa première aventure n'en était peut-être pas une (voir Zoch, Cécile, Naïve, et toutes ces autres qui découvrent le faux "premier" écart...) mais comme à ce moment là tu l'avais "pincé", il s'est révélé. C'est tout. Aussi con que ça.

Tu présentes de ton côté les séquelles, toutes les séquelles, des victimes de PN. Tu en as également le profil. Ce n'est pas un hasard.

Maintenant, c'est tout à fait vivable si tu renonces à ce qu'on appelle "l'amour pur". Vis pour toi.

Pour info, fais des recherches à partir des écrits de Philippe Vergnes. Ce doit être un des rares vrais lecteurs de Racamier, l'inventeur du concept de PN.

Sans déconner So, tu chemines, c'est bien, tu t'en sors, c'est très bon. Mais gaffe à tes raisonnements qui visent à le protéger. Ils ne te protègent pas (encore).

Il n'y a pas une mais DES perversions narcissiques.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Topic author
so78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 344
Enregistré le : mer. 22 avr. 2015 15:14

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par so78 » jeu. 13 oct. 2016 07:49

C'était ironique SP le "il se pourrait même qu'un jour, etc"
Je n'y crois pas une seule seconde.
Et oui je vis beaucoup plus pour moi mais non je n'ai pas encore renoncé à l'amour véritable. Même pas avec lui.

Si un jour je réussi à le traîner en thérapie, je sabre le champagne.



Avatar du membre

Dom3
Modérateur
Modérateur
Messages : 316
Enregistré le : ven. 8 mai 2015 07:15

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Dom3 » jeu. 13 oct. 2016 07:57

Bonjour So

Le premier de nous deux qui y arrive dis à l'autre comment il a fait, ok? :lol:


Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses: ta peine derrière ton sourire, ton amour à travers ta colère et la raison de ton silence.

Avatar du membre

grabuge
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 143
Enregistré le : jeu. 14 mai 2015 17:15

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par grabuge » jeu. 13 oct. 2016 15:14

Bonjour les amis,

et oui nous cheminons tous très différemment , l'intellect ne suffisant pas pour prendre les bonnes décisions.

demandons nous si nous ne restons pas avec m'autre juste par peur: peur de souffrir, peur de se tromper, peur de perdre beaucoup, peur de se retrouver seule et de déprimer , peur de faire souffrir , peur du qu'en dira-t-on....Dans ce cas là ce n'est plus vraiment de l'amour.

C'est amusant So que tu te raccroches à l'idée que, s'il ne t'a jamais rabaissée en public,c'est qu'il n'est pas PN : je m'étais également raccrochée à celà, mais après réflexion nous avons peut être affaire à des PN extrêmement préoccupés par le paraître, et qui ne veulent pas paraître goujats en public, c'est tout. C'est plus valorisant pour eux de paraître un homme amoureux et attentionné. Ceci dit le mien de fait pas de réflexions en privé non plus .
Quand à leur attachement, je ne me leurre pas : c'est juste la peur de perdre, au double sens du terme . Perdre l'ascendant qu'ils avaient sur nous, perdre la partie. Peur de se perdre, surement pas, car ce genre d'individu retombe facilement sur ces pattes. Je ne me fais aucune illusion sur le mien, vue la vitesse à laquelle il avait fait ses cartons il y a un an et quelques. Il donnait déjà l'impression de se projeter vers une nouvelle vie, de refuser la souffrance de la rupture. un besoin viscéral, chez lui, de se raccrocher au matériel. Je ne sais pas pourquoi mais pour moi ceci est le signe le plus flagrant de la perversion: faire passer les choses avant les êtres, se battre sur le terrain du matériel . Garder le contrôle, toujours et encore.

So , tu sens encore la possibilité de l'amour véritable avec lui ? Pourquoi, comment ?

Je n'ai toujours pas vu le film "Mon roi", mais compte le regarder sans lui pour rester objective et éviter d'entendre ses commentaires du type "je ne suis pas comme çà quand même ...". Mais inutile pour moi de le "caser" dans cette case pour trouver des raisons de le quitter. PN ou pas, ce qu'il m'a fait est inouï. En même temps, je suis restée, envers et contre tout, et maintenant qu'il a changé, je partirais ? Est-ce parce que finalement je voulais juste le guérir? Ou alors j'étais amoureuse de sa perversion ? (au secours!).

Ce qui est sûr c'est que si je revenais en arrière avec l'expérience que j'ai aujourd'hui, je en me laisserais plsu "piéger" et éjecterais d'emblée un homem avec un tel comportement (flou, instable, au comportement en décalage total avec ses paroles). Tous et toutes ici, notre expérience nous aura au moins servi à mieux connaître certains mécanismes

Trois lectures intéressantes (romans/récits) sur les PN si vous avez le temps : Moment d'un couple, de Nelly Allard. L'Amour et les Forêts, de Eric Reinhardt. Un homme dangereux, d'Emilie Frêche (peut être le cas le plus gratiné, et en plus autobiographique...).

Sinon pour voir à quoi peut ressembler un amour véritable (quoique ??) , les lettres d'amour de Mitterrand à Anne Pingeot viennent de sortir.



Avatar du membre

Topic author
so78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 344
Enregistré le : mer. 22 avr. 2015 15:14

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par so78 » jeu. 13 oct. 2016 16:06

Je n'ai pas dit que mon homme n'a jamais été un pervers narcissique. Si il l'a été, clairement. Seulement je le pense rattrapable car sous certains aspects il gardait un esprit sain. Par exemple il n'a jamais distillé des petits défauts à moi dans le but de me casser. Ni en public ni dans l'intimité du couple.
Aujourd'hui il a toujours tendance à prendre la mouche de façon plutôt froide pour des choses qui me paraissent non répréhensibles, mais la différence c'est que cela ne m'atteind plus. Il n'a plus cette emprise sur moi. Quand cela arrive je lui signale mon désaccord et même s'il ne change pas sa position il laisse tomber. Je ne suis plus manipulable à volonté.

Je n'ai pas peur de me retrouver seule mais par contre oui j'ai peur de faire du mal à mes enfants. Et puis voilà j'ai décidé de rester avec lui. Je m'y tiens pour beaucoup de raisons. Après je sais bien que l'amour véritable, cru ne reviendra peut-être pas mais je garde un petit espoir. Le principal ennemi ici c'est aussi ce qui m'a sauvée, ma résilience. Je l'ai et je la garde.



Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 422
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Steelhuman » ven. 14 oct. 2016 01:20

Le futilité vaine de croire sauver l'autre ou pouvoir le changer, ou même l'influencer à changer :lol:


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Topic author
so78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 344
Enregistré le : mer. 22 avr. 2015 15:14

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par so78 » ven. 14 oct. 2016 07:25

Ce n'est pas le changer, c'est l'aider à aller mieux lui aussi. Je n'ai aucune intention de lui griller le cerveau, mon but est seulement de lui faire prendre conscience de son mode de fonctionnement et pour information c'est en cours.
La manipulation est une pathologie ou une névrose si vous préférez, la première étape est de s'en rendre compte, ça il l'a déjà fait, la deuxième est de l'amener à comprendre, c'est en cours. La dernière étape pour lui sera d'arrêter de l'utiliser et c'est en cours aussi puisqu'il voit bien qu'il n'a plus d'emprise sur moi.

Il n'est plus mon ennemi. Je le hais pour ce qu'il a fait mais je l'aime. Il est le meilleur des pères et le meilleur des amants. Par contre niveau couple il y a encore des progrès à faire c'est clair, mais je suis endurante et surtout j'ai une exigeance que je n'avais jamais eu et je ne lâcherai pas.

En attendant je m'occupe toujours aussi bien de moi.
Yoga, sorties et amis plus proches que jamais. Oh et nouveauté: je plais de plus en plus et ce n'est pas désagréable.



Avatar du membre

Dom3
Modérateur
Modérateur
Messages : 316
Enregistré le : ven. 8 mai 2015 07:15

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Dom3 » ven. 14 oct. 2016 08:03

Steelhuman a écrit :Le futilité vaine de croire sauver l'autre ou pouvoir le changer, ou même l'influencer à changer :lol:
Tout le monde change, puisque tout le monde évolue. Pourquoi serait-il futile ou vain de tenter de faire comprendre à l'autre qu'il y a des choses dans son comportement, ses pensées, qui sont blessantes?
Je trouve ça au contraire très sain de dire les choses comme on les ressens. Surtout si l'autre n'a pas la même vision ou les mêmes valeurs, et donc ne voit pas ça de lui même.
Toute évolution passe par un changement.
Les expériences de la vie doivent nous servir à ce changement. Vivre avec une personne en couple veut aussi dire faire attention à ne pas la blesser.
Il y a parfois des concessions à faire, et parfois, c'est aussi l'autre qui doit les faire. L'un DOIT être aussi important que l'autre pour être équitable et que la relation soit stable et respectueuse.

Ça ne veut pas forcément dire le modeler à l'image que l'on souhaiterais qu'il/elle ait. C'est un truc de manipulateur, ça.
Mais juste lui dire: Hé faits gaffe, là, tu me marches sur le pied.
Ce n'est pas pareil.

Et quand tu dis qu'on ne peut pas l'influencer à changer, j'ai bien peur que ce ne soit pas exactement vrai non plus.
C'est bien un peu aussi grâce à notre faiblesse, notre manque de réactions, le tout combiné à nos propres névroses que l'autre à pu "s'épanouir" aussi facilement dans la mauvaise direction, même si au départ, c'est plutôt "inconscient"...
Mais quand on sait, on ne peut pas réagir de la même façon que quand on ne sait pas. La moindre des choses, c'est de ne pas laisser faire.
C'est aussi une marque de respect de dire à l'autre quand on pense qu'il se trompe de route.

Respect de l'autre, mais aussi et peut-être surtout, respect de soi.


Dans la vie, fais confiance à ceux qui peuvent voir ces trois choses: ta peine derrière ton sourire, ton amour à travers ta colère et la raison de ton silence.

Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 250
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Fishbone » ven. 14 oct. 2016 09:43

Il n'est plus mon ennemi. Je le hais pour ce qu'il a fait mais je l'aime. Il est le meilleur des pères et le meilleur des amants. Par contre niveau couple il y a encore des progrès à faire c'est clair, mais je suis endurante et surtout j'ai une exigeance que je n'avais jamais eu et je ne lâcherai pas.
Si nous prenions le problème à l'envers, un peu comme ça:
demandons nous si nous ne restons pas avec m'autre juste par peur: peur de souffrir, peur de se tromper, peur de perdre beaucoup, peur de se retrouver seule et de déprimer , peur de faire souffrir , peur du qu'en dira-t-on....Dans ce cas là ce n'est plus vraiment de l'amour
Mais en y ajoutant une question: "Est-ce que je l'aimes encore? Est-ce qu'elle m'aime encore?"qui, à mon avis est primordial. On est bien là pour ça à la base, l'Amour.

Et là, je ne parles pas d'affection mais d'Amour avec un A majuscule.

De réponses, je n'ai pas.

Par contre, laissez-moi attirer votre attention sur un fait (même si les faits sont là pour être démentis). Se reconstruire en tant que couple, adopter un nouveau train de vie, bref, remettre l'église au milieu du village, c'est ce à quoi il faut tendre. C'est beau mais...

Et l'Amour? Le sentiment amoureux, les papillons dans le ventre, le frisson qui te parcours le dos quand tu reçois une gentille pensée le matin sans raison? Celui-là même qui te permet de déplacer des montagnes et devenir plus fort?

Voilà ce qui devrait être une des questions centrales lorsque l'on parle de reconstruire.

Sinon, le risque est que les choses se mettent en place, la vie reprend son cours, de nouvelles règles sont établies (on sort plus souvent ensemble, on arrête de s'agresser, etc), le CF est guéri", le sparadrap tient bien en surface.

Mais plus le temps passe, moins il sera possible de remuer ce passé douloureux. Et la routine s'installera à nouveau, quoiqu'on en dise. Une routine peut-être moins "lourde" qu'avant. Le couple sera sauvé en apparence. Mais l'Amour?????

Quand je lis Usum (6 ans sauf erreur de la découverte) ou moi-même (4 ans) et qu'on réalise à quel point nous sommes (l'air de rien) resté au bord de la route (malgré le fait que les choses ont fortement évoluées), je me demande ce qu'il reste réellement de la relation fondamentale dans le couple.

Je termines en donnant mon sentiment. J'ai en partie pardonné. Elle a en partie changé. Tout est lisse, plat. L'image est sauvée, le couple a survécu.

Vraiment? Et bien à titre personnel, je vois ma femme être devenu une bonne copine(merci les copines du site qui me l'ont fait réaliser :super: ). Une confidente, un compagnon de route. Une colocatrice. Sympa, sympa.... :kelkon:

Mais non, c'est pas ce que je veux. Et toi? Qu'attends-tu de l'après?


« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2253
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Sans Prétention » ven. 14 oct. 2016 10:09

Salut !

Tout d'abord So, j'écris pas du tout pour "casser" mais pour t'encourager dans la voie que tu as choisie...
Je suis peut-être un peu bizarre, mais pas au point de faire des pirouettes qui mettrait mon propre raisonnement à mal.
Mes écrits restent et par conséquent si je joue double "je", ben... Suffit de pointer.

J'entreprends visiblement le même parcours que toi, et depuis un peu plus longtemps. D'où mes questions. Parce que j'ai pas la science infuse mais j'ai cette maladie du souci du détail... "Je suis comme je suis" dirait quelqu'un...

Sachant que c'est mon moi d'aujourd'hui qui parle. Je n'exclus absolument pas d'être gavé à un moment ou à un autre par la situation. Au moins me voilà plus du tout dépendant affectif. C'est rassurant.
so78 a écrit : mon but est seulement de lui faire prendre conscience de son mode de fonctionnement et pour information c'est en cours.
C'est très bien. Mais il peut aussi faire semblant.
Et puis surtout, au nom de quoi le fait-il ?
Il n'a aucune "voix légitime" (thérapeute) qui l'aide à y voir plus clair... Tu te poses donc comme son "éclaireur" ?
so78 a écrit : La manipulation est une pathologie ou une névrose si vous préférez, la première étape est de s'en rendre compte, ça il l'a déjà fait,
Oh que non. Pas de confusion...
Schématiquement :
Névrose c'est quand le moi s'allie au surmoi (le père, la loi ou, caricaturalement, le petit ange sur l'épaule droite, celui qui dit quoi faire pour faire le bien) contre le ça (la mère, le plaisir et, dans certains cas, le diable des dessins animés sur l'épaule gauche, celui qui se fout du "Bien" mais qui sait quoi faire pour SE faire du bien).
La psychose en revanche, c'est quand le moi s'allie au ça pour baillloner le surmoi. Les psychopathes (qui ont des psychoses) font cela et ils peuvent le faire parce qu'ils n'ont pas de limite, ni d'empathie (bon si ça te rappelle rien ...)
Donc ton manipulateur n'a pas de névroses, ce serait trop simple. Mais des psychoses. Toi tu as des névroses...

A lire: https://claireparent.com/2012/06/08/dis ... u-nevrose/
so78 a écrit : la deuxième est de l'amener à comprendre, c'est en cours.
Je sais pas comment tu y es arrivée. Mais c'est heureux. Cela dit, un manipulateur a toujours la possibilité de brouiller les pistes... Justement parce que la manipulation est une seconde, voire une première nature...
Et autre chose: il n'est pas "devenu" comme cela. Le contexte l'a calmé à un certain moment de son histoire ou tu l'as pas pris en plein flagrant délit... Je laisse la porte ouverte tout de même par acquis de conscience mais un manipulateur a une structure de manipulateur, c'est très rarement un accident de parcours.
so78 a écrit : La dernière étape pour lui sera d'arrêter de l'utiliser et c'est en cours aussi puisqu'il voit bien qu'il n'a plus d'emprise sur moi.
Je te le souhaite.
so78 a écrit : Il n'est plus mon ennemi. Je le hais pour ce qu'il a fait mais je l'aime. Il est le meilleur des pères et le meilleur des amants.
Meilleur des pères... souvent absent... Définition large. Déjà que des pères absents non manipulateurs ne sont pas les meilleurs des pères...
Et meilleur des amants... Si tu as testé ailleurs tu peux en êtes sûre... Sinon, c'est une vue subjective.
J'ai compris pour ma part la définition de "meilleur amant" en testant avec le corps ce que ma raison ne pouvait m'apporter. Donc je panse (mes plaies) donc je suis.
so78 a écrit : Par contre niveau couple il y a encore des progrès à faire c'est clair, mais je suis endurante et surtout j'ai une exigeance que je n'avais jamais eu et je ne lâcherai pas.
Tu fais bien.
Mais être "bon père" sans donner la "bonne place" à la mère ça ne fonctionne pas dans notre civilisation. Dans certaines tribus, on confie l'éducation des enfants à l'oncle. Why not ?
Chez nous, il y a l'Oedipe à surmonter. Et quand on est un mauvais mari, on ne peut pas être un bon père.
On a tenté de nous faire croire que oui. Les premières remontées sont moins optimistes que prévu: on créé des adultes rois égocentrés.
Donc je te comprends d'une certaine manière mais l'enchantement est à modérer en fonction des paramètres du réel.
so78 a écrit : En attendant je m'occupe toujours aussi bien de moi.
Yoga, sorties et amis plus proches que jamais. Oh et nouveauté: je plais de plus en plus et ce n'est pas désagréable.
C'est surtout ce dernier point qui est important à mon avis. Donc continue...


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Ikki
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 258
Enregistré le : mar. 18 août 2015 16:10

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Ikki » ven. 14 oct. 2016 11:11

Fishbone a écrit : Quand je lis Usum (6 ans sauf erreur de la découverte) ou moi-même (4 ans) et qu'on réalise à quel point nous sommes (l'air de rien) resté au bord de la route (malgré le fait que les choses ont fortement évoluées), je me demande ce qu'il reste réellement de la relation fondamentale dans le couple.
:ala:



Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 422
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Steelhuman » ven. 14 oct. 2016 11:51

Dom3 a écrit :
Steelhuman a écrit :Le futilité vaine de croire sauver l'autre ou pouvoir le changer, ou même l'influencer à changer :lol:
Tout le monde change, puisque tout le monde évolue. Pourquoi serait-il futile ou vain de tenter de faire comprendre à l'autre qu'il y a des choses dans son comportement, ses pensées, qui sont blessantes?
Tout simplement parce que tu ne peux pas faire comprendre quelque chose à une une autre personne, c'est uniquement elle qui le peut, c'est consciemment ou plus souvent inconsciemment une tentative d'influencer l'autre, et oui donc de le manipuler à changer.

Par contre tu peux uniquement exprimer ton ressentie, tes émotions, qui elles, peuvent ou non, amener l'autre à faire son propre cheminement et peut-être un éventuelle changement, si elle le désir, est rendu là dans son "évolution" et à la capacité de le faire... et là ce n'est pas gagné, c'est uniquement sa partition et non la tienne. Croire le contraire serait se donner un pouvoir ou une importance utopique.

Ce n'est pas ton rôle d'être le psy ou thérapeute de ta partenaire.
Dom3 a écrit :Je trouve ça au contraire très sain de dire les choses comme on les ressens. Surtout si l'autre n'a pas la même vision ou les mêmes valeurs, et donc ne voit pas ça de lui même.
Toute évolution passe par un changement.
Les expériences de la vie doivent nous servir à ce changement. Vivre avec une personne en couple veut aussi dire faire attention à ne pas la blesser.
Il y a parfois des concessions à faire, et parfois, c'est aussi l'autre qui doit les faire. L'un DOIT être aussi important que l'autre pour être équitable et que la relation soit stable et respectueuse.
Exprimer son ressentie et ses émotions est sain et souhaitable, mais ça s'arrête là.

Bien sûr, que d'accepter et réaliser ses limites est difficile et parfois même semble impossible, alors que la réalité est bien simple: chacun ne contrôle que sa partition uniquement et à une influence très limitée envers tout autres personnes y compris son conjoint. Nul n'est prophète dans son propre pays... :kelkon:

Ton évolution, ta perception, tes changements... l'autre c'est sa partition, selon pleins de paramètres hors de ton contrôle, sur lesquels tu n'as peu ou pas d'influence. Et comme le mentionne bien SP, l'autre personne peut souvent exprimer et laissé paraître une chose, alors que s'en est toute une autre!

Le respect est une chose non acquise, qui se gagne et se perd, il ne s'impose pas, ce n'est pas une valeur égalitaire et juste.

Si ton échelle de valeurs et de principes, diffèrent trop sur les points primordiaux qui font le cœur ou noyau dure de ta personne, tu ne peux que t'éloigner ou changer et adapter tes valeurs... ce qui n'est pas toujours possible et ni même souhaitable, si celles-ci sont vitales et primordiales pour toi.
Dom3 a écrit :Ça ne veut pas forcément dire le modeler à l'image que l'on souhaiterais qu'il/elle ait. C'est un truc de manipulateur, ça.
Mais juste lui dire: Hé faits gaffe, là, tu me marches sur le pied.
Ce n'est pas pareil.
C'est de la manipulation, c'est quoi le problème avec ce terme? Tout le monde manipule tout le temps, à des degrés et des fréquences plus ou moins importante, il y a de la saine manipulation et la manipulation perverse.

Il est plus souhaitable d'utiliser le JE que le TU qui tue... ton exemple est trop simple, entre se faire marcher sur le pied et ce qui arrive dans un couple de longue date qui souffre et se meurt, où il y a eu tromperie est quand même beaucoup plus substantiel :roll:
Dom3 a écrit :Et quand tu dis qu'on ne peut pas l'influencer à changer, j'ai bien peur que ce ne soit pas exactement vrai non plus.
C'est bien un peu aussi grâce à notre faiblesse, notre manque de réactions, le tout combiné à nos propres névroses que l'autre à pu "s'épanouir" aussi facilement dans la mauvaise direction, même si au départ, c'est plutôt "inconscient"...
Mais quand on sait, on ne peut pas réagir de la même façon que quand on ne sait pas. La moindre des choses, c'est de ne pas laisser faire.
C'est aussi une marque de respect de dire à l'autre quand on pense qu'il se trompe de route.

Respect de l'autre, mais aussi et peut-être surtout, respect de soi.
Notre impact sur les autre est minime, surtout dans son propre foyer, même si c'est incroyablement injuste, nous sommes en général plus courtois et respectueux envers de simples inconnus que ceux que nous sommes supposé choyer et aimer beaucoup plus! :doute:

Il faut cesser de se mentir à soi-même et se bercer d'illusions, souvent les conseils et avis de gens moins proche sont souvent mieux reçu et accepté que ceux de nos proches qui nous aiment, combien de fois vous dites des choses et votre partenaire et un jour il vous revient en vous disant qu'il a eu une révélation en discutant avec machin truc... d'une chose que vous lui avez dit déjà quelques fois?! :kelkon:

Respect de soi = oui primordial
Respect de l'autre = oui souhaitable et secondaire
Respect de l'autre pour soi = relatif et uniquement sa propre partition, non acquise et variable, ayez la foi mes frères :kelkon:

Il y a aussi l'humilité et la modestie, de ne pas tomber dans le piège que nous sommes tout puissant et avons un pouvoir infinie, alors que c'est plutôt infime et très limité. Comprendre et accepter que l'autre à une complète individualité et libre arbitre.

Les relations de couple sont plutôt un parie incertain et un acte de foi, qu'une chose qu'on peut intellectualiser par confort ou pour se sécuriser.


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2253
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Sans Prétention » ven. 14 oct. 2016 16:31

Steelhuman a écrit : tu ne peux pas faire comprendre quelque chose à une une autre personne,
Du point de vue des théories de l'apprentissage et de la communication c'est inexact.

Il y a de multiples façons de faire comprendre et de se faire comprendre.
Simplement, comme on le dit dans le langage courant, il arrive que les deux ne sont "sur la même longueur d'ondes." Et parfois les ondes sont tellement éloignées... Que ça en devient de la perversion.

Mais dire de manière définitive "on ne peut pas faire comprendre..." revient à annuler toutes les transmissions civilisationnelles qui ont eu lieu. Et celles à venir.
Le site a aidé beaucoup de personnes à comprendre... Justement.
Steelhuman a écrit :
c'est uniquement elle qui le peut, c'est consciemment ou plus souvent inconsciemment une tentative d'influencer l'autre, et oui donc de le manipuler à changer.
Comme quoi, c'est possible.
Mais toute communication n'est pas (forcément) manipulation.
Steelhuman a écrit :
Par contre tu peux uniquement exprimer ton ressentie, tes émotions, qui elles, peuvent ou non, amener l'autre à faire son propre cheminement et peut-être un éventuelle changement, si elle le désir, est rendu là dans son "évolution" et à la capacité de le faire...
Manifestement, la voie de la raison ou du coeur, ça ne fonctionne qu'avec des gens structurés autour d'un certain nombre de valeurs que nos cf n'ont pas. De ce point de vue, inutile de "dire" effectivement. Il faut aussi "faire". Faire autrement amène une interaction différente. Et cela change le cours de l'histoire. Pas forcément en "mieux" mais ces passages obligés sont stockés en mémoire pour éviter de nouvelles déconvenues.

Il y a donc possibilité de faire penser autrement. En agissant autrement.
Steelhuman a écrit :
et là ce n'est pas gagné, c'est uniquement sa partition et non la tienne. Croire le contraire serait se donner un pouvoir ou une importance utopique.
Pas forcément.
Dans toute relation, il y a les deux (chacun joue sa partition) mais il y a aussi l'accord. Et sur cette partie que l'autre a engagé dans la relation, il est possible de "jouer".

Pour faire court, chacun joue sa partition, certes, mais les deux doivent jouer le même morceaux (un au piano et l'autre au violon par exemple) Et ça, ça n'est pas se donner un pouvoir. C'est juste marquer son "accord" ou son désaccord...

Si je suis au piano, je ne peux pas imposer à mon partenaire ma partition (il est impossible à un violon de jouer une partition de piano. C'est même pervers). Dans ce cas oui, c'est utopique, voire égocentré... Personne n'a ce pouvoir.

En revanche, je peux signifier à mon binôme que s'il ne change pas de morceau, je lui envoie mes feuillets à la gueule.
Steelhuman a écrit :
Ce n'est pas ton rôle d'être le psy ou thérapeute de ta partenaire.
Certes. Mais lorsqu'on comprend mieux la situation que l'on traverse...
En fait cette assertion ressemble aux injonctions des avocats qui te disent que tu n'as pas la capacité de comprendre les textes de loi pour te défendre...
On a pareil raisonnement dans certaines sectes. Seuls quelques "autorisés" peuvent "penser" pour les autres.

Cela dit, quand on voit que certaines personnes interprétent leurs relations à travers deux trois concepts simplifiés...

Bon OK... On n'est pas les thérapeutes de nos con joints. Mais savoir quand il y a emprise, perversion, communication biaisée, manipulation, c'est pas mal.
Steelhuman a écrit :
Exprimer son ressentie et ses émotions est sain et souhaitable, mais ça s'arrête là.
Pas d'accord. Il faut aussi agir.
Et notre action créé une réaction.
On s'en rend compte à travers les témoignages du site. Dans quelque sens que ce soit...
Steelhuman a écrit :
Bien sûr, que d'accepter et réaliser ses limites est difficile et parfois même semble impossible, alors que la réalité est bien simple: chacun ne contrôle que sa partition uniquement et à une influence très limitée envers tout autres personnes y compris son conjoint. Nul n'est prophète dans son propre pays... :kelkon:
C'est pas complètement faux quand les connexions sont pourries. Cela dit, il y a deux partitions ET l'accord.
Steelhuman a écrit :
Ton évolution, ta perception, tes changements... l'autre c'est sa partition, selon pleins de paramètres hors de ton contrôle,
Mais pas tous. Dom a bien résumé la chose: laisser courir revient à signer un chèque en blanc sur notre seul dos.
Il n'y a qu'à voir comment "l'autre" est capable de bousiller notre vie alors que nous jouons notre partition...
Steelhuman a écrit : comme le mentionne bien SP, l'autre personne peut souvent exprimer et laissé paraître une chose, alors que s'en est toute une autre!
Et ouais... Communication biaisée. Voire perverse. Il faut être attentif aux signes.
Steelhuman a écrit :
Le respect est une chose non acquise, qui se gagne et se perd, il ne s'impose pas, ce n'est pas une valeur égalitaire et juste.
Mais pas désincarnée. Elle "vit". Sur la partition de chacun, mais aussi et SURTOUT sur "l'accord".
Steelhuman a écrit :
Si ton échelle de valeurs et de principes, diffèrent trop sur les points primordiaux qui font le cœur ou noyau dure de ta personne, tu ne peux que t'éloigner ou changer et adapter tes valeurs... ce qui n'est pas toujours possible et ni même souhaitable, si celles-ci sont vitales et primordiales pour toi.
Tout à fait juste. J'appelle ça jeter les feuillets à la gueule de l'autre.
Steelhuman a écrit :
manipulation, c'est quoi le problème avec ce terme? Tout le monde manipule tout le temps, à des degrés et des fréquences plus ou moins importante, il y a de la saine manipulation et la manipulation perverse.
C'est vrai. L'éducation par exemple est une forme de manipulation saine.
Pour en revenir à notre sujet, il faut savoir que Racamier (l'inventeur du concept de PN) distingue la manipulation non pathologique de la pathologique dans le fait que la non pathologique est une réponse à une agression, le plus souvent gratuite. Le PN ne fonctionne QUE sur le mode de la manipulation. Il ne "répond" pas, il agresse... En jouant sur la partition de "l'autre" (ben si, il se l'autorise et parvient même à faire jouer à un piano une partition de batterie) par décervelage.
Steelhuman a écrit :
Il est plus souhaitable d'utiliser le JE que le TU qui tue... ton exemple est trop simple, entre se faire marcher sur le pied et ce qui arrive dans un couple de longue date qui souffre et se meurt, où il y a eu tromperie est quand même beaucoup plus substantiel :roll:
Pas faux... Cependant, j'en suis un peu revenu de l'utilisation unique du "je".
Quand on a affaire à un menteur égoïste narcissique et manipulateur, "je" ne sert à rien.
Tu le dis toi-même Steel... On est quantité négligeable dans les yeux de quelqu'un qui ne partage pas nos valeurs... Quelle est donc l'utilité du "je" qui ne le touche même pas ??
Dom3 a écrit :Et quand tu dis qu'on ne peut pas l'influencer à changer, j'ai bien peur que ce ne soit pas exactement vrai non plus.
C'est bien un peu aussi grâce à notre faiblesse, notre manque de réactions, le tout combiné à nos propres névroses que l'autre à pu "s'épanouir" aussi facilement dans la mauvaise direction, même si au départ, c'est plutôt "inconscient"...
Mais quand on sait, on ne peut pas réagir de la même façon que quand on ne sait pas. La moindre des choses, c'est de ne pas laisser faire.
C'est aussi une marque de respect de dire à l'autre quand on pense qu'il se trompe de route.
Je m'aligne sur la proposition de Dom. C'est également l'avis de Didier Pleux (auteur de "les adultes rois").
Cependant, le tribu à payer est parfois très lourd.
Encaisser ou pas là est la vraie question. Parfois c'est profitable aux deux, parfois c'est destructeur. Le tout est de sentir quand ça pue de trop et de se barrer avant de perdre toutes ses plumes...
Steelhuman a écrit :
Notre impact sur les autre est minime,
Ce n'est pas toujours ainsi. On ne parlerait pas d'influence dans le cas contraire. Comme l'influence d'un con joint manipulateur ou celle d'un sandwich sur un con joint (plus ou moins) manipulé.
Steelhuman a écrit :
surtout dans son propre foyer, même si c'est incroyablement injuste,
Et ça s'explique. C'est ça la bonne nouvelle.
Steelhuman a écrit :
nous sommes en général plus courtois et respectueux envers de simples inconnus que ceux que nous sommes supposé choyer et aimer beaucoup plus! :doute:
Ben les "c", non. Les "cf" oui. C'est systématique.
Quand on comprend pourquoi, on peut casser la dynamique néfaste. Ça peut être voué à l'échec mais comme on dit chez nous, "Pakapab lé mort sans essayé".
Steelhuman a écrit :
Il faut cesser de se mentir à soi-même et se bercer d'illusions,
Il faut aussi être juste et précis.
Steelhuman a écrit :
souvent les conseils et avis de gens moins proche sont souvent mieux reçu et accepté que ceux de nos proches qui nous aiment,
Dépend.
Steelhuman a écrit :
combien de fois vous dites des choses et votre partenaire et un jour il vous revient en vous disant qu'il a eu une révélation en discutant avec machin truc... d'une chose que vous lui avez dit déjà quelques fois?! :kelkon:
C'est con un cf...
Steelhuman a écrit :
Respect de soi = oui primordial
C'est la clé de tout. L'indispensable. Le nécessaire.
Steelhuman a écrit :
Respect de l'autre = oui souhaitable et secondaire
Secondaire mais pas souhaitable. Indispensable aussi.
Sauf cas d'irrespect répété.
Steelhuman a écrit :
Respect de l'autre pour soi = relatif et uniquement sa propre partition, non acquise et variable, ayez la foi mes frères :kelkon:
Pas faux. Mais il arrive qu'on puisse "imposer" le respect comme on dit. Si trop coûteux: jeter feuillets dans la gueule.
Steelhuman a écrit :
Il y a aussi l'humilité et la modestie, de ne pas tomber dans le piège que nous sommes tout puissant et avons un pouvoir infinie, alors que c'est plutôt infime et très limité.
Devenir humble. Tout à fait.
Mais ne pas tomber dans l'excès inverse: creuser sa tombe en se disant "je ne peux rien".
Steelhuman a écrit :
Comprendre et accepter que l'autre à une complète individualité et libre arbitre.
Cela n'empêche pas d'exiger le respect.
Si l'autre se défile: feuillet, gueule, etc...
Pensez à d'autres époques sombres de notre histoire. La résignation est l'inverse opposé du sentiment de toute puissance. Pour ma part, je n'accepte ni l'un ni l'autre.
Steelhuman a écrit :
Les relations de couple sont plutôt un parie incertain et un acte de foi, qu'une chose qu'on peut intellectualiser par confort ou pour se sécuriser.
C'est vrai. Intellectualiser la crasse s'appelle faire de naïves rationalisations. Être outillé pour comprendre est tout autre chose...

Au fait à lire: http://www.blog-psychologue.fr/article- ... 80949.html


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Topic author
so78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 344
Enregistré le : mer. 22 avr. 2015 15:14

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par so78 » ven. 14 oct. 2016 23:45

Je ne vais pas en écrire autant que vous, j'avoue que j'ai déjà un peu de mal à vous suivre.
Steel, je ne me berce pas d'illusions, mais d'espoir. L'espoir que je puisse à nouveau le regarder avec des yeux remplis d'amour, l'espoir qu'il dépasse ses habitudes et son mode de fonctionnement pour me donner la tendresse dont j'ai besoin. Sans cet espoir notre couple n'est pas viable.
Et comme un espoir ne suffit pas, je tâche de faire en sorte que cela arrive. Maintenant il y a des coups durs, je ne dirai pas le contraire, en même temps avec ce qu'il a fait personne ne me blâmera pour cela. Mais au bout d'un moment j'en ai assez de mon statut de victime. J'essaie d'en sortir, j'y arrive de mieux en mieux.
Est ce que je serai heureuse de nouveau? Peut être pas mais je ne suis plus malheureuse non plus.

Alors que vous me disiez que mes espoirs sont une utopie soit, mais je préfère essayer quand même plutôt que de redevenir une victime qui ne peut plus réagir.

Il y a bien des fois où je n'en ai plus envie. Mais je ne veux pas rompre alors je m'accroche. Pourquoi ne pas rompre?Parce que c'est tellement de souffrance, je n'en veux plus.

Et si je n'y arrive pas, que ce passe-t-il ? Je n'ai pas la réponse encore ou du moins j'en ai deux mais aucune ne me convient.



Avatar du membre

Steelhuman
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 422
Enregistré le : jeu. 26 nov. 2015 17:38

Re: Un grain de sable sur un fil

Message par Steelhuman » dim. 16 oct. 2016 08:41

Tant que vous êtes heureux :super:


"Ils s'efforcent de réduire leur malheur plutôt que de construire leur bonheur."
Nous, les dieux, Bernard Werber

Répondre