Boite de pandore ou pas ?

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Sans Prétention, Nas, Dom3

Avatar du membre

Topic author
Pandore
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 81
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 11:24
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=3969

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Pandore » mer. 10 janv. 2018 15:47

Hello

Merci pour vos soutiens et vos remarques. Je lis bien les messages et vous êtes un vrai réconfort psychologique.

Effectivement, j'ai quand même honte de m'etre rabaissé à son niveau en la trompant. Elle m'en veut aussi de l'avoir fait "après des mois à lui expliquer que ça n'apportait rien mais que du mal au bout du compte" et qu'il y a "un décalage illogique" entre son attitude respectable (depuis que j'ai viré l'amant) et mon comportement.

Cela toutefois me permet de relativiser certains gestes et actes.

c'est très dur depuis lundi. Même s'il y a eu une tentative de rapprochement lundi soir, dans la nuit de lundi à mardi, elle a reçu une 2e salve des copies écran des échanges que j'avais eu avec ma "maitresse". Bref, là c'est la guerre



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2329
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Sans Prétention » mer. 10 janv. 2018 20:00

Pandore a écrit :
mer. 10 janv. 2018 15:47
j'ai quand même honte de m'etre rabaissé à son niveau en la trompant. Elle m'en veut aussi de l'avoir fait "après des mois à lui expliquer que ça n'apportait rien mais que du mal au bout du compte" et qu'il y a "un décalage illogique" entre son attitude respectable (depuis que j'ai viré l'amant) et mon comportement.
Rabaissé, je ne sais pas...

Par contre, en relisant ton premier post je me dis que ça bouge dans sa tête... Et très méchamment et ça reste pour moi positif.

Les con joints sont toujours surpuissants avec la force invisible des amants / maîtresses... Et quand on inverse les rôles... Bizarre...

Ils ne supportent donc vraiment pas ce qu'eux-mêmes nous ont fait ... Y aurait-il donc une pathologie derrière tout ça ?


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Topic author
Pandore
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 81
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 11:24
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=3969

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Pandore » ven. 12 janv. 2018 08:39

Hello !

Quelques news du front.

Après un mercredi très difficile à vivre car je lui avait fait peur physiquement le matin avant son départ au boulot. Quand elle m'a balancé qu'elle s'était finalement maitrisée elle, j'ai pété les plombs. Je l'ai chopé par le col (sans l'étrangler et je ne l'ai pas frappé je précise) et je lui ai balancé que j'avais rencontré son collègue et que j'avais eu la vérité. Que sa soi-disante maitrise était une fumisterie et complètement artificielle car c'était moi qui avait écarté l'amant, pas elle, et que c'était elle qui avait toujours été à l'origine des récidives.

Quand elle est partie de la maison, je me suis écroulé. Jamais en 11 ans de vie, je ne lui avais fait peur physiquement et je l'ai rappelé en larmes car j'avais honte de ma réaction animale. Elle a su trouver les mots pour me calmer.

Malgré tout, j'ai dû préparer avec mon associé, un plan où je me retrouvais seul à gérer 1 semaine sur 2 les enfants, avec les contraintes de la géolocalisation de mon travail (j'habite à 1h de mon boulot). Il m'a trouvé plein de solutions et je me suis rendu compte que j'avais aussi une angoisse qui se transformait en colère car je n'avais jamais imaginé de manière pragmatique les conséquences de la séparation.

Le soir, j'ai eu la chance de voir ma psy qui m'a donné aussi quelques clés que je vous livre (en espérant que ça vous aide) :

- ma colère a monté depuis presque 1 an alors que la sienne existait depuis 3 jours. La gestion est forcément différente.
- même si tout le monde me dit que c'est mort, je dois écouter mon instinct qui me demande de m'accrocher à cette lueur d'espoir que nous pouvons surpasser ce traumatisme
- je devais lui laisser le temps, même si mes blessures étaient plus profondes, de lui laisser exprimer sa colère
- le concours de qui a fait le plus de mal à l'autre ne fait qu'augmenter la rancoeur et ne permet pas d'avancer
- le fait de la tromper était nécessaire pour moi car je cherchais un moyen de mettre le feu à la poudrière et de créer un choc pour sortir notre couple de ce statut batard qui ne me convenait pas
- je ne dois pas raisonner comme le Joueur d'échecs de Stephan Sweig car le facteur humain, c'est à dire ses futures réactions, ne sont pas écrites à l'avance même si les probabilités ne sont pas réjouissantes.
- je ne dois pas décider à chaud en pleine tempête
- maintenant qu'elle sait que je peux aller ailleurs, alors qu'elle se disait que jamais je n'aurai les coucougnettes de le faire, elle me proposera sûrement un "contrat" ou en tout cas des règles qu'elle voudra respecter et non plus établir un accord pour mieux me contrôler.

Je suis sorti de cette séance apaisée et en rallumant mon téléphone, j'avais des messages d'amour de ma femme me disant qu'elle m'aimait de tout son coeur, qu'elle comprenait tout mais qu'elle voulait avancer avec moi si j'arrivais à me débarrasser de cette rancoeur.

Nous avons passé une très bonne soirée et une nuit... torride. Je lui ai laissé exprimé sa colère en l'acceptant et sans tenter de me justifier. Elle avait besoin de me le dire même si elle accepte qu'elle est la grande responsable de cette situation.

Depuis 2 jours, j'ai l'impression de revivre et j'ai envie d'elle et j'aime notre vie, notre maison, nos amis...alors que tout apparaissait terne et fade depuis des mois. J'essaye de ne pas m'emballer car j'ai déjà connu des moments durant cette année 2017 où tout se passait bien avant de me reprendre des baffes.

Peut-être qu'en ce 12 janvier 2018, j'ai eu raison de faire un "all in" et de tenter ma chance de tout perdre ou de réveiller le désir amoureux profond de ma femme qui lui donne aujourd'hui l'envie de se battre pour que nous restions ensemble.

Nous verrons.

Bises à toutes et à tous.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2329
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Sans Prétention » ven. 12 janv. 2018 19:54

Changer la donne, les règles du jeu est essentiel.
Peu importe ce qui arrive... Je sens qu'il n'y a plus de réactions d'emprise de type maître / esclave (sachant que l'on peut comprendre cette dissymétrie de plusieurs manières : le "maître du couple" / "l'esclave du couple" - "le maître de ses sentiments" / "l'esclave de ses sentiments" - "le maître de ses pulsions" / "l'esclave de ses pulsions" - "le maître du jeu" / "l'esclave du jeu"...)

En tous cas, tu as, Pandore, grande âme de nous livrer ainsi un témoignage si sincère ...

Sois en remercié.
Et que cela serve :jap:

Précision : tous les adultères ne se résolvent pas de la sorte mais dans la cas de Pandore, il était indispensable de réguler leur couple par un électrochoc de cette ampleur.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

kriskia
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : mer. 30 août 2017 18:58

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par kriskia » dim. 28 janv. 2018 22:55

Coucou! (qui fait rime avec ... :))) , étrange la langue française...

bref, je suis "réconfortée" , mais aussi pas fière, d'entendre que d'autres ont "osé" le pas de se trouver un amant à son tour car bien et belle est ma situation....
En réalité, je l'ai pas cherché, une rencontre née du pur hasard, tant que je me demande si c'est pas un signe du destin.

Et comme Pandore, je me dis aussi que mon mari, pour avoir eu une maîtresse pendant 18 mois , organiser leurs rencontres tout en rentrant le soir à la maison "l'esprit tranquille", continuer l'histoire sachant que moi je savais, jouer avec les enfants, faire des vacances ensembles, l'appeler en cachette... bref... il était bien amoureux...

Car moi, bien que mon mari soit parti de la maison et que nous sommes donc séparés physiquement (même si pas officiellement encore à niveau bureaucratique), avec tant de garde partagé mise en place.... bah.... je me sens quand même coupable de rencontrer un autre homme.
et quand je suis avec lui, bien que j'ai mis une certaine distance (pas de RDV à la maison, on se voit que dans des espaces publiques pour prendre un verre, parler, se connaitre, quelques baiser et puis c'est tout ).... bah, j'ai encore de flash de mon mari, j'ai un sens de culpabilité envers lui, envers notre mariage pas encore "achevé" ....

Est-ce que je arrive pas à me "lâcher" complètement car je suis encore amoureuse de mon mari ou pour un sens d’intégrité au delà du normal qui fait que comme le divorce n'est pas "acté" je n'y m'y autorise pas? Je cherche à comprendre.....

En tout cas, ça fait du bien.... et je comprends mieux maintenant ce "sens de légèreté" , cette bouffée d'oxygène, qui a du envahir aussi mon mari à l'époque, se sentir revivre en qql sorte, savoir que on est "quelqu'un" pour quelqu'un.....
Ca fait mal penser en revanche qu'il a pu continuer et récidiver pendant des mois, me regarder en face en rentrant, manger avec moi et les enfants, en parlant de sa journée comme si rien était..... toute en mettant de plus plus distance entre nous car plein des doutes, car plus attiré par l'Autre ou par les sensations qu'elle lui faisait vivre, probablement car aussi pas très fier de lui...
et comme il était pas fier de lui, en sachant que je savais, il arrivait pas à se concentrer sur nous, car la culpabilité l’empêchait de se laisser aller....
dans ce sens, je comprends que l'attitude de nous les cocus, est vraiment primordial, c'est à dire, si on arrive, par amour, à leur "enlever" ce poids de culpabilité, à les accueillir sans jugement, à pardonner et leur faire comprendre que un incident de parcours peut arriver.... je pense que ce soit la clés pour recommencer une nouvelle page.

Dans mon cas, la récidive par contre et la découverte de détails que j'aurais jamais du savoir, ont complètement fait plomber les espoirs, mais pour ceux qui sont à la découverte initiale, je pense que, bien que la blessure fasse mal , une attitude de compréhension au lieu de jugement, puisse faire une grosse différence, en demandant par contre comme condition sine qua non, d'écarter l'Autre complètement.

Bref, en tout cas cette rencontre, bien que je ne sache pas à quoi et si ça aboutira à qql chose, m'a fait comprendre tout un tas de choses, ça m'a rassuré sur mon "pouvoir d'achat " :lol: , et m'aide à clarifier ce que je veux vraiment.... mais je ne encouragerais pas à faire autant si c'est pour un simple volonté de vengeance.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2329
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Sans Prétention » lun. 29 janv. 2018 06:28

kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Coucou! (qui fait rime avec ... :))) , étrange la langue française...
Hello !
Oui "coucou" et "cocu" sont étymologiquement liés : le coucou est un oiseau qui dépose ses oeufs dans le nid des autres :fou:
En gros, il a pas envie de s'emm... à construire et entretient un rapport de non proximité avec sa descendance ou encore son "partenaire" du moment. Quand on y pense... Etonnant hein ? :?


kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
bref, je suis "réconfortée" , mais aussi pas fière, d'entendre que d'autres ont "osé" le pas de se trouver un amant à son tour car bien et belle est ma situation....
Quand on te lit, on n'a pas cette impression. Pourquoi dis-tu "amant" alors que vous êtes séparés ?
Tu ne dois rien à ton mari. Sur le papier vous êtes encore liés, dans le réel, vous vous êtes (de force, merci monsieur Kriskia) déchargés du devoir conjugal devenu caduque. :petard:

La preuve :
kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Car moi, bien que mon mari soit parti de la maison et que nous sommes donc séparés physiquement (même si pas officiellement encore à niveau bureaucratique), avec tant de garde partagé mise en place.... bah.... je me sens quand même coupable de rencontrer un autre homme.
kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
et quand je suis avec lui, bien que j'ai mis une certaine distance (pas de RDV à la maison, on se voit que dans des espaces publiques pour prendre un verre, parler, se connaitre, quelques baiser et puis c'est tout ).... bah, j'ai encore de flash de mon mari, j'ai un sens de culpabilité envers lui, envers notre mariage pas encore "achevé" ....
Voilà.
Tu es d'une structure mentale respectueuse des règles et de la parole donnée, avec un fort sentiment de "culpabilité" (thématique qui revient de façon récurrente chez les "cocus").
Pas le cas de monsieur qui a pu scinder son mental en deux pour vivre sa double vie.
Mais bon, Pandore et toi êtes dans des situations différentes... Tu en as conscience ?


kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
En réalité, je l'ai pas cherché, une rencontre née du pur hasard, tant que je me demande si c'est pas un signe du destin.
Le hasard a bon dos...
Une seule remarque : quand on se comporte comme quelqu'un de disponible, bizarre, on attire.
Pandore n'est pas le seul.
En tous cas les témoignages abondent dans ce sens et cela est très signifiant quant à l'attitude de nos cf en dehors de la maison :deal:



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Et comme Pandore, je me dis aussi que mon mari, pour avoir eu une maîtresse pendant 18 mois , organiser leurs rencontres tout en rentrant le soir à la maison "l'esprit tranquille", continuer l'histoire sachant que moi je savais, jouer avec les enfants, faire des vacances ensembles, l'appeler en cachette... bref... il était bien amoureux...
Cette pensée est incomplète.
En effet, il y a aussi des cf (cocufieurs) qui font de même pendant des années mais en changeant de partenaire comme on change de culotte ou de slip. Aucun amour là dedans.
C'est sans doute vrai pour ton bonhomme mais le temps passé à mentir ne signifie pas forcément "amour" (ça peut hein, mais ce n'est pas toujours aussi clair).
Sans compter des résidus pathologiques atteints de Don Juanisme qui "croient" être amoureux et qui, au bout six mois sabotent la relation jusqu'à trouver une nouvelle proie. Et j'évacue la question des PN.

Au fond : était-il vraiment "tranquille" ? Tu parles de "culpabilité" de sa part tout en faisant un état des lieux de calme "froid" entre vous...
Soit c'est un sacré manipulateur (deux visages), soit tu n'as pas su lire les signes : irritabilité, rejet de sa culpabilité sur toi, ambiance délétère à la maison.



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Est-ce que je arrive pas à me "lâcher" complètement car je suis encore amoureuse de mon mari ou pour un sens d’intégrité au delà du normal qui fait que comme le divorce n'est pas "acté" je n'y m'y autorise pas? Je cherche à comprendre.....
les deux mon général.
Pour toi, devoir moral et amour ont des connexions naturelles.
Ton mari, lui, certainement, se "lâche", et j'ai envie de dire... Lâchement.
Mais comme vous n'êtes plus ensemble, au moins, la situation est claire.



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
En tout cas, ça fait du bien.... et je comprends mieux maintenant ce "sens de légèreté" , cette bouffée d'oxygène, qui a du envahir aussi mon mari à l'époque, se sentir revivre en qql sorte, savoir que on est "quelqu'un" pour quelqu'un.....
C'est bien de "comprendre" mais la situation était différente : vous étiez liés. S'il était amoureux, il aurait dû partager son mal être avec toi et conserver ton image de femme capable de lui apporter cette "bouffée d'oxygène".
S'il ne l'était plus (amoureux), on se demande pourquoi il a fait perdurer la relation extra conjugale.
Bref. Un choix de lâche.



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Ca fait mal penser en revanche qu'il a pu continuer et récidiver pendant des mois, me regarder en face en rentrant, manger avec moi et les enfants, en parlant de sa journée comme si rien était..... toute en mettant de plus plus distance entre nous car plein des doutes, car plus attiré par l'Autre ou par les sensations qu'elle lui faisait vivre, probablement car aussi pas très fier de lui...
Probablement ?
Si tu en étais sûre tu l'aurais écrit.
A mon avis, monsieur Kriskia était loin de se sentir réellement coupable.
Maintenant je ne suis pas dans votre vie, ce n'est qu'une hypothèse apparue à cause de ce "probablement" (probable ment).



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
et comme il était pas fier de lui, en sachant que je savais, il arrivait pas à se concentrer sur nous, car la culpabilité l’empêchait de se laisser aller....
Tu en es sûre ?
tu disais plus haut qu'il faisait comme si de rien n'était...



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
dans ce sens, je comprends que l'attitude de nous les cocus, est vraiment primordial, c'est à dire, si on arrive, par amour, à leur "enlever" ce poids de culpabilité, à les accueillir sans jugement, à pardonner et leur faire comprendre que un incident de parcours peut arriver.... je pense que ce soit la clés pour recommencer une nouvelle page.
Si c'est bien un accident de parcours, alors il y a culpabilité.
Mais si c'est un fonctionnement, une structure infidèle, il n'y en a pas.
Ce que tu dis est vrai pour des gens "raisonnables" pas pour les cas pathologiques.
Au contraire, cette attitude pardon trop rapide entraîne une forme d'encouragement à récidiver.

Je te laisse prendre connaissance de certains témoignages (du concret) :

viewtopic.php?f=40&t=3724#p58000

viewtopic.php?f=40&t=3728#p58004



kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Dans mon cas, la récidive par contre et la découverte de détails que j'aurais jamais du savoir, ont complètement fait plomber les espoirs,
Ah... comme quoi monsieur est récidiviste. Ton pardon n'aurait donc rien changé à l'affaire.
:bonk:


kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
mais pour ceux qui sont à la découverte initiale, je pense que, bien que la blessure fasse mal , une attitude de compréhension au lieu de jugement, puisse faire une grosse différence, en demandant par contre comme condition sine qua non, d'écarter l'Autre complètement.
Découverte initiale ou découverte d'une aventure unique ? C'est pas la même chose.
De mon côté, je n'encourage pas les gens à fermer les yeux.
Par contre, le pardon est vital... encore faut-il savoir ce qu'on pardonne...

Là où tu as tout à fait raison, et sans réserve, c'est sur l'exclusion directe et totale de la tierce personne (quand il n'y en a qu'une :beurk: ).
Sans cette condition, la reconstruction est vouée à l'échec.


kriskia a écrit :
dim. 28 janv. 2018 22:55
Bref, en tout cas cette rencontre, bien que je ne sache pas à quoi et si ça aboutira à qql chose, m'a fait comprendre tout un tas de choses, ça m'a rassuré sur mon "pouvoir d'achat " :lol: , et m'aide à clarifier ce que je veux vraiment.... mais je ne encouragerais pas à faire autant si c'est pour un simple volonté de vengeance.
Il y a de toutes façons de la vengeance derrière.
Par contre, je vais te rejoindre sur sa mise à distance : c'est à dire, ne pas aller ailleurs "pour" se venger, mais pour soi.
Ca rebooste l'ego.


Merci de ton témoignage Kriskia.
:fleur

Tu me sembles bien apaisée...
J'ai la sensation que tu as eu de la chance dans ton malheur, monsieur Kriskia ne semble pas être un monstre et toi tu sais rebondir...

:thx:


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

kriskia
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : mer. 30 août 2017 18:58

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par kriskia » lun. 5 févr. 2018 16:07

merci, je ne cherchais pas forcement un retour, mais ça aide la réflexion.
Après, chaque situation est differente et à voir dans son contexte.
En tout cas oui, je suis bien apaisée.
:thx:



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2329
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Boite de pandore ou pas ?

Message par Sans Prétention » mar. 6 févr. 2018 16:09

kriskia a écrit :
lun. 5 févr. 2018 16:07
merci, je ne cherchais pas forcement un retour,
Pardon :jap:

kriskia a écrit :
lun. 5 févr. 2018 16:07
Après, chaque situation est differente et à voir dans son contexte.
Personne n'aime être mis dans des cases, c'est compréhensible ...
Malheureusement, les témoignages ne rapportent pas que des exceptions.

😊


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre