Quand les rôles s'inversent

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention, Nas

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 9
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » ven. 17 mars 2017 17:26

Allez à mon tour de vous raconter ma belle ( !) histoire.

Cela fait 4 ans que ma compagne et moi sommes ensemble. Notre histoire a commencé dans une période un peu spéciale pour moi, car à la suite de plusieurs histoires ratées, j’avais décidé de vivre en célibataire et de me donner du bon temps. C’est ainsi que nous nous sommes rencontrés, alors que j’enchaînais les aventures de manière ouverte. Elle aurait pu rester une de ces aventures sans lendemain, mais voilà qu’elle a continué à venir chez moi de temps en temps, puis de plus en plus souvent pour au bout de deux ans que nous habitions ensemble. Mais nous n’avions pas vraiment « contractualisé » notre union, et en particulier la notion de fidélité n’avait jamais vraiment été discutée. De même nous partagions nos jours, mais assez peu nos sentiments, et parfois, souvent, nous nous demandions ce que nous faisions ensemble. De mon côté je continuais un peu ma vie vagabonde, je partais parfois une ou deux semaines « en voyage », et elle faisait preuve d’une compréhension qui m’étonnait mais qui m’arrangeait bien. Quand je rentrais elle ne me posait pas de questions, et moi non plus d’ailleurs, c’est une femme très tranquille et casanière et je ne pensais pas qu’elle en profitait pour faire des choses de son côté, elle me disait que non et je ne cherchais pas à savoir, à vrai dire je m’en fichais un peu à partir du moment où je pouvais vivre mes petites aventures. Parfois je dépassais les bornes et laissais des traces un peu trop visibles de mes écarts, elle me faisait la tête quelques jours, me disait que c’était dommage, me demandait quand est-ce que j’allais arrêter, puis semblait me pardonner et tout repartait normalement.

Puis nous avons décidé de partir de Paris et d’aller vivre en province. Un mois avant le déménagement, elle a fouillé dans mon téléphone, et a trouvé des messages un peu équivoques avec certaines de mes amies, ce n’était pas vraiment des aventures, mais cette fois-ci cela l’a apparemment beaucoup touchée… Nous nous sommes plus ou moins séparés, je sentais qu’elle hésitait à partir avec moi en province, mais au final elle est venue avec moi et ma fille. Nous avons vécu à ce moment une période compliquée où il faut s’installer dans une nouvelle ville, chercher un logement, du travail etc. Elle a commencé à retourner souvent sur Paris, « pour chercher des papiers », « voir ses amis ». Plus le temps passait moins je comprenais ses départs, et bizarrement jamais ne m’est venu à l’idée que c’était parce qu’elle avait une liaison : franchement parfois notre cerveau nous protège un peu bêtement de ce qui pourrait nous faire mal !

Au bout de 6 mois (6 mois !) je me mets en colère, je commence à mettre en cause son comportement et sa fidélité, sans pour autant penser qu’elle pouvait être infidèle. Mais bon un jour elle laisse son ordi ouvert près de moi (le bel acte manqué), et moi qui n’avais jamais fouillé dans ses affaires, voici ce que je découvre…
> Qu’alors que je faisais les cartons, pendant trois jours elle s’absente de la maison « pour récupérer des affaires chez sa tante ». Le soir elle en profite pour aller danser et revoir quelqu’un qui travaille dans un restaurant et poursuivre le contact qu’elle avait initié avec lui sous mes yeux deux semaines auparavant quand nous y étions allés en famille. En fait elle commence à ces soirs-là une histoire avec lui.
> Qu’elle prolonge d’un mois son travail sur Paris pour rester avec lui, alors qu’elle me reproche de la laisser dans la merde et sans logement à Paris !
> Qu’elle est venue me rejoindre quand son amant est parti en vacances, parce qu’elle n’avait plus vraiment où aller ni quoi faire
> Que pendant tous ces mois elle n’a qu’une idée fixe, c’est d’aller se le taper à Paris, et c’est pour cela qu’elle y va dès qu’elle peut. Que plus le temps passe, plus elle me demande de lui payer ses déplacements, son hôtel, de l’argent pour faire la fête…
> Qu’une fois nous sommes allés ensemble avec ma fille à Paris, et que donc elle ne pouvait le voir. Qu’à cela ne tienne, elle insiste pour aller dîner au restaurant où il travaille. Son amant lui offre une bière devant moi, danse avec elle. Ils ont même disparu un moment ensemble dans les toilettes. Aie ! je sentais bien quelque chose d’étrange ce soir-là, mais je ne voulais rien voir. La mémoire, cruelle, m’est revenue ensuite et à remis ensemble les bouts du puzzle
> Comme cette fois où soudain elle a voulu emmener ma fille à Paris alors qu’elle ne l’avait jamais fait (je me suis dit alors, c’est super ! comme elle est gentille de s’occuper d’elle)
> Enfin un week-end elle disparaît 3 jours sans me donner de nouvelles, et quand nous nous revoyons elle se bourre la gueule et s’en prend à ma fille… Ce qui a déclenché ma colère.
Un mot sur l’amant : j’ai le privilège de le connaître un peu (et réciproquement) il est marié, mais c’est un coureur notoire qui passe son temps à sauter sur tout ce qui passe à sa portée, avec un plus ou moins un passé de proxénète. Ah oui au passage elle m’a refilé une MST.

Bref la totale !

Bon vous direz que je l’ai bien cherché, et que j’ai payé la facture, et ça je ne peux le nier, et cette histoire est « morale », j’ai récolté ce que j’ai semé.

Pour ma part, voici les enseignements que je tire de cette histoire :
 Cela fait horriblement mal de tromper. Vous allez peut-être pas croire que j’étais inconscient du mal que je lui ai fait, mais de fait je n’avais jusque-là jamais été trompé par une femme que j’aime, et donc jamais souffert. Maintenant je vis cette souffrance insupportable, qui vient se nicher dans ce qu’on aime le plus chez l’autre, dans le plus intime (je n’arrive plus à faire l’amour avec elle « comme avant », il y a toujours cet homme qui vient s’interposer entre elle et moi, je la connais très bien, je sais qu’elle s’est donnée sans retenue et qu’elle en redemandait, je sais ce qu’elle fait dans ces moments-là, ses audaces, et quand elle les refait maintenant pour moi, je suis direct au contact de la douleur, je vous laisse imaginer l’effet que cela fait sur ma superbe … D’autant qu’elle aussi a changé sa manière de faire l’amour).
 Ce qui fait vraiment mal c’est la tromperie. Le coup du restaurant, je ne pourrais jamais m’en défaire. Le fait d’être le cocu aux yeux de tout le monde (bien sûr beaucoup étaient au courant au restaurant, et aussi dans sa famille, ses amis…), d’avoir été manipulé, utilisé, qu’elle a voulu utiliser ma fille… Elle a un sang-froid que je ne lui soupçonnais pas, et aucun scrupule…
 Que les rôles s’inversent vite entre victime et bourreau. Quand les jeux destructeurs durent longtemps, c’est qu’on est un peu pareils, qu’on partage les mêmes schémas mentaux … Notre relation a tout d’une relation sado-maso qui ne se dit pas.
 Qu’en fait je crois que je l’aime – ou l’ai aimé vraiment, et peut-être elle aussi (je n’arrive pas à savoir vraiment, elle me dit que si elle a enduré tout cela pendant aussi longtemps, c’est qu’elle « sent quelque chose pour moi »). Cependant elle a mis la dose pour suicider la relation au moment où elle avait une vraie chance de devenir claire pour elle.

Alors après cette découverte, nous nous sommes expliqués. Elle a reconnu une partie de ce qui s’était passé, en la minimisant et en mentant sur le reste, notamment le restaurant (d’après elle l’histoire a commencé peu après, mais même si c’était vrai cela ne change pas grand-chose).

Mais il s’est passé une chose un peu bizarre. Alors que nous avions convenu de nous séparer, au bout de quelques jours nous avons décidé de rester ensemble. Je lui ai demandé pardon, elle aussi (du bout des lèvres et sans beaucoup s’étendre), et nous nous sommes juré fidélité ! Pendant deux mois nous avons vécu une idylle comme nous ne l’avions jamais fait, avec beaucoup de tendresse et d’amour (excepté pour le sexe).

Mais maintenant le passé revient et la magie s’en va souvent. Nous nous déchirons de plus en plus souvent, dès que l’un s’en va, en voyage ou ne serait-ce qu’aux toilettes en amenant son téléphone… Cela fait plusieurs jours que nous ne nous sommes pas parlés, chacun ruminant dans son coin.
Et moi je suis partagé entre deux douleurs : se séparer et souffrir de la perdre, rester avec elle et souffrir du passé… Je n’ai pas encore décidé laquelle de ces deux douleurs je vais vivre…

Avatar du membre

Narjisse
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : dim. 19 févr. 2017 19:46

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Narjisse » ven. 17 mars 2017 19:55

bonjour saveur amere,

Bienvenue parmi nous. La premiere chose qui me vient à l esprit en te lisant c'est qu'il aura fallu que madame te trompe pour t'apercevoir de tes sentiments, triste non? Ne crois tu pas qu'elle a aussi souffert de tes ecarts? Et oui l'infidelité fait mal. J'entends un sincere repentir de ta part mais elle? Tu as deux solutions soit quitter le navire soit y rester pour une destination inconnue. Je te laisse faire un tour sur le site afin de nous lire et n'hesites pas si tu as envie de te confier. A +

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 9
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » ven. 17 mars 2017 21:19

Merci Narjisse pour ton accueil et ta bienveillance. J'ai beaucoup hésité à témoigner car mon histoire est un peu différente. J'aurais pu aussi cacher mes écarts, mais cela n'aurait pas eu de valeur. Au final j'ai pensé que lire une histoire un peu différente pouvait être utile, et que je pouvais avoir des avis aussi sur ma situation, parce que j'avoue, je ne sais que faire. Je suis d'accord avec toi quand tu dis qu'il a fallu que je vive cela pour me "réveiller". Bien sûr elle a souffert. S'il n'y a qu'une raison à mon témoignage, c'est que vraiment il ne faut pas tromper, mieux vaut dire les choses telles qu'elles sont, et rompre s'il le faut, mais avant. Jamais je n'aurai pensé que tromper, trahir la confiance de l'autre puisse être aussi invivable pour celui qui est trompé, et destructeur...

Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 217
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par brassens » ven. 17 mars 2017 22:07

Bonsoir Saveur Amère,

Bienvenue à toi, ton histoire a pleinement sa place ici et bon courage car vous semblez souffrir tous les deux. Tu as la double casquette! Cocufieur et cocufié! Ce qui est intéressant....

Il y a, il me semble, un manque de dialogue et une immaturité réciproque dans ton couple. Ta compagne t'a laissé faire au début parce que, je pense, qu' elle espérait que ton amour pour elle te rende fidèle, sans demande de sa part, que cela vienne spontanément de toi. Après, son infidélité est peut-être une vengeance de sa part.

Aimer c'est donner sans rien attendre en retour....

Le passé doit rester ce qu'il est : un ancien présent mort à jamais...maintenant seul le présent compte et sans ce passé tumultueux, vous n'auriez certainement pas connu ces deux mois merveilleux. Il y aura de toute façon dans ta souffrance, un élément positif : tu as découvert que tromper et trahir l'autre était un comportement honteux et inadmissible. Tu es devenu un meilleur homme, le prix en a été ta souffrance. Parler de vos souffrances réciproques, ouvrez-vous vos intimités : pensées, sentiments, agissements et apprenez à vous aimer ...réellement.

Bon courage.

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 9
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » ven. 17 mars 2017 22:31

Brassens ton message me touche. Il est très juste. Nous avons pu rester l'un à côté de l'autre pendant 4 ans sans vraiment communiquer. Nous nous sommes séparés plusieurs fois, et toujours c'est moi qui suis revenu vers elle. Si j'avais été plus clairvoyant, plus mature comme tu dis, j'aurais dû comprendre ce que cela signifiait, et l'importance qu'elle avait pour moi. En même temps elle parlait peu. Dans les mails que j'ai pu lire d'elle, j'ai aussi lu ce qu'elle envoyait à sa famille et ses amis quand elle m'a connu. Et là je l'ai découverte comme je ne la connaissais pas, l'importance que j'avais pour elle, l'espoir qu'elle a mis dans notre rencontre. Elle ne m'a rien dit de tout ça, et je n'ai pas su le voir, ou voulu. Maintenant nous sommes tous les deux blessés, et la seule chose qu'on peut dire c'est que c'est dommage. Elle me l'a beaucoup dit, c'est dommage. Je n'ai pas voulu l'entendre. J'entends ce que tu dis, si nous restons ensemble, il va falloir apprendre à nous aimer, et on s'est mis dans la plus difficile des situations pour cela...

Avatar du membre

max
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 90
Enregistré le : ven. 7 oct. 2016 00:09

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par max » ven. 17 mars 2017 23:37

C'est rare et dommage ta sincérité, pourquoi si peu de dialogue pour en arriver là, ton histoire malgré tes fautes est touchante, rien à redire brassens à tout dit maintenant soit vous vous fixez des règles de vie commune soit... ( quand tu dis qu'elle peut se donner avec passion et savoir que maintenant qu'elle la fait avec un autre m'a trouble' ) une sorte de revanche ? Normal que tu sois chambouler pendant l'acte, bref elle a supporte' beaucoup de choses et c'est ton tour bref parlez vous maintenant n'attendez plus

Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 217
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par brassens » sam. 18 mars 2017 15:06

Bonjour saveur amère,


Si vous souhaitez continuer ensemble, je pense qu'il faudra :

- Comprendre et prendre chacun vos parts de responsabilité. Je vous conseille le livre de Marc Pistorio, "dis-moi qui tu aimes, je te dirai qui tu es", qui vous démontra que vous étiez tous les deux dans des styles d'attachement amoureux immatures et "dangereux" pour votre couple...

- Dialoguer comme je l'ai dit, mais en rentrant dans l'intime de chacun, sans peur d'être jugé, de faire mal, dans le but de vous libérer réciproquement de votre passé. Cela est difficile sur le moment mais permet de mettre une partie du passé derrière vous.

Après, plus je végète ici, plus j'observe la société, plus je pense que la plupart des couples ne sont pas épanouis, même s'il n'y a pas eu tromperie. L'infidélité est le symptôme du malaise du couple et/ou du dysfonctionnement d'un des deux membres ou des deux. Il y a d'autres symptômes qui restent silencieux mais génèrent de la souffrance.....L'infidélité ne fait pas tant mal à travers l'acte physique mais surtout à cause de l'abus de confiance et du manque de respect, qui sont les socles d'un couple.

Peut-être que les souffrances réciproques que vous vous êtes infligées sont effectivement trop profondes et encore trop douloureuses? L'avantage c'est qu'il y a une forme d'équilibre puisque vous avez tous les deux connus des errements. Vous avez "la chance" de pouvoir transcender votre couple et de vivre des moments exceptionnels ensemble.....Au vue de ce que tu décris, je pense que chacun ira retrouver le chaos ailleurs, je pense d'ailleurs que tu as finalement tirer davantage d'enseignements que ta compagne de votre histoire.
Fais ce que tu as à faire pour être heureux, ouvres-toi à elle, n'est pas peur d'être ridicule, de t'excuser, d'être sincère, de lui ouvrir tes blessures du passé...bref de lui donner les éléments pour l'aider à comprendre pourquoi tu n'es prêt à l'aimer comme elle le mérite que depuis peu....le ridicule ne rend pas malheureux...Donnes de toi-même....peut-être pour la première fois Aimes là comme on doit aimer c'est à dire avec sincérité, respect, bienveillance et confiance.

Courage à tous les deux....et je te conseille de lui faire lire ce fil de discussion.

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 9
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » dim. 19 mars 2017 00:38

Ce forum est génial. Merci, merci à tous pour ces témoignages sur le chemin que vous suivez, et votre bienveillance. Je pensais que j'allais peut-être être jugé parce que je suis à la fois cocufieur et cocufié... Pourtant je suis aussi le chemin que je vois suivre par d'autres sur ce site : j'ai perdu 5 kilos en deux mois, je ne mange plus trop, je ne dors plus beaucoup et je me réveille en sursaut avec la même idée toujours de ma femme dans les bras de l'autre type, qui me provoque un haut le corps et ne me laisse pas me rendormir.

Je suis encore étonné du mal que ça fait. Je me dis que c'est tout dans notre tête, puisqu'on n'est pas traumatisé par ce qu'a fait notre compagne avant de nous connaître, comme on le sera moins après si on se quitte. C'est mon cinquième couple. Dans mes quatre premières histoires j'ai été à chaque fois cocufié, notamment par ma première femme avec qui je suis resté 20 ans et j'ai eu trois enfants. Je suis resté fidèle, et quand j'ai appris qu'elle me trompais, cela m'a fait un choc, mais cela ne m'a pas traumatisé, peut-être parce qu'il n'y avait plus d'amour à ce moment-là et qu'il était temps d'en finir. Idem pour les trois histoires suivantes. Mais là je ne comprends pas ce qui se passe, il a fallu que j'ai 55 ans pour vivre cela. Sans doute est-ce que je l'aime beaucoup. Et sans doute, si la souffrance est liée à la représentation de la situation qu'on se fait, sans doute est-il possible de l'amoindrir en changeant le regard qu'on porte sur la situation. C'est de la théorie, je ne vois pas encore comment faire, mais j'espère que c'est une possibilité.

Merci Brassens pour tes conseils, notamment le livre que je vais me procurer et que je lui proposerai peut-être de lire aussi. Cependant je ne pense pas que ce soit adapté pour nous que je lui montre ce fil. Comme tu dis elle a moins de recul que moi, et puis c'est ma version des faits qu'elle nie toujours, donnant une version beaucoup plus soft ("on n'a couché que deux fois ensemble, j'avais bu, on faisait la fête..." alors que l'histoire a duré 6 mois, et s'est déroulée de manière très organisée et préméditée - les messageries sont terribles quand elles livrent leur secret). Elle le prendrait sans doute comme une manipulation de ma part pour la culpabiliser. Et puis pour moi aussi, j'apprécie pour parler ici en toute liberté, ce qui ne serait plus pareil si elle le lisait, puisque j'écrirai pour elle aussi... Il pourrait y avoir du jeu.

Je ne l'ai pas dit, mais ma compagne vient d'un autre pays, où la notion de couple et de relation amoureuse est très différente. Les moeurs sexuelles sont beaucoup plus libérées qu'en France, les femmes ne se font aucune illusion et considèrent que les hommes sont par nature et tous infidèles. Mais elles réclament elles aussi leur droit à passer du bon temps. Quand elle me racontait sa vie avant moi, ma compagne me disait : "quand les choses se donnent à vivre, il faut les vivre". Elle me disait aussi que dans son pays, si un homme trompe sa femme une fois, elle le trompera une fois, s'il la trompe 5 fois, elle le trompera 5 fois... J'étais donc prévenu, et je pense que j'ai été fait cocu par elle pas mal de fois avant celle-ci. Le professionnalisme dont elle a fait preuve le montre assez.

Puisque j'ai les deux rôles, je peux sans doute dire une chose qui peut aider celles et ceux qui ont été trompé mais qui veulent toujours continuer leur histoire avec la personne aimée et éviter les récidives.

Je pense qu'elle aurait eu un autre moyen de me "réveiller" sur ce que j'étais en train de faire, à côté du fait de me tromper, qu'elle n'a d'ailleurs pas fait pour ça. Elle aurait pu décrire ce qu'elle vivait, et me mettre en face de mes responsabilités, plutôt que se taire et me pardonner en apparence.

Je m'explique : elle aurait pu me faire prendre conscience du mal que je lui faisais en décrivant ce que je découvre à présent : le poison de la tromperie qui vient se mettre dans les aspects les plus intimes : que quand je faisais l'amour avec elle il y en avait une autre entre elle et moi, que ce qu'elle aime le plus en moi, mes gestes les plus tendres, attentionnés, passionnés, lui étaient devenus douloureux et souvent insupportables parce que accordés aussi à l'autre, et que donc je ne lui apportais plus ce que je pensais lui apporter. Qu'elle avait perdu confiance en elle, parce qu'elle pensait que l'autre faisait mieux l'amour qu'elle. Qu'elle ne se sentait pas assez bien pour moi. Qu'elle ne pouvait absolument plus avoir confiance en moi et que presque tous mes gestes même les plus anodins la blessent comme des coups de couteau : quand je pense à autre chose, quand je regarde mes messages, quand je ne réponds pas, sans parler de quand je rentre tard du travail, que je sors avec des amis, et pire que tout quand je pars en voyage, même professionnel. Tout cela elle me l'a dit, mais quand je lui ai demandé si elle ressentait ce que je ressentais maintenant....

Me mettre devant mes responsabilités : "ma vie est devenu un enfer, tu le comprends maintenant ? Si tu continues, je vais devoir te quitter pour ne plus souffrir".

Peut-être je l'aurais rembarrée en lui disant qu'elle exagère, peut-être pas, mais ce dont je suis sûr c'est que cela m'aurait fait réfléchir, et m'aurait renvoyé au type de personne que je souhaite être....

Voilà, vous me direz si ça vous est utile, et puis en tant que cocufieur repenti je suis prêt à répondre à toutes les questions, même gênantes...

Avatar du membre

Narjisse
Cornu
Cornu
Messages : 15
Enregistré le : dim. 19 févr. 2017 19:46

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Narjisse » dim. 19 mars 2017 09:41

Bonjour a toi et merci de ton temoignage. Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu penses qu'elle aurait pu te parler, t'alerter afin que tu cesses tes agissements. Tu ne peux pas generaliser pour l'ensemble des cocus. Il semble que dans ton cas malgré ses mesaventures tu as des valeurs mais pas tous les cocufieurs. A l'epoque j'avais parlé a mon mari de mes soupsons mes angoisses..j'avais beaucoup maigris et j avais les preuves de son infidelité. Pris en flagrant délit il a continué comme si je n'étais rien pour lui. La communication oui mais avec des gens qui ont un minimum de valeur et de respect sinon on serait tous dans la reconstruction et on eviterait pas mal les divorces.

Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 217
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par brassens » dim. 19 mars 2017 13:45

Salut Narjisse,

Tu as parlé et tu as eu pleinement raison, tu as eu la bonne attitude, ton con-joint, non. Ce n'est pas parce que sa réaction a été lamentable que la tienne n'était pas bonne. La meilleure façon de changer l'attitude d'une personne, c'est de modifier la sienne.Tu as fait ce que tu pouvais faire pour sauver ton couple ; mais face à un mur, plus on essaye plus on se fait mal, tu auras eu le mérite d'essayer après il faut savoir s'arrêter.

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2056
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Sans Prétention » dim. 19 mars 2017 16:51

Bonjour Saveur Amère
saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Ce forum est génial..
Merci de le souligner. :jap:

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Merci, merci à tous pour ces témoignages sur le chemin que vous suivez, et votre bienveillance.

La bienveillance est de mise ici...
Sauf lorsqu'un "cf" (cocufieur) débarque en fanfaronnant sur le site, les écrits plein de mépris et de reproches pour les "c" (cocus) censés être "faibles" et limite hystériques (puisque tout le monde trompe tout le monde pourquoi s'en faire ? Bien sûr... :beurk: ).

Ce qui confirme une règle qui vaut également pour le couple : le respect est à double sens. Sachant que le respect de soi tient la structure du respect à double sens :kelkon:

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Je pensais que j'allais peut-être être jugé parce que je suis à la fois cocufieur et cocufié...
Tu n'es pas le premier.
Gary77, Petite Marie, notamment et certainement d'autres.
Je fais partie également de cette "confrérie".


Mais c'est surtout le statut de "cocufieur" qui est rebutant.
La plupart (la plupart, pas tous) de ceux qui sont venus ici nous ont effrayés par leurs discours à l'emporte-pièce, leurs justifications nauséeuses sur l'amour, le couple, et parfois (pas tout le temps mais c'est assez révélateur pour que j'en parle) leur narcissisme sans borne. :dispute:
Je ne perçois pas cela chez toi... A priori...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
je suis aussi le chemin que je vois suivre par d'autres sur ce site : j'ai perdu 5 kilos en deux mois, je ne mange plus trop, je ne dors plus beaucoup et je me réveille en sursaut avec la même idée toujours de ma femme dans les bras de l'autre type, qui me provoque un haut le corps et ne me laisse pas me rendormir.
Ce sont bien ces symptômes là que nous traversons tous avec pour certains des "pics" émotionnels qui varient jusqu'à l'insupportable.
Etat de stress pos-traumatique, l'expression n'est pas trop forte pour décrire l'état dans lequel on se trouve à la découverte.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Je suis encore étonné du mal que ça fait.
Peut-être ne t'étais-tu jamais vraiment interrogé sur ta situation amoureuse. Ou, plus simplement, sur le sens de "l'amour".
Dans ton passé, il semble y avoir peu de conscience d'autrui dans ton couple (même si tu étais possiblement aux petits soins... Je parle de présence à l'autre...). Mais beaucoup de conscience de ton plaisir personnel... (par le passé :D )
Cela révèle (de manière transitoire parfois, à moins d'un coup d'électrochoc) un manque d'empathie, de capacité à se mettre à la place de l'autre. Ce manque peut être structurel ou conjoncturel. A te lire, je dirais conjoncturel. Mais je peux me tromper.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Je me dis que c'est tout dans notre tête, puisqu'on n'est pas traumatisé par ce qu'a fait notre compagne avant de nous connaître, comme on le sera moins après si on se quitte.
Cette souffrance, n'est pas une souffrance de "l'autre" (l'amant) mais une souffrance du lien. :roll:
Par conséquent, penser qu'elle a eu d'autres hommes avant ou en aura d'autres après ne guérit pas le coup de sabre porté à l'image du couple - que vous semblez investir de manière successive, et vraiment jamais en même temps -.
Ce que je veux dire, c'est que ce n'est pas tant le fait qu'un autre soit passé par là qui pose problème... Mais le fait qu'un autre n'était pas censé être là et il l'était avec la complicité de celle qui te devait cette même complicité.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
C'est mon cinquième couple.
Cinquième "sérieux" tu veux sans doute dire ? :oops:

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Dans mes quatre premières histoires j'ai été à chaque fois cocufié
Schéma de répétition.
viewtopic.php?f=40&t=3906#p62520

Papa et maman Saveur, quel type de relation entretenaient-ils avec leur enfant et entre eux ?

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
notamment par ma première femme avec qui je suis resté 20 ans et j'ai eu trois enfants. Je suis resté fidèle, et quand j'ai appris qu'elle me trompais, cela m'a fait un choc, mais cela ne m'a pas traumatisé, peut-être parce qu'il n'y avait plus d'amour à ce moment-là et qu'il était temps d'en finir.
Ce qui confirme, pour ceux qui le conscientisent pas, que le sentiment amoureux n'est pas compatible avec la tromperie et je dis bien "tromperie", pas adultère ou polygamie ou libertinage... Ces mots ne recouvrent pas la même réalité.
"Tromper" quelqu'un, c'est, en gros, lui mentir sur le "contrat" qui vous lie... Avec les conséquences qui découlent de ce mensonge.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
il a fallu que j'ai 55 ans pour vivre cela.
L'âge de raison ?
Ou l'âge d'une raison... Que faisaient tes parents quand ils avaient 55 ans ?
Peut-être rien. Dans ce cas, oublie ma question.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Sans doute est-ce que je l'aime beaucoup.
Sans doute.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Et sans doute, si la souffrance est liée à la représentation de la situation qu'on se fait, sans doute est-il possible de l'amoindrir en changeant le regard qu'on porte sur la situation. C'est de la théorie, je ne vois pas encore comment faire, mais j'espère que c'est une possibilité.
C'en est une. La "dédramatisation" aide dans beaucoup de cas.
Mais ce n'est pas l'unique clé... Malheureusement.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Merci Brassens pour tes conseils, notamment le livre que je vais me procurer et que je lui proposerai peut-être de lire aussi.
Pour votre couple oui, Brassens est plein de ressources. Merci au passage ! :super:
A toi je conseillerais "Comme un vide en moi" de Nabati.
Une impression comme ça que tu as un passif un peu torturé...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
je ne pense pas que ce soit adapté pour nous que je lui montre ce fil.
Pour une fois, je suis plutôt d'accord avec notre visiteur.
Cet espace doit un temps rester un "jardin secret". Non pas que nous ayons quelque chose à cacher (le site est public :deal: ) mais les ressources personnelles ne doivent pas être colonisées par des tiers - qui pourraient par ailleurs se servir des informations données - .
La plupart des "visites" de cf se sont soldées par des échecs cuisants.
Une ou deux exceptions peut-être. :doute:
saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
("on n'a couché que deux fois ensemble, j'avais bu, on faisait la fête..." alors que l'histoire a duré 6 mois, et s'est déroulée de manière très organisée et préméditée - les messageries sont terribles quand elles livrent leur secret).
Ca c'est du classique...
viewtopic.php?f=40&t=3733#p58025

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
ma compagne vient d'un autre pays, où la notion de couple et de relation amoureuse est très différente.
Merci de nous indiquer dans quel pays ne pas aller quérir un nouvel amour... :?

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Les moeurs sexuelles sont beaucoup plus libérées qu'en France, les femmes ne se font aucune illusion et considèrent que les hommes sont par nature et tous infidèles. Mais elles réclament elles aussi leur droit à passer du bon temps.
C'est étrange, une impression de déjà vu...
saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Quand elle me racontait sa vie avant moi, ma compagne me disait : "quand les choses se donnent à vivre, il faut les vivre". Elle me disait aussi que dans son pays, si un homme trompe sa femme une fois, elle le trompera une fois, s'il la trompe 5 fois, elle le trompera 5 fois... J'étais donc prévenu, et je pense que j'ai été fait cocu par elle pas mal de fois avant celle-ci. Le professionnalisme dont elle a fait preuve le montre assez.
C'est surtout toi qui m'intéresse Saveur Amère...
Si je résume, il n'y a pas vraiment de "surprise"... Tu SAVAIS.
La conscientisation de ce fait est parfois douloureuse...
viewtopic.php?f=40&t=3730#p60718

Au final, tu ne choisis QUE des femmes indisponibles et/ou insécurisantes.
Ta stratégie d'évitement de l'amour a fonctionné... Un temps.

Tu présentes le profil d'un phobique de l'engagement (profil, pas portrait robot). Une idée comme ça...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Puisque j'ai les deux rôles, je peux sans doute dire une chose qui peut aider celles et ceux qui ont été trompé mais qui veulent toujours continuer leur histoire avec la personne aimée et éviter les récidives.
Ah...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Je pense qu'elle aurait eu un autre moyen de me "réveiller" sur ce que j'étais en train de faire, à côté du fait de me tromper, qu'elle n'a d'ailleurs pas fait pour ça. Elle aurait pu décrire ce qu'elle vivait, et me mettre en face de mes responsabilités, plutôt que se taire et me pardonner en apparence.
Sans être visionnaire, ni avoir une formation en toute-puissance, je peux t'assurer que NON, les cf n'entendent pas.
En tous cas, il n'y a que trop peu de témoignages allant dans ton sens pour établir une loi.
MAIS peut-être que cela aurait "fonctionné" pour toi :roll: je doute tout de même...
Non par méchanceté, ou par désir de nuire... Mais par "empêchement".
Tu dis "découvrir" que tu aimes ton compagne... c'est que ce n'était pas clair avant... Ses mots n'auraient pas résonné en toi. :doute:
Sans amour, rien ne raisonne non plus...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Je m'explique : elle aurait pu me faire prendre conscience du mal que je lui faisais en décrivant ce que je découvre à présent : le poison de la tromperie qui vient se mettre dans les aspects les plus intimes : que quand je faisais l'amour avec elle il y en avait une autre entre elle et moi, que ce qu'elle aime le plus en moi, mes gestes les plus tendres, attentionnés, passionnés, lui étaient devenus douloureux et souvent insupportables parce que accordés aussi à l'autre, et que donc je ne lui apportais plus ce que je pensais lui apporter. Qu'elle avait perdu confiance en elle, parce qu'elle pensait que l'autre faisait mieux l'amour qu'elle. Qu'elle ne se sentait pas assez bien pour moi. Qu'elle ne pouvait absolument plus avoir confiance en moi et que presque tous mes gestes même les plus anodins la blessent comme des coups de couteau : quand je pense à autre chose, quand je regarde mes messages, quand je ne réponds pas, sans parler de quand je rentre tard du travail, que je sors avec des amis, et pire que tout quand je pars en voyage, même professionnel. Tout cela elle me l'a dit, mais quand je lui ai demandé si elle ressentait ce que je ressentais maintenant....
Ce que tu décris est du vécu. Ne l'ayant pas vécu, aurais-tu saisi le sens de chacun de ces mots ?

Dans la plupart des cas, la réponse du cf (qui tue) est "c'est pas pareil avec l'autre, te dévalorise pas". :cocu:
Ou alors (version trash) "quoi ça blesse ton petit ego ?" :beurk:
Désolé de te faire découvrir d'autres "possibles", mais ceux-là sont plus nombreux et "ce que tu aurais avoir voulu faire si jamais..." est une exception !
viewtopic.php?f=40&t=3733#p58347

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Me mettre devant mes responsabilités : "ma vie est devenu un enfer, tu le comprends maintenant ? Si tu continues, je vais devoir te quitter pour ne plus souffrir".
Ca non plus, ça ne fonctionne pas.
Ni le coeur, ni la tête...
Elle serait vraiment partie par contre... Oui, électrochoc.
Là, je confirme que ça peut fonctionner... Mais un temps. Les problèmes plus profonds doivent être découverts puis traités.

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
Peut-être je l'aurais rembarrée en lui disant qu'elle exagère, peut-être pas, mais ce dont je suis sûr c'est que cela m'aurait fait réfléchir, et m'aurait renvoyé au type de personne que je souhaite être....
On a eu un exemple de "réflexion" il quelques temps, un miroir de l'image que cette personne renvoie... et la personne avait conclu à une névrose généralisée de ceux qui souffrent d'infidélité.
Un autre se savait malade (cas particulier mais répandu - ouille-) tout en méprisant la souffrance de sa compagne...
Bilan plus que mitigé...

saveur amère a écrit :
dim. 19 mars 2017 00:38
en tant que cocufieur repenti je suis prêt à répondre à toutes les questions, même gênantes...
Oui merci...
Mais tu es d'un type bien particulier puisque multi trompé.

Pour ma part j'en suis arrivé à la quasi certitude que TOUTE TROMPERIE est une VENGEANCE (de l'enfance d'abord, du conjoint ensuite...)

Juste savoir si ton "état d'esprit" pendant que tu courrais sous d'autres draps était proche de celui du "cf" décrit...
viewtopic.php?f=21&t=3704&start=45#p59260

Sinon, bon courage Saveur Amère... J'espère sincèrement que tu t'en sortiras... :super:
Mais il te faudra du temps, beaucoup de temps, pour surmonter...

Prends des forces partout où tu le pourras.
:fleur
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 217
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par brassens » dim. 19 mars 2017 21:39

salut Saveur Amère, salut SP,

SP, je t'attendais ici...Je m'étonnais de ne pas encore t'avoir vu sur le fil! Quel décorticage encore une fois! Félicitations!

Pour le silence de madame au début, je partage l'avis de SP, cela n'aurait certainement rien changé, c'est toi le coupable Saveur Amère.....mais les règles n'étaient pas clairement affirmées et se taire devant de tels agissements n'est pas une réaction adaptée.

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 9
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » lun. 20 mars 2017 18:23

Merci SP pour le décorticage, très juste.

Il a le mérite de me faire sortir de mes idées fixes et de voir la situation sous un autre angle, ou plutôt d'autres angles, et de me montrer que cette situation vécue sur l'instant comme un drame a ses sources bien plus loin, quelque part elle était déjà écrite, et continue de s'écrire... ce qui ne me rassure pas du tout sur l'avenir, du côté de ma compagne comme du mien.

Hier je suis tombé par hasard sur un de ses commentaires écrit le 29 mars 2016, sur un profil public de messagerie qu'elle utilise peu (jusqu'alors c'est ce que je croyais), soit 3 mois avant le début supposé par moi de son histoire : "la vie apporte son lot de surprises". C'est anodin comme phrase, mais mes mains sont devenues moites, signe que je connais trop bien maintenant, et elles ne se trompent pas. Donc si ce n'était lui, c'était (aussi) un autre.... C'est l'enfer que je vis maintenant. Le souvenir de petites incohérences que je n'avaient pas comprises sur le moment s'éclairent d'un coup, des petits détails qui surgissent ainsi à l'improviste me ramènent à ce que je voudrais oublier et alimentent le traumatisme.

Je suis en voyage et tout à l'heure nous nous sommes skypés, c'était une conversation sympa, amoureuse, limite coquine, mais justement, chaque fois que j'aurais pu comme avant lui glisser une petite phrase provocante, je me censurai car elle porte désormais un double sens qui renvoie directement à son histoire... Fini la rigolade. Elle me disait aussi qu'on avait le droit de se donner une seconde chance. Mais c'était il y a deux mois qu'on s'était dit ça. Où était-elle vraiment ce jour-là ?

Bon je reviens un peu sur le décorticage, ça me changera les idées.
Sans Prétention a écrit :
dim. 19 mars 2017 16:51
Cette souffrance, n'est pas une souffrance de "l'autre" (l'amant) mais une souffrance du lien
Donc j'ai mal au lien... Pourtant j'ai déjà été trahi plein de fois, en affaires, en couple, mais sans traumatisme, tout au plus des souvenirs cuisants... J'ai l'impression que quelque chose de plus profond est touché en moi. Si je suis la logique du reste du décorticage, et remonte à l'enfance, je me dis, très psychanalitiquement, que ça a réactivé la rupture du lien symbiotique entre ma mère et moi, cette intimité perdue par l'intrusion d'un autre homme. J'ai fais 6 ans de thérapie. Mon thérapeuthe me disait que j'avais vécu une sorte de mort affective pendant mon enfance... Alors oui je suis un phobique de la relation, mais en même temps je ne rêve que d'une seule chose, c'est de relations, et de relations fortes et fusionnelles. Lui parlait d'ambivalence plutôt que de phobie. Je crois bien que c'est de cela dont j'avais plus ou moins inconsciemment investi ma compagne, elle était la gardienne du temple, de mon intimité, au coeur de ma famille et de ceux qui m'étaient le plus chers, et dont souvent elle était le lien. C'était la place qu'elle avait prise peu à peu et sans le dire, pour mon plus grand bonheur. La "mère" idéale à mes côtés. C'est sans doute pour cela aussi que j'ai mis autant de temps à voir qui elle était vraiment. Je pense qu'elle attend de moi d'être un "père" idéal. Je crois que nous sommes tous les deux des "cf" qui rêvons d'être des "c" dans la classification, très juste, proposée par SP.

Une des bonnes choses qui s'est passée depuis que nous nous sommes expliqués et que nous avons décidé de continuer, c'est qu'elle s'est mise à être très tendre avec moi, comme elle ne l'avait jamais été. Ce qui m'a permis de comprendre que ce que je cherchais dans mes aventures, c'était cela, beaucoup de tendresse, je me trompais juste de solution en croyant que j'allais l'obtenir dans des histoires instantanées et sans suite... C'est pour cela que j'ai connu peut-être ces dernières semaines mes premiers instants de bonheur en couple, malgré le trauma.
Sans Prétention a écrit :
dim. 19 mars 2017 16:51
Merci de nous indiquer dans quel pays ne pas aller quérir un nouvel amour...
Mdrrrr, non ! Peut-être par message privé pour ceux qui veulent vraiment savoir. Mais sinon cela pourrait rendre trop facile notre identification par certaines personnes, et aussi ça renforcerait une généralité et un stéréotype sur un pays et une culture, et personnellement je lutte contre ça.
Narjisse a écrit :
dim. 19 mars 2017 09:41
Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu penses qu'elle aurait pu te parler, t'alerter afin que tu cesses tes agissements. Tu ne peux pas generaliser pour l'ensemble des cocus. Il semble que dans ton cas malgré ses mesaventures tu as des valeurs mais pas tous les cocufieurs. A l'epoque j'avais parlé a mon mari de mes soupsons mes angoisses..j'avais beaucoup maigris et j avais les preuves de son infidelité. Pris en flagrant délit il a continué comme si je n'étais rien pour lui. La communication oui mais avec des gens qui ont un minimum de valeur et de respect sinon on serait tous dans la reconstruction et on eviterait pas mal les divorces.
Narjisse, SP est d'accord avec toi aussi sur ce point. Peut-être la solution que je propose est idéaliste. Peut-être est-il impossible de parler à l'autre de sa souffrance sans éveiller sa culpabilité et provoquer ses réactions de défense, je le vois moi aussi quand je veux reparler du "sujet", elle se braque, s'énerve, m'attaque pour se défendre - j'avoue aussi que quelque part et même si je lui dit que non, j'aimerais bien lui régler son compte de cette manière et lui faire payer - tiens c'est un refrain d'une chanson connue dans son pays ça : "tu me le paieras".

Cependant... je suis persuadé au fond de moi-même que si on a une infime chance de s'en sortir, c'est en se parlant, arriver à se parler sans jeu et sincèrement de soi. Il faut bien sûr pour cela que l'autre ne soit pas arc-bouté sur sa défense, et que donc il ne soit pas trop fragile.

C'est peut-être le seul point qui me gêne un peu dans la classification de SP. "cf" et "c" pourraient être pris pour des natures innées, ou des statuts dont on ne change pas. Je voudrais croire que si on n'en change pas, on puisse en sortir. Et que l'analyse transactionnelle dit vrai que les rôles qu'on y joue sont dictés par des choix (des scénarios en analyse transactionnelle) pris inconsciemment dans l'enfance pour se défendre des blessures d'amour, mais qu'on peut re-décider consciemment une fois adulte... ceci dit en ce qui me concerne voici plus de 10 ans que j'y travaille, et avec quel résultats !

Comme le dit SP, le chemin sera long

Avatar du membre

bellae
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 46
Enregistré le : mer. 18 janv. 2017 14:42

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par bellae » mar. 21 mars 2017 15:23

brassens a écrit :
dim. 19 mars 2017 21:39
salut Saveur Amère, salut SP,

SP, je t'attendais ici...Je m'étonnais de ne pas encore t'avoir vu sur le fil! Quel décorticage encore une fois! Félicitations!

Pour le silence de madame au début, je partage l'avis de SP, cela n'aurait certainement rien changé, c'est toi le coupable Saveur Amère.....mais les règles n'étaient pas clairement affirmées et se taire devant de tels agissements n'est pas une réaction adaptée.
Salut tous,

Toujours très pertienentes et pleines de bon sens vos analyses Brassens et SP !! Vous m'avez énormément aidé j'espère que ça t'aide Saveur Amère

Je confirme aussi, tu l'aurais certainement entendu mais pas écouté, peut être bien encore plus blessée à ne pas réagir comme elle aurait voulu. En amour on attend de l'autre de réfléchir seul parfois... néanmoins elle te faisais des sous-entendu que tu n'a pas relevé... tu est multi cocufié et c'est la première fois que ça te fait réagir on ne peut rien prévoir n'est pas de regrets c'est le présent qui compte maintenant et le futur que tu souhaites ou non construire avec elle je pense.

Courage !!!
Modifié en dernier par bellae le mar. 21 mars 2017 15:38, modifié 1 fois.

Avatar du membre

bellae
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 46
Enregistré le : mer. 18 janv. 2017 14:42

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par bellae » mar. 21 mars 2017 15:24

.

Répondre

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Paolo et 4 invités