Quand les rôles s'inversent

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention, Nas

Avatar du membre

Usum

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Usum » mar. 21 mars 2017 17:10

Je vais jouer mon rôle du mec "brut de fonderie"...

Tu l'as trompé sans la ménager.
Elle t'as trompé de manière plus discrète.

Qu'elle l'ait fait en réaction ou non, 1-1 la balle au centre.

Comme Bellae, mettez cartes sur table et voyez si un nouveau contrat est envisageable.
Ton égo morfle, le sien n'est sans doute pas resté indemne non plus.

C'est le moment de se parler en toute franchise et notamment de régler tes éventuels conflits internes car elle peut aussi s'interroger sur ta capacité à être fidèle.

Pour finir, en 4 années, vous avez fait fort tous les deux et il serait aussi bon de repartir à zéro... avec qqu'un d'autre ?
Ce qui n'exclut pas une thérapie, si tu veux vraiment changer pour trouver et conserver cette relation "fusionnelle" le plus longtemps possible (rien n'est éternel cela dit).

EDIT: Tu es trop dans le mental, l'analyse. Va falloir y mettre du coeur.

Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 267
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par brassens » mar. 21 mars 2017 19:50

Salut Bellae,
bellae a écrit :
mar. 21 mars 2017 15:23
Toujours très pertienentes et pleines de bon sens vos analyses Brassens et SP !! Vous m'avez énormément aidé
Merci! Cela contribuera à notre "renarcissisation". Finalement, c'est toi qui nous aide!!
Mais, c'est toi qu'il faut féliciter, tu sors la tête de l'eau, cela fait plaisir, et la principale responsable est en face de toi dans le miroir, ni SP et encore moins moi. FELICITATIONS!!
Maintenant, un long combat va commencer pas contre toi mais en toi, je pense que tu as pris le bon chemin....

Saveur Amère,
Tu fais référence à l'AT, à des concepts "psychologiques", je vois qu'un travail d'analyse de ta part a déjà été fait et donc une prise de distance...
Mais comprendre n'est qu'une étape, la sublimation et les nombreuses sources de la résilience sont bien plus bénéfiques....

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2150
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Sans Prétention » mer. 22 mars 2017 16:53

Re,
saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
cette situation vécue sur l'instant comme un drame a ses sources bien plus loin, quelque part elle était déjà écrite, et continue de s'écrire... ce qui ne me rassure pas du tout sur l'avenir, du côté de ma compagne comme du mien.
Théoriquement, quand on comprend, c'est pour prendre de meilleures décisions... Donc "pas rassurant", je ne serais pas si catégorique.

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Hier je suis tombé par hasard sur un de ses commentaires écrit le 29 mars 2016, sur un profil public de messagerie qu'elle utilise peu (jusqu'alors c'est ce que je croyais), soit 3 mois avant le début supposé par moi de son histoire : "la vie apporte son lot de surprises". C'est anodin comme phrase, mais mes mains sont devenues moites, signe que je connais trop bien maintenant, et elles ne se trompent pas. Donc si ce n'était lui, c'était (aussi) un autre.... C'est l'enfer que je vis maintenant. Le souvenir de petites incohérences que je n'avaient pas comprises sur le moment s'éclairent d'un coup, des petits détails qui surgissent ainsi à l'improviste me ramènent à ce que je voudrais oublier et alimentent le traumatisme.
C'est pas qu'on en sait pas. C'est qu'on ne veut pas voir...
viewtopic.php?f=40&t=3730#p58017

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Bon je reviens un peu sur le décorticage, ça me changera les idées.
Usum ne serait probablement pas d'accord avec toi...

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
j'ai déjà été trahi plein de fois, en affaires, en couple, mais sans traumatisme, tout au plus des souvenirs cuisants... J'ai l'impression que quelque chose de plus profond est touché en moi. Si je suis la logique du reste du décorticage, et remonte à l'enfance, je me dis, très psychanalitiquement, que ça a réactivé la rupture du lien symbiotique entre ma mère et moi, cette intimité perdue par l'intrusion d'un autre homme.
Ah. Check.
Certains pensent que je divague "au hasard" et pourtant...

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
J'ai fais 6 ans de thérapie.
Sans doute une marche a été escamotée... Il n'est jamais trop tard, sans forcément refaire une thérapie...

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Mon thérapeuthe me disait que j'avais vécu une sorte de mort affective pendant mon enfance... Alors oui je suis un phobique de la relation, mais en même temps je ne rêve que d'une seule chose, c'est de relations, et de relations fortes et fusionnelles.
Fortes et fusionnelles sont deux problèmes de fond.
Le fort exclut le fusionnel...

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Lui parlait d'ambivalence plutôt que de phobie.
Ambivalence... Vouloir le beurre et l'argent du beurre et comme on ne peut pas dans le réel, on prend le beurre à droite, et l'argent du beurre à gauche de sorte qu'on a l'illusion de tout avoir... Et rien, puisqu'on ne s'attache pas.

L'ambivalence est un état. La phobie un réflexe...
Mais oui, on parle bien de cela dans la littérature psychanalytique.
Beaucoup de développement sur le syndrome dit de la "maman et la putain"... Qui aboutit à une fuite et un comportement qui met fin à tout attachement avant qu'il ne commence.
saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Je crois bien que c'est de cela dont j'avais plus ou moins inconsciemment investi ma compagne, elle était la gardienne du temple, de mon intimité, au coeur de ma famille et de ceux qui m'étaient le plus chers, et dont souvent elle était le lien. C'était la place qu'elle avait prise peu à peu et sans le dire, pour mon plus grand bonheur. La "mère" idéale à mes côtés.
Glissement vers le profil "c"...
Ce qui différencie les "c" des "cf" est notamment d'avoir "résolu" l'ambivalence primaire en mettant tout sur le même partenaire: femme, amante, mère... Mais de façon pathologique :bonk:
"C" idéalise au mépris de la réalité... Mais de façon trop positive.
"cf" a tendance à voir son con joint parfois comme un boulet. Dans le réel, une fois le voile levé, c'est le contraire.

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Je pense qu'elle attend de moi d'être un "père" idéal.
Son père ou un père ?
Parce que prendre sa place au sein de la famille, en tant que père ET amant empêche de façon fragile, mais réelle, paraît-il, les rechutes.

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Je crois que nous sommes tous les deux des "cf" qui rêvons d'être des "c" dans la classification, très juste, proposée par SP.
Bon ben classification: check.
(Tout en étant conscient qu'il ne s'agit pas d'un dogme à suivre à la lettre, mais une tendance générale...)
saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Une des bonnes choses qui s'est passée depuis que nous nous sommes expliqués et que nous avons décidé de continuer, c'est qu'elle s'est mise à être très tendre avec moi, comme elle ne l'avait jamais été. Ce qui m'a permis de comprendre que ce que je cherchais dans mes aventures, c'était cela, beaucoup de tendresse, je me trompais juste de solution en croyant que j'allais l'obtenir dans des histoires instantanées et sans suite... C'est pour cela que j'ai connu peut-être ces dernières semaines mes premiers instants de bonheur en couple, malgré le trauma.
Merci de le faire remonter ici.
Je penche aussi pour cette version des choses, sauf pathologie grave.

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
Peut-être est-il impossible de parler à l'autre de sa souffrance sans éveiller sa culpabilité et provoquer ses réactions de défense, je le vois moi aussi quand je veux reparler du "sujet", elle se braque, s'énerve, m'attaque pour se défendre -
DesEsseintes a écrit :
ptitcoeur a écrit :Il est étrange de constater que c'est tj à cause du cocu que le trompeur cocifie...
C'est un réflexe d'auto-défense je crois.
Nous avons tous été élevés par le biais une image figée concernant l'adultère : celles et ceux qui trompent sont des salauds / salopes, des faibles, des lâches, des égoïstes, etc.. Ca, tout le monde le sait et l'a dit / pensé un jour en parlant d'un couple, Y COMPRIS les gens qui dix ans plus tard trompent à leur tour. Aussi, lorsqu'une personne devient infidèle, il lui est souvent impossible d'accepter qu'elle est elle-même "salope / faible / lâche / égoïste / etc...". D'où le rejet de la faute sur le conjoint, afin de "prouver" aux proches qui apprendraient la vérité que "non, je ne suis pas une(e) minable, c'est pas à cause de moi!". C'est pour ça aussi que pas mal d'enfoirés avancent qu'ils ne sont pas infidèles mais "poly-amoureux", ou qu'ils sont "fidèles à eux mêmes", ou "fidèles à leurs conjoints ET leurs amants" (sous-entendu "j'en ai que deux, je suis pas une salope / un salaud")
Quand tu te balades sur des forums (Doctissimo en tête), tu t'aperçois que beaucoup revendiquent fièrement entre eux le fait de tromper (aucun remord, ils se font plaisir et autres phrases débiles du type "tant que le conjoint ne sait pas il ne souffre pas") et développent des théories de vie sur la liberté sexuelle, mais que par contre ils n'acceptent quasiment jamais le mot "infidèle", et que malgré leurs revendications ("je fais ce que je veux") ils ressentent toujours le besoin d'accuser leur conjoint ou autre (société, religion).
Comme quoi, le bourrage de crâne qui leur a été fait toute leur vie durant sur le fait que l'infidélité = mal, continue de les travailler.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=2261#p32063

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
C'est peut-être le seul point qui me gêne un peu dans la classification de SP. "cf" et "c" pourraient être pris pour des natures innées, ou des statuts dont on ne change pas.
Je ne crois pas au changement, mais je crois beaucoup aux évolutions.
Rien n'est donc perdu...

Cela n'évacue pas le côté "structurel" de certains penchants. Aimer la viande et être sommé de devenir vegan du jour au lendemain ne se fait pas sans conséquence sur l'identité.

Je crois également aux déterminismes au sens où quand on plante une graine de tomate cela ne donne pas un pommier. Mais pour l'humain, il y a ce qu'on pourrait appeler un "supplément d'âme" qui peut changer la donne.
En neurosciences, on parle de plasticité du cerveau (qui commande des actions, des comportements), en psychologie de résilience, en religion, d'aspiration supérieure.
Ce qui revient à dire, et donc fermement CROIRE que l'homme PEUT.

Concernant les cocufiages, cela exclut d'une évolution quelconque tous ceux qui avancent des arguments animaliers ("l'homme n'est pas fait pour la fidélité") pour justifier la polyquelque chose.
Le plus drôle, c'est que ce sont les mêmes qui réfutent les déterminismes psychologiques qui avancent des déterminismes "biologiques". N'importe quoi.

Bref. Beaucoup à dire sur le sujet parce qu'on peut être fidèle à plusieurs partenaires... Quand tout le monde est d'accord !!!
Autrement, c'est de la trahison.

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
on peut re-décider consciemment une fois adulte...
Avec une bonne dose de lucidité, d'humilité et de tempérance... Oui. Mais à deux. Et c'est là le défi !

saveur amère a écrit :
lun. 20 mars 2017 18:23
ceci dit en ce qui me concerne voici plus de 10 ans que j'y travaille, et avec quel résultats !
Peut-être que ton arrivée ici redistribuera les cartes.

Bon courage pour la suite... On te suit Saveur Amère.
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 10
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » mar. 4 avr. 2017 15:13

Salut à tous. Bon je crois que je vais un peu mieux, c'est pour ca aussi que je ne suis pas venu sur le forum depuis un certain temps.

On dirait que mon cerveau se fatigue de repasser toujours les mêmes images, et s'il le fait encore souvent les images ont perdu un peu de force et m'etouffent moins.

Ce qui me tue encore, c'est les insomnies comme cette nuit, et quand je suis seul. Alors là ça remonte et je ne m'en sors pas.

Sinon la relation avec elle semble se stabiliser. Il y a certains jours elle a des gestes d'amour comme elle n'a jamais eu. Alors tout va bien. D'autres jours elle est renfermée sur elle même, et alors c'est dur. La colère remonte à la surface. Et j'ai autant de difficultés à lui faire confiance et elle aussi sans doute. Elle est persuadée que je prépare une nouvelle relation, et moi j'ai du mal à croire quand elle me dit que la communication avec son amant a pu s'arrêter ainsi, après 6 mois d'une idylle si mémorable . Lui en particulier n'a aucune raison d'arrêter, au contraire, par jeu et pour affirmer sa fierté de mâle, il s'emploie certainement à l'avoir de nouveau...

Je voyage beaucoup ce qui n'arrange rien...

Dans quelques jours nous allons nous retrouver tous les deux à Paris pour la première fois depuis les "événements" . Je sais que ça va être dur pour moi. Non pas qu'elle essaie de le revoir... Mais il va falloir que j'affronte sa famille et le cercle de ses amis qui sont TOUS ou presque au courant, par ses soins, de ses frasques dont elle a tiré orgueil. En se moquant ou en laissant se moquer de moi au passage... Umpf! Sans compter que la probabilité n'est pas nulle que je croise si nous sortons son magnifique amant, auquel cas je me connais je ne vais pas hésiter à me ruer sur lui et finir à l'hôpital probablement. Je pense que pour une fois mes stratégies si développées d'évitement et de camouflage vont me servir positivement !

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 10
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » jeu. 6 avr. 2017 11:36

Je reviens vers ce forum pour déverser mes idées de la nuit en espérant m'en débarrasser...

La première c'est le temps qu'il me faut pour mesurer toute les conséquences de ce qui s'est passé. Moi qui est d'habitude l'esprit rapide, là mon cerveau fonctionne au ralenti et par escalier. Le plus dur c'est de voir l'autre différemment alors que pendant des années on s'est illusionné... Ma compagne est une personne discrète, qui aime rester à la maison, qui dit que sa famille est la chose la plus importante pour elle. Elle se faisait passer pour le sommet de la vertu, avec un comportement irréprochable, et prend facilement des airs effarouchés si on met en cause son honnêteté, même en plaisantant... Et il faut que je vois cette même personne lors du summum de sa tromperie : quand elle m'a fait venir dans le restaurant où travaille son amant, parce que c'était le seul moyen pour elle de le voir cette fois-là. Cette personne que je trouvais un peu maladroite, dont les hésitations et les timidités me touchaient, a ce jour-là agit avec un sang-froid et une préméditation insoupçonnables. Ma mémoire a noté pleins de petits détails, comme par hasard. D'abord son insistance à aller ce soir-là au restaurant, elle a pris l'initiative, assez rare pour elle, de réserver une table. Ensuite elle m'a traîné dans un magasin de déguisement car c'était la soirée d'Halloween (!). Elle a voulu acheter des déguisements pour tous le monde, les enfants y compris, et a insisté pour les payer, alors qu'ils étaient plutôt très chers. Elle s'est fait un déguisement de chatte très sexy, et a étrenné pour l'occasion une petite robe très courte... Sur place elle a eu un comportement impassible. Beaucoup moins que son amant dont plusieurs de ses comportements m'ont mis mal à l'aise. Dans la façon de lui dire bonjour, de lui offrir sous mon nez une bière (ah ! j'ai eu envie de lui balancer dans sa sale gueule mielleuse, et j'aurais dû le faire), puis quand il a dansé avec elle devant moi. A un moment ma compagne a disparu un moment et je suis parti à sa recherche. En entrant dans les toilettes, j'ai croisé l'amant et j'ai vu un mélange de surprise et de peur dans son regard. Je crois bien que si j'étais entrer deux secondes plus tôt je les aurais surpris... Bon et après elle s'est marré de l'événement avec une copine à qui elle a envoyé des photos de la soirée. Commentaire de la copine : ton mari aurait mieux fait de choisir un déguisement de bête à cornes... Ma compagne me jure les yeux dans les yeux que l'histoire n'avait pas encore commencé : mensonge !!!!

Donc voilà depuis trois mois je me bats avec ça et le reste, et je ne sais pas quoi trop en faire. J'ai encore des difficultés à le croire, à voir dans ma compagne cette personne calculatrice, égoiste et perverse...

La deuxième idée qui me frappe vient de notre immaturité en France sur la relation amoureuse. Enfin en fait je ne devrais peut-être ne parler que de moi, mais on vit vraiment ici au pays des bisonours à croire que parce que l'autre te dit je t'aime et couche avec toi il n'a rien d'autre en tête. Et on fait un drame de ce qui n'est vu que comme péripétie dans une autre culture, notamment celle de ma femme. Dans son pays les hommes et les femmes se trompent quasi systématiquement, aussi être trompé, c'est plutôt un moment désagréable qu'on cherche à oublier rapidement... en trompant l'autre ! J'ai recontacté une amie qui vient du même pays qu'elle pour parler de ma situation et de mes questions. Au passage elle était au courant de l'affaire, et l'avait été avant moi (eh oui, quand on est cocu, il y a des figures obligées, et on boit le calice jusqu'à la lie)... (au passage nouveau mensonge de ma compagne qui dit qu'elle a agi en toute discrétion...). La réaction de mon amie a été bien différente de mes amis français. D'abord elle a pris la défense de ma compagne, en me rappelant que je l'avais trompée, et qu'elle avait dû beaucoup souffrir pour cela. Ensuite elle a complètement minimisé l'événement en disant qu'il n'avait sans doute pas plus d'importance que ça pour elle, que l'important c'était qu'elle était toujours à mes côtés. Elle connait bien l'amant en question et m'a dit que je n'avais pas de soucis à me faire, qu'il ne valait pas grand chose... j'ai compris qu'elle le connaissait vraiment bien et que sans doute il était passé entre ses jambes à elle aussi... je n'en peux plus de ce pays où tout le monde couche avec tout le monde, et ensuite prend un malin plaisir à tout raconter aux autres et faire des ragots. Si j'ai pu en profiter un temps, maintenant je ne ressens que dégoût...

Dernière idée pour aujourd'hui : cela ne sert à rien d'aller chercher du réconfort auprès de la personne qui vous a trompé. Si tu vas mal et que tu as besoin d'un peu de tendresse, passe ton chemin ! Quand on y pense un peu cela s'explique. Comment l'autre peut-il te donner de l'aide quand il sait qu'il est la cause de ton mal-être, et donc lui même sur la défensive et aux prises avec sa culpabilité...

Bon je vous dis au revoir, je vais essayer de passer à autre chose. :A+

Avatar du membre

Topic author
saveur amère
Cornu
Cornu
Messages : 10
Enregistré le : ven. 17 mars 2017 17:10

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par saveur amère » jeu. 20 avr. 2017 06:44

Bon je m'étais dit que je ne reviendrais plus sur ce forum, mais après une nuit épuisante d'insomnie à ressasser le passé après de nouvelles découvertes, mais surtout m'inquiéter du présent et du futur, j'y reviens.


Avec cette question : quel pourcentage de chance ai-je d'être à nouveau cocu, et si ce n'est pas encore, bientôt ?

Nous sommes donc allés tous ensemble à Paris, et lors de ce séjour Madame a accumulé beaucoup de signes inquiétants.

D'abord elle s'est baladée pendant tous ces jours avec un préservatif dans son sac, sous mon nez donc. Ce préservatif je l'avais déjà repéré, oublié dans un sac. Et je l'avais reconnu puisqu'il est à moi : il a cette particularité qu'il est tellement vieux qu'il date d'avant la loi qui oblige à imprimer un date de péremption. J'ai jeté les autres, celui-là a été sauvé par sa main, elle est vraiment sans scrupule, à moins que ce ne soit une petite vengeance :+ ... Dans quelle intention ? Pour qui ? Quand ? En tout cas il n'a pas servi, et ce n'est peut-être pas une si bonne chose....

Mais bon la question est : comment peut-elle prendre un tel risque, sachant en plus que je vais être spécialement vigilant lors de ce voyage ? Si ce n'est de préparer un "au cas où", sachant que je dois m'absenter deux jours à cause de mon travail ?

En tout cas elle l'a vu puisqu'elle l'a déplacé dans son sac. Au début il était dans un petit porte-monnaie déchiré, elle a jeté le porte-monnaie, et gardé le préservatif ! Hum hum. Il n'y a quand même pas beaucoup d'intentions possible pour ce geste. A moins qu'elle ait l'intention de me le rendre :lol:

Second signe inquiétant : elle me disait n'avoir qu'une envie, c'est de voir ses amiEs. J'insiste sur le E. Je sais qu'elle organisait sa visite, sans s'en cacher d'ailleurs, me disant que c'était important qu'elle les voit. Or elle ne les a pas vues. Et elle ne m'a rien dit à ce sujet, aucune mention ni explication... Et ça c'est TRES incohérent et TRES inquiétant. D'une certaine manière cela peut vouloir dire qu'elle n'a pas eu besoin de ce stratagème, que tout simplement il est venu la voir pendant la nuit, sachant que le jour elle était coincée par les enfants. Au mieux elle s'est rendu compte qu'elle ne pourrait pas le voir, à cause des enfants, et elle a donc renoncé à monter un stratagème. D'ailleurs ses amies, quand on était à Paris, elle ne les voyait pas si souvent que ça...

Dernier signe inquiétant : quand je suis revenu elle s'est montrée très, mais alors très distante, alors que d'habitude elle est plutôt chaleureuse quand je rentre. En fait je ne l'avais jamais connue comme ça, je n'ai pas le souvenir d'avoir ressenti une telle distance auprès d'elle, et cela a durer longtemps, jusques tard dans la nuit. Culpabilité ? Mauvaise conscience ? Ou tout simplement elle était "ailleurs" par ce qu'elle venait de vivre ?

Voilà, je n'ai pas plus de preuves et je ne chercherai pas à en avoir, mais j'ai quand même passé ma nuit à évaluer la chance que j'ai d'être à nouveau ou bientôt cocu. Je dirait 8 chances sur 10. Qu'en pensez-vous ?

J'espère cependant que je suis pris de paranoia et que je me trompe, que cette page a réellement été tournée, et que je n'aurais plus à revenir ici.


Y para los ojos que por pura casualidad pasean aqui, guiados por una mano invisible, là de la gitana ? :mdr , de todo eso tenemos que hablar...

Avatar du membre

sophit444
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 142
Enregistré le : mar. 21 juil. 2015 15:19

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par sophit444 » jeu. 20 avr. 2017 08:32

Qucontrôssentis soit fondé ou non ,le problème de fond c est que tu cogites et que ça te fait souffrir ....une fois la confiance brisé ,avant de recoller les morceaux ,il faut une bonne dose de courage mais aussi sentir l autre a 500% auprès de nous ...

le problème c est qu ils ne sont peut être pas sorti de leur marasme amoureux ? le doute subsiste et subsistera ...réalité ou paranoia seul le conjoint le sait !!!! et ça rend fou !!!!!!

les intuitions quand elles sont très fortes sont très difficile A contrôler même quand le conjoint veut nous rassuré alors si en plus elle ne te rassure pas ...imagines

Avatar du membre

Pandore
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 33
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 11:24

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Pandore » jeu. 20 avr. 2017 13:20

saveur amère a écrit :
jeu. 20 avr. 2017 06:44
Voilà, je n'ai pas plus de preuves et je ne chercherai pas à en avoir, mais j'ai quand même passé ma nuit à évaluer la chance que j'ai d'être à nouveau ou bientôt cocu. Je dirait 8 chances sur 10. Qu'en pensez-vous ?
Non. 10/10.

Je vais te dire. Hier, j'ai fait venir une amie qui n'est pas française, et que je connais depuis longtemps et auprès de qui j'ai pu me confier sur l'aventure de ma femme. Je lui ai toujours plus et il y a quelques années elle avait commencé à me "violer" dans ma cuisine avant que je ne reprenne mes esprits et la calme en disant que ça n'allait pas et qu'on ne pouvait pas faire ça à nos conjoints.
Je sais de source sûre qu'elle a eu depuis au moins une coucherie puisque sa jeune fille est tombée sur un texto explicite reçu d'un homme autre que son père et qu'elle l'a répété à ma fille.

Cela peut paraître fou, mais elle m'a encore affirmé hier qu'elle n'avait jamais trompé son mari et que si son mari le faisait, elle lui ferait payer tous les jours. Elle m'a soutenu que ma femme n'avait pas qu'une aventure temporaire et que ça devait sûrement durer encore. Que je devais me méfier.

C'était surréaliste mais au moins je voyais comment une cocufieuse était capable de se mentir à elle-même et mentir à ses amis. J'ai vu aussi la révélation : un/une cocufieur/cocufieuse mentira toujours et recommencera toujours.

Quand je lui ai parlé de notre arrangement "théorique" d'être un couple non-exclusif sur le plan sexuel, elle était horrifiée en disant que jamais elle n'accepterait cela à son homme. Bref, l'hypocrisie était élevée en vertu. Pourtant, elle vient d'un pays où l'homme est polygame et elle trouve bizarre notre monogamie française.

Voilà les mystères de la psychologie féminine.

Alors ta femme qui est froide et distante par moment. Tu n'as pas besoin d'aller chercher bien loin...

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2150
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par Sans Prétention » jeu. 20 avr. 2017 22:50

Pandore a écrit :
jeu. 20 avr. 2017 13:20
Cela peut paraître fou, mais elle m'a encore affirmé hier qu'elle n'avait jamais trompé son mari et que si son mari le faisait, elle lui ferait payer tous les jours. Elle m'a soutenu que ma femme n'avait pas qu'une aventure temporaire et que ça devait sûrement durer encore. Que je devais me méfier.

C'était surréaliste mais au moins je voyais comment une cocufieuse était capable de se mentir à elle-même et mentir à ses amis. J'ai vu aussi la révélation : un/une cocufieur/cocufieuse mentira toujours et recommencera toujours.

Quand je lui ai parlé de notre arrangement "théorique" d'être un couple non-exclusif sur le plan sexuel, elle était horrifiée en disant que jamais elle n'accepterait cela à son homme. Bref, l'hypocrisie était élevée en vertu. Pourtant, elle vient d'un pays où l'homme est polygame et elle trouve bizarre notre monogamie française.

Voilà les mystères de la psychologie féminine.
C'est pas de la psychologie féminine, c'est de la psychologie tout court...

Pour Usum: ce qui est décrit ici n'est pas le comportement d'une femme, mais d'une "adulte tyran" qui présente des signes évidents d'hystérique.
Je suis obligé d'admettre qu'il y en a de plus en plus.
Il faut admettre en outre que s'il y en a de "plus en plus", c'est qu'il y en a encore qui ne le sont pas (c'est mathématique).

Le 10/10 de récidive est très probable, SI "quelque chose" ne change pas et ce "quelque chose", c'est TOI, pas elle.
Ca n'évitera pas forcément la récidive, ça en évitera les conditions, mais surtout, ça fera tomber le couperet, récidive ou pas en cas d'irrespect dans le couple.
Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

franck86
Nouvel Utilisateur
Messages : 1
Enregistré le : sam. 19 août 2017 17:19

Re: Quand les rôles s'inversent

Message par franck86 » sam. 19 août 2017 17:50

Dans certains pays africains les moeurs et coutumes par rapport au sexe sont bien différentes des pays occidentaux, donc je pense que lorsqu'on fréquente une personne d'une autre culture on ne peut pas s'étonner de ses comportement ou lui demander d'en changer radicalement, c'est d'ailleurs aussi certainement un peu pour cela qu'il y a eu attirance.... :jap:

Répondre