Bienheureuse Infidélité

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Nas, Dom3, Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Topic author
kriskia
Nouvel Utilisateur
Messages : 2
Enregistré le : mer. 30 août 2017 18:58

Bienheureuse Infidélité

Message par kriskia » mer. 30 août 2017 20:54

Bonjour à tous,

je m'excuse d'avance pour les fautes d'orthographe mais le français n'est pas ma langue maternelle.

Il y a bientôt un an, mon mari m'avoue s'être rapproché et même croire être tombé amoureux d'une collègue.
Il avoue au début juste un bisous "de rien du tout" dans l'RER.

A l'époque , c'est vrai, notre couple était en danger.....moi je revenais d'un burn out post accouchement (j'ai accouché de mon 2eme enfant en Mars 2016 et eu un gros coup de déprime) ,je le critiquais tout le temps, des reproches, de non-dit, j'avais un tel besoin de son support mais je lui communiquais tellement mal que, bref.... ses aveux du coup, m'ont fait réaliser à quel point j'avais été assez desagreable et je me suis de suite mise en position de "cor-responsable".
Donc, après le shock des aveux, quelques crises de colère plus tard, des jours de tristesse infinie, je lui propose une thérapie de couple (chose que je lui avait déjà proposé qql mois après l'accouchement quand même) , et je me remets en position active pour sauver le mariage (fait bcp plus attention à mon corps, proposition des weekends, attentions, bcp bcp d'intimité, je crois qu'on a jamais fait l'amour autant que cette période, je l'ai même accompagné au mariage de son meilleur pote à seulement 3jours des aveux)..mais je lui dit clairement que je veux qu'il coupe tout lien avec cette personne , laquelle, entre-temps, déménage à Londres pour le travail (dans la même société).

Bref, tout semble aller dans la direction juste, sauf que, 2mois après ses aveux je découvre que: il a pas du tout coupé les liens, en revanche il continue avec des messages très inappropriés, des coup de fils et surtout que le "bisou de rien de tout", s'est transformé en plusieurs RDV chez elle (en prenant ses vendredi aprem, car les soirs il sortait jamais) et que leur relation a commencé juste avant nos vacances en famille, cet à dire après 4mois que j'ai accouché et que je me démerdais seule pour sortir de ma déprime.
Si je découvre tout ça s'est parce que: 1) je continue à le voir assez absents dans ses pensées 2) il y avait comme une petite voix en moi qui n’arrêtait pas d'y penser et qui m'a fait fouiller dans tout ce que je pouvais....

Noel approche et je m'en vais voir ma famille (à l’étranger donc) pendant 3 semaines et demi avec les enfants en le laissant seul.
Pendant cette période il y a bcp d'échanges de sa part montrant qu'il voulais se réinvestir et qu'il aurait tout fait à mon retour pour regagner ma confiance.
A mon retour cependant , bien que super présent pour la gestion enfants et la logistique, entre nous 2 ce sont les montagnes russes.
Moi je suis trjs en attente qu'il regagne ma confiance ( avec des attentions, des mots, des gestes), je m'attendais à être reconquise.
Au même temps je suis trjs en colère pour ses mensonges (vu que c'est lui qui a avoué, pourquoi ne pas avoir dit tout et toute de suite?) et surtout très, très méfiante. Et j'ai bien fait car encore en Février il continue non seulement ses échanges, coup de fils avec elle mais même il me dit qu'il se sont embrassés en salle de réunion lors d'un passage de mademoiselle au siège.
Je découvre en plus que la fille en question (plus jeune et sans enfants) non seulement elle est prête à l'accepter avec 2 enfants mais qu'elle lui en demanderait que un (dans le cas leur relation marcherait)...

Se succèdent ainsi des mois de mal-être , de tristesse, des colère, des violences même (de ma part vers lui) , je le mets à la porte plusieurs fois entre la période de février à juin afin qu'il fasse le point lui tout seul car je gère mieux la solitude que son attitude.
Chaque fois que je lui demande où en es-tu?
Il me réponds je ne sais pas, il fait comme si rien n'était, très peu d'affection, peu des conversations et quand on parle il me dit trjs être perdu, bloqué, et il m'envoie pendant tous ces mois des signaux contradictoires: une semaine il y a du positif en m'achetant des cadeaux ou en écrivant une lettre , et la semaine suivante il dit qu'il n'est pas très sur d'avoir encore des sentiments pour moi, et ainsi de suite jusqu'à juin.

Entre-temps, on arrête la thérapie de couple car j'estime que s'il ne coupe pas les liens avec l'Autre et il fait pas des efforts concrets pour regagner ma confiance, ça serve pas à grand chose (j'aurais mieux fait dévaliser Zara) et pour ma part je commence un travail chez une psychothérapeute.
De plus je suis au chômage car j'avais un CDD qui n'a pas pu être reconduit, bref, la totale.
En juin enfin, vu qu'il sait trjs pas où il en est et que lors d'une conversation il me dit "se considérer comme un mec en voie de divorce", je lui impose vacances sépares pour Juillet/Août (comme les vraies sépares) et fait suivre une lettre d'avocat qui dit que je suis prête à lui accorder un divorce à l'amiable (et non pas par faute comme dans mes crises de colère je lui avait balancé) et qu'on attend les coordonnées de son avocat pour entamer les négociations. Lui, un peu étonné quand même, me lance un "maintenant que tu me donne le divorce sur un plateau d'argent je ne suis plus sûr de le vouloir"...... :doute:

Alors pourquoi je parle de bienheureuse infidélité dans le titre?
Eh bien.... vous savez quoi..... parce que, après tout, cette histoire m'a changée. En Janvier (quand mon chômage a débuté) j'ai commencé vraiment à aller pas bien, non seulement ma couple était en train de se briser , mais aussi tout mon système de valeur, croyances, les idéaux de la belle famille à 4 , de la couple soudé, ect.... j'était perdue, annentie, je faisais des crises d'angoisses....professionnellement j'avais plus gout a rien, je voulais rechercher du boulot pour sortir de chez moi mais rien m'intéressait et puis je voulais être "libre" de partir vers ma famille d'origine un peu de temps si les choses ne s’arrangerait pas...
Je me sentais une faillite, moi, que je suis parti de mon pays pour le suivre en France, que j'ai toujours accepté des conditions de travail pour pouvoir gérer la famille pendant que lui faisait une très belle carrière, que j'acceptais de rester en IDF (trjs pr sa carrière) alors que ça fait des années qu'on parle de quitter Paris....
Bref, au moment j'ai dit stop à toutes ses pensées, à me victimiser, à me pleurer dessus....j'avais 2choix: soit continuer comme ça et faire la victime, soit prendre en main finalement ma vie. Et j'ai choisi cette dernière option, je me suis inscrite à une formation en développement personnel,j'ai ouvert une franchise, je me suis mise au bénévolat dans la crèche de ma fille, j'ai commencé à écrire une BD pour évacuer ma colère....
J'ai réussi à me concentrer sur moi, me focaliser, me faire du bien, à utiliser cette expérience en utilité pour moi, à en tirer profit pour faire un grand point su ce que je veux/veux pas, ce que j'accepte/ou pas, en à me reconstruire.
J'ai compris que l'être humain est tel qu'il est, un être avec ses limites et ses faiblesses, et que même si au début je criait haut et fort comme vous tous "pourquoi moi???", maintenant en revanche je me dit "heureusement moi" et que l’infidélité, mine de rien, est comme tout les autres crises de la vie: un'excellent moyen de faire un'introspection de fond.
Attention: je ne l'encourage pas, au contraire, mais vu que pour qui est en train de me lire, le dédommagement est déjà fait, autant s'en servir pour qql chose.
Et comme j'ai dit à mon mari avant les vacances a sa remarque "j'ai pas l'impression d'avoir été assez puni":
tu peux continuer tes sexting , tes appels , à disperser ton énergie dans le consumisme de l’adultère, moi, tu sais quoi? Je prends soin de moi, de mes enfants, de mes relations amicales, j'utilise mon temps pour m'enrichir .... donc j'estime que tu est en train de te punir tout seul à long terme.
Car l’infidélité pour moi c'est ça: une façon de "consommer", de plaquer au dos d'une autre personne un besoin, rien de plus, rien de moins.

Et pour revenir à mon historie.... je n'ai pas des réponses sur "nous" encore, mais parfois ces expériences servent à se rendre compte de ce qui est vraiment la personne avec qui on a partagé sa vie, à comprendre si on a évolués tellement en direction différentes que c'est irréparable ou si encore il reste des vrais sentiments. To be continued....
Bon courage à tous.



Avatar du membre

brassens
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 287
Enregistré le : jeu. 1 sept. 2016 03:18

Re: Bienheureuse Infidélité

Message par brassens » mer. 30 août 2017 21:46

:ala: :jap: :super: :thx:



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2252
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Bienheureuse Infidélité

Message par Sans Prétention » jeu. 31 août 2017 05:29

Pas mieux.
Après l'amour de soi (comme ici et pas un narcissisme exacerbé comme ailleurs), la prochaine étape sera un amour partagé.

Thank you very much Kriskia...


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre