quelques nouvelles

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention, Nas

Avatar du membre

Topic author
jess85
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 35
Enregistré le : mar. 29 août 2017 10:16
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4042

quelques nouvelles

Message par jess85 » lun. 30 oct. 2017 11:57

bonjour,
après une absence, je viens donner quelques nouvelles, nous avons des hauts et des bas , beaucoup de bas. du moins j'ai du mal à profiter des bons moments.
je n'arrive plus a lui parler , à le regarder, à lui tenir la main, ou l'embrasser avec envie....
je me dis que ma réaction est naturelle et que ça fait parti d'un processus de protection.
je ne veux pas le quitter même si dans mes principes de vie j'aurais déjà foutu le camp , mais la vie fait qu'on doit y réfléchir à plusieurs fois avant de prendre certaines décisions.
je veux aller mieux , oublier cette grosse merde qui empoissonne mon quotidien, plutôt sa grosse merde , j'aimerais pouvoir me libérer de cette douleur atroce dans ma poitrine qui me fait pleurer chaque jours , mais j'ai encore un blocage .
j'ai peur car je l'aime mais il a brisé quelque chose, je ne l'aime plus pareil qu'avant , plus avec la même intensité , ni le même désir , ni la même passion. je lui ai dit , qu'il a bien merdé , car j'aurais étais capable de tout pour lui.
je lui ai dit que je ne le considérais pas seulement comme mon amoureux ou mon mari, mais que pour moi il était bien plus c’était mon meilleur ami et mon amant, que lui seul savait remplir tous ces rôles , et maintenant je les ai tous perdu .
ce qui est drôle c'est que la seule personne capable de me consoler , c'est aussi celle qui m'a fait le plus de mal.
vous qui avez décidé, de donner une chance et de continuer votre couple, dites moi comment y arriver, comment passer des journées sans y penser, comment avancer sans douleurs ....



Avatar du membre

so78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 351
Enregistré le : mer. 22 avr. 2015 15:14

Re: quelques nouvelles

Message par so78 » lun. 30 oct. 2017 17:30

Bonjour,
Je ne crois pas être très bien placée pour te répondre car trois ans après j'ai toujours beaucoup de mal à... tout.
Certaines choses semblent aider cependant. Pense à toi, reconstruis toi avant de reconstruire ton couple. Une nouvelle passion, du sport, de nouveaux amis ou des amitiés renforcées, de nouvelles perspectives dans ton travail, le soutien d'un psychiatre, tout ce qui t'aidera à te retrouver toi. Fais toi des journées entre copines ou des soirées pour avoir des moments où tu te sortira cela de la tête.
Parler avec une personne qui a vécu la même chose aide beaucoup aussi, et crois moi il y en a autour de toi.
Quant à retrouver l'envie de l'embrasser ou de le toucher, le temps fera probablement son œuvre.
Je te souhaite une bonne reconstruction et beaucoup de courage, bises,
Pense à toi.



Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 193
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: quelques nouvelles

Message par Mitsou78 » lun. 30 oct. 2017 19:09

Un an pour moi, un an à tenter une construction nouvelle, la vie, la relation, les sentiments, tout est différent, il n'existe plus l'insouciance que la confiance générait...
Un an à avancer, plus seul avec ma psy, qu'à deux, à me construire un nouveau moi, à recentrer les émotions sur moi et pas sur elle... Un an et toujours des questions quasi quotidiennes, pas un seul jour sans y penser, à comprendre et interpréter tous les mouvements, les actions, les événements de leur 4 mois, à comprendre et isoler le comportement de chacun des deux fautifs de l'histoire. Je dis bien fautif, car si nous sommes tous acteurs de la relation qui nous lie, nous ne sommes responsables et acteurs en rien dans le choix et l'orientation prise à aller s'épancher et se vautrer avec un ou une autre....
Un an à encore percevoir et ressentir des mensonges et des tromperies passées, à chercher une explication, à surtout vouloir que la vérité découverte ne suis plus encore bafouée de mensonges, d'excuses ou de transfert de responsabilité, que ma vision claire de leurs travers soit comprise et non plus irrespectueusement déniée...
On refait un point dans un an...

:thx:


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

cecile82
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 363
Enregistré le : sam. 31 oct. 2015 18:41

Re: quelques nouvelles

Message par cecile82 » mar. 31 oct. 2017 12:58

Ils nous ont déçu; moi je finissais par le regarder avec pitié...


J'ai éclaté en sanglots. On n'éclate jamais de faim ou de froid. En revanche on éclate de rire ou en sanglots. Il est des sentiments qui justifient qu'on vole en éclats...

Avatar du membre

Pandore
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 94
Enregistré le : ven. 10 mars 2017 11:24
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=3969

Re: quelques nouvelles

Message par Pandore » mar. 31 oct. 2017 16:04

Je crois que nous sommes tous un peu là. Un sentiment d'avoir eu un Fukushima/Tchernobyl dans notre coeur et que la radioactivité continue beaucoup plus longtemps que nous l'avions espéré.

L'infidélité est ineluctable et s'imaginer 50 ans de couple sans aucun coup de canif dans le contrat est un leurre.
Très bien. Soit. Mais sans vouloir absolument la séparation, comment fait-on pour vivre au quotidien et avec un minimum de légèreté avec son/sa traitre/traitresse ?

Dans son libre "The State of Affairs : Rethinking infidelite ", Esther PEREL apporte des réponses issues de plusieurs témoignages de patients vus dans son cabinet de thérapeute. Il y aura 3 sortes de couples qui resteront pour ceux qui restent ensemble :

- Les Souffrants : cette ombre de l'infidélité sera pretexte à tout jamais aux récriminations et réapparaitra dès la première tension. Ceux-là resteront ensemble jusqu'à ce que la mort de leur amour les sépare.

- Les Batisseurs : ils restent ensemble pour le couple qu'ils aiment et ils se concentrent sur les aspects positifs. L'engagement est supérieur à leur besoin individuel. Ils auront tendance à occulter les risques de récidives.

- Les Explorateurs : cette incartade leur permettra de transformer leur couple et de redéfinir des règles. Ils acceptent la complexité de leur humanité et mettent en avant la communication et la réalisation d'un 2e mariage sur de nouvelles bases. Ils ne parlent plus en disant "quand TU m'as fait ceci" mais en NOUS : "NOUS avons connu un moment difficile". Ce statut est plus risqué car plus incertain et les lignes sont moins claires mais elles sont évoquées et il n'y a plus de prise de position radicale. Sans forcément choisir le couple libre, la discussion est libre. Les excitations mutuelles sont évoquées sans gêne et cette ouverture d'esprit est en elle-même excitante.



Avatar du membre

supersymetrie
Nouvel Utilisateur
Messages : 1
Enregistré le : jeu. 2 nov. 2017 15:59

Re: quelques nouvelles

Message par supersymetrie » jeu. 2 nov. 2017 16:23

Bonjour jess85,

Je voulais vous envoyer un message de courage. J'ai exactement les mêmes mots que vous à propos de ma conjointe, comment a-t-elle pu faire cela même une fois, alors que moi je lui aurais donné ma vie. J'ai voulu partir un nombre incalculable de fois, mais vivre sans elle, c'est comme s'arracher un bras. J'ai mis les choses dans le contexte, compris ... elle a aussi beaucoup changé ... mais il existe ce mais, ces images mentales et le sentiment qu'on s'est bien joué de moi.

J'ai retrouvé le machin qui a détruit notre mariage et il a passé un moment qu'il n'est pas prêt d'oublier jusqu'à la fin de ses jours. Je pensais que cela aller atténuer mes douleurs ... une partie seulement. Il ne revient plus dans mon esprit ... juste une chose pathétique.
J'avais fait un "cadeau "et une promesse à ma femme et je lui ai rappelé que ce n'était pas un dû.

Je refuse d'entre le gentil conjoint qui accepte et souffre en silence pour maintenir la famille soudée ... elle le sait

J'ai rencontré une femme qui me plait et a qui je plais ... et une chose est certaine c'est que je n'ai aucun remord ni aucuns scrupules à remettre les pendules à l'heure. Je ne lui dirai rien mais maintenant qu'elle n'est plus du tout tournée QUE sur elle ... elle le comprendra comme j'ai compris qu'il se passait qq chose.

Beaucoup disent que la vengeance n'est pas une solution ... mais c'est le chemin qui me convient le mieux . Lorsqu'elle aura tout découvert, je verrais si elle m'aime vraiment comme elle me le dit depuis que je sais tout ou .... c'est trop compliqué à gérer.

Qui sème le vent récolte la tempête .... ce n'est certainement pas un exemple à suivre ... mais c'est ma route pour ne pas devenir un zombie et qu'elle ressente toutes les couleurs de l'arc en ciel de l'infidélité ... des plus lumineuses aux plus sombres



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2523
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: quelques nouvelles

Message par Sans Prétention » jeu. 2 nov. 2017 17:14

D'où le pseudo : supersymétrie...

Oeil pour oeil...


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 78
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: quelques nouvelles

Message par Douleur aigue » sam. 4 nov. 2017 16:31

Bonjour.

Deux ans que je sais, comme vous j'ai choisis le chemin du pardon, comme vous j'ai encore du mal avec plein de choses.
J'ai encore du mal à profiter des bons moments même si aujourd'hui il y a une forme de tendresse qui s'est installée entre nous.

Elle est venue remplacer notre vie sexuelle qui a volée en éclat cet été soudainement. (Nous avions toujours eu même pendant les cinq ans où il me trompait des relations sexuelles satisfaisantes)
Chaque fois qu'il me touche j'en ai envie quelques minutes et puis je décroche et je sombre dans une profonde dépression. Parfois avant même qu'il ait fini.parfois le lendemain. Cela dur quelques heures quelques jours et puis je recommence à vivre.
Je ne sais toujours pas si je l'aime encore.
J'ai choisi de pardonner pour me sauver moi, pas lui. Et cela ne veut pas dire que je resterai avec lui.

Il y a un texte qui m'aide a avancer, il dit en substance :
La pardon n'est pas l'oubli
Le pardon ne signifie pas excuser
Le pardon n'est pas synonyme de réconciliation
Le pardon ne s'impose pas
Le pardon n'est pas une démission de ses droits
Le pardon ne change pas l'autre

J'ai eu beaucoup de mal avec cette dernière affirmation je me disais bêtement que si j'étais capable de pardonner il serait capable de changer mais il n'en ait rien.
On pardonne pour s'élever à ses propres yeux dans la reconstruction de son être. Une être qui a été traîné dans la boue et qui se relève blanchi, libéré de la souffrance,dégager du besoin de vengeance, de la colère.

Ne vous forcez pas à le toucher, à le regarder, ne lui parler pas si vous avez peur que vos mots dérapent et soient blessants mais dites lui, je ne peux pas encore te parler sereinement aussi je m'abstiens d'avoir des mots qui pourraient être blessants. concentrez vous sur vous. Le pardon vous permettra de dissocier votre époux de sa faute et alors vous pourrez à nouveau le regarder.

Petite anecdote, jeudi soir je suis restée au bureau pour être seule, j'ai pleuré longtemps et je me suis convaincue que je devais mettre un terme définitif à notre relation. J'ai préparé ce que j'allais dire et comment j'ai pris mon courage à deux mains et je suis rentrée pour l'affronter. En marchant, je chantais dans ma tête et j'ai ressentis une grande paix en moi.
A 50m de la maison il y a un marchand de BD, il aurait du être fermé, j'ai vu le dernier Corto Maltese d'après Hugo Pratt. Je l'ai acheté et j'ai décidé de lui offrir. Et je suis rentrée apaisée douce et aimante dans une maison à laquelle je m'apprêtais à mettre le feu, cinq minutes plus tôt

Ce que j'essaie de dire c'est que ceux qui acceptent de rester auront toujours des doutes et des souffrances.

Vous n'oublierez jamais la grosse merde mais vous y penserez moins souvent.
Vous n'oublierez jamais la douleurs mais elle deviendra supportable
Vous n'oublierez jamais tout à fait la douleur elle disparaîtra pendant des mois, des années pour se rappeler à vous comme une vaque qui vient vous submerger en traitre a cause d'un mot, une chanson un souvenir.

Pour guérir il faut que vous arriviez à mettre des mots précis sur ce qui a été brisé et que vous fassiez le deuil de ce qui ne sera plus. C'est très long très dur et jamais vraiment acquis
Quelqu'un ici m'a dit :
"Vous traversez l'enfer, ne vous arrêtez pas."
Je n'ai jamais oublié

Bon courage.
E.



Avatar du membre

hugo
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 144
Enregistré le : mar. 29 nov. 2016 11:16

Re: quelques nouvelles

Message par hugo » lun. 6 nov. 2017 09:06

Douleur aigue a écrit :
sam. 4 nov. 2017 16:31
Bonjour.

Deux ans que je sais, comme vous j'ai choisis le chemin du pardon, comme vous j'ai encore du mal avec plein de choses.
J'ai encore du mal à profiter des bons moments même si aujourd'hui il y a une forme de tendresse qui s'est installée entre nous.

Elle est venue remplacer notre vie sexuelle qui a volée en éclat cet été soudainement. (Nous avions toujours eu même pendant les cinq ans où il me trompait des relations sexuelles satisfaisantes)
Chaque fois qu'il me touche j'en ai envie quelques minutes et puis je décroche et je sombre dans une profonde dépression. Parfois avant même qu'il ait fini.parfois le lendemain. Cela dur quelques heures quelques jours et puis je recommence à vivre.
Je ne sais toujours pas si je l'aime encore.
J'ai choisi de pardonner pour me sauver moi, pas lui. Et cela ne veut pas dire que je resterai avec lui.

Il y a un texte qui m'aide a avancer, il dit en substance :
La pardon n'est pas l'oubli
Le pardon ne signifie pas excuser
Le pardon n'est pas synonyme de réconciliation
Le pardon ne s'impose pas
Le pardon n'est pas une démission de ses droits
Le pardon ne change pas l'autre

J'ai eu beaucoup de mal avec cette dernière affirmation je me disais bêtement que si j'étais capable de pardonner il serait capable de changer mais il n'en ait rien.
On pardonne pour s'élever à ses propres yeux dans la reconstruction de son être. Une être qui a été traîné dans la boue et qui se relève blanchi, libéré de la souffrance,dégager du besoin de vengeance, de la colère.

Ne vous forcez pas à le toucher, à le regarder, ne lui parler pas si vous avez peur que vos mots dérapent et soient blessants mais dites lui, je ne peux pas encore te parler sereinement aussi je m'abstiens d'avoir des mots qui pourraient être blessants. concentrez vous sur vous. Le pardon vous permettra de dissocier votre époux de sa faute et alors vous pourrez à nouveau le regarder.

Petite anecdote, jeudi soir je suis restée au bureau pour être seule, j'ai pleuré longtemps et je me suis convaincue que je devais mettre un terme définitif à notre relation. J'ai préparé ce que j'allais dire et comment j'ai pris mon courage à deux mains et je suis rentrée pour l'affronter. En marchant, je chantais dans ma tête et j'ai ressentis une grande paix en moi.
A 50m de la maison il y a un marchand de BD, il aurait du être fermé, j'ai vu le dernier Corto Maltese d'après Hugo Pratt. Je l'ai acheté et j'ai décidé de lui offrir. Et je suis rentrée apaisée douce et aimante dans une maison à laquelle je m'apprêtais à mettre le feu, cinq minutes plus tôt

Ce que j'essaie de dire c'est que ceux qui acceptent de rester auront toujours des doutes et des souffrances.

Vous n'oublierez jamais la grosse merde mais vous y penserez moins souvent.
Vous n'oublierez jamais la douleurs mais elle deviendra supportable
Vous n'oublierez jamais tout à fait la douleur elle disparaîtra pendant des mois, des années pour se rappeler à vous comme une vaque qui vient vous submerger en traitre a cause d'un mot, une chanson un souvenir.

Pour guérir il faut que vous arriviez à mettre des mots précis sur ce qui a été brisé et que vous fassiez le deuil de ce qui ne sera plus. C'est très long très dur et jamais vraiment acquis
Quelqu'un ici m'a dit :
"Vous traversez l'enfer, ne vous arrêtez pas."
Je n'ai jamais oublié

Bon courage.
E.
Bravo c'est tout à fait ça :ala:



Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 78
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: quelques nouvelles

Message par Douleur aigue » ven. 10 nov. 2017 00:31

Je ne mérite pas de bravo mais venant de quelqu'un qui comprend vraiment ma souffrance cela me touche que mes paroles vous parlent.
Je sens, je crois maintenant que je vais pouvoir pardonner et je sens que cela le fait se sentir plus minable encore.

Il a commandé un livre qui s'appelle "la vengeance du pardon". Je l'attends. Je n'avais jamais envisagé que le pardon puisse être une arme de vengeance contre celui qui n'assume pas sa faute. Car seul le repentant (celui qui souffre vraiment d'avoir fauté; qui a sa faute en horreur) désire être pardonné. Pour celui qui n'assume pas, le pardon le fait juste se sentir encore plus médiocre et méprisable qu'il ne l'est déjà.
je ne comprenais pas pourquoi plus je l'approchait de mon but plus il était mal à l'aise.

Néanmoins, je te souhaite de tout coeur de trouver le moyen de pardonner
Bonne nuit.
E.

PS: en ce moment je vais bien.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2523
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: quelques nouvelles

Message par Sans Prétention » ven. 10 nov. 2017 10:25

Tant mieux !
Heureux pour toi.

Cependant le livre ne se termine peut-être pas comme tu le penses et surtout, cela ne fonctionne pas avec les PN...

Sinon oui le pardon est indispensable pour se sentir moins lourd mais ne confondez pas pardon psychanalytique (il faut aussi se pardonner à soi-même d'avoir été aveugle, trop amoureux, pas assez comme il faut... Cornu !) et pardon "religieux". Ces deux approches ne recouvrent pas la même réalité.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 78
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: quelques nouvelles

Message par Douleur aigue » mer. 15 nov. 2017 19:10

re,

Concernant le livre, bien que très bien écrit, et très intéressante par ailleurs, il reste assez loin de nos situations, il parle d'amour, de pardon, de culpabilité. Je ne veux pas en dire plus pour ne pas spoiler ceux qui voudraient le lire mais le titre est trompeur.
La seule histoire dans laquelle réellement le pardon sert à une vengeance, la fin n'est pas crédible pour une personne qui a déjà fait l'expérience du pardon.

Bref, le livre vaut beaucoup mieux que l'hypothèse du titre qui est certes accrocheuse mais qui ne fonctionne pas.

SP, C'est quoi pour toi la différence entre le pardon psychanalytique et le pardon religieux?

Je ne sais pas si certains ont le même sentiments, mais dans le parcourt Psy je trouve une attitude pour le "cocufié" qui doit se reconstruire pour accéder à un amour "mature, supérieur..." avant vous aimiez mal maintenant grâce à cette épreuve vous allez arrêter d'aimer comme un con et vous allez aimer vraiment.
ET un parcourt pour le cocufieur, "il faut vous pardonner, comprendre les raisons qui vous ont poussées à faire cela, ne pas vous sentir trop coupable et comprendre les raisons de cette crise de couple etc...

Alors, je pose cette question bête : le cocufieur doit continuer à aimer comme un con ou doit-il aussi passer à la maturité ?

Est-ce qu'il y a une méthode pour que ces deux là se rencontrent parce que quand j'ai fini le programme de l'un et de l'autre j'ai deux individus mais ils sont colocataires pas maris et femme?
De plus ils ne sont plus au même étage, l'un frôle la béatification (on l'a conduit à s'élever encore alors même que c'était déjà le plus sage) et l'autre vient d'échapper à la tôle grâce aux circonstances atténuantes et à la surpopulation carcérale. (et on lui demande d'être fière de sa libération alors même qu'il n'a rien fait pour)

Bref, maintenant que le psy a amené chacun à son niveau de compétence, on se rencontre où?

Sans prétention : As-tu pardonné?

Bonne soirée

E.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2523
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: quelques nouvelles

Message par Sans Prétention » mer. 22 nov. 2017 08:51

Douleur aigue a écrit :
mer. 15 nov. 2017 19:10
SP, C'est quoi pour toi la différence entre le pardon psychanalytique et le pardon religieux?
Tout d'abord, je tiens à dire que c'est l'un de mes thérapeutes qui m'a "soufflé" l'idée parce que, comme beaucoup, je trouvais un peu fort de café de dire "ah bah on passe l'éponge hein, y a plus rien après un an de souffrance aigue, faut pardonner..."

L'idée est séduisante. Mais je ne suis pas le Christ.
J'ai toujours, même depuis l'enfance détesté les ardoises magiques (trop lent, trop limité et surtout tellement éphémère, si éphémère...), ce n'est pas à l'âge adulte que l'on m'en mettra une dans les mains (quoique les tablettes modernes quand on y pense...).

D'aucun dirait "c'est de l'orgueil", ou "de la fierté ma placée". J'imagine qu'un débat sans faux semblant est possible.
C'est facile, je pense, de jeter la pierre sur celui/celle qui souffre...

Ce qui me gêne un tantinet beaucoup dans cette option, c'est que c'est bien le propre des pervers que de culpabiliser l'autre dans sa souffrance.
Quelle garantie a-t-on que ce qui se joue dans l'infidélité du moment n'est pas tout simplement l'expression de ce que Marie-France Hirigoyen appelle un mouvement pervers transitoire ? (En d'autres mots un comportement de pervers limité dans le temps qui survient à la suite de la rencontre avec un "nouvel objet de désir" ?)
Je trouve présomptueux de taxer tout de suite la "victime" de personne "jalouse" ou "orgueilleuse" sans avoir le déroulé exact des événements... Et le "pedrigree" du trompeur. Connaitre son passif permet de mettre les pendules à l'heure assez rapidement (en général).

Et de cette pression sans doute (il FAUT pardonner, sinon vous êtes au choix : orgueilleux, lâche, pas sympa...), naît une sorte d'image d'Epinal selon laquelle nous serions capables (non... obligés !) de "pardonner" à la façon du Christ.
Je trouve aussi que cela est prétentieux (lol) : si "l'autre" a trompé dans un moment de faiblesse (il est "humain"), n'a-t-on pas le devoir de dire que l'on est humain aussi et par conséquent blessé, humilié, en colère ?

Par contre, pas de généralisation hâtive : certaines personnes pathologiquement jalouses, intrinsèquement orgueilleuses ne doivent pas détourner le regard sur ce qu'elles sont.

En observant la vie des gens, on s'aperçoit (pas pour tous, mais pour un grande partie de ceux qui écrivent ici) que les pardons trop rapides sont suivis d'un effet assez curieux : le cf renforce son sentiment d'impunité.
Il "apprend", dans la moindre parcelle de son être, que s'il fait un pas de côté, non seulement il n'en est pas responsable (parfois dans un délire de toute puissance que cette personne mal élevée n'a pas réussi à juguler dans son enfance), mais en plus, c'est "la faute de l'autre".
De plus, puisque, au maximum, les torts sont "partagés", et que le con joint "pardonne", la récidive paraît toute indiquée.

Il y a une distinction importante entre le "pardon chrétien" (celui dont je parle à l'instant) et le "pardon psychanalytique".
L'article de cette spécialiste en dit long sur la question (bien que le thème traité soit le pardon filial): https://www.cairn.info/revue-imaginaire ... ge-199.htm

Sans faire (du tout) de prosélytisme, je vous soumets ce lien (pour comparaison et compréhension) :
https://chretienslifestyle.com/pardon-bible-chretien/

Et vais tenter une approche par contraste :

Temporalité
Pardon "chrétien" : immédiat (c'est un acte)
Pardon psychanalytique : long (c'est plutôt un processus)

Raisons du pardon

Pardon "chrétien" : parce que c'est une obligation, une nécessité ("Dieu" ou la morale ou sa famille ou "la société", le demande)
Pardon psychanalytique : pour se sentir mieux soi-même (le pardon "religieux" permet aussi cela, mais il est exigé)

Cadre philosophique
Pardon "chrétien" : la morale
Pardon psychanalytique : soi-même

Répétition
Pardon "chrétien" : illimité
Pardon psychanalytique : circonscrit

Pardon à soi
Pardon "chrétien" : nul... C'est une extériorité qui pardonne (Le Christ, un prêtre, la personne que l'on a offensée...)
Pardon psychanalytique : obligatoire. C'est l'étape qui précède le pardon à l'autre

A qui ?
Pardon "chrétien" : n'importe quelle personne
Pardon psychanalytique : une personne en particulier

Réparation
Pardon "chrétien" : aucune, c'est un acte "gratuit" basé sur l'amour universel (ou "chrétien" ou moral)
Pardon psychanalytique : peut aider à la résilience de l'autre personne (que l'on libère par son pardon comme dans le pardon religieux) ou sa propre résilience. Cela est basé sur un amour particulier donné (ou repris) à une personne.

Limite
Pardon "chrétien" : aucune, tout est pardonnable (sauf, pour les puristes, le fameux "péché contre l'esprit" ???? que seules les spécialistes peuvent éventuellement comprendre)
Pardon psychanalytique : tout est virtuellement pardonnable mais les limites des personnes, dans leurs valeurs sont respectées

Compréhension
Pardon "chrétien" : aucun besoin de "comprendre" pourquoi la personne nous a blessé
Pardon psychanalytique : compréhension indispensable

Mais les deux approches ne sont pas toujours en opposition.


On le voit dans les témoignages sur le site. Les "cocus", très confiants, trop confiants, ont tendance, qu'ils soient croyants ou athées, à pardonner plutôt de manière "religieuse", même s'ils n'en n'ont pas conscience car c'est sans doute dans le moule de la culture judéo-chrétienne que s'est constitué le concept...
Voir : viewtopic.php?f=40&t=3724#p58000

Pour ma part, je n'ai pas encore tout pardonné ni totalement.
En cohérence avec ce que j'évoquais, le pardon de type "psy" est un processus...
La phase de compréhension et d'acceptation est passée, la phase de reconstruction de mon ego en cours, y compris en allant voir ailleurs si j'y étais.
Certaines choses me semblent aujourd'hui futiles, d'autres m'apparaissent alourdies d'un sens nouveau qui rend plus grave certains de ses actes.

Le cheminement est long, la cassure encore possible.

En revanche, son attitude actuelle, ses réflexions, permettent une vie commune agréable.
J'espère avoir répondu en partie à tes interrogations...


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Douleur aigue
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 78
Enregistré le : ven. 13 nov. 2015 00:19

Re: quelques nouvelles

Message par Douleur aigue » ven. 22 déc. 2017 18:44

Salut, désolée je tarde à te répondre mais j'avais besoin de reprendre mes notes.
J'ai expérimenté et avancé grâce aux deux approches. Le pardon chrétien aurait fait l'affaire mais il nécessitait un pré requis que je n'ai pas obtenu.
La repentance, cela me paraissait facile de pardonner à quelqu'un qui aurait porter sa croix.
Reconnu sa faute et sa responsabilité au lieu d'essayer de se dédouaner en se déchargeant sur moi.
Quelqu'un qui aurait eu en horreur ce qu'il avait fait m'aurait émue.
Quelqu'un un qui aurait regretté avec sincérité ce qui s'était passé j'aurais pu lui pardonner.
Immédiatement, sans regret et avec toute ma foi. Malheureusement mon mari mourra de ne s'être jamais remis en cause de sa vie. Il n'aspire pas à être pardonné il aspire à ce qui s'est passé soit effacé de la mémoire des autres pour que personne ne sache qu'il n'est pas celui qu'il prétend être.
Pour me réparer je me suis donc tournée vers le psy qui m'a expliqué les étapes du pardon. Waouh.
J'ai fait la première partie de ce côté là. Après un un an de errance et de frustration, je suis retournée vers mon père (Dieu) qui pour ma chance à l'habitude d'aimer ses enfants avec bienveillance et sincérité.
J'ai fait la deuxième partie là. Me reconstruire, réparer ma blessure etc...
Et la troisième aussi le pardon, c'est vraiment plus facile à porter au milieu des chrétiens qui comprennent ton besoin, ont vu ta souffrance l'on partagé sans te juger.
Maintenant j'ai besoin de la psy pour me reconnecter avec mon mari car j'ai fait mon cheminement seule et sans rien attendre de lui (en fait j'ai commencé à avancé quand j'ai cessé d'attendre quelque chose de lui)
Mais du coup, nous sommes un couple hybride, l'un est réparé mais pas dans sa relation à l'autre et le second est un imposteur, il joue un rôle entre deux crises.

Le pardon chrétien n'a de sens que pour les chrétiens, il faut partager ce qu'il y derrière de sens.
Et attention :
Le pardon n'est pas l'oubli
Le pardon ne signifie pas excuser
Le pardon n'est pas synonyme de réconciliation
Le pardon ne s'impose pas
Le pardon n'est pas une démission de ses droits
Le pardon ne change pas l'autre

C'est pourquoi, je reviens là dessus le pardon va sauver celui qui le donne mais il n'aura un effet bénéfique sur celui qui le reçoit que si ce dernier est vraiment repentant. (Les autres recherchent quelque chose qui est dans la liste ci dessus)

Le repentant c'est celui qui a sa faute en horreur, il souffre d'avoir fait du mal et il se reconnaît coupable.
Lui il sera sauvé par votre pardon.
C'est la version chrétienne.

Pour mon mari le pardon, c'est un cadeau non mérité qu'il reçoit comme une humiliation. Il dit '"Après m'avoir méprisé pendant des mois tu me pardonnes pour mieux m'humilier c'est ta vengeance."
J'ai essayé de lui expliquer que je pardonnais pour moi pour me sauver moi, pour réparer ma blessure narcissique et non pour lui, comme il ramène tout a lui, il est perdu.
Et plus je suis gentille prévenante attentionnée, plus il souffre et crois que je me venge.
Tu as ce modèle en magasin?
Sinon, la vie est plus agréable et supportable sauf quand je vois pointer le nez d'une nouvelle victime et l'incompréhension de son entourage.

Bon Noël à tous.
E.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2523
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: quelques nouvelles

Message par Sans Prétention » ven. 22 déc. 2017 19:40

Douleur aigue a écrit :
ven. 22 déc. 2017 18:44
mon mari mourra de ne s'être jamais remis en cause de sa vie. Il n'aspire pas à être pardonné il aspire à ce qui s'est passé soit effacé de la mémoire des autres pour que personne ne sache qu'il n'est pas celui qu'il prétend être.
Il doit y avoir une usine à cocufieur pro quelque part entre l'enfer et ici.
J'ai regardé sur Google Maps. Rien.
Par contre, ils sont TOUS bâtis sur le même modèle ...
Changez-leur la couleur des cheveux, mettez-leur des seins ou autre chose : la structure de base reste la même, avec des variables sympas ou des pièces de fabrication plus grossière.
Le cahier des charges s'applique en tous points à ceux qui ne savent aimer proprement (en précisant que choisir un partenaire qui partage ses valeurs volages est sans doute aimer proprement)
Fondamentalement mal câblés.
Douleur aigue a écrit :
ven. 22 déc. 2017 18:44
Maintenant j'ai besoin de la psy pour me reconnecter avec mon mari car j'ai fait mon cheminement seule et sans rien attendre de lui (en fait j'ai commencé à avancé quand j'ai cessé d'attendre quelque chose de lui)
Mais du coup, nous sommes un couple hybride, l'un est réparé mais pas dans sa relation à l'autre et le second est un imposteur, il joue un rôle entre deux crises.
J'appelle pas ça un couple (à moins qu'on rediscute les définitions du concept).
Ben après ... Tant pis.
Pourquoi tu veux te reconnecter à Belzébuth ?
Douleur aigue a écrit :
ven. 22 déc. 2017 18:44
Pour mon mari le pardon, c'est un cadeau non mérité qu'il reçoit comme une humiliation. Il dit '"Après m'avoir méprisé pendant des mois tu me pardonnes pour mieux m'humilier c'est ta vengeance."
J'ai essayé de lui expliquer que je pardonnais pour moi pour me sauver moi, pour réparer ma blessure narcissique et non pour lui, comme il ramène tout a lui, il est perdu.
Et plus je suis gentille prévenante attentionnée, plus il souffre et crois que je me venge.
Tu as ce modèle en magasin?
Du tout.

Par contre en plus de tous les défauts que tu as énoncés, tu peux cocher en plus "paranoïaque" sur ta check list pour ton bonhomme.

Bon allez encore une marche : pardonne toi maintenant.
Si tu t'étais pardonnée tu saurais que tu mérites mieux que cette épave affective à la coque amoureuse trouée.

Et conséquemment, tu agirais en fonction : tu laisserais couler le Titan(qui)nique sans plus de regret ...
À moins que le fonctionnement pathologique ne t'apporte quelque bénéfice secondaire.
Se trouve également ton homme aime se sentir minable en face de toi. C'est barré mais très commun au final.
Plus rien ne m'étonne aujourd'hui.

Personnellement, je peux comprendre (en partie) ce qui t'anime. Mais dans ton cas non plus on ne peut pas parler de reconstruction du couple.

Remarque, reconstruction de soi c'est déjà une belle victoire cependant. Un chemin à suivre pour tous.

Très bonnes fêtes également E. Et merci de ton témoignage.

Dans tous les cas, j'espère que tout le monde aura compris que le pardon n'est pas ce qu'on raconte partout...


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre