La repentance peut exister

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Topic author
repenti06
Nouvel Utilisateur
Messages : 2
Enregistré le : mar. 9 juil. 2019 13:52

La repentance peut exister

Message par repenti06 » mar. 9 juil. 2019 15:05

Bonjour à toutes et tous,

Je me permet de venir poster (je me suis retrouvé sur ce forum car je croyais être cocu) bien que je sois un ancien (très ancien) fauteur, et vous faire part de mon vécu afin d'encourager les couples qui tentent de se reconstruire.
J'espère que ce témoignage vous apportera un peu d'éléments de compréhension, tout comme j'en ressens la nécessité de le partager.
J'ai parcouru de très nombreux témoignages, et j'avoue avoir eu mal au ventre, et je pense que je n'avais pas mesuré le mal que j'ai pu faire subir à mon adorable épouse.

Voici mon histoire (sachez que je ne me chercherai aucune excuse, je n'en ai pas et je ne cherche pas à en avoir) :
Nous sommes en couple depuis 17 ans et mariés depuis 11 ans.
Nous sommes un couple atypique (12 ans de plus pour mon épouse, et elle d'origine maghrébine, et moi du nord de la France). J'ai actuellement 43 ans (pour tout situer)

Nous avons eu des années assez difficiles puisque ma famille n'a guère apprécié notre couple, notamment sur nos origines différentes.
Cela étant, j'ai choisi mon amour à ma famille en toute conscience, même si j'ai eu très mal.
En même temps que ma famille s'éloignait, il nous était impossible de rendre visite à sa propre famille puisque là aussi la différence de culture fait que durant presque 10 ans je n'ai jamais rencontré ses parents (je côtoyais cependant ses frères et sœurs).
Nous avons donc plutôt vécu à 2 durant nos premières années (avec des amis et quelques membres de sa famille), et nous avons bâti notre vie de couple de façon quasi naturelle.

Présentant un grave manque de confiance en elle, je me suis évertué à lui montrer combien elle était intelligente, belle... ce qui lui a permis de réussir brillamment son CAPES et d'avoir enfin une situation professionnelle stable. Pour information, elle a souvent été rabaissée dans sa vie (son ex était un MPN -- c'est elle qui me l'a dit, je ne le connais pas ; ses parents...) donc elle était sujette à la dépression. Je l'ai toujours aidé dans toutes ces phases et dans toutes les épreuves qu'elle a pu traverser...
Phases de vie normale, nous avons cherché à avoir un enfant, mais cela n'a jamais réussi (plusieurs fausses couches), ce qui n'a pas aidé à son moral, mais j'étais là...

Puis vient l'année 2008 où nous nous sommes mariés (mariage uniquement avec ses frères et soeurs ainsi que quelques amis -- ma famille n'y était pas, ses parents non plus), et que j'ai commis ce que je ne pensais jamais pouvoir faire un jour.
En effet, j'ai été pris dans une spirale que je n'ai pas vu venir via un forum d'un jeu en ligne où je me suis très bien entendu avec une joueuse (habitant à l'autre bout de la France). Travaillant assez loin de la maison (parti à 5h30, rentré à 21h en général), je sombrais malgré moi dans un état dépressif auquel seules ces conversations me "faisaient du bien" et je n'arrivais pas à m'en échapper. Je n'avais même pas conscience que ce que je faisais était inapproprié.

Durant certaines vacances, j'avais prévu de remonter voir quelques membres de ma famille (du mal à couper les ponts -- eux aussi habitent vers le nord de la France alors que moi je suis installé dans le Sud), et j'ai (mon dieu j'ai encore honte en l'écrivant) prévu de rencontrer la personne avec qui je dialoguais (et qui est mariée). Et ce qui devait arriver arriva... Et pourtant cette personne ne m'attirait (et ne m'attire toujours) pas...
Mon épouse a découvert ce que j'ai fait, et bien entendu je n'ai pas dérogé à la lettre, j'ai appliqué le bon vieux déni.
Malgré tout cela, je n'avais pas pris conscience et quelques mois plus tard je revoyais cette personne sur Paris, mais franchement ce ne fut pas du tout une réussite car je n'ai pas réussi à concrétiser (pas pu) et ma véritable prise de conscience a commencé...

A mon retour, mon épouse "savait", et tant mieux devrais-je dire, car cela m'a permis de vouloir réellement changer d'état d'esprit...
Je me suis donc repris en main et j'ai demandé à me rapprocher au niveau travail, ce qui fait que mes horaires sont redevenus plus enclin à une vraie vie de couple et de famille que nous souhaitions (re)construire.
J'ai cessé de m'apitoyer en me mettant un grand coup de pied au c... J'ai tout fait pour montrer à mon épouse qu'elle avait eu raison de me refaire confiance, bien que ce ne fut pas simple...

Le projet "bébé" n'aboutissant pas, nous avons alors fait les démarches pour adopter, mais l'âge de mon épouse a fait que ce fut très dur psychologiquement, mais j'ai à nouveau fait front pour contrer les esprits étriqués qu'il peut y avoir dans notre très chère administration française.
Dossier accepté, recherche d'enfants à adopter... Mais comme nous avions souffert, on s'est accordé un break de dernière minute pour des vacances imprévues (été 2011)...

Résultat, nous sommes partis à 2, et revenus à 4 car, oui, miracle aux vues de l'age de mon épouse, mon épouse était enceinte de jumeaux (des faux) suite à notre voyage...
Bonheur ultime mais de durée courte puisque l'un des bébés est mort durant la grossesse -- nouvelle apprise lors d'une écho le jour de mon anniversaire.
S'en suit une grossesse à risque où elle a vite été arrêtée, et j'ai donc (ce ne fut pas un effort pour moi, mais plutôt des actes naturels) assuré tout à la maison.
Résultat, un joli fils né grand prématuré à un peu plus de 7 mois (1.2kg à la naissance) qui fait notre bonheur depuis désormais un peu plus de 7 ans (en plus il est né le 14 Février, un signe non ?). Je vous rassure, il s'est battu le petit, n'est resté qu'un mois en néo-nat sans avoir eu besoin de sonde pour se nourrir.
Seulement, depuis l'accouchement par césarienne (et même durant la grossesse), impossible d'avoir de réels rapports intimes sans douleurs pour ma femme.

Donc, depuis environ 8 ans, nous avons "appris" à faire différemment, mais ce n'est guère valorisant, surtout pour elle.
J'ai toujours pris ces années comme étant une pénitence méritée pour mes 2 écarts et je peux assurer que je n'ai jamais eu l'intention de recommencer... Ces épreuves traversées ne m'ont que conforté dans mon choix que mon épouse est la femme de ma vie.

En plus de ces soucis de relations intimes, mon épouse couchait de plus en plus souvent sur le canapé, ce qui m'a amené à penser être moi-même cocu.

Je lui ai fait part, ces derniers mois, de mes doutes, qu'elle a très vite balayé. Depuis, elle fait un peu plus d'efforts pour venir malgré mes ronflements (pas eu la preuve que je ronflait :D )

Les sentiments que j'ai ressenti ont été comme un électrochoc, et couplé avec ce que j'ai lu ici, j'ai pris toute la mesure du mal qu'elle a dû subir par ma faute, et je me suis excusé de la façon la plus sincère possible de ces 2 écarts, et nous avons pu en reparler différemment cette fois.

Elle fait actuellement des actions auprès de certains spécialistes afin de pouvoir retrouver avec moi une vraie relation intime et qu'elle puisse enfin se sentir femme (dixit ses propres mots)
Et de mon côté, je suis en train de lui préparer une surprise puisque je vais la redemander en mariage la veille de son anniversaire après lui avoir réservé une journée cocooning (massages, resto...) en préparant la surprise avec notre fils (remariage symboliquement célébré par le petit).

Voilà, désolé d'avoir écrit un pavé, mais j'espère que mon témoignage va prouver que tous les cf ne sont pas insensibles et qu'une reconstruction est possible à condition de le faire à 2, et de garder confiance l'un dans l'autre.

Bien à vous et courage dans vos histoires qui me bouleversent à chaque lecture...



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2637
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: La repentance peut exister

Message par Sans Prétention » mer. 10 juil. 2019 07:28

repenti06 a écrit :
mar. 9 juil. 2019 15:05
Voilà, désolé d'avoir écrit un pavé, mais j'espère que mon témoignage va prouver que tous les cf ne sont pas insensibles et qu'une reconstruction est possible à condition de le faire à 2, et de garder confiance l'un dans l'autre.
Bonjour Repenti...
Permets moi de te dire que ton écrit m'a bouleversé également.

Je souhaiterais réaffirmer que tous les cf (cf n'est pas en fait la catégorisation d'une personne mais d'un état d'esprit qui peut être soit passager ou contextuel soit structurel) ne sont pas à mettre dans le même panier. Nous refusons les catégorisations hâtives. Cette idée a toujours été défendue ici que ce soit dans un sens ("c'est forcément de la faute du cocu s'il est cocu") ou dans l'autre ("tous les trompeurs sont des salauds PN narcissiques").

Il n'en demeure pas moins qu'à partir d'éléments de langage développés par le "cf", du cocu, il est possible de déterminer des relations malades dans lesquelles la domination affective et la dépendance font office d'amour (lorsque les indices s'amocèlent on ne peut rester insensible) ... Les folies passagères existent et le déni est naturel. Ce qui l'est moins ce sont les accusations à répétitions, le mépris, la manipulation, le mensonge de ce qu'on est, la descente aux enfers. Une fois que l'on sait où l'on est, on peut prendre une décision plus "rationnelle" pour sa vie.

Tu es une sorte d'exception sur le site. Je dirais un "cf" (espérant qu'on comprenne bien qu'il s'agit d'un état passager ou structurel) exemplaire... Le choix de ton pseudo déjà parle pour toi.

Je te remercie de constituer une sorte de "contre exemple" (il n'y en a pas en réalité il y a des tendances et tu es dans la minoritaire). La masse des retours que nous avons n'est pas calibrée ainsi.

Avec mon amitié.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Topic author
repenti06
Nouvel Utilisateur
Messages : 2
Enregistré le : mar. 9 juil. 2019 13:52

Re: La repentance peut exister

Message par repenti06 » mer. 10 juil. 2019 08:21

Bonjour SP (je me permets de dire SP car j'ai parcouru de nombreux sujets où tu étais dénommé ainsi),

Je voulais surtout montrer qu'un cf (même si tu me situes dans une catégorie minoritaire de cf) peut être très sincère dans sa volonté de reconstruire, et que, comme l'ont très bien exprimé de nombreux membres de ce forum, c'est bien au fauteur d'être le moteur de la reconstruction.
Seul, je n'y serais bien évidemment pas parvenu.

A ce jour, mon épouse m'a pardonné (j'emploie bien le terme pardon), chose que je n'ai pas encore réussi à faire moi-même.

Tout cf devrait pouvoir lire des témoignages comme ceux sur ce forum (sans lire obligatoirement le témoignage de son/sa conjoint/e). J'aurais pu certainement prendre conscience plus tôt du degré de douleur infligé, car lorsque mon esprit a cru que je passais de l'autre côté, la douleur fut immense, et pourtant mes faits de vie ne sont pas simples du tout.

Alors, oui j'ai mordu 2 fois (au même endroit) mais je peux garantir que j'ai retiré mon dentier :D et que seule ma tendre a le droit à mes égards (sans dépendance affective pour autant car je ne lui concède pas tout).
Nous avons même conclu hier soir, lors d'une nouvelle soirée/sortie que nous entamions actuellement une relation plus saine et sereine qu'à nos débuts.

Merci à tous les membres de ce forum pour votre entraide.



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2637
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: La repentance peut exister

Message par Sans Prétention » mer. 10 juil. 2019 18:28

repenti06 a écrit :
mer. 10 juil. 2019 08:21
Je voulais surtout montrer qu'un cf (même si tu me situes dans une catégorie minoritaire de cf) peut être très sincère dans sa volonté de reconstruire, et que, comme l'ont très bien exprimé de nombreux membres de ce forum, c'est bien au fauteur d'être le moteur de la reconstruction.
Seul, je n'y serais bien évidemment pas parvenu.
Cette "évidence" est actuellement largement combattue par un courant psy qui tend à plutôt mettre en cause les insuffisances supposées du cocu (pas assez présent, pas assez sexy, pas assez "conquérant, trop avec les enfants, trop dans le travail... Trop ou pas assez). Mon raisonnement est très simple : personne n'étant parfait, il y a autant de raison pour l'un et l'autre de" fauter".
En réalité, les problèmes, lorsqu'ils viennent du couple (et on essaie de faire croire que c'est toujours le cas alors que de nombreux sondages s'accumulent sur la question : les personnes qui trompent ne sont pas toujours malheureuses en couple... A ce sujet, je recommande vivement la lecture de forums de type SOS trompeur... C'est édifiant... ) appartiennent bien au couple. On peut parler de coresponsabilité. La tromperie en revanche appartient au trompeur seul. En effet, beaucoup ont d'autres portes de sortie (on veut nous faire croire qu'il n'en n'existe qu'une) même si certaines ne sont pas des plus heureuses (sur investissement dans le travail, la vie de famille, course effrénée à la reconquête de l'autre, activités artistiques, investissement dans une association, amis, dépression...)
Nous vivons une époque dans laquelle la victime d'une dépression (qui est reconnue comme étant une maladie à ne pas prendre à la légère par le corps médical) est "responsable" de son état (c'est une hérésie scientifique de le penser. Et je parle bien de dépression, pas d'un état de victime qui se lamente de manière toxique) pendant qu'un trompeur ne l'est pas de son écart (de jambe). Et cela est rendu possible grâce au syndrome "cétafote" très répandu dans les cours de récréation ... En effet, il est souvent demandé à la vicitme de faire une juste introspection (elle est indispensable) mais le cf, lui, bah...

De toutes les manières, dès que la prise de responsabilité ne se présente pas comme une option dans la tête du cf, la séparation est patente. Je dirais 80% des cas à vue de nez. Doit rester 5% de vraies reconstructions et 15% de relations pathologiques.
Si le cf admet que ce qu'il a fait est, sinon une erreur, quelque chose de néfaste pour le couple, et se donne les moyens de ne pas récidiver, on peut remonter à 70% de reconstruction possible... Je précise que mes chiffres ne sont pas scientifiques. Je n'ai pas compté un à un les cas du forum. Cela dit, je ne dois pas être loin vu le nombre de séparés actuellement.

En tous cas, sache que tu es à contre courant d'une doxa totalitaire (certainement une réaction à un autre totalitarisme qui est celui de l'amour forcé, figé, "infini"...). Cependant, bien sûr qu'il y a des cas contraires. C'est évident. Mais poser en règle une exception mène souvent... Au dérèglement, le plus souvent affectif.

repenti06 a écrit :
mer. 10 juil. 2019 08:21
A ce jour, mon épouse m'a pardonné (j'emploie bien le terme pardon), chose que je n'ai pas encore réussi à faire moi-même.
Qui dit pardon dit faute...
Ton positionnement est courageux.
Moi-même j'hésite à employer ce terme tant il soulève de polémiques. D'un point de vue extérieur, on ne peut que constater qu'il y a une responsabilisation ou pas de ses actes (voir plus haut). Cette approche en est une. J'imagine qu'il y en a d'autres.

repenti06 a écrit :
mer. 10 juil. 2019 08:21
Tout cf devrait pouvoir lire des témoignages comme ceux sur ce forum (sans lire obligatoirement le témoignage de son/sa conjoint/e). J'aurais pu certainement prendre conscience plus tôt du degré de douleur infligé, car lorsque mon esprit a cru que je passais de l'autre côté, la douleur fut immense, et pourtant mes faits de vie ne sont pas simples du tout.
Nous avons reçu la visite de bon nombre d'entre eux sur le forum. Il a été plus souvent question de moqueries, de mépris et de regard condescendant sur "notre" situation (ce qui est étrange en revanche, c'est de constater l'effondrement du trompeur lorsqu'il lui arrive de même avec son cocu ou le conjoint suivant 🤔 étrange également l'invocation de la "dépendance affective" du seul cocu lorsque l'ex trompeur revient sans cesse à l'attaque... 🙄🤔🤔).

Cette empathie dont tu fais preuve est rare. Deux ou trois témoignages sur les centaines lus. Simple constat tout à fait vérifiable en fouillant dans les archives (cf "les adulthèmes").

repenti06 a écrit :
mer. 10 juil. 2019 08:21
Alors, oui j'ai mordu 2 fois (au même endroit) mais je peux garantir que j'ai retiré mon dentier :D et que seule ma tendre a le droit à mes égards (sans dépendance affective pour autant car je ne lui concède pas tout).
:mdr1:

repenti06 a écrit :
mer. 10 juil. 2019 08:21
Nous avons même conclu hier soir, lors d'une nouvelle soirée/sortie que nous entamions actuellement une relation plus saine et sereine qu'à nos débuts.
C'est tout à fait ce vers quoi il faut tendre...
:super:



Avec mes salutations amicales.


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre