Le drame

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Auteur du sujet
MB.
Cornu
Cornu
Messages : 6
Enregistré le : mar. 7 juil. 2020 10:24

Le drame

Message par MB. »

Bonjour,

je viens témoigner à la demande de mon mari, que j’ai trompé il y a 15 ans, chose qu’il m’est encore difficile à admettre aujourd’hui.
Nous vivions ensemble à l’époque depuis 13 ans et avions 2 enfants, aujourd’hui 3. J’avais choisi de ne pas travailler pour élever nos enfants, je me suis alors tournée vers une connaissance de fac, connaissance commune, par simple envie de lien social, je n’en avais que très peu à cette époque mais je l’avais choisi.

Bien que m’ayant prévenu sur le personnage, mon mari s’est aperçu de mon changement progressif de personnalité, j’ai nié bien sûr pendant quelques temps jusqu’à ce que je lui avoue l’impossible. Il aura fallu 6 mois à mon mari pour m’extirper de cette dramatique situation. La pourriture vers laquelle je me suis tournée par simple amitié m’a retourné la tête, » tu mérites mieux, la vie ce n’est pas ça »et j’en passe. Je n’ai réalisé, et avec l’aide de mon mari que cette ordure c’était bien amusé et que j’étais prête à faire n’importe quoi pour ce pervers narcissique, égocentrique, mégalomane, bref une belle enflure! Pendant ces 6 mois, je n’avais plus la capacité de réfléchir, de raisonner ou tout simplement de penser aux conséquences de mes actes, j’étais devenue une autre personne. Détachée émotionnellement, incapable de voir mon mari sombrer chaque jour un peu plus.

Pourtant les conséquences sont, 15 ans après bien présentes. Je me suis faite avoir mais là n’est pas le plus grave. Le plus grave est que cette histoire m’a changé et aux dires de mon mari, mais pas en bien. D’abord, je n’ai compris que récemment la douleur et le calvaire qu’il avait enduré pendant et encore maintenant, je ne me suis pas excusée, sincèrement, de ce que j’avais fait, je n’ai pas pris la mesure de l’ordure que j’ai également été pendant cette période et naïvement j’ai pensé que tout allait rentrer dans l’ordre comme si de rien n’était.

Mais 15 ans après la poussière est toujours sous le tapis, je dois rembourser, réparer le mal que j’ai fait. Bien que très compréhensif mon mari, légitimement réclame le même investissement de ma part à réparer que celui qu’il a mis pour me sortir de là. Je sais que c’est moi qui ai été cette odieuse, maltraitante femme, et qu’en aucun cas mon mari ne méritait de subir cela, je refoule cette histoire car elle me dérange énormément bien sûr, en permanence on revient à ce drame. Le problème ne se règle pas, il pourrit notre quotidien, mon mari est fatigué psychologiquement par cette histoire et moi, selon lui, je suis toujours dans l’inaction, je lui suis infiniment reconnaissante de m’avoir sorti de la, à mon tour de l’aider.

Alors que faire ?



Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2858
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le drame

Message par Sans Prétention »

Bonsoir MB.

Avant d'aller plus loin :
Ton mari a-t-il déjà posté ici ?


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

Auteur du sujet
MB.
Cornu
Cornu
Messages : 6
Enregistré le : mar. 7 juil. 2020 10:24

Re: Le drame

Message par MB. »

Bonjour,
Il est enregistré, il visite régulièrement le site, mais n’a jamais posté de sujet, juste répondu une fois à un post.



Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Bonjour et bienvenue,
A saluer le courage de partager ici qui semble révéler un réel besoin de rassurer le partenaire trompé.
Je reviendrai plus tard, je crois qu'il y a plein de choses à dire :wink:
Pas mal de choses qui peuvent être transposés dans l'histoire de Ma Dame qui par conséquent me porte intérêt dans l'échange. Merci.


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Que faire ?

Dans un premier temps si ce n'est le cas, vous faire aider :wink:
Les échanges ici ont des cotés positifs pour la reconstruction personnelle qui dans votre cas concerne les deux personnes, mais ne suffisent pas à se restaurer et restaurer le couple.
Si 15 ans après il existe encore cet incident ressenti comme un drame c'est bien que les poussières ne sont pas uniquement sous le tapis mais flottent dans votre quotidien et ce n'est vivable ni pour toi et encore moins pour lui.

Je ne suis pas sûr non plus qu'il faille attendre de l'autre le même dévouement que celui offert, fatalement les conditions des deux parties sont différentes, les attentes et les besoins aussi mais ne doivent pas être mesurées, enfin je crois, en fonction de ce que l'on a personnellement investi. Il faut des signes, des actes, des avancées clairs et pertinents pour reconstruire ou construire de nouveau un environnement à évoluer en couple, à deux et pour cela nécessaire que individuellement des choses se soient passées.

On en est obligatoirement différent, l'un comme l'autre je n'en doute pas, alors il faut apprendre à se connaître de nouveau...

A te, vous, lire.... :fleur


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Auteur du sujet
MB.
Cornu
Cornu
Messages : 6
Enregistré le : mar. 7 juil. 2020 10:24

Re: Le drame

Message par MB. »

Bonjour,
Merci d’avoir répondu à mon témoignage, étant de l’autre côté, le côté sombre, tordu, je craignais de ne pas intéresser grand monde.
Effectivement chaque être est singulier et unique et de ce fait à des réactions, interprétations ou encore analyses différentes même lorsque l’on est mari et femme depuis bientôt 30 ans. Il n’en demeure pas moins la difficulté pour celui qui a toujours était juste, honnête et droit, mon mari, d’attendre réparation. Pour mon mari, la loi du talion, œil pour œil, dent pour dent, illustre bien sa pensée. Ou encore, ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse.

Nous avons pensé à consulter mais par crainte d’un quelconque jugement, nous nous sommes ravisés.
Par contre, nous avons il y a quelques mois, rencontré une ex de l’enflure qui a gâché le reste de ma vie, nous voulions confirmer ce que nous pensions et envisager avec elle la possibilité que cette ordure cesse de nuire. Les échanges ont conclu à ce que nous savions déjà, l’ex s’en est sortie grâce à 7 ans de psychothérapie.

Alors certes, ma vie d’avant n’est plus, pourtant je la regrette, elle était calme, douce, et baignée d’amour, aujourd’hui elle n’est que rancoeur, tristesse et parfois haine. On ne retrouvera jamais cette vie, elle est détruite un peu comme nous. Reconstruire autre chose demande de l’énergie et du courage, moi j’oublie, inconsciemment mais mon mari se souvient avec grande précision des faits et des émotions associées, nous ne nous comprenons donc pas toujours, nos ressentis sont différents et je crois être incapable d’empathie au sens «  souffrir avec ».

Je ne désespère pas, je ne suis peut-être plus la femme de sa vie, je ne vois plus d’amour dans son regard, lui est celui qui me tient débout et le moins tordue possible et qui malgré son mal être tente de nous sortir de ce marasme.

Encore merci pour l’écoute, écrire et déjà un moyen de s’obliger à réfléchir.



Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Je ne sais si ça intéresse grand monde mais personnellement oui et convaincu que d'autres viendront porter leur témoignage aussi.

Je n'ose imaginer ce que vous vivez depuis 15 ans si le perçu de tes écrits est celui ressenti.
Que le temps n'efface pas est une certitude, qu'il estompe sûrement, il n'offre qu'un pardon que tu dois comprendre comme étant une chance à reconstruire, que ton mari doit s'accorder pour revivre !!!
Ça n'excuse pas, il n'y a pas d'excuse possible et "entendable", encore moins acceptable, c'est un moment de pur égoïsme que s'accorde le CF avec un désaveu total et complet de la personne avec qui tu vis.
Accepter l'erreur et pardonner c'est tout de même, si le CF fait preuve de compréhension et empathie, s'accorder le droit en temps que cocu, de souffler, redonner un sens à sa vie et avancer...

Je confirme que vous devez vous faire aider, séparément et en couple si votre souhait mutuel est de continuer la route ensemble, ce que je serai tenté de croire après 15 ans de "calvaire".

Plus personnellement et en MP si tu acceptes d'en faire état, je suis curieux de connaître "l'aveu" des actes d'une épouse retournée par un MPN, la mienne en ayant fait les frais sans vouloir en parler plus en avant. Un échange extérieur étant sûrement plus facile, bien entendu si tu acceptes, aucune obligation.
Aucun vice non plus à savoir, une histoire ne faisant pas l'autre, mais par intérêt et connaissance personnelle.

Je crois également qu'il serait bien que ton mari qui nous lit, intervienne, comme tu le soulignes, l'écriture, l'échange, le fait de vilipender ici son venin dans un cadre d'écoute, sans jugement, apporte son lot de soulagement.... Enfin je crois, ça a été mon cas.

Le soleil peut briller aussi pour les gens blessés, l'erreur, la faute, la tromperie... sont malheureusement à la portée de tous.
Je ne crois pas que la vengeance soit une solution, un risque à blesser encore plus son intégrité déjà bien mise à mal.

Ecoutez vous, entendez vous, pardonnez vous, autant à vous mêmes qu'à l'autre. Vous ne pouvez avoir vécu 15 ans dans cette situation sans sentiments ou alors tout n'est pas dit...

:wink: :wink: :wink:

:fleur
Modifié en dernier par Mitsou78 le dim. 12 juil. 2020 08:46, modifié 1 fois.


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2858
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le drame

Message par Sans Prétention »

Bonjour MB d'abord, une mise au point puis quelques idées comme ça à la lecture de ton témoignage (pas toujours justes d'ailleurs, mais à discuter) et des hypothèses.

Mise au point :
MB. a écrit :
sam. 11 juil. 2020 09:30
étant de l’autre côté, le côté sombre, tordu, je craignais de ne pas intéresser grand monde.
Bien au contraire.
Sois la bienvenue ta démarche est courageuse et on la sent sincère :jap:

MB. a écrit :
sam. 11 juil. 2020 09:30
Il n’en demeure pas moins la difficulté pour celui qui a toujours était juste, honnête et droit, mon mari, d’attendre réparation.
Personne n'est totalement juste ou honnête. Votre situation le montre.
Sa rancoeur est compréhensible. Légitime. Mais cela reste de la (saine ?) rancoeur.
S'il avait été juste, honnête, droit, bah y en aurait plus.
J'ai une autre vision des choses : peut-être est-il simplement humain.
Avec de belles qualités, on le sent, c'est un type bien. Mais la perfection n'est pas de ce monde.

MB. a écrit :
sam. 11 juil. 2020 09:30
Pour mon mari, la loi du talion, œil pour œil, dent pour dent, illustre bien sa pensée. Ou encore, ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas que l’on te fasse.
C'est pas pareil la loi du Talion et "Ne fais pas à autrui..." Dans le premier cas, on est dans la réparation (mais une version un peu "old school" proche de la vengeance) et dans l'autre, on est dans la prévention et l'attention à l'autre. Ne pas confondre.


Les idées :
MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Alors que faire ?
Quelques éléments de réponses :
MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
je viens témoigner à la demande de mon mari, que j’ai trompé il y a 15 ans, chose qu’il m’est encore difficile à admettre aujourd’hui.
1) Prendre ses responsabilités. "Admettre" cette erreur si tu considères que ça en était une. Si ce n'est pas le cas, prendre ses responsabilités aussi : dire que ce n'était pas une erreur mais surtout être capable d'expliquer pourquoi. A te lire j'ai une sensation de non dit autour de cette histoire (voir plus bas).

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
J’avais choisi de ne pas travailler pour élever nos enfants, je me suis alors tournée vers une connaissance de fac, connaissance commune, par simple envie de lien social, je n’en avais que très peu à cette époque mais je l’avais choisi.
On perçoit un choix non assumé. L'impression que tu aurais voulu faire autre chose mais la pression sociale ou que sais-je...

2) Assumer ses choix. Tu as choisi une certaine vie, mais pas ses conséquences : remettre les choses à plat et éventuellement partir sur des bases nouvelles. Visiblement votre situation actuelle est mortifère, comment allez-vous vous en sortir sans prendre de décision radicale ? Je t'invite à assumer tes nouveaux choix également : la reconstruction ne se dit pas, elle se fait. Va falloir être actif...

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Bien que m’ayant prévenu sur le personnage, mon mari s’est aperçu de mon changement progressif de personnalité,
3) Davantage faire confiance à ton mari : apparemment, il a bon sixième sens.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
j’ai nié bien sûr pendant quelques temps jusqu’à ce que je lui avoue l’impossible. Il aura fallu 6 mois à mon mari pour m’extirper de cette dramatique situation.
Et en plus il est tenace... Deux belles qualités.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
La pourriture vers laquelle je me suis tournée par simple amitié m’a retourné la tête, » tu mérites mieux, la vie ce n’est pas ça »et j’en passe. Je n’ai réalisé, et avec l’aide de mon mari que cette ordure c’était bien amusé et que j’étais prête à faire n’importe quoi pour ce pervers narcissique, égocentrique, mégalomane, bref une belle enflure! Pendant ces 6 mois, je n’avais plus la capacité de réfléchir, de raisonner ou tout simplement de penser aux conséquences de mes actes, j’étais devenue une autre personne. Détachée émotionnellement, incapable de voir mon mari sombrer chaque jour un peu plus.
Cela est assez courant.
4) Redéfinir une certaine empathie dans le couple. Non pas "souffrir avec", mais comprendre sa souffrance.
Techniquement, il doit aussi comprendre la tienne.
Mais... Ça coince à un endroit... Apparemment, ce qui semble être ton "obsession", c'est "la pourriture" qui t'a manipulée, celui qui t'a délaissée, qui s'est servi de toi (et moins le fait d'avoir "rompu le contrat amoureux" qui vous liait ton mari et toi).
Juste au passage comme ça : admettons que le sandwich ait été prévenant, respectueux et le reste, est-ce que cela signifie que tu n'aurais pas souffert ? Est-ce que tu serais partie avec lui ?
Si c'est le cas, comprends que ce type de souffrance, cette blessure d'amour terrible que tu as vécue, ne peut pas, par définition, être partagée par ton homme : si le sandwich avait "réussi" son coup, tu ne serais plus avec ton mari. Ce n'est que parce qu'il a échoué que vous êtes encore ensemble. Et c'est ce paradoxe vertigineux qui rend la situation compliquée, je pense.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Pourtant les conséquences sont, 15 ans après bien présentes. Je me suis faite avoir mais là n’est pas le plus grave.
Ah. Cela revient dans tes propos : ce n'est pas tant le coup de canif dans le contrat qui importe, c'est que tu t'es "faite avoir".

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Le plus grave est que cette histoire m’a changé et aux dires de mon mari, mais pas en bien.
Ainsi, tu lui en veux de t'avoir transformée. En une créature que tu n'aimes pas. Tu ne sembles donc plus capable d'aimer en retour. Mais es-tu sûre qu'il t'a transformée ? Peut-être, tout simplement, a-t-il révélé quelque chose d'enfoui. Cela pourrait expliquer bien des choses.

En tout état de cause, peu importe au fond, vous êtes clairement un couple avec une de ses composantes blessée qui souffre comme une bête et une personne au narcissisme sacrément écorné.
Faites-vous aider.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
D’abord, je n’ai compris que récemment la douleur et le calvaire qu’il avait enduré pendant et encore maintenant, je ne me suis pas excusée, sincèrement, de ce que j’avais fait, je n’ai pas pris la mesure de l’ordure que j’ai également été pendant cette période et naïvement j’ai pensé que tout allait rentrer dans l’ordre comme si de rien n’était.
5) S'excuser sincèrement (bis : mais sais-tu de quoi ?). Prendre la mesure de la destruction (de la confiance, de ta personnalité, de son ego à lui).
6) Ne surtout plus penser que les choses s'arrangent "d'elles-mêmes", il n'y a aucune puissance magique qui vous aidera sinon vous-mêmes et vos actes seront les témoins vivants de cet élan réparateur.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Mais 15 ans après la poussière est toujours sous le tapis, je dois rembourser, réparer le mal que j’ai fait. Bien que très compréhensif mon mari, légitimement réclame le même investissement de ma part à réparer que celui qu’il a mis pour me sortir de là.
Tout dépend de ce que vous considérez lui comme toi être un couple.
"Dans la richesse comme dans la pauvreté, dans la maladie comme dans la santé, etc..." C'est cliché ou ça a du sens pour vous ?
Pour certaines personnes cela n'a pas de sens.
7) Donc clarifier cette demande d'aide : est-ce une injonction totalitaire ou un juste retour des choses ?
MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Je sais que c’est moi qui ai été cette odieuse, maltraitante femme, et qu’en aucun cas mon mari ne méritait de subir cela, je refoule cette histoire car elle me dérange énormément bien sûr, en permanence on revient à ce drame.
Le refoulement est un mécanisme interne personnel. Il ne peut pas refouler : mémoire traumatique.
Il doit donc se faire aider psychologiquement. Tu n'es pas médecin, tu ne pourras pas grand chose à ce niveau.
8) Par contre, l'encourager, le soutenir, ça oui, tu peux faire. (Et au passage, encore cette thématique de "je suis rien, nulle", etc...)

Aux lecteurs du site : s'il était encore besoin de le démontrer : un éléphant sous un tapis, ça finit par se voir.

MB. a écrit :
jeu. 9 juil. 2020 13:31
Le problème ne se règle pas, il pourrit notre quotidien, mon mari est fatigué psychologiquement par cette histoire et moi, selon lui, je suis toujours dans l’inaction, je lui suis infiniment reconnaissante de m’avoir sorti de la, à mon tour de l’aider.
Je perçois des non-dits. Des choses pas claires dans ton esprit... Refouler oui, mais quoi ?
En revanche pour l'inaction, je ne peux que m'accorder avec sa demande. Dans un sens comme dans l'autre par ailleurs. La situation semble bloquée : il faut donc bouger quelque chose.


Mes hypothèses peut-être foireuses :

En fait, j'ai l'impression que ça ne passe pas parce que cette haine que tu cultives envers le sandwich révèle autre chose. Je ne suis pas du tout devin,je ne prétends pas non plus détenir de vérité profonde. Mais les indices s'amoncèlent... Je suis sensible aux récits des gens.

Tu parles beaucoup de ton image dégradée, on est à la limite de la détestation de soi. Un peu comme si tu te sentais incapable d'être aimée. Une sorte de fantôme comme ça qui te dit "tu ne mérites pas mieux, tu ne mérites pas l'amour". Sais pas d'où ça vient. Apparemment pas de ton mari.
Et puis surtout, cette haine du sandwich qui dit qu'il y a eu de ta part plus qu'une passade : un espoir. Et cet espoir déçu, a été le coup de grâce dans une personnalité déjà bien blessée. Maintenant réduite à refouler et ne plus ressentir.
Ce qui est remarquable si je compare avec d'autres témoignages équivalents, c'est que tu ne dis pas "j'aime mon mari". Tu parles de ses qualités, tu fais référence à des obligations sociales, à des choix malheureux... Mais le mot "amour" ne surgit jamais, étouffé sous des tonnes de je ne sais quoi, comme une étincelle qui peine à briller, depuis longtemps. Très longtemps.

Je me suis sans doute lamentablement planté, ce ne sera pas la première fois mais je dis comme ça sort.

Par contre, ça n'enlève rien à mes commentaires précédents :
Je m'aligne sur la proposition de Mitsou : avec un tel bagage, après 15 ans, faites-vous suivre.

Conseil numéro 9 : acceptez votre faillibilité à l'un et à l'autre, aucun de vous n'est une pourriture ou un détail de la création.
L'un comme l'autre vous méritez le bonheur. Et dans cette course à la reconstruction de l'ego, on se croit incapable de tout ou, ce qui revient à la même chose mais inversée, au-dessus des autres : n'ayez pas honte de votre parcours, faites-en une force (conseil numéro 10). Cela exige, bien sûr, du COURAGE. Vous n'êtes pas seuls. Il serait temps de le savoir. Inutile de parler du jugement d'une tierce personne : vous vous jugez déjà beaucoup suffisamment, et mal de surcroit... Laissez entrer un peu d'objectivité dans votre mécanique de couple. Laissez l'oxygène passer. Faites-vous du bien.

En faisant acte de courage, vous serez bientôt fiers de vous. Trouvez un bon thérapeute, pas un guignol.


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Voilà, je ne m'attendais pas à moins d'analyse de SP, il arrive à le faire en profondeur, j'étais plus en surface :wink:

En quinze ans, le seul regret que vous finirez par avoir et celui de ne pas être venus ici plus tôt... :fleur :lol: :lol: :lol:

Acceptez de voir tous les deux la lumière, de vous aider personnellement, intimement, il n'y a pas un nul et un fort dans une histoire de tromperie, une grave ou grossière erreur de câblage, de vous faire aider.

A vous lire, soyez courageux, forts, intelligents et empathique l'un vers l'autre :thx:


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Loop
Cornu
Cornu
Messages : 18
Enregistré le : mar. 23 juil. 2019 11:58

Re: Le drame

Message par Loop »

Bonjour, je suis le mari de M.B.
Je viens de lire vos réponses Mitsou et SP, et j'y ai vu des points très intéressants et une certaine perspicacité dans vos analyses respectives, notamment SP.
Je ne vais pas relater notre histoire, elle est longue, et surtout elle est similaire à beaucoup d'histoires rapportées ici. Chaque histoire est unique mais des traits communs, des similitudes, des principes, des faits, des situations similaires se retrouvent dans nos histoires respectives notamment quand un MPN, est la cause du "drame".
Des similitudes mais aussi des différences notamment dans les réponses apportées à ce drame, les conséquences et les réactions de chacun.
Alors c'est à la lecture de différents témoignages, notamment de ceux victimes de MPN, que l'idée m'est venue de demander à ma femme de témoigner, pour trouver des réponses à ces propres interrogations (et aux miennes) et peut-être trouver des solutions ou tout au moins comprendre ce que j'ai pu vivre mais par les mots d'autres hommes/femmes trompés.
En attendant de vous lire, merci pour l'attention que vous portez aux autres.



Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Dans ce cas il est utile que ces questionnements soient posés ici, pour tenter d'y apporter, je ne vais pas dire des réponses mais nos expériences :wink:

Chacun de vous doit je crois les mettre à plat, ici ou ailleurs :wink:
Sans voyeurisme aucun un récit même succinct est souvent utile à identifier des causes, des blessures parfois narcissiques qui expliquent bien des actes. Merci de peut être amener également ta vision de votre histoire.

Au passage la "bienvenue" à toi aussi, nous tenterons l'écoute et le soutien. :fleur


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2858
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Le drame

Message par Sans Prétention »

Bonjour

Bah ça fonctionne un peu comme un détecteur de métaux tout ça...
On passe l'engin sur une surface et ça fait bip ou pas...
Après en l'absence d'autre élément, il va être difficile d'aller plus loin... Pour l'heure la surface à creuser est trop large... On ne sait pas encore bien ce qui a fait tilt dans les hypothèses proposées.

Mais c'est déjà très courageux à vous deux d'être intervenus à tour de rôle.

Je ne recommande pas pour ma part que le cf ait accès au site en temps normal puisque la parole y est censurée du fait du regard de l'autre. Et la "compréhension" de la douleur de celui ou celle qui a été floué.e totalement inaudible (et si on avait besoin de preuve complémentaire...). Elle est même parfois ridiculisée.

Dans votre cas, les choses semblent légèrement différentes et pour ça il faut louer le fait que vous ayez osé. Ensemble.

Après, nous le ré affirmons ici avec vigueur : nous ne sommes sur le site que des avis consultatifs. Mais pour l'heure on n'a eu que très peu de retour pour le service après vente 😅😅😅 (sauf cas de candaus non assumés mais ça c'est une autre histoire...)


Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)

Avatar du membre

Loop
Cornu
Cornu
Messages : 18
Enregistré le : mar. 23 juil. 2019 11:58

Re: Le drame

Message par Loop »

Bonjour, je vais essayer de faire un récit succinct.
M.B et moi nous connaissons depuis nos années lycée et sommes en couples depuis presque 30 ans. M.B était la prunelle de mes yeux, mon centre du monde. Belle femme brune au charme fou, à la beauté magnifique mais peu sûre d'elle alors qu'elle avait toutes les qualités pour . Nous nous sommes mis en ménage, eu 2 enfants, avons acheté une maison, parcours classique.
Je ne m'attarderai pas sur les difficultés que peuvent rencontrer tous les couples.
M.B souhaitais élever nos enfants et disait reprendre une activité professionnelle plus tard.
Je passe pour arriver au "drame" comme elle l'appelle.
Après 14 ans de vie commune, son attitude, son comportement, ses propos changèrent radicalement.
Elle tenait des discours que je ne lui connaissait pas, gênants parfois choquants. Elle devenait distante, froide (encore plus qu'avant plutôt) mais c'était ses idées nouvelles qui s'inquiétaient surtout. Puis me vint l'idée d'un autre homme. A force d'interrogation elle finit par m'avouer avoir des sentiments pour une de nos amis ( tu parles d'un ami) de fac.
Mon monde s'effondrait mais ce n'était rien par rapport à ce qui allait se passer par la suite. Elle me parla de l'usure du couple, de ce qu'elle attendait et qu'elle n'avait pas. J'entendis et lui assura de tout faire pour y remédier, même les choses qui me semblaient injustes et fausses mais bon, on est prêt à tout. Il n'y avait rien eu encore entre eux et je lui demanda de nous laisser du temps. Dès cet instant je décidai de tout mettre en œuvre pour y parvenir. Être plus présent, plus disponible pour les enfants, plus investi dans la maison. Elle me reprochais de ne pas avoir de vie sociale alors que je souhaitais qu'elle reprenne un travail, qu'elle fasse des activités, reprendre le saxo ou le tir à l'arc, qu'elle sorte et voie des amis.
Et là 15 jours après elle m'annonce vouloir aller à un concert avec une amie et rester dormir chez elle car elle avait un rdv médical le lendemain dans la même ville.
"Pas de souci, mais promets moi qu'il n'y aura pas l'autre !". "Je te le promets, tu dois me faire confiance, il ne peut y avoir d'amour sans confiance". Or la confiance ne se décrète pas, elle se gagne et là elle l'a perdue. Bien évidemment l'autre était au concert, ils sont tous allés dormir chez notre amie( celle qui nous a fait nous connaître au passage). Et je ne rentre pas dans les détails mais elle n'a rien trouvé de mieux cette "amie" de leur proposer de dormir dans la même chambre, celle de son fils. Et là vous imaginez bien ce qui c'est passé, et plusieurs fois, car ce sale type m'a envoyé des mails, décrivant cette terrible nuit.
J'avais dit succinct mais je me rends compte que ce va être difficile même en ne rentrant pas dans les détails.
Je poursuivrai mon récit un peu plus tard.



Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 352
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: Le drame

Message par Mitsou78 »

Merci de situer un peu l'histoire mais vrai que souvent la "vérité" se trouve dans les détails.

Nous attendons donc la suite même si quelques contours semblent se dessiner comme le manque de confiance en elle de MB... A en échanger après la suite de votre récit :wink: .


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel

Avatar du membre

Loop
Cornu
Cornu
Messages : 18
Enregistré le : mar. 23 juil. 2019 11:58

Re: Le drame

Message par Loop »

Je reprends donc mon récit.
M.B rentre du concert le lendemain. J'ai passé une mauvaise nuit, mal de tête , un mal être et impossible de fermer l'oeil. On dit que les femmes ont un sixième sens mais je crois que celui des hommes n'est pas mal non plus.
Je retrouve M.B le soir après le travail et au coucher, chose qui n'arrive jamais, que j'attends sans que ça ne vienne, elle prend l'initiative. Je suis surpris mais content. Mais quelque chose ne va pas quand même. Je vais comprendre plus tard que c'était plutôt pour calmer son sentiment de culpabilité. Culpabilité qui n'allait pas durer.
Les jours suivants sont bizarres. M.B est absente, éteinte. Le week-end, repas de famille, elle est effacée,, froide.
Et ça dure une quinzaine de jours. Et tout d'un coup, la petite alarme intérieure devient une sirène d'alerte. Il y a tout, la corne de brume, le gyrophare! J'en suis sûr il s'est passé quelque chose. Je l'interroge mais elle ne lâche rien. Alors j'insiste encore et encore et elle finit par m'avouer qu'il y a plus que de l'amitié entre eux. Elle ressent de l'amour. Premier direct! Je lui demande si ils ont couché ensemble. Elle me répond oui comme une évidence. Là c'est un Uppercut. Je m'affale littéralement et fond en larme. Sa réaction est terrible. Elle part à rire, me pointant du doigt en disant " excuse moi mais... la tête que tu fais!".
Mon monde s'effondre, mes croyances, mes rêves... bref vous qui avez connu ça vous savez.
Les jours qui suivent sont terribles, un zombie mais on ne peut tout arrêter comme ça. Elle me dit qu'elle ne sait pas où elle en est, elle m'aime mais il y a l'autre aussi. Je dois être patient, ça va revenir. Classique quoi!
Mais je sais au fond de moi qu'elle me ment quand elle dit ne pas le voir. Les jours passent et elle change. De plus en plus distante, de plus en plus menteuse, de plus en plus méchante. Je ne cesse de l'interroger, trop certainement, et ses réponses sont incohérentes, confuses, contradictoires. Et ses nouvelles idées ! On est sur terre pour en profiter, il faut se faire plaisir, penser à soi avant tout, bref l'hédonisme est sa nouvelle philosophie de vie.
Je sais qu'elle me ment, quand je suis au travail, les enfants à l'école, elle part le rejoindre. J'ai les preuves qu'ils couchent ensemble. Mais elle ne lâche toujours rien. Elle me dit que je suis fou, que je me crée des histoires. Elle devient de plus en plus méchante dans les mêmes proportions que je suis de plus en plus malheureux.
Je comprends que tout ce qu'elle fait, tout ce qu'elle dit, tout ce quelle pense, ce n'est pas elle. Et je comprends aussi qu'elle est totalement soumise à ce type. Il a réussi à lui retourner la tête. Elle me reproche plein de choses; notre maison en pleine campagne ( "tu m'as mise dans un trou pour me contrôler" me dit-elle par ex) alors que c'est elle qui voulait cette maison et moi non, sa situation au foyer alors que je lui demandais de retravailler, de ne voir personne ( ce qui est faux puisqu'elle allait voir ce type notamment quand j'étais en formation à un moment où il n'y avait rien encore entre eux). J'étais responsable de tous ses maux, ce qui n'était pas nouvveau mais ça prenait des proportions énormes.
Je faisais tout mon possible pour le reconquérir mais je n'avais pas compris que je luttais contre quelque chose d'énorme.
Cette chose énorme, c'était une manipulation mentale qui me sera confirmée par la suite par la psychiatre de ma femme.
Pas dans les détails j'avais dit mais pas évident.
Mitsou vois tu des points communs avec ton histoire?



Répondre