En miettes, mais j’essaye d’avancer

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Bonjour tout le monde,

Je ne pensais pas être un jour ici mais me voilà quand même.
Moi c’est Meihra, 33 ans et lui c’est Mr G bientôt 30 ans.
Nous sommes un couple qui s’est mis ensemble jeune, 18 et 21 ans a l’époque. Nous sommes nos premières premières fois pour tout. Coup de foudre et grand amour. On s’est embrassé et on ne s’est plus jamais quitté. Nous arrivons dans quelques semaines à 12 ans de relation et 8 ans de mariage.

Nous avons 2 petites filles de 5 et 7 ans. Et surtout je suis enceinte de 6 mois. Pas du tout prévu, sous contraception et que l’on a découvert à 2 mois et demi de grossesse.

Particularité, on vit dans un lycée, dans un logement de fonction.

Vendredi 23 janvier .on vient de passer des semaines horribles à la maison, sans que j’arrive vraiment à mettre le doigt dessus. Il ne va pas bien, se sent perdu avec al grossesse, à besoin de temps de seul pour se défouler (s’occuper de sa moto au garage ). On se dispute je ne sais même pas pourquoi, il mange peu, fait des insomnies et irritable avec tout le monde. Ça contraste avec décembre où il était aux petits soins. Moi je deviens folle de ne pas comprendre, je le sens perdu avec ce bébé et avec nous par extension. Il me dit qu’il a perd qu’on se perde à la naissance. Même qu’on s’est déjà perdu avec cette grossesse...

Bref C’est l’heure du coucher de nos filles. Il va mettre la grande au lit pendant que je suis avec notre cadette au salon. Elle veut des nouvelles musiques pour s’endormir. Je prends le tel de G pour regarder sur spotify et mettre sur l’enceinte dans sa chambre. En glissant mon doigt sur les raccourcis y’a les notifs. Une sur whatsapp avec le son en sourdine. Je ne comprends pas pourquoi. Je regarde les messages et là. Un message d’elle comme quoi elle est fatiguée, elle a faim froid a envie d’un câlin sexe. Je me dis elle l’allume la pourrie. Et je vois sa réponse et mon monde s’écroule. Il lui propose un bon repas, un câlin, et un massage dérivant sur du sexe. Avec de l’huile de massage. Elle dit que c’est de la torture et il lui répond que c’est clair ils se font du mal. Les messages datent de 19h. Il est 20h30. J’ai envie de vomir. Pas d’autres messages plus haut, juste ca. Elle, c’est la remplaçante de la CPE jusqu’à la fin de l’année scolaire. Elle est là depuis début novembre dans l’appart en face du nôtre.
Il revient pour coucher notre cadette et je lui demande de m’expliquer ça. Il me dit avec une voix tellement calme, on couche notre fille et on en discute... J’ai expédié le coucher et je suis revenue et la j’avoue j’ai plus tellement de souvenirs de cette soirée.

Je lui demande pourquoi. Juste qu’il a rien controlé, qu’ils ont commencé à se parler au boulot après une première soirée fin novembre qu’on avait fait tous ensemble à plusieurs voisins. Qu’ils avaient tellement de choses en commun, ils se sont sentis attirés l’un vers l’autre. Ils ont craqué. Et se sont dit juste une fois et on en parle plus juste avant les vacances de noël. Et finalement ils se sont pris aux pièges des sentiments. Mais ils ne voulaient pas me faire du mal... ils se sont rejetés chacun plusieurs fois en mettant fin à tout ça. Mais ils retournaient toujours l’un vers l’autre. Il ne veut pas parler de coup de foudre. Juste qu’il est tombé amoureux et qu’il ne savait plus où il en était. Avec moi, le bébé. Il l’avait quitté la veille même (après l’échographie de notre bébé qui l’avait bouleversé ) car il disait que c’était sa priorité. Mais le soir même il était avec elle.
Moi j’étais juste en état de choc. Je pleurais. Il n’avait pas vécu ce genre de sentiments depuis tellement longtemps mais il ne voulait pas m’abandonner, on était une famille. Il sait qu’il passera pour un salaud aux yeux de tout de monde mais qu’il n’avait pas choisi. Qu’il serait là pour moi, pour le bebe. Que je resterai à la maison les premiers mois pour que je puisse être avec elle comme je voulais et qu’il soit là pour nous. Je lui ai dit hors de question qu’on joue à la famille et que le soir il passe le couloir pour le pallier d’en face. Qu’il balayait 12 ans de relation pour 1 mois 1 mois et demi de relation. Il m’a dit qu’il savait qu’il était fautif pour beaucoup dans la dégradation de notre couple mais qu’on pouvait rester amis et qu’on serait toujours une famille. Que ses sentiments pour moi étaient ceux de la mère de ses enfants, que moi aussi je ne devais plus l’aimer autant que ça. Je lui ai dit la vérité que je pensais l’aimer bien plus fort qu’il y a 10 ans. Tout ce qu’on avait vécu, construit ensemble était bien plus fort que notre coup de foudre de jeunesse à mes yeux. Que de toute façon je pouvais pas lutter contre ça, des soirées en secret à deux pendant que j’étais juste la mère à gérer le quotidien de nos enfants (et vomissant un jour sur deux ). Je fais pas le poids face à la passion et ça me crevait. Un dialogue de sourds, beaucoup de pleurs. J’ai pas dormi de la nuit.

Le lendemain matin j’ai voulu la voir, parce que je l’ai invité chez moi plusieurs fois. Qu’elle savait qui j’étais, que j’étais enceinte. Bref je voulais comprendre même s’il n’y avait rien à comprendre. Elle m’a accueilli gentiment, elle m’a en gros dit que y’avait rien a excuser dans son comportement. Qu’elle savait que c’était mal et qu’elle avait franchi la ligne jaune de ses principes mais que pareil elle avait rien contrôlé et que les sentiments étaient arrivés. Qu’elle de toute façon elle se plierait à notre décision.

Je suis rentrée, et je lui ai dit que je l’aimais mais que ça, sa solution bancale où il garde tout, Sa famille d’un côté, elle de l’autre c’était hors de question. C’était à lui de choisir, soit moi, soit elle mais que je ne resterai pas dans le second cas comme il avait l’air de penser. Il a fini par me dire que d’accord il arrêtait tout, qu’il restait avec moi, avec nous. Il allait juste la voir pour mettre fin à leur histoire et lui dire qu’il resterait juste des collègues. Il ne l’a contacterait plus et ce serait bonjour et au revoir.

Les jours suivants ont été innommables, on a fait comme si devant les enfants pour les préserver. Moi je n’arrivais pas à manger mais j’ai fini par me forcer car enceinte perdre du poids... je n’arrrivais pas à être en colère (je n’y arrive toujours pas ) j’étais juste un trou béant. J’ai vu une psy, où j’ai beaucoup pleuré et parlé. Ça fait autant de bien que de mal mais je peux m’exprimer.

On a beaucoup parlé, enfin j’ai posé beaucoup de questions. Besoin de savoir de comprendre ces dernières semaines de flou. En décembre ils flirtent jusqu’à là mi décembre où ils passent à l’acte. Les vacances ils se voient peu mais il pense à elle même à Noël au lieu d’être avec nous. Janvier il ne supporte plus la situation, essaye d’y mettre fin. Déteste mentir, jouer double jeu d’où toutes les tensions. Ça ne l’a pas empêché de la voir quand même Il descendait au garage s’occuper de sa moto puis il remontait la voir. Et ensuite retourner au garage finir ce qu’il faisait. Pendant que moi je dormais de l’autre côté du couloir. Ils ne l’ont pas fait beaucoup, les doigts d’une main rapport protégés. (Ouais j’ai vu un jour de courses il s’est servi de son compte perso pour un truc à 5€, les préservatifs à côté du repas c’est cool). Ça colle avec nos messages que j’ai lu et relu pour chercher la signification entre les lignes. Je suis présente h24, il habite et travaille sur place ça complique la donne. Mais en vrai ça pourrait être plus que je m’en tape. Je me rends compte que le sexe je m’en fous. Les sentiments ça fait mal mais j’entends que ça se contrôle pas. Par contre les secrets, les mensonges, le double jeu ça m’est insupportable. La trahison est là pour moi. C’est ce qui me tue le plus.

Depuis c’est les montagnes russes, je pleure tous les jours quasiment. Ça monte d’un coup mais ça dure moins longtemps. J’ai posé d’autres questions auxquels il a répondu ou pas. Il me dit que certaines choses qu’ils ont partagé ne me regarde pas. A se prendre dans la gueule.

On a eu des disputes car on a pas eu la même notion de couper les liens. Il lui a écrit des sms parfois car il voyait qu’elle n’était pas bien (et alors moi aussi je ne suis pas bien). Je lui ai dit que j’entendais même si ça me crevait qu’il s’inquiète mais que dans ce cas là il ne devait pas effacer les messages. Il a screene des photos d’elle sur Instagram et quand je l’ai vu et que je lui dis il m’a reproché d’avoir avant effacer ses photos que ce n’était pas à moi de le faire. Certes mais ça a été plus fort que moi. Je la vois déjà au quotidien, j’entends ses pas dans le couloir. Y’a ce putain de paillasson qui lui a offert pour noël en tant que voisine gentille. Bref la c’était trop pour moi qu’il essaye de me faire culpabiliser. Et ça a fini en pugilat. Il s’est excusé par la suite. Et quand il l’a voyait ou devait discuter boulot il me le disait.

Mais surtout y’a eu cette rechute le 15 février dernier. Il l’a croisé dehors au boulot et ils ont parlé. Bien sûr il ne me l’a pas dit. On discutait tranquillement en rentrant et y’a eu deux notifs de sms de sa part qu’il s’est empressé de balayer. Et il essaye de faire comme si de rien n’était. Je lui demande ç est quoi ces sms. Il me dit rien, juste qu’ils se sont vu dehors dans la cour avant qu’elle aime le tatouer quelqu’un (ouais elle est tatoueuse aussi, elle a la classe). Je demande à lire, il me montre et je vois qu’elle lui parle d’un tatouage en commun qu’il devait se faire et qu’elle lui dit que c’est dommage de ne pas le faire. Je lui demande s’il l’aurait fait. Il me dit oui non je ne sais pas, c’était juste un souvenir. Je lui dis et moi là dedans, il dit que c’est vrai c’est des conneries il aurait pas dû y penser. Il lui dit que non c’est pas une bonne idée. Elle s’excuse en disant qu’effectivement elle aurait pas dû le proposer.

Il va a sa séance de psy (qu’il voit depuis l’été 2019j et revient plus serein. On passe une soirée plutôt bien. Il va se coucher avant moi je finis de lire mon livre. Et on fera même l’amour après. Je me réveille dans la nuit (grossesse oblige ) et je suis attirée par son tél et plus fort que moi je regarde. Il lui a écrit sur whatsapp, elle lui dit que ça fait un mois qu’il ne lui a pas écrit dessus (au moins il a tenu paroles là dessus ). Et il lui dit que la conversation de l’après-midi lui a retourné le cerveau. Il parle de leur date magique (lui que se souvient jamais des dates il el dit même dans le message ) j’imagine le fameux jour où ils se sont dit je t’aime. Où ils ont fait des projets bref...
Rien de transcendant, juste des mots doux, et un je t’aime. Qui me fait encore plus mal que le message du mois dernier. Voir écrit ça, des messages comme il ne m’en fait plus c’est juste affreux. Je le réveille (3h du mat oui tout sauf une bonne idée ). Forcément ça explose, je lui demande si a quelquechose a dire il me dit rien, je lui parle des messages il me dit d’arrêter de fouiller. Qu’il est honnête avec moi, qu’il a arrêté avec elle et que forcément si je cherche je trouve. Que c’était dur, qu’il l’aimait et qu’il luttait contre tout ça. Je lui dis qu’il inverse je fouille parce qu’il cache et qu’il ment. Ça finira lui sur le canapé pour le reste de la nuit. Le lendemain il dit qu’il ne rentrera pas manger le midi, il ne veut pas me parler il est en colère.

Je lui parle a elle. Elle répond pas au tel alors je lui envoie un message. Elle me dit qu’elle est désolée, qu’elle l’aime à en crever. Qu’elle sait que c’est une connasse et qu’elle essaye très fort de l’oublier mais que c’est dur et qu’il y’a des moments de rechute. Mais qu’elle pense qu’on a des choses à régler entre nous qui ne l’a concerné pas mais qu’elle pense honnêtement que s’il avait dû me quitter il l’aurait déjà fait. Et que c’était tant mieux pour ma famille.

Elle lui a écrit car bizarrement j’ai eu un message à midi où il voulait savoir ce qu’il s’était passé. Je l’ai envoyé paître en disant qu il ne voulait pas me voir et me parler alors il n’avait rien à exiger de moi en retour.
Il est rentré du boulot le soir, je l’ai ignoré (à peu près le seul moment où j’étais en colère ) et s’est excusé de son comportement. Je lui ai dit que si c’était ça couper les liens je n’en voulais pas. J’entendais les sentiments que ça ne part pas à un jour ni même un mois mais que moi aussi j’en avais et que je souffrais trop. Et que ça ç était plus possible. Que je préférais partir que de vivre ça. Il m’a dit qu’ils s’étaient dit adieu. Il m’a redit Que c’est avec moi qu’il choisissait pour reconstruire les choses, si on arrivait à recoller les morceaux. Qu’il savait tout le mal qu’il m’a fait et me faisait encore en agissant ainsi. Et qu il était vraiment désolé de tout ça. Qu’il voulait être là pour moi et le bebe aussi. Je lui ai dit que je ne voulais pas être une obligation. Il me dit que ce n’est pas le cas, qu’il m’aimait encore (même si moins qu’elle je suppose actuellement) et qu il voulait tout faire pour que ça marche. Même s’il se foirait encore.

On a passé les vacances ensemble, elle elle n’était pas là ça aide. On a passé des bons moments en famille, des soirées tranquilles, d’autres plus lourdes. Je pose encore des questions sans vraiment savoir si je veux la réponse. Mais je les pose quand même. Il m’a dit qu’il avait beaucoup pensé à elle et que c’était dur de ne pas avoir de nouvelles. Qu’il était désolé de penser ça, d’être ailleurs. Bref il est amoureux d’elle, je ne sais pas s’il l’oubliera et quand , il m’aime quand même. Il est ok pour avancer, il prend soin de moi. Il veut bien qu’on aille voir quelqu’un même s’il craint que ça ne change rien et qu’il ait définitivement détruit notre couple. On a toujours notre bébé en ligne de mire dans 3 mois et moi aussi je crains que ça n’implose mais que faire d’autre...

En attendant je vis au jour le jour. Je profite des bons moments, je prends ce qu’il y a à prendre. Je donne ce que j’ai envie. On fait l’amour souvent (ok tout le temps, je suis enceinte je contrôle pas) comme c’était pas arrivé depuis longtemps. Ça fait du bien, ça nous fait du bien. Pas d’illusions juste un bon moment, et du partage. Pourquoi se priver. Tout n’est pas naturel, je ne sais pas où on va. Mais je l’aime et je veux essayer...


Avatar du membre

milo91
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 46
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par milo91 »

Bonjour Meihra, et désolé de te compter parmi nous.

Je viens de tout lire, et hormis avoir envie de verser une larme avec toi, je préfère laisser des gens plus pointus que moi te conseiller et dieu sait qu'il y en a de bons sur le forum. (SP, Mitsou, Supersymetrie... Entre autres)

Je peux juste te confirmer que la proximité avec la tatoueuse est une très mauvaise chose et que la trahison sentimentale est la pire.

Je voulais juste t'apporter un peu de soutien et te dire que ton attitude est remarquable et que ta souffrance est ici entendue.

Un peu de soutien morale en somme.

Bises

Milo


Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Bonjour Milo,

Merci pour ce message c’est déjà beaucoup de se sentir entendue dans tout ce bordel.
Tu confirmes ce que je pense au sujet de la proximité. Elle doit et veut partir mais ce n’est pas avant juin/juillet. Une éternité en attendant. Mais bon j’ai pas de prise la dessus. Et je sais que je dois me concentrer sur d’autres choses.
Et oui pour la trahison sentimentale, je pensais même pas ça possible de se sentir morte de l’intérieur et que ce soit par la personne dont on est là plus proche. Je suis pas naïve sur le sujet, sur l’aptitude des gens qu’on aime à pouvoir nous blesser. Mais à un tel niveau de souffrance je m’en serai bien passée.

Encore merci pour ton message de soutien en tout cas


Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 75
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Lactus Bifidus »

Bonsoir Meihra,

J'ai lu ton message hier soir sans pouvoir te répondre, mais il m'a beaucoup touché. Je suis passé par là aussi (pendant près d'un mois) aussi je pense savoir ce que tu peux ressentir... l'impression que j'ai c'est que ton homme hésite encore, parce qu'il n'a pas eu la douche froide qu'il lui faudrait. Il ne réalise pas qu'il va te perdre définitivement s'il ne fait pas le ménage dans sa vie, alors il se permet des actes et des remarques qu'il ne devrait même pas envisager.

Je te conseille de lire ce message de Sans Prétention, toujours de bon conseil, qui t'aidera je pense à te situer dans la relation...
viewtopic.php?p=68948#p68948

Bon courage,

Lactus


De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse-les tous, Embrasse-les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
Passe-les tous par tes armes, passe-les tous par tes charmes,
Jusqu'à ce que l'un d'eux les bras en croix, tourne de l'œil dans tes bras
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Bonsoir Lactus,

Et merci pour ton message. Je suis allée voir ton post, effectivement pas mal de similitudes.
J’ai clairement laissé couler ces 3 semaines, au fond du trou, désespérément amoureuse, je ne voulais pas qu’il me quitte. Et oui il s’est permis des choses (s’est il même rendu compte de ce qu’il disait parfois 🙄) que je n’aurais pas dû laisser passer. Je le voyais malheureux et ça me faisait mal, autant pour moi que pour lui.

Bref je ne sais pas si c’est bien ressorti dans le post (3h à écrire, effacer en plein milieu de la nuit on a fait mieux pour avoir les idées claires...).
Mais cette dernière fois où il y a eu la conversation whatsapp et son comportement qui en a découlé, je lui ai clairement dit que j’arrêtais les frais. J’avais beau l’aimé je ne méritais pas d’être traitée comme ça et je le refusais. Je préférais encore vivre dans un appart miteux avec mes enfants que de subir ça. J’en ai parlé (pleuré plutôt 😅) avec la psy. Elle m’a dit que c’était bien que je lui montre enfin mes limites. Depuis il ne l’a pas contacté, a effacé les derniers trucs qui le rattachait à elle sur les réseaux sociaux.Il a été présent pour moi, attentif autant que possible. On a profité pour se recentrer sur notre famille. Parce que même si on les a préserve le plus possible, ça reste des éponges et on sent qu’elles ont été touché quand même un peu par tout ça.

Maintenant Reste le boulot, sont pas collègues directs donc contact minimum et le fait que ce soit notre voisine. On l’a croisé dehors ce soir (elle vient de rentrer de vacances ) j’avais tout sauf envie de la voir, surtout que mes gosses l’ont accueilli à bras ouverts. Mais bon ça reste inévitable pour le moment. Moi j’ai pas dit bonjour, une première.


Mais oui Il est temps que je pense à moi par contre. Et à mon bébé que j’ai mis entre parenthèse ces derniers temps faute de pouvoir tout gérer. Lui, ses sentiments à oublier je n’y peux rien, ça ne regarde que lui. Je vais le laisser se débrouiller avec ça. Il me l’a dit lui même d’ailleurs, que je n’ai pas à me préoccuper de ça, que je devais me centrer sur moi plutôt que de vouloir aider les autres avant, surtout quand il ne le mérite pas. Mais ça c’est la prochaine étape avec la psy, elle aussi a vu ce « travers » chez moi...


Pour le lien c’est interressant. J’aurais tendance à penser qu’il nous aime tous les deux. Qu’il le pense en tout cas.
Je sais que l’infidélité de par son schéma familial il l’a en horreur. C’était juste impensable pour lui de faire ça. Pour sa femme, sa famille. Il en a trop souffert... Ce qui explique je pense son comportement de janvier, il me l’a dit que ça l’avait soulagé d’un côté que le double jeu s’arrête, même s’il aurait préféré que je ne l’apprenne pas. Mais sa culpabilité vis à vis de sa morale c’est son problème. Personne l’a forcé à franchir la ligne...
Son histoire c’est passionnel, ils se ressemblent qu’il me dit, plein de goût en commun (quelquechose qu’il regrettait chez nous alors qu’à la base je sais que c’est ma complémentarité qu’il recherchait ), on est en plein marasme familiale. Il a plongé, il était « heureux » , moi j’ai pas trouvé mais bon. Ça ce serait peut être arrêté tout seul, il voulait voir où ça mènerait. Mais je l’ai découvert avant. Avec ce goût d’inachevé qui rend cela tellement puissant.

Après objectivement (suis-je objective?), c’est une gentille fille mais plein de casseroles à traîner. Je vois même pas comment ça aurait pu tenir sur le moyen terme entre eux. En tout cas ça a suffit pour foutre ma vie sens dessus dessous et c’est déjà bien trop.


Avatar du membre

Dnj
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 89
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 08:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Dnj »

Salut Meihra,

C'est d'autant plus dur qu'il te fait ça et que tu l'apprends alors que tu es enceinte. Les émotions en sont demultipliées.
C'est un peu décousu comme je vais dire les choses mais voilà :

- D'abord, protège ton enfant du mieux que tu peux. Pendant les prochaines semaines ta priorité est là. Peut être, fait toi une bulle si besoin ou isole toi chez un proche le temps de ta grossesse si tu sens que le fait de croiser l'autre te provoque des montees de colère, il ne faudrait pas risquer une prema simplement parce que tu côtoies des personnes qui te font du mal au quotidien.

- au début c'est normal d'être complètement perdu. Techniquement, tu as émotionnellement quelques mois de retard par rapport à ton conjoint (lui avait la donnée sur sa relation depuis le début, toi tu as tout découvert d'un coup après.. Émotionnellement tu fais le chemin en accéléré alors qu'il a eu plusieurs mois pour ça). C'est logique qu'il y ait un décalage de phase entre vous. C'est ce qu'il s'est passé ces 3 premières semaines.

- bonne nouvelle, tu commences à prendre conscience d'un point crucial : il ne faut pas tout accepter. Fixe toi des limites concrètes sur ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, sur ce qui est respectueux pour toi et ce qui ne l'est pas, et réfléchis dès maintenant à une ligne de conduite à tenir si ces limites sont franchies (ça ne sert à rien sinon, si l'autre franchit la ligne mais que tu ne sais pas jusqu'où aller alors ça revient à accepter tout et n'importe quoi). Plus tu es concrète dans ta tête ("s'il passe cette ligne là je fais ça") plus tu seras sereine car tu ne seras pas prise au dépourvu. Ta meilleure boussole pour l'avenir c'est de prendre des décisions qui vont dans le sens de ton respect, tu ne peux pas commettre d'erreur si tu as cette boussole comme guide. Normalement j'ai l'habitude de dire qu'il faut completement couper sa peur de perdre l'autre et être capable de dire "on arrête" si besoin, mais comme tu es enceinte je ne sais pas si c'est une très bonne chose à dire maintenant.

- toi tu la vois comme une gentille fille avec plein de casseroles. Mais ce n'est pas ton regard sur elle qui compte, c'est le regard que ton mari porte sur elle. Elle pourrait avoir un bras en moins et porter la moustache, si lui la voit comme la plus belle fille du monde, la façon dont tu la vois n'y change rien. En fait lorsque tu écris ça, tu rationalises les choses. Mais pour ton mari c'est émotionnel actuellement, ce n'est pas sur le même champ. En fait la question a vous poser est moins "qui est cette fille ?" que "qu'est ce qu'il a été chercher chez elle et qui lui manquait tant chez toi ?". Souvent, ce truc qu'ils vont chercher est mineur et le temps de trouver ce petit truc ils ne se rendent pas compte qu'ils risquent de perdre l'énorme truc que le conjoint apportait. C'est de ça que monsieur doit être conscient. C'est la douche froide dont parlait lactus : quand il réalisera que son comportement l'amènera à perdre gros pour trouver le petit truc que toi tu n'avais pas il percutera. Mais pour ça : cf point juste au dessus, et dans certains cas il faut aller loin pour provoquer ce déclic (break et silence radio pendant plusieurs jours ou semaines, voire séparation).

- tu dis ne pas arriver à être en colère. Well.. Ca viendra. D'ailleurs on en sent poindre un début dans ton dernier message. C' est un chemin normal, et cette colère passera. J'ai lu plusieurs femmes qui disaient "au début je lui faisais beaucoup l'amour, ensuite ma colère est arrivée et j'ai arrêté".


Avatar du membre

supersymetrie
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 152
Enregistré le : jeu. 2 nov. 2017 15:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par supersymetrie »

meihra a écrit : dim. 28 févr. 2021 03:04 Mais je l’aime et je veux essayer...
Bonjour Meihra,

Ton post montre que tu as dépassé un peu le stade du TGV dans la tête et que tu as réfléchi sur la situation. J'ai l'habitude de dire pense à toi avant tout, là il y a un bébé qui va arriver et il est plus important que tout.
Tu as raison, il te doit le respect. Tu es la mère de ses enfants, tu suis les règles de votre couple ... c'est à lui de faire les efforts.
Ce que je trouve difficile la très / trop grande proximité des amants avec lui, avec toi ... c'est malsain pour reconstruire. Imagine qu'un soir, elle a le bourdon ... un appel ... et lui tu n'es pas dans sa tête.

LA phrase que j'ai retenu ... Mais je l’aime et je veux essayer...
Voici la force de ton couple ... toi
Maintenant lui qu'est ce qu'il apporte comme pierre à l'édifice ? Je ne la verrais plus, juré, craché ... à merde je la vois demain on bosse au même endroit !!!
J'ai mis du temps à répondre car je suis aussi perdu que toi ... Il vit et travaille au même endroit que sa maitresse. Vous allez avoir un nouvel enfant ... mon Dieu, c'est un sacré crétin !
Il a de la chance de t'avoir ...
Donc si tu veux essayer c'est tout à ton honneur et tu as raison si c'est ce que tu ressens.
Mais ... si on doit se fier à sa parole ... dis toi bien qu'elle ne plus vaut rien ... Seuls les actes comptent et vu la proximité géographique avec cette fille, je ne sais pas quoi penser ...
Sa proposition je reste à la maison puis je vis chez elle le reste du temps et tout simplement HONTEUSE !
C'est le père de tes enfants mais j'émets des doutes sur sa loyauté et son réel attachement pour toi. Il est peut être attaché à l'idée de sa famille, je le conçois ... mais là à part une batte de baseball dans la gueule, il ne mérite pas grand chose
Quelle honte de proposer ça à la mère de ses enfants .....
MAintenant vouloir essayer de continuer c'est tout à ton honneur ... mais à la première incartade, doute, manque de respect ... qu'il bouffe ses coucougnettes.
Désolé d'être grossier ... mais mon Dieu ... quel crétin et quel honte ... tu es trop formidable pour lui !
D'habitude je n'aime pas juger les situations car chacun à sa route, sa vie qui emmène à des réussites et des echecs ... là ... il mériterait qu'un de ses amis lui mette son poing dans sa gueule.


Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 419
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Mitsou78 »

Je mets du temps également à répondre et je l'avoue sans relecture de ton post initial.
La complexité de ton histoire réside dans la proximité qui existe entre vous tous, bien sûr mais par le fait également qu'il a été honnête à la découverte de son incartade, dans son discours ne se cachant pas derrières de faux semblants, des excuses mais bien en faisant état de ses sentiments.
De là, si ces derniers sont sincères, avec la proximité qui vous est imposée, j'ai crainte qu'il vous soit dur de combattre, l'un et l'autre, tous les deux guidés par vos sentiments mais plus orientés dans la même direction, et...
Et, il y a cette grossesse que tu dois protéger en même temps que toi.
Je vous crois réellement submerger par les sentiments tous les deux et c'est peut être ce qui est le plus à craindre.
Il eut été bien qu'elle parte, pour acquérir une forme de tranquillité par l'éloignement, en l'état je ne vous vois pas dans une environnement propice à vous reconstruire et encore une fois, sans l'excuser, l'acte et la trahison sont là, ni pour toi, ni pour lui. Aucun de vous deux ne peut dans ce contexte "profiter" du recul à éventuellement vous retrouver.
Du coup, si ni lui, ni elle ne peuvent s'éloigner, la solution est-elle de toi partir, je ne te sens pas non plus en mesure d'y trouver un point de salut, je crains que tu t'y sentes encore plus perdre le peu de contrôle que tu as sur la situation.
Mais tu dois te protéger en même temps que l'enfant que tu portes.
A ce stade, pour moi la situation est compliquée à mes yeux, car il y a une ambivalence claire en toi vis à vis des sentiments que tu as toujours pour lui...
Désolé de ne savoir être plus pertinent peut-être, j'espère que d'autres sauront, car pour moi, ici, si la trahison relève d'une certaine "normalité", il a été honnête sur ses sentiments, qui peuvent être biaisés effectivement également par sa capacité à elle qui lui est offerte de "jouer" de ses atouts tout au long de la journée et ne semble pas se cacher, il semble même essayer, parfois maladroitement.
Mais sommes nous en mesure de lutter contre nos sentiments et en finalité est ce bénéfique ??

Tout mon courage en tout cas et fais attention à toi et à l'enfant que tu portes. Peut être aujourd'hui concentre toi uniquement sur vous deux, lui tu verras après... Facile à dire, je te l'accorde.


L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Pfiou que dire, déjà vraiment merci d'être là. Je ne pensais pas que les messages d'inconnus pourraient avoir autant de résonance en moi. A l'heure des réseaux sociaux, l'existence même de ce forum est un petit bijou de l'âme (même si ce serait tellement mieux qu'il n'ait besoin d'exister).
Je ne parle de ça à personne hormis ma psy, alors ça fait du bien de pouvoir se confier.

Bien sûr, à la lecture des messages j'ai pleuré une bonne partie de la matinée, on ne se refait pas, surtout enceinte. ça et le retour de ses pas dans le couloir, le bruit de sa porte. Et bien sûr la croiser encore ce matin alors que c'est la dernière chose que je souhaite. Donc oui mon environnement est tout sauf serein, et après 10 jours d'absence, son retour je le prends en pleine poire. Et j'ai juste envie qu'elle parte loin. Et non pas de possibilité de partir pour moi et je ne pense pas que ce soit une bonne idée. Je ne me sens d'être seule et ailleurs que chez moi actuellement. Alors à défaut d'avoir une emprise là dessus. Je vais me prioriser mon bébé et moi (et mes filles bien sûr). Il est hors de question qu'on pâtisse de la situation plus que ça. Et ce bébé mérite de pouvoir être accueilli comme il faut.C'est mon objectif des prochaines semaines, finir de préparer ce qu'il faut.
Dnj a écrit : dim. 28 févr. 2021 23:41 tu commences à prendre conscience d'un point crucial : il ne faut pas tout accepter. Fixe toi des limites concrètes sur ce qui est acceptable et ce qui ne l'est pas, sur ce qui est respectueux pour toi et ce qui ne l'est pas, et réfléchis dès maintenant à une ligne de conduite à tenir si ces limites sont franchies
Merci du conseil, je pense que tu as raison et je vais y réfléchir fortement.
Dnj a écrit : dim. 28 févr. 2021 23:41 "qu'est ce qu'il a été chercher chez elle et qui lui manquait tant chez toi ?". Souvent, ce truc qu'ils vont chercher est mineur et le temps de trouver ce petit truc ils ne se rendent pas compte qu'ils risquent de perdre l'énorme truc que le conjoint apportait. C'est de ça que monsieur doit être conscient. C'est la douche froide dont parlait lactus : quand il réalisera que son comportement l'amènera à perdre gros pour trouver le petit truc que toi tu n'avais pas il percutera. Mais pour ça : cf point juste au dessus, et dans certains cas il faut aller loin pour provoquer ce déclic (break et silence radio pendant plusieurs jours ou semaines, voire séparation).
- tu dis ne pas arriver à être en colère. Well.. Ca viendra. D'ailleurs on en sent poindre un début dans ton dernier message. C' est un chemin normal, et cette colère passera. J'ai lu plusieurs femmes qui disaient "au début je lui faisais beaucoup l'amour, ensuite ma colère est arrivée et j'ai arrêté".
Il a été cherché du contact autre que notre quotidien planplan, ça je le sais. On est resté bien trop longtemps à jouer au papa et à la maman. Les soirées à coucher les enfants et se mettent devant la TV parce que y'a rien d'autre à faire. Ou trainer sur le telephone. C'est pas un bavard, et il s'est longtemps bloqué. Du temps chacun pour soi, on ne se l'accordait pas. Du temps à deux, on en avait pas non plus ou si peu, (je ne sais plus si je l'ai déjà dit) mais pas de possibilité de faire garder nos enfants par des proches, et il refusait de les faire garder par des inconnus. Alors forcement... On en est que du temps tous les deux, on en avait quasi pas, et il ne sait pas s'il arriverait à en vouloir car il ne sait pas quoi faire avec moi, il nous a toujours trouvé différent, pas de point commun (ce qu'il s'est découvert avec elle) et l'arrivée du troisième enfant, lui fait encore plus peur de replonger dans un quotidien, où l'on a aucune place. En vrai des points communs on en a et je lui ai toujours dit, après on était différent certes mais complémentaires, et je sais que c'était pour ça qu'on était aussi ensemble. Se compléter et tirer le meilleur de l'autre. Et s'ouvrir aux passions de l'autre, pour moi ce n'était pas un problème, c'est ce que j'ai fait (je me suis mise à suivre avec intérêt la moto, je n'en reviens pas moi même) . Il m'a dit qu'il savait que c'était lui le problème à ce niveau, on avait avancé sur le sujet avec le suivi de son psy. Il regrette vraiment d'avoir refusé tant d'année d'en voir un vu comment cela lui avait fait du bien. Il dit qu'il sait que c'est lui qui a essentiellement détruit notre couple, même avant l'explosion de cette fin d'année (qui s'apparente juste à un Apocalypse pour moi)

Et pour la colère, sûrement que oui. Je pense aussi que je ne me donne pas ce droit vu mon état actuel.
supersymetrie a écrit : lun. 1 mars 2021 09:33
J'ai mis du temps à répondre car je suis aussi perdu que toi ... Il vit et travaille au même endroit que sa maitresse. Vous allez avoir un nouvel enfant ... mon Dieu, c'est un sacré crétin !
Il a de la chance de t'avoir ...
Donc si tu veux essayer c'est tout à ton honneur et tu as raison si c'est ce que tu ressens.
Mais ... si on doit se fier à sa parole ... dis toi bien qu'elle ne plus vaut rien ... Seuls les actes comptent et vu la proximité géographique avec cette fille, je ne sais pas quoi penser ...
Sa proposition je reste à la maison puis je vis chez elle le reste du temps et tout simplement HONTEUSE !
Merci pour ton message, tu as raison c'est un crétin. Je lui ai dit. Je n'accorde pas plus de valeur à ces paroles, même si je le pense sincère quand il le dit. On est l'abri de rien vu la situation je ne le sais que trop bien.
Pour sa proposition clairement c'était de la merde, après c'est sorti pendant cette conversation au moment de la découverte. Je crois que eprsonne n'était vraiment cohérent à ce moment là, il cherchait une "solution" pour pas m'abandonner (enfin m'abandonner dans de bonnes conditions à ses yeux plutôt :roll: ). Le lendemain matin, je lui ai dit que c'était n'importe quoi, il m'a dit que oui, il avait fumé d'avoir pensé ça. Et je lui ai demandé de faire un vrai choix. Celui qui nous mène là aujourd'hui.
supersymetrie a écrit : lun. 1 mars 2021 09:33 MAintenant vouloir essayer de continuer c'est tout à ton honneur ... mais à la première incartade, doute, manque de respect ... qu'il bouffe ses coucougnettes.
Désolé d'être grossier ... mais mon Dieu ... quel crétin et quel honte ... tu es trop formidable pour lui !
D'habitude je n'aime pas juger les situations car chacun à sa route, sa vie qui emmène à des réussites et des echecs ... là ... il mériterait qu'un de ses amis lui mette son poing dans sa gueule.
Il n'y aura clairement pas de seconde chance pour moi, et pour le poing dans la gueule il se laisserait faire et serait le premier à s'en mettre un. Il m'a même dit de le frapper si je voulais :bonk:
Mais c'est moi qui ne veut pas en parler à nos proches. Je ne sais pas si je suis quelqu'un de formidable, depuis le début, j'ai entendu que j'étais digne, forte et tout. Moi je ne le ressens pas comme ça. Bléssée, desespérée, amoureuse.
Mitsou78 a écrit : lun. 1 mars 2021 10:19
Désolé de ne savoir être plus pertinent peut-être, j'espère que d'autres sauront, car pour moi, ici, si la trahison relève d'une certaine "normalité", il a été honnête sur ses sentiments, qui peuvent être biaisés effectivement également par sa capacité à elle qui lui est offerte de "jouer" de ses atouts tout au long de la journée et ne semble pas se cacher, il semble même essayer, parfois maladroitement.
Mais sommes nous en mesure de lutter contre nos sentiments et en finalité est ce bénéfique ??
Je crois que tout est là. c'est tout simplement ce que je pense. L'aime t'il à ce point, qu'un mois et demi de relation (et encore en temps cela représente quelques heures en vrai où ils ont été ensemble ), puisse balayer 12 ans d'histoire? Est-ce que ses sentiments sont aussi puissants qu'éphémères et seraient retombées tout seuls.Il ne connaît que des bons moments avec elle, pas de quotidien. Il m'a dit qu'il n'était pas naïf et était conscient de ça, il avait beaucoup à perdre, et qu'il avait peur de le perdre en vrai. Mais je le vois aussi, malheureux, à penser à elle. Même pendant les vacances, je sais pour lui avoir demandé, qu'il pensait à elle les 3/4 du temps. Est-ce qu'on peut lutter contre ça? Je lui ai parlé ce midi, car tout cela me remue. Je lui ai redit que je ne voulais pas être une obligation, ni qu'on reste avec moi par pitié (parce que sa famille, lui est acquise en vrai, dans l'histoire en cas de séparation c'est moi qui perd le plus en vrai. Double peine ), que si je souffre aujourd'hui pour qu'on essaye de reconstruire, je ne veux pas le faire toute seule si c'est déjà perdu d'avance dans sa tête. Je ne pouvais pas lui garantir que cela réussirait, mais je sais juste que si on essaye pas c'est sûr que cela échouera forcément. Je ne lui ai pas demandé de rester avec moi, je lui ai laissé le choix. Mais pour moi ça doit être un vrai choix. C'est sa liberté de choisir entre elle et moi avec les conséquences que cela apporte dans les deux cas. Il m'a redit qu'il avait choisi il y a un mois, qu'il ne craque pas, ne la contacte pas et ne va pas la voir; et qu'il essayait chaque jour pour que cela fonctionne entre nous. Mais que c'était vrai que tout était noir en ce moment, qu'il se sentait mort face à tout ça et qu'il avait peur qu'il y ait peu d'espoir qu'on arrive à s'en remettre. Je lui ai demandé pourquoi ce choix alors? Il m'a dit pour moi, pour le bébé, pour nos filles. Parce qu'il avait envie, même si c'est une mince chance de sauver notre couple, l'amour qu'il y a entre nous. On va aller voir quelqu'un pour nous deux aussi. Il est ok. Pour avancer, se reconstruire ou bien se quitter au mieux.

En gros moi non plus, je n'ai pas de réponses aux questions, et je ne sais pas où l'on va. Je me fixe la naissance de mon bébé déjà, un pas après l'autre ce sera plus simple. Une chose à gérer à la fois. En tant que père il sera là, en tant que mari, seul l'avenir le dira.

Et encore merci à vous tous. Heureusement je vois ma psy demain, parce que là j'avoue ma tête et mon coeur sont au -10...


Avatar du membre

supersymetrie
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 152
Enregistré le : jeu. 2 nov. 2017 15:59

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par supersymetrie »

meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 L'aime t'il à ce point, qu'un mois et demi de relation (et encore en temps cela représente quelques heures en vrai où ils ont été ensemble ), puisse balayer 12 ans d'histoire?
Pour ma part le nombre d'heures où ils ont été effectivement ensemble avant de me tromper .. ensemble rien que eux 2

2 heures A boire à coup sur une terrasse
1 heure de déjeuner
15 minutes de Bisous dans son bureau
(bien entendu je ne compte pas les heures au téléphone, messages et texto ... c'est ensemble mais "virtuel" et pas les yeux dans les yeux
20 ans de foutu en l'air :wink:
Ce n'est pas le nombre d'heure ... c'est la volonté ou non de passer à l'acte.
J'ai passé des heures et des heures dans des avions, hôtels, restaurants, meeting avec des collègues mignonnes ... et je n'ai jamais rien fait avec elles
Ce n'est pas une histoire de temps ... juste la volonté de faire ou non


Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 75
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Lactus Bifidus »

meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26Et bien sûr la croiser encore ce matin alors que c'est la dernière chose que je souhaite. Donc oui mon environnement est tout sauf serein, et après 10 jours d'absence, son retour je le prends en pleine poire. Et j'ai juste envie qu'elle parte loin. Et non pas de possibilité de partir pour moi et je ne pense pas que ce soit une bonne idée.
Si tu savais à quel point je comprends ça. La mienne m'a trompé pendant presque 1 an avec un gars de mon (petit) village, je le recroisais régulièrement et ça me mettait dans des états pas possibles... Je pense que tu n'y peux rien, c'est une réaction saine et normale. Dans mon cas, j'avais, et j'ai encore envie parfois, qu'il disparaisse de la surface de la terre.
meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 pas de possibilité de faire garder nos enfants par des proches, et il refusait de les faire garder par des inconnus. Alors forcement... On en est que du temps tous les deux, on en avait quasi pas
Là encore… c'est une constante chez les cocufieurs ?? Mille fois j'ai proposé de faire garder les enfants par des babysitters (pas de possibilité de faire garder par des proches), mille fois on m'a répondu "par des inconnus ? JAMAIS !" en attendant, le problème restait entier, et on ne faisait rien… Jusqu'à ce qu'elle trouve LA solution : comme beaucoup de cocus de ce forum, je suis devenu la babysitter pendant qu'elle allait faire des galipettes… Parfois j'ai l'impression que les cocufieurs sont les derniers à chercher des solutions pour leur vie de couple.
meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 Pour sa proposition clairement c'était de la merde, après c'est sorti pendant cette conversation au moment de la découverte. Je crois que eprsonne n'était vraiment cohérent à ce moment là, il cherchait une "solution" pour pas m'abandonner (enfin m'abandonner dans de bonnes conditions à ses yeux plutôt :roll: ). Le lendemain matin, je lui ai dit que c'était n'importe quoi, il m'a dit que oui, il avait fumé d'avoir pensé ça. Et je lui ai demandé de faire un vrai choix. Celui qui nous mène là aujourd'hui.
Oui, mais en attendant il l'a proposé… J'ai pris d'habitude de tout analyser, y compris les rétractations. Parfois les propositions absurdes du cocufieur sont juste une façon de tester les limites à peu de frais !
meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 Mais c'est moi qui ne veut pas en parler à nos proches. Je ne sais pas si je suis quelqu'un de formidable, depuis le début, j'ai entendu que j'étais digne, forte et tout. Moi je ne le ressens pas comme ça. Bléssée, desespérée, amoureuse.
Là dessus, tu as parfaitement raison. J'en ai parlé à des proches, j'ai craqué et je le regrette parce que cela n'aide pas la reconstruction. Idem pour les parents/la famille, mais j'étais dans un tel état qu'ils l'auraient compris de toute manière...

meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 L'aime t'il à ce point, qu'un mois et demi de relation (et encore en temps cela représente quelques heures en vrai où ils ont été ensemble ), puisse balayer 12 ans d'histoire? Est-ce que ses sentiments sont aussi puissants qu'éphémères et seraient retombées tout seuls.Il ne connaît que des bons moments avec elle, pas de quotidien. Il m'a dit qu'il n'était pas naïf et était conscient de ça, il avait beaucoup à perdre, et qu'il avait peur de le perdre en vrai.
Il n'y a qu'un moyen de le savoir : il lui faut un ultimatum...
meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 Mais je le vois aussi, malheureux, à penser à elle. Même pendant les vacances, je sais pour lui avoir demandé, qu'il pensait à elle les 3/4 du temps. Est-ce qu'on peut lutter contre ça?
Je te garantis que oui, même si c'est contre-intuitif. Quand je lis ta phrase je sais à quel point c'est dur à entendre, car je l'ai entendu aussi. On s'inflige des choses tu sais... La mienne, quand je me torturais inutilement à essayer de la comprendre, me disait "je t'aime, mais je l'aime aussi, d'une autre manière... J'ai besoin de lui parce qu'il est ma "bulle" quand je me sens mal, ça me réconforte même si je reste avec toi je veux le garder près de moi" etc. etc. etc.
Jusqu'au jour où comme moi tu en auras assez, tu lui diras "maintenant ça suffit, j'ai assez souffert de ton indécision, tu dégages". Et il aura à faire un choix. Prépare-toi au pire, dis-toi qu'il est très possible que tu le perdes. Mais il est possible qu'il comprenne qu'il est temps pour lui de se secouer et de revenir à la réalité. Sans un choc, il ne le fera jamais puisqu'il n'en a pas l'obligation !
meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 15:26 dans l'histoire en cas de séparation c'est moi qui perd le plus en vrai. Double peine ),
Ca aussi, je le pensais, c'est pour ça que je ne l'ai pas mise dehors le jour où j'ai tout découvert. Pourquoi je serais puni deux fois, une fois par la tromperie, et une fois par son départ ? Mais en réalité ce n'est pas une double peine, c'est une réaction logique qui vise à préserver ton amour-propre, et aussi ta santé mentale. Parfois quand on aime quelqu'un comme tu sembles l'aimer, la meilleure solution est de le laisser partir afin de ne plus souffrir.


De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse-les tous, Embrasse-les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
Passe-les tous par tes armes, passe-les tous par tes charmes,
Jusqu'à ce que l'un d'eux les bras en croix, tourne de l'œil dans tes bras
Avatar du membre

Pasodobla
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 52
Enregistré le : mer. 24 juil. 2019 22:46

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Pasodobla »

Bonjour,

Tu me sembles extrêmement lucide.
Et dans des cas pareils, c'est essentiel.
C'est lui qui a un choix à faire, qu'il a fait, mais toi tu es en attente de preuves que ce choix, il l'assume.
Et ça, la rentrée, le temps, le dira.

Elle elle n'a rien à perdre elle a des sentiments ou pense en avoir et ça lui donne une espèce de laisser passer dans votre vie

Voilà notre homme complètement perdue entre deux amours.

Personnellement j'ai vécu les deux côtés.
J'ai trompé mon mari au bout de 15 ans et lui ai dit le soir même.
Il m'a dit qu'il me pardonnait et m'a demandé de rester.
J'ai refusé mais j'ai refusé après lui avoir demandé, le comble, de me laisser du temps temps pour connaître mes réels sentiments envers l'"autre" .
Il a accepté dans un 1er temps et l'autre homme aussi.
Et puis m'a jeté un ultimatum, tout à fait normal,
Alors j'ai refusé de dire OK à son pardon. Cet acte là c'était impossible de le surmonter dans notre vision du couple.
Et puis j'avais des sentiments, évidemment pas certains, pour l'homme avec qui je l'ai trompé.
En gros je pensais à lui j'en voulais plus je voulais absolument savoir si ça pouvait marcher.
Ah j'en ai entendu des vertes et des pas mûres par ma famille, j'étais une salope qui s'était tapait deux mecs amoureux d'elle, je faisais souffrir etc
Oui c'etait vrai. Je n'ai rien pour ma défense.. Mais j'étais moi même perdue.
Et j'avais l'impression de les aimer tous les deux.
Ce qui m'a fait fait choisir c'est de savoir que notre relation allait devenir "moche". Avec ce gros coup de canif au contrat. Et pourquoi toujours être obsédé par l'"autre"?
Ce passage était juste pour démontrer que ton mari est certainement tout aussi paume que je l'étais. Quand il y a des sentiments c'est compliqué. Et le choix a faire est compliqué entre des années et l'inconnu.
Vous discutez. C'est essentiel. C'est dur, car tu te prends tout en plein cœur, mais il a l'air, au moins, de te tenir au courant de ses difficultés.

L'autre côté aussi je l'ai vécu.
Je suis resté avec la personne avec qui j'ai trompé mon mari. Et il m'a trompée. Pour se venger de mon côté "castratrice" et "rabaissant", avec la 1e fille qu'il était certain de mettre dans son lit. Juste retour du bâton pour mes actes. Mais je ne suis pas dans ton cas car il n'y avait pas de sentiments. J'ai pardonné car j'ai compris les raisons et j'ai vu la detresse de mon homme qui a agi sous l'impulsion d'une vengeance. Hier il m'a demandée en mariage car enfin, 3 ans après cette incartade, et 8 ans après le début de notre relation nous sommes sereins.

Tout ça pour te dire, qu'il est possible de surmonter ça. Certes, pas en un claquement de doigt. Mais si ton homme arrive à y voir clair dans ses sentiments, et arrive à te prouver, avec du temps, qu'il t'aime et que tu c'etait une erreur, que lui même considère ainsi, vous pouvez ressortir plus forts des ça.

Toi tu tiens à bout de bras votre relation et nous les femmes sommes extrêmement fortes pour ça.
Ton mari doit se confronter à ses sentiments. Car il ne doit pas avoir de regrets.
La tenir éloignée serait pire que tout. Elle deviendrait une fois espèce de sacrifice.
Voudrais tu d'une relation "pour la bienséance"?

Il a le droit d'être perdu et toi tu souffres. Mais vraiment il faut qu'il soit certain de son choix.


Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

supersymetrie a écrit : lun. 1 mars 2021 16:21 Ce n'est pas une histoire de temps ... juste la volonté de faire ou non
ça je ne peux qu'être d'accord
Pasodobla a écrit : lun. 1 mars 2021 16:49 Tout ça pour te dire, qu'il est possible de surmonter ça. Certes, pas en un claquement de doigt. Mais si ton homme arrive à y voir clair dans ses sentiments, et arrive à te prouver, avec du temps, qu'il t'aime et que tu c'etait une erreur, que lui même considère ainsi, vous pouvez ressortir plus forts des ça.

Toi tu tiens à bout de bras votre relation et nous les femmes sommes extrêmement fortes pour ça.
Ton mari doit se confronter à ses sentiments. Car il ne doit pas avoir de regrets.
La tenir éloignée serait pire que tout. Elle deviendrait une fois espèce de sacrifice.
Voudrais tu d'une relation "pour la bienséance"?

Il a le droit d'être perdu et toi tu souffres. Mais vraiment il faut qu'il soit certain de son choix.
J'entends totalement qu'il soit perdu, j'accepte (avec beaucoup de souffrance) ces émotions. Et non je l'ai clairement dit, ici et à lui qu'une relation pour la bienséance je n'en veux pas.
Par contre, ne pas la tenir éloignée? Tu proposes quoi? Que je lui laisse vivre cette histoire? Car là si je fais ça, c'est la fin de notre histoire et c'est même moi qui la précipite.
Lactus Bifidus a écrit : lun. 1 mars 2021 16:37 Là encore… c'est une constante chez les cocufieurs ?? Mille fois j'ai proposé de faire garder les enfants par des babysitters (pas de possibilité de faire garder par des proches), mille fois on m'a répondu "par des inconnus ? JAMAIS !" en attendant, le problème restait entier, et on ne faisait rien… Jusqu'à ce qu'elle trouve LA solution : comme beaucoup de cocus de ce forum, je suis devenu la babysitter pendant qu'elle allait faire des galipettes… Parfois j'ai l'impression que les cocufieurs sont les derniers à chercher des solutions pour leur vie de couple.
Gros passif familial de ce côté là, avec abandon de ces deux parents vis à vis de lui on va dire pour résumer. Grosses casseroles quoi. Mais ça on était sur la bonne voie. Avant...
Lactus Bifidus a écrit : lun. 1 mars 2021 16:37
Il n'y a qu'un moyen de le savoir : il lui faut un ultimatum...

Je te garantis que oui, même si c'est contre-intuitif. Quand je lis ta phrase je sais à quel point c'est dur à entendre, car je l'ai entendu aussi. On s'inflige des choses tu sais... La mienne, quand je me torturais inutilement à essayer de la comprendre, me disait "je t'aime, mais je l'aime aussi, d'une autre manière... J'ai besoin de lui parce qu'il est ma "bulle" quand je me sens mal, ça me réconforte même si je reste avec toi je veux le garder près de moi" etc. etc. etc.
Jusqu'au jour où comme moi tu en auras assez, tu lui diras "maintenant ça suffit, j'ai assez souffert de ton indécision, tu dégages". Et il aura à faire un choix. Prépare-toi au pire, dis-toi qu'il est très possible que tu le perdes. Mais il est possible qu'il comprenne qu'il est temps pour lui de se secouer et de revenir à la réalité. Sans un choc, il ne le fera jamais puisqu'il n'en a pas l'obligation !
C'est quoi un ultimatum pour vous? Parce que clairement je lui en ai lancé plusieurs. Je lui ai encore dit cette semaine (en pleine crise) de partir, d'aller avec elle s'il ne veut pas être ici. Qu'il avait pas à se soucier de comment je gérerais ma vie et les filles. Je me débrouillerai forcement. Il ne part pas, il reste. Je le jette dehors? Alors que concrètement je n'en ai pas envie, et que j'ai envie de nous accorder une chance. J'auto saborde le peu qui me reste? Alors qu'il me dit vouloir être ici. Moi je suis perdue


Avatar du membre

Lactus Bifidus
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 75
Enregistré le : lun. 26 oct. 2020 05:17
Mon histoire : viewtopic.php?f=21&t=4405

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par Lactus Bifidus »

meihra a écrit : lun. 1 mars 2021 18:06 C'est quoi un ultimatum pour vous? Parce que clairement je lui en ai lancé plusieurs. Je lui ai encore dit cette semaine (en pleine crise) de partir, d'aller avec elle s'il ne veut pas être ici. Qu'il avait pas à se soucier de comment je gérerais ma vie et les filles. Je me débrouillerai forcement. Il ne part pas, il reste. Je le jette dehors? Alors que concrètement je n'en ai pas envie, et que j'ai envie de nous accorder une chance. J'auto saborde le peu qui me reste? Alors qu'il me dit vouloir être ici. Moi je suis perdue
S'il y en a eu plusieurs, c'est que ce n'étaient pas des ultimatums, mais des menaces. Un ultimatum il est à effet immédiat, ou à défaut, avec une date. S'il choisit de rester, il se tait, reste et reconstruit en l'oubliant. MA limite je l'ai fixée ainsi : tu me dis que ce n'est pas clair dans ta tête ? Ok tu dégages jusqu'à ce que ce soit clair, je ne veux plus vivre avec toi si tu ne sais pas où tu en es. Choisis-le si ça te chante, reste seule si ça te chante, ou reviens-moi, je n'ai plus de prise là-dessus mais à présent je dois me protéger.

Et comme elle a choisi de revenir en me suppliant, la règle a été claire : plus aucun contact avec lui, d'aucune sorte. Au moindre manquement à cette règle tu t'en vas. Elle a malgré tout enfreint cette règle (peut-être n'avais-je pas été assez clair?) en ajoutant le gars sur facebook : la sanction a été immédiate, je lui ai demandé de partir et nous nous sommes séparés pendant près d'un mois avant qu'elle ne me demande si elle pouvait revenir. Tout va bien depuis environ 3 mois, mais je reste vigilant...

Un ultimatum, ce n'est pas une menace. On sait ce qu'on peut perdre quand on lance un ultimatum, et c'est une demande précise.


De Pierre à Paul, en passant par Jules et Félicien,
Embrasse-les tous, Embrasse-les tous, Dieu reconnaîtra le sien !
Passe-les tous par tes armes, passe-les tous par tes charmes,
Jusqu'à ce que l'un d'eux les bras en croix, tourne de l'œil dans tes bras
Avatar du membre

Auteur du sujet
meihra
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 15:17

Re: En miettes, mais j’essaye d’avancer

Message par meihra »

Lactus Bifidus a écrit : lun. 1 mars 2021 18:44 S'il y en a eu plusieurs, c'est que ce n'étaient pas des ultimatums, mais des menaces. Un ultimatum il est à effet immédiat, ou à défaut, avec une date. S'il choisit de rester, il se tait, reste et reconstruit en l'oubliant. MA limite je l'ai fixée ainsi : tu me dis que ce n'est pas clair dans ta tête ? Ok tu dégages jusqu'à ce que ce soit clair, je ne veux plus vivre avec toi si tu ne sais pas où tu en es. Choisis-le si ça te chante, reste seule si ça te chante, ou reviens-moi, je n'ai plus de prise là-dessus mais à présent je dois me protéger.

Et comme elle a choisi de revenir en me suppliant, la règle a été claire : plus aucun contact avec lui, d'aucune sorte. Au moindre manquement à cette règle tu t'en vas. Elle a malgré tout enfreint cette règle (peut-être n'avais-je pas été assez clair?) en ajoutant le gars sur facebook : la sanction a été immédiate, je lui ai demandé de partir et nous nous sommes séparés pendant près d'un mois avant qu'elle ne me demande si elle pouvait revenir. Tout va bien depuis environ 3 mois, mais je reste vigilant...

Un ultimatum, ce n'est pas une menace. On sait ce qu'on peut perdre quand on lance un ultimatum, et c'est une demande précise.
D'accord alors il y en a eu un, celui de la semaine dernière. Le reste c'était des crises de ma part quand j'étais au plus bas où il me disait qu'il restait.
Et ce midi j'ai demandé confirmation et pourquoi parce que les messages du forum m'ont remué.
Les règles sont claires, pas de contact, rien (hormis l'obligation professionnelle, qui doit se limiter parfois à des mails ou des réparations mon homme est technicien de maintenance, elle CPE). Sinon c'est fini. Après c'était les vacances là. J'imagine qu'on va voir ça prochainement

Et ensuite, sa tête je suppose que ça je peux pas l'empêcher de penser. Il a le droit de faire son deuil (s'il veut le faire)


Répondre