Tromper sans sexe

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Salut Help120222,

oui, deux enfants avec qui je n'ai plus aucun lien en ce moment, comme s'ils n'étaient plus importants pour moi, et cette sensation me donne la gerbe car avant, ils étaient ma priorité, trop d'ailleurs, puisque j'ai délaissé mon couple tout ce temps, le résumant à des relations sexuelles minables.
J'aime ma femme depuis le début des années 1990, quand j'y pense, c'est dingue, quand on voit tous ceux qui connaissent de multiples aventures dans leur existence.
Merci pour le numéro de téléphone, je ne connaissais pas, j'ai pu les joindre ce matin vers 6h, parler m'a fait du bien.
Ensuite, je suis resté dans le lit à regarder le plafond, puis je suis allé marcher 2h, pour m'épuiser, mais je me sens comme un participant de kohlanta, je ne dors plus depuis des semaines et j'ai déjà perdu 8 kg, la peau sur les os.
J'ai souvent considéré qu'il fallait parfois tomber très bas pour mieux rebondir, que la vie est faite de cycles, on verra bien.
Vos messages, l'appel au 3114, et surtout mes enfants qui sont malheureux de voir leurs parents dans cet état, il est clair que mettre fin à mes jours n'est pas le bon choix pour les autres, cela me permettrait juste de purger mon cerveau pour oublier tout ce mal.
Si seulement il y avait un médicament qui efface certains souvenirs, je donnerais 10 ans de ma vie pour ne pas savoir certaines choses.
Merci pour vos réponses, je n'ai pas d'ami(e), personne à qui parler, et je n'ai pas envie d'ébruiter ces histoires dans notre famille, que les gens voient mon épouse différemment, c'est déjà suffisamment dur pour moi de ne plus la voir comme avant, c'est parmi les choses les plus dures d'ailleurs, l'impression d'être avec une personne différente, une personne décevante, une personne qu'on imaginait pas comme ça.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour Old boy,

oui, sur l'autre forum, c'était moi.
Dans un sens, c'est idiot de multiplier les forums, cependant j'avais lu quelques posts ici, et je trouvais les intervenants très à l'écoute et soucieux d'aider, mais tes précédentes interventions sur l'autre forum m'ont beaucoup aidé aussi.
C'est ce qu'elle me dit, qu'elle a subit ce secret tout ce temps avec de la peine, bien que je doute qu'elle y pensait constamment. Elle admet qu'elle n'aurait pas du me le révéler cette année, elle s'en veut terriblement, je la crois.
Elle a longtemps minimiser ses actes sous prétexte qu'il n'y avait pas de sexe (si seulement elle pouvait dire vrai), mais à force d'en parler, elle réalise désormais que ce qu'elle a fait m'affecte énormément, que ce n'est pas anodin, et elle m'a enfin exprimé des regrets sincères.

Tu m'avais déjà décrit l'ambiance des vendanges, mais ce n'est pas pour me rassurer ou me convaincre de l'insignifiance de ce qui s'y passe : ce n'est pas parce que le contexte est particulier qu'il autorise les débordements. Quand bien même l'ambiance était à la solidarité entre les saisonniers, donc au rapprochement ne serait-ce que par l'entraide nécessaire pour tenir le rythme, quand bien même l'ambiance était festive, joyeuse et alcoolisée lors des soirées, quand bien même il s'agit d'un monde clos, une parenthèse dans une vie, rien ne justifie qu'on s'autorise un extra avec une autre personne quand on est déjà en couple. Je ne suis pas certain que tous les conjoints et toutes les conjointes apprécieraient et trouveraient normal que leur amoureux(se) se soit laissé(e) aller durant les vendanges à flirter avec une autre personne avec comme excuse le contexte des vendanges.
Même s'il n'y avait pas d'amour, elle dit avoir ressenti des frissons lors du baiser durant le slow, et je ne peux pas le concevoir, puisqu'elle était avec moi à ce moment là, depuis 6 ans déjà. Elle aurait dû repousser ce type, c'est tout. Et surtout pas le rejoindre dans son lit. Et surtout pas prétexter le contexte pour justifier ses actes, c'est trop facile.
Maintenant, ce qui m'inquiète le plus, c'est le risque qu'elle ait trop bu certains soirs et qu'elle ait fait des choses bien plus graves dont elle ne se souvient plus, même si elle m'assure qu'elle a toujours su modérer sa consommation, la connaissant, je la crois, mais dans l'ambiance, peut-être a-t-elle tout de même accepter le verre en plus, puis encore un verre, etc...je ne supporterais pas que des hommes aient abuser d'elle sous l'emprise de l'alcool.

Oui, tu as raison, comme les autres, sur le suicide, j'avais pas envisagé que mes enfants puissent en souffrir au point de devoir eux-mêmes ensuite suivre une thérapie, je ne leur souhaite pas cela, ni les laisser dans le doute.
Je reste sceptique sur l'aide d'un psy, je ne pense pas qu'il me dira des choses qui m'aideront plus que ce que vous me dites déjà tous ici.
Quant aux anti-dépresseur, j'ai une cousine qui a sombré avec ces médicaments, elle ne parvient plus à s'en passer, a déjà été obligée d'augmenter le dosage, voilà pourquoi j'en ai peur.
Je tourne le problème dans tous les sens, je sais que je n'oublierai jamais ce qu'elle a fait, je ne peux que essayer de moins y penser, mais actuellement, le souci est que je n'ai envie de rien, strictement de rien, même regarder une série ne m'intéresse plus, même lire, je ne parle même pas du sport ou de voir du monde, et tant que je ne retrouverai pas une vie normale, je continuerai à penser à ça, c'est un cercle vicieux, il faut que je trouve comme le rompre.
Et tu as raison, j'ai tenté la bouteille, mais ce fut une catastrophe, l'alcool aide sur le moment, mais ensuite...
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour Isuldof,

je ne crois pas que le temps permette la prescription en matière d'infidélité, ce serait trop facile, d'autant plus que si les faits sont anciens, les révélations sont toutes récentes pour moi.
J'espère qu'elle est franche, j'aimerais tant que ce se soit arrêté à des baisers et de la tendresse, ce serai déjà assez dur pour moi, même si beaucoup trouvent que j'exagère à réagir aussi intensément juste pour ça, je sais qu'il y a pire, j'espère justement qu'elle ne me ment pas encore une fois, de peur d'assumer ses actes, de peur que cela me pousse encore plus à mettre fin à mes jours, je ne le saurai jamais, je sais maintenant qu'elle est capable de cacher des choses, alors que jusque là, j'ai toujours cru à tout ce qu'elle me disait.
Je suis déjà suivi par une psy, mais je trouve le discours un peu poncif : m'occuper l'esprit pour penser à autre chose, laisser le temps faire son oeuvre et me centrer sur mes qualités pour me redonner confiance en moi.
Facile à dire quand les seules images qui viennent à l'esprit sont celles de sa femme dans les bras d'un autre.
Avatar du membre

Help120222
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 124
Enregistré le : lun. 27 juin 2022 16:39

Re: Tromper sans sexe

Message par Help120222 »

Bonjour tous sauf moi,

Les vrais hommes pleurent aussi. Ce n'est pas une faiblesse.

Heureuse t'avoir pu t'apporter mon aide.

Le passé ne peut être changé mais tu peux écrire ton avenir.
Au début, ça fait très mal et on aimerait que ça s'arrête à tout prix. Un de mes petits copains sur ce forum m'avait dit que la douleur allait s'atténuer avec les semaines (après 6 mois), ça s'est vérifié pour moi. L'avenir s'éclaircit, j'ai encore des coups de blues mais rien à voir avec les premières semaines qui ont suivi la découverte.
Bon courage à toi. Ne lâche rien.
Bises de réconfort 😘
Avatar du membre

sophit444
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 319
Enregistré le : mar. 21 juil. 2015 15:19

Re: Tromper sans sexe

Message par sophit444 »

Bonjour à toi...

Je me demandai comment tu allais ce matin ? Je vois que c'est dur...

Pour commencer, sache qu'il n'y a pas de jugements peut être quelques maladresses dont j'ai envie de rectifier le tir...

Ce que tu as vécu est en effet un traumatisme très profond peut importe quand et comment c'est arrivé. Le papier cadeau peut être différent mais le fond est le même...

Le mensonge de la personne qu'on aime selon les personnes selon comment le compagnon réagi est très douloureux ! Peu importe l'empleur des dégâts.

Je pense que nous réagissons tous sous le spectre de notre vision et notre vécu... Dans ton cas, il y a clairement à fouiller vers ces pistes là.

Il y a clairement une forte "dépendance affective" ce qui ajoute à ta souffrance...

J'avoue me reconnaître dans tes propos... Énormement... Le vide abyssal que tu as dans le cœur, je l 'ai ressenti comme toi. C' est d'une violence indiscutable, tellement il n y a pas de mots. A l'époque de la découverte, il m est arrivé de me taper, vouloir que ça s arrête tellement c'était insupportable. Chaques minutes qui passait dans ce monde de fous était d'une douleur indomptable du plus profond de mon âme...

Je suis d'accord avec toi... La psychothérapie n'est pas un remède miracle ! J ai été suivi quelques années et ça n'a pas tout le temps fait ses preuves.

C'est horrible mais j'ai remarqué que ça devient aussi une fâcheuse tendance de nos sociétés modernes... "va chez le psy et nous fait pas chier..." "va parler au monsieur ou madame et ça sera résolu..." une façon de se dédouaner du réconfort... Inhumain parfois ces façons de faire. Je le dénonce souvent car ça a un côté très malsain.
Le psy si ça peut te faire réfléchir à quelques pistes c'est bien mais c'est toi qui fait le chemin ! C'est un ensemble de Donnees les unes à côté des autres qui vont t'aider tout petit par tout petit.

Il n y a pas de miracles, ça n existe pas... Tu ne seras plus le même. La métamorphose est en cours. Aujourd'hui tu ne peux pas voir le positif mais je te prie de me faire Confiance.

Tu peux encor devenir la meilleur version de toi même ! Je t'assure... Ça peut être mieux "après".

Le chemin est long et périlleux mais c'est possible. Je veux te rappeller qu'au fond de ce tunnel noir, il y a une lumière, c'est pas parce que tu ne l à voit pas qu'elle n'existe pas. Elle existe.

Je me doutes que toutes les phrases bateau pour tenter de te réconforter t'agace au plus haut point mais malheureusement certaines sont véridique... Même si on ne veut pas l'entendre car nous avons trop de chagrins...par exemple quand j étais jeune mon grand père m'avait fait lors d un de mes chagrin d'amour... "c'est lui le perdant car moi je connais ta valeur, quel con ce mec ! Avec le temps tout va s'en va... Un jour tu trouveras un homme qui reconnaîtra cette valeur, t'aimera à la hauteur que tu l aimera et tu verras, ça sera merveilleux..."
Ça m'énervait ce type de réflexions et pourtant je me rend compte qu'il essayait de me donner confiance en moi... De me montrer un chemin d'amour et de confiance.

Je pense que tu ne supporte pas l'insécurité ? Je me trompe, qu'as tu vécu de si insecurisant... Quelqu un t as fait du mal ? Pourquoi ? Que peux tu faire pour y remédier ? Qui peut t'aider ? Quels ressources peux tu aller chercher au fond de toi ?

Pour ma part, trop de suicide autour de moi pour que je passe mon chemin sans te prêter une attention...

Ma grand mère, mon beau frère... Ont décidé de mettre fin à leurs vies et je constate chaques jours les dégâts ! Tu entends chaques jours! Mon père a été détruit anéanti ! Une blessure présente toute sa vie, à vif ! Qui l'on conduit vers des dépendances affectives à ses femmes très forte,ma mère en premier lieu puis à sa deuxième femme. il a subi toute sa vie les décisions de ses épouses sans qu'il ne soit en capacité de s'affirmer ! Tout ses frères et sœurs ont de gros problèmes affectifs, tous ! Sans exceptions ! Ils sont 5... C est du 100% de dégâts ! Et je n'ai pas compte la génération d'en dessous qui eux aussi ramasse... Différemment, biensur d'une énorme moindre part mais porte quand même ce drame...
Ma grand mère s est noyé dans un étang de la propriété familiale, une de mes tantes l'a retrouvé inanimé... Nous savons tous aujourd'hui qu'elle était extraordinaire ! Nous pensons à tout les moments qui nous ont été volé ! Qu'on aurait aimé vivre auprès d'elle, se dire qu on aurait peur être pu changer le cours des choses... On porte une culpabilité énorme !

Tu ne peux résolument pas faire cet acte qui condamnerai tes enfants et qui sait tes petits enfants et je pèse mes mots ! Je le répète, exclu cette possibilité car c est une mauvaise réponse !

Tu es ici sur terre pour affronter des questions importantes, apprendre une leçon... Si elle n'est pas apprises... Elle te referra revenir la ou tu as bute, la tu as abandonné... Ton problème ne disparaitra pas.

Cette vie est une bonne occasion pour affronter et devenir meilleur, saisi la...

Tes enfants, ceux qui t aime et t aimeront ont besoin de toi !

Tu es important !

🌼

Bats toi... Le soleil t'attend.
Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 289
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Tromper sans sexe

Message par Fishbone »

Oui, tu as raison, comme les autres, sur le suicide, j'avais pas envisagé que mes enfants puissent en souffrir au point de devoir eux-mêmes ensuite suivre une thérapie, je ne leur souhaite pas cela, ni les laisser dans le doute.
tu es sérieux quand tu dis avoir enjambé la barrière ? C'est la façon dont je pensais procéder, mais comme j'ai le vertige et très peur du vide, je pensais prendre mes deux boites de somnifères et ma boite d'anxiolytiques en une fois, et une fois l'effet amorcé, me jeter en m'endormant pour ne pas sentir la chute.
je ne sais pas par quoi vous êtes passés, mais vous prenez tous le temps de réconforter des inconnus, ça redonne espoir en l'humanité.

Ben, juste un gulu, qui comme toi, a bouffé sévère son plat de merde, mais dont le temps et le travail sur soi de (re)construction, ont fait qu'on part pas de la même montagne.

Et certainement pas un pro du base jump sans parachute. Alors sur ce coup, content, soulagé, de te lire ce matin. Et ouais, même à des centaines ou milliers de kilomètres, on a pensé à ton histoire. Ca secoue toujours l'air de rien. Perso, j'ai perdu mes lettres de noblesse, mais tu as vu juste, il reste quelques personnes sur Terre avec une empathie incroyable. De ceux qui te redonne espoir en l'humanité.
Et à l'inverse de toi, le vide est mon ami. Un chamois qui se vautre en bas d'une montagne, ça le faisait pas. :fou:
oui, deux enfants avec qui je n'ai plus aucun lien en ce moment, comme s'ils n'étaient plus importants pour moi, et cette sensation me donne la gerbe car avant, ils étaient ma priorité, trop d'ailleurs, puisque j'ai délaissé mon couple tout ce temps, le résumant à des relations sexuelles minables.
Tu dis ça, mais tu es dans une période de ta vie que tu n'avais même pu imaginer qu'elle puisse exister. Rien ne peut préparer à ça. Je te comprends à 1000% qu'actuellement, la situation fait qu'il t'est difficile de te consacrer à tes enfants. Mais n'est-ce pas dû au fait que justement, ton inconscient te dit "Hey! Mec! Sur ce coup là, tu dois nous sauver, on se recentre sur nous!"?

Autre chose, si tu as pensé à laisser tomber l'orgie de médicaments prévue, c'est parce qu'ils sont importants pour toi (tes enfants). T'en fais pas, tu en es à un moment où tout doit se concentrer sur toi pour t'en sortir. T'es en mode survie. T'as l'impression de pas être la hauteur pour tes enfants, mais tu vois bien, tu fais déjà beaucoup pour eux, rester en vie...
Qu'entends-tu par "penser à moi"?
Essayer, tenter (parce que c'est toujours facile à dire) dans un premier temps, de poser tout le merdier que tu as dans la tête, et dont tout est enchevêtré, histoire que ton cerveau puisse moins mouliner et ainsi, se remettre à fonctionner autrement qu'en mode survie. T'aime pas les psys, okay. Mais pouvoir trouver un moyen de "sortir" ce que tu as en toi, ça allège un peu le tout.

Penser à toi, ça peut être simplement tout ce qui peut te faire plaisir, te redonner, ne serait-ce que 3 minutes, un semblant de sourire. Avec 0% d'envie ou d'énergie, pas facile, c'est sûr. Mais cherche. Je sais pas, le sport pour s'envoyer de bonnes doses d'endorphine ou de dopamine, histoire de t'aider à penser à autre chose. Bref, une activité qui te permettrait de te sortir de ce qui est en permanence dans ta tête.

Tu le dis d'ailleurs:
Evidemment, il faudrait que je sois à nouveau heureux, pour rendre les autres heureux ensuite, mais là, il n'y a plus rien qui me redonne du bonheur, je suis une coquille vide, c'est un sentiment étrange, cette impression de n'avoir plus besoin d'être dans ce monde.
Rendre heureux les gens, plus tard. C'est ta santé, ton mental sur lequel tu dois te pencher. En ayant décidé de ne pas bouffer de médocs, sans le savoir, tu rends déjà ton entourage heureux. Mais là, de suite, essayer de trouver un peu de bonheur pour TOI, ne serait-ce qu'en t'extasiant sur un vol de papillon, c'est déjà beaucoup. Un jour après l'autre m'a-t-on proposé quand je suis arrivé sur ce site.
T'inquiètes, je pleure comme une gamine, c'est pathétique, vraiment pas l'image de l'homme fort.
Ouais... ben en fait, y'a rien de pathétique à ça. L'homme fort, on s'en fout en fait. Je pense que ce qui compte, c'est être un Homme tout court. Et être un Homme, c'est avoir un coeur qui n'a parfois, d'autres choix que de demander à ses copins les yeux, de bien vouloir balancer quelques litres de larmes pour qu'il puisse se laver de cet affront. Pleurer, c'est être vrai, c'est courageux.

Courage l'ami. Force pas mais ne laisse pas tomber. Tu vas y arriver. Chaque étape à partir de maintenant est importante et nécessaire à vivre pleinement, même si ça donne la gerbe. Chaque étape t'aidera à te reconstruire pour, comme le dit Sophit :jap:
Tu peux encor devenir la meilleur version de toi même ! Je t'assure... Ça peut être mieux "après".
Oui, il y a un après qui existe. :wink:

:fleur
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour,

et merci pour tous vos messages qui me font chaud au coeur, j'y répondrai dans le détail plus tard, promis.

Je ne vais pas bien depuis une dizaine de jours, c'est de pire en pire, dimanche mon épouse voulait m'emmener à l'hôpital, et là elle veut me prendre un rendez-vous avec notre médecin traitant.

Hélas, je connais sa réponse, ce sera anti-dépresseurs d'office, et j'en ai une peur viscérale, je n'y crois pas de toute façon.

J'ai vu que le millepertuis aidait en cas de dépression, avez-vous déjà essayé ?

Ma femme a raison, je dépéris, mais je ne veux pas sombrer dans les médicaments, et en même temps, je n'arrive vraiment plus à relever la tête.
J'ai repris ces deux dernières nuits des anxiolytiques et des somnifères, mais je me sens encore moins bien avec.

Il n'y a quand même pas que les drogues médicales pour s'en sortir, rassurez-moi.
Avatar du membre

milo91
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 190
Enregistré le : dim. 9 août 2020 16:30

Re: Tromper sans sexe

Message par milo91 »

Bonjour TSM,

Tout comme toi et beaucoup d'entre nous, j'ai sombré très fort pendant des mois, le suicide, je l'ai appelé de toutes mes forces, mais en étant honnête, j'ai eu trop peur de me louper. En plus mourir sans utilité ca me faisait encore plus chier. Si au moins ma mort avait servi à sauver la vie de quelqu'un d'autre... Bref, j'ai lâchè l'affaire et ca aussi c'est dur, ca n'est pas aussi simple que l'on le croit de renoncer à ce que l'on voit à ce moment la comme une solution...
Il faut trouver un nouveau sens à sa vie, ce ne peut plus être centré sur le couple, ca doit être plus personnel.

Dans Indépendance Day, le héros joué par jeff goldblum dit à son ex femme qui lui reprochait de ne pas avoir d'ambition que lui il vivait déjà quelque chose d'exceptionnel : NOUS.

Je crois que tu est un peu comme lui, moi et beaucoup d'entre nous, maintenant il va falloir que tu aprénes à vivre aussi pour TOI.

Moi aussi j'ai refusé les drogues car mon seul bien c'est un esprit brillant fruit de nombreuses années de travail et passions.

Je me suis tourné vers une hypnothérapeute sur les conseils de mon médecin traitant, j'y suis allé convaincu que ca ne marcherait pas sur mon esprit cartésien, et finalement, ca à très bien fonctionné...

Donc une solution peut être, il y à aussi la sophrologie, la réflexologie....

Par contre, il faut que cela sorte, que l'on entende et reconnaisse ta souffrance, et ca ne peut pas venir du boureau quelques soient ses bonnes dispositions, tu as besoin qu'un tiers te dise que tu n'est pas responsable, que tu n'as rien fait de mal, que tu est la victime dans cette histoire.

La douleur ca ne se compare pas, ca ne se mesure pas non plus, peu importe la trahison, sa durée, sa temporalité, le jour ou tu la découvres, tu prends un train dans la tête...

Je vais apporter MA nuance à "la meilleure version de toi-même", dans cette histoire tu vas finir par remettre en question ta relation aux autres et bien souvent on se rend compte que la mésestime que l'on à de soi conduit à avoir une attitude trop conciliante pour se faire accepter, on à du mal à dire non, donner son avis, le défendre envers et contre tous.
Quand à la fin du processus de guérison, on finit par se rendre compte que les autres ne sont ni meilleurs ni supérieurs, on finit par se révéler et on affirme une personnalité que l'on refoulait depuis longtemps.. Donc on devient plus assurés, plus fermes, plus congruents...
Bref, on ne se laisse plus marcher dessus ... Ca ne veut pas dire que l'on devient des sales cons, mais juste que notre avis et notre vie valent autant que celui des autres...

Bises
La compréhension est une lame à triple tranchant : votre côté, leur côté, et la vérité.
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 601
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22
Mon histoire : viewtopic.php?t=3907

Re: Tromper sans sexe

Message par Mitsou78 »

Un passage éclair et dans l'urgence....
C'est justement celle-ci qui m'anime dans ton cas et un besoin patent de trouver de l'aide. Un psy, un bon en est une efficace. Je pense que si le tien n'est pas mauvais, plausible, il n'a pas cerné convenablement ta détresse et ton besoin dans ce cas précis.
Les hôpitaux possèdent généralement une cellule psy en dernier recours mais je pense qu'il faille que tu en trouves un autre qui t'aide à te reconstruire car ta dépendance affective est telle qu'elle te ronge au quotidien... Pour être si prégnante, elle a une origine à cerner et soigner.
Te soigner soignera ta relation, parce qu'il y a un ordre à respecter pour s'aimer suffisamment à accepter certains travers d'autrui qui ne relèvent pas de sa propre responsabilité.
Le piédestal offert à ta femme est également un signe de ta dépendance.
Finalement d'aucun, d'aucune ne le mérite plus que de raison :wink: .
Sans rien minimiser, chacun évalue une tromperie avec ce qui l'affecte, pour certain un simple baiser, pour d'autres consommée, toutefois toute relation cachée reste une trahison générant un traumatisme, à soigner... Pas de jugement ici.
Prends soin de toi, personne ne mérite que l'on se détruise :fleur
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 298
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Tromper sans sexe

Message par Deg »

Salut,

Comme bien d'autres, je comprends vraiment ce que tu ressens.
Les moments suivants la découverte sont vraiment hard. Perso j'étais déboussolé, l'impression que tout ça était irréel.
Un cauchemar duquel on va s'éveiller.

J'ai appelé sos médecin en detresse, il m a filé des valiums 10mg mais j ai arrêté après une semaine, ça me défoncait trop.

Ce sentiment que le (son) monde s'arrête aussi. Impossible de concevoir un après.
En plus on venait juste d acheter notre première maison. J ai pas d'enfants mais ajouter l'inconnu du devenir de cette maison et la possibilité de la perdre (c'était mon rêve) a rajouter une couche d'angoisse qui me semblait insurmontable.

J ai des amis et de la famille, mais j'etais tellement dans l'incrédulité, le déni, la honte et l'espoir qu'on se remette ensemble que j en ai parlé à personne pendant 1 mois.

L'isolement a été aussi une difficulté de plus.

Perso je dois dire que le soutien des membres du forum a été salavateur pour moi. Mais vraiment.
Etre écouté et soutenu pas des personnes qui ont vécu un traumatisme similaire est vraiment une aide précieuse pour moi.

Ils ont su me rassurer quand je traversais toutes les phases qu'on m'avait prédites.
Même le timing des ressentis, qui est propre à chacun, était assez respecté...

On traverse des phases extrêmes, de la déprime à l'euphorie après quelques mois. Et ainsi de suite...

Le suicide je l'ai aussi envisagé mais rapidement exclu.

Pendant une longue période je n'arrivais même pas à concevoir comment c'était possible de retrouver goût à la vie, d'aller mieux.
Ici on me le répétait, on me l'assurait mais moi pour c'était inenevisageable.

J ai jamais vécu un événement aussi rude, aussi douloureux que ça. Même les décès des proches c'était rien en comparaison.

Mais encore une fois, je me forçais à écouter ce qu'on me disait ici: ca ira mieux, il faut du temps.

Mais merde dans cet état le temps semble interminable.

Faut être patient, être conscient que ça va prendre du temps.
Mais dans quelques temps ça ira mieux, petit a petit, avec des grands bas, et puis des hauts de plus en plus longs.

L'avantage du forum c'est la disponibilité et l'immédiateté:
Quand ça va pas, tu peux écrire ce que tu as sur le cœur, sans attendre un rdv psy.
Rien que le fait d'écrire, sous anonymat, fait du bien.

Perso j ai pas vu de psy, avec le recul je regrette. Maintenant j'en vois une, pour une autre chose mais je vois que ça fait du bien.

L alprazolam, si tu sens que c'est pas efficace n'hésite pas à en faire part a ton médecin.
Peut-être qu'il augmentera les doses ou proposera un autre traitement plus adapté?
Quand on dit de penser à toi, c'est aussi de tout essayer qui pourrait te faire du bien.
Pour les anti depresseurs, je comprends que ça donne pas envie. Mais bon, si ça peut t'aider à te sentir mieux, pourquoi pas finalement?
Pourquoi souffrir en fait?
J en ai jamais pris pour les mêmes réticences que toi, mais maintenant je me dis que si ça peut soulager....
C'est un moindre mal comparé des pensées suicidaires je trouve.

Tu sembles vraiment mal, elle t'as dit ça quand?


Ps: pour moi ça date d'un an et demi, même si je suis pas encore remis à 100%, mon état est incomparable maintenant.
Pour l'anecdote, j'ai même réussi à racheter la maison tout seul, c'est ma petite fierté sur cette histoire.
Avec le recul, je peux dire aujourd'hui qu'effectivement, ça s'arrange, mais il faut un peu de temps.

Prends soin de toi


:fleur
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3417
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Tromper sans sexe

Message par Sans Prétention »

tous sauf moi a écrit : dim. 28 août 2022 19:08 Je suis déjà suivi par une psy, mais je trouve le discours un peu poncif : m'occuper l'esprit pour penser à autre chose, laisser le temps faire son oeuvre et me centrer sur mes qualités pour me redonner confiance en moi.
Facile à dire quand les seules images qui viennent à l'esprit sont celles de sa femme dans les bras d'un autre.
Facile à dire en effet.

Mais pas complètement faux. A part pour la partie "s'occuper l'esprit", ça ne se décrète pas. On ne peut pas lutter contre cette tendance qu'a le cerveau à aller vers le "pire" pour, paradoxalement, éviter le pire.

J'ai relevé dans tes écrits avec quelle violence tu... parles de toi-même !
Au-delà de l'infidélité elle-même (et de la présence quasi systématique de la mort. C'est quoi ton passif avec la mort ?), avec ou sans cette histoire, on sent bien que tu culpabilises de tout. Que ça fait longtemps que tu portes un poids qui ne t'appartient pas.
A te lire, tu serais la pire catastrophe de la Terre, un piètre mari, un mauvais père, presque un sociopathe incapable de se faire des amis...

Et si je te disais que tout cela est tout simplement une vue de l'esprit, un regard mal calibré sur soi ?
J'aimerais que tu reviennes nous dire un peu ce que tu as fait de bien toutes ces années. Pas pour faire du ouin ouin "positif" mais pour être JUSTE.

Par exemple, tu dis t'être beaucoup occupé de tes enfants, moins de ta femme affectivement. Tu envisageais sans doute que vos relations intimes étaient suffisantes pour lui montrer ta présence. C'est une erreur, certes (bien sûr qu'il faut travailler la qualité de la relation), mais j'en connais beaucoup qui en plus de pas s'occuper de leurs gosses, de maltraiter affectivement leurs femmes, trouvent encore le moyen de se dégager du temps pour coucher ailleurs et faire la gueule parce que la soupe de bobonne n'est pas assez salée.
Donc pour te dire que tu as mis un point d'honneur à t'occuper de tes enfants, d'avoir investi certainement dans ton travail pour leur assurer un avenir. Ce n'est pas rien.

Sois juste aussi quand tu dis que tu n'as pas d'amis. Tu n'en n'avais pas besoin. Certes, cela ne permet pas suffisamment de "respiration" dans le couple (et oui) mais pour autant, tu aimes ton cocon. Tu n'es pas un zappeur, tu cherches à faire pour le mieux pour ta petite tribu. Et c'est tout à ton honneur.

Sois juste envers toi-même.
Je ne connais personne de tout noir ou tout blanc.
Je reconnais en revanche cette radicalité, cette dureté envers un soi à qui on ne pardonne rien (tu t'en veux de pleurer "comme une fillette". Non : tu pleures comme un homme blessé. Ou alors ce forum est saturé de fillettes qui pleurent :deal: Tu sais combien j'en ai lu des témoignages d'hommes brisés ?)
Ca vient souvent d'un rôle qu'on a endossé très tôt dans la vie pour de multiples raisons. Et pour assurer ce rôle, faut serrer les dents. Jusqu'à s'en exploser la mâchoire parfois. Tu es arrivé à un moment où l'ensemble ne tenait plus. Et c'est ça qu'il faut que tu regardes en face dans un premier temps.

Je crois que ta femme, malgré vos souffrances, t'as montré pendant 20 ans (20 ans, pas 1, pas 2. 20 !) qu'elle tenait à toi.

Je ne dis pas que ce sera facile, je dis que ta dame ne présente pas des signes de manipulatrice et que, coucherie ou pas, l'infidélité, tu la vis mais non seulement votre couple est reconstructible, mais en plus, cela a l'air souhaitable. Mieux : cette épreuve pourrait vous permettre d'avancer...
Et surtout : sois juste envers elle, et aussi envers toi.
:fleur
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour Help120222,
Encore merci pour ton soutien.
Tu n’es pas la seule à considérer qu’un homme peut pleurer, et puisque tu es une femme, ça me rassure encore plus, ayant toujours cru que vous n’appréciez pas ce type de faiblesse chez un homme, supposé représenté la force et le courage, celui qui au contraire est là pour réconforter sa belle, pas pour sangloter comme un enfant.
Bon, s’il faut 6 mois pour que ça passe, je suis prêt à patienter…mais je ne vois pas comment je pourrais oublier ce qu'elle a fait, ça reviendra forcément régulièrement.
Tu dis que c’était ton cas : n’y penses-tu plus du tout ? Es-tu restée avec l’homme qui t’a trompée ? Si oui, parviens-tu encore à l’embrasser, le câliner, lui faire l’amour sans penser à l’autre, à simplement le voir comme l'homme que tu aimais, pas comme l'homme qui t'a déçue ?
Je ne lâche rien. Après une semaine horrible, je reprends un peu le dessus, mais la nausée, la boule dans la gorge, le nœud dans le ventre et le coeur qui palpite, ça ne s’arrête pas.
Bon we
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour Sophit444,
et vraiment merci pour ton message qui m’a beaucoup aidé (et fait pleurer).

Le terme traumatisme est vraiment le bon. Les gens qui ne vivent pas ce type de souffrance ne peuvent pas comprendre, la minimiseront par rapport à un décès ou une maladie, ce que je peux admettre, mais en fait, c’est extrêmement insupportable.
Comme tu dis, il y a eu la tromperie en elle-même, mais aussi et surtout le mensonge et la trahison, la perte de confiance, et c’est certainement aussi douloureux que l’acte en lui-même, surtout quand on a toujours crû celui ou celle qu’on aime.

Oui, je réalise que je suis affectivement dépendant de mon épouse, je ne l’explique pas, j’ai ce sentiment qu’elle est mon âme sœur, ma moitié, celle avec qui je suis vraiment en symbiose, et si ça se trouve, je me trompe complètement, mais je ne pense pas. En tout cas, je ne m’imagine pas une seconde avec une autre femme.
Voilà pourquoi aussi, je suis toujours inquiet quand elle part, quand elle conduit, quand elle voyage sans moi, angoissé à l’idée qu’il lui arrive un accident, que je ne la revois plus, c’est maladif chez moi.

Tu as donc aussi ressenti ce vide en toi, cette impression que plus rien n’a de sens, que tout est fade, que l’envie n’existe plus, qu’il n’y a plus rien qui nous rattache à ce monde. C’est effrayant comme sensation, surtout quand on ne sait pas si ça reviendra. Et malgré cela, il faut se forcer à faire semblant, pour son conjoint, pour ses enfants, pour ne rien montrer à son entourage, ses collègues, alors qu’à l’intérieur, il n’y a plus rien. C’est si difficile, on voudrait juste être seul dans un lit et pleurer, se laisser partir.

Oui, entièrement d’accord avec toi sur la psychothérapie.
Le seul avantage, c’est de pouvoir parler, se confier, sur un sujet qu’on ne peut pas évoquer avec sa famille, ses amis ou ses collègues : qui a envie de raconter à tout le monde qu’il est triste parce qu’il est cocu ? Sans compter qu’on ne veut pas dégrader l’image de son conjoint malgré tout.

Tu me fais peur quand tu me dis que je ne serai plus jamais le même, car justement, je voudrais redevenir celui que j’étais avant, je voudrais ne plus penser à ça.
Je te crois quand tu dis par contre que je peux devenir le meilleur de moi-même, car je vis ça comme un électrochoc qui m’a ouvert les yeux sur ce que je dois améliorer pour mon couple mais aussi pour moi, cependant, le prix à payer est dur à supporter : je serai meilleur, mais triste toute ma vie.

Tes phrases ne sont pas « bateau » et ne m’agacent pas.
J’ai vu mon médecin traitant aujourd’hui, mon épouse lui ayant fait part de mon état, elle a tenu à me rencontrer, et je lui ai dis à quel point toi et les autres membres de ce forum vous m’avez aidé à tenir le coup, bien plus que des médicaments. Ce site est une bénédiction pour les personnes comme nous, en tout cas moi, il m’a beaucoup apporté.

Ton grand-père était plein de sagesse, j’y penserai quand mes enfants ou petits-enfants connaîtront aussi une peine de coeur.

Oui, je ne supporte pas l’insécurité. Financière (d’où ma radinerie pendant longtemps de peur de manquer), affective (d’où ma crainte dès que ma femme ou mes enfants partent), etc
Mais qui supporterait l’insécurité ?
Un psy dirait que ça vient de mon enfance, du divorce de mes parents, je ne sais pas, je n’en suis pas certain, j'aime pas utiliser ça comme une excuse à tout. Par contre, il est vrai que je m’étais toujours dit que jamais je ne divorcerai, que mes enfants n’auraient pas à vivre ça, que je peux prouver que l’amour peut durer.

Sur le suicide, tes mots m’ont beaucoup fait réagir (et ceux d’autres intervenants aussi).
J’y ai vraiment pensé. Je projetais de me rendre à Etretat, ou n’importe quelle falaise de Normandie, admirer une dernière fois le paysage, prendre tous mes médicaments et me jeter dans le vide, je me suis vu tellement de fois le faire ces dernières semaines que j’acceptais l’idée et l’attendais presque, espérant la moindre raison pour passer à l’acte et arrêter de souffrir.
Et puis, j’ai réfléchi à vos propos à chacun, à l’effet que ça aurait sur mes enfants, sur mon épouse et j’y ai renoncé, en tout cas, l’envie m’est passé, j’espère qu’elle ne reviendra plus.
Je n’avais même pas songé que je les laisserai, comme tu dis, plein d’interrogations et avec un sentiment de culpabilité (sauf évidemment pour ma femme, puisqu’elle est responsable).
Alors oui, quand mon coeur me dit d’en finir car il ne supporte plus la douleur et la tristesse, mon cerveau reprend le dessus et lui rappelle à quel point ce geste définitif aurait des conséquences dramatiques pour mes enfants et ma femme.
Et quand mon cerveau me réclame de me tuer pour effacer ces images horribles et arrêter pour de bon toutes ces pensées qui me torturent, c’est mon coeur qui lui rappelle à quel point j’aime mes enfants, à quel point j’aime ma femme malgré tout, et que je perdrai cet amour sans retour en arrière possible.

Je dois affronter cette douleur, me battre comme tu le dis, mais quand on y pense, quelle injustice : elle a pris du plaisir cette nuit là avec un autre, et c’est moi maintenant qui doit souffrir toute ma vie.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour Fishbone,

toi, tu es plus dans l’humour, j’aime ta manière d’écrire, et ça me fait du bien aussi.
C’est bien un truc que j’ai perdu depuis ces dernières semaines, difficile de rire et de plaisanter comme avant.

Comme tu dis, rien ne nous prépare à ça, surtout quand on croit fermement à la fidélité, à la sincérité, à la confiance, à l’amour...on ne peut pas imaginer que l’être qu’on aime puisse fauter. Il faudrait presque que chaque couple parle longuement de ce risque et des conséquences au début d’une relation, pour ne pas être pris au dépourvu.

Pour le moment, je ne me recentre pas du tout sur moi, puisque j’ai envie de rien, mais depuis quelques jours, je me force à nouveau à manger, c’est déjà ça.
Je vis à côté de cela comme un automate, pour le travail, pour le quotidien.

Je n’avais pas réalisé, comme tu le dis si bien, qu’en restant en vie, je faisais déjà beaucoup pour mes enfants. Vivre avec cette douleur, c’est effectivement une belle preuve d’amour pour eux et pour ma femme.

Ouais, faire en sorte que le cerveau mouline moins, c’est le plus urgent. En journée, je n’arrête pas de m’activer désormais, au boulot, à la maison, et j’y arrive petit à petit, même si je craque parfois. La nuit, c’est une autre histoire. Je m’invente tout un tas de scenarii, j’imagine les trucs les plus extrêmes, je me convaincs qu’elle a fait plus avec lui, qu’elle a eu d’autres aventures avec d’autres hommes qu’elle me cache, que si elle l’a fait une fois, elle l’a certainement fait plein d’autres fois. Je ne le saurai jamais, elle a beau me dire qu'il ne s'est rien passé depuis, je lis tellement de témoignage d'adultère que ça fait peur, et souvent des femmes qui trompent leur mari, alors que j''étais toujours persuadé que c'était rare dans ce sens.

Le sport, impossible, trop faible, mais je me suis mis à marcher plusieurs fois cette semaine, ça épuise bien déjà.
Encore merci pour ton aide, ça fait vraiment du bien de vous lire.
Et mon coeur et ses copains les yeux n’hésitent plus à montrer leur faiblesse et à se manifester si le besoin s’en fait ressentir. T’as raison, y’a pas de honte, et ça soulage vraiment.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 65
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Bonjour milo91
tu avoues aussi avoir eu envie de passer à l’acte, et je suis d’accord avec toi quand tu dis que ce n’est pas simple d’y renoncer quand ça paraît être la solution radicale à notre peine.

Pour le moment, je ne vois pas de nouveau sens à ma vie, et au contraire, j’ai juste besoin de me recentrer sur mon couple, j’en deviens collant et étouffant pour mon épouse, mais voilà, j’ai besoin d’être rassuré, de me sentir aimé, je ne l’explique pas, tout comme je n’explique pas que mes sentiments envers elle soient redevenus aussi forts depuis cela, alors qu’au contraire, je devrais la détester pour ce qu’elle m’a fait.
La nuit, quand il m’arrive de m’endormir, quand je suis réveillé à de multiples reprises par des angoisses, des palpitations, la première chose que je fais est de toucher ma femme, de mettre ma main sur elle pour sentir sa présence, savoir qu’elle est là, pas ailleurs avec un autre.

Ouah, trop beau cette réplique d’Independance Day, je ne m’en souvenais pas.

Tu as donc essayé l’hypnose ? En quoi ça consiste concrètement ?

Ma femme, mon bourreau, est là pour moi malgré tout, on a eu des moments de tensions, mais elle me soutient le plus qu’elle peut et m’écoute.
Je parle aussi à ma psy, mais c’est tout.
Je ne me vois pas en discuter avec un membre de ma famille, des amis (mais j’en ai pas, donc), ou des collègues. Le sujet est trop tabou et gênant, qui a envie de raconter qu’il est cocu ?

J’ai toujours manqué de confiance, je me suis toujours dévalorisé, j’ai mes raisons pour cela, mais si comme tu dis, cette expérience peut me permettre de m’affirmer par la suite, alors finalement, cela aura du bon. Je ne sais pas cependant si on change comme ça si facilement.
Je te dirai dans quelques mois, quelques années.

Bon we
Répondre