Tromper sans sexe

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 301
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Tromper sans sexe

Message par Deg »

Propos très pertinents et criants de vérité, SP
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 88
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

@SP
La douleur s'atténue, mais le ressenti évolue étrangement.
Je m'explique.
Lorsque j'ai appris ce qu'elle avait fait, il y a quelques mois, j'ai d'abord vécu un moment de douleur intense, j'étais en pleurs, le début d'une dépression, je ne mangeais plus, j'avais envie de mourir.
Très rapidement, cet état a persisté et en même temps, comme dirait notre président, je ressentais le besoin de me rapprocher de mon épouse, surtout physiquement, de la tenir contre moi, de la serrer, de l'embrasser comme un ado, voire de lui faire l'amour, bien qu'à plusieurs reprises, je n'aboutissais pas.
Par la suite, ma déprime s'est atténuée, disons qu'elle vient par vagues, et a débuté une phase qui elle continue toujours durant laquelle je me remettais en question, je me dénigrais, je me dévalorisais, et d'ailleurs encore maintenant, je ne m'apprécie plus, je me demande même pourquoi elle reste avec moi.
Aujourd'hui, je suis dans un état encore différent. D'un côté, je tiens à ma femme, à notre vie de couple et de famille, à ce que nous avons construit...et bizarrement, je ressens un sentiment de rejet, j'ai du mal à la désirer, tout le contraire de la phase précédente, comme si mon subconscient lui en voulait tellement qu'il m'indiquait de m'en écarter, alors qu'elle, désormais, me montre de l'attention comme jamais, surtout depuis la semaine dernière où nous n'avions jamais été aussi proches du divorce, il s'en est fallu d'un cheveux.
Elle m'explique avoir choisi de me faire ces révélations pour que je réagisse enfin, comme un électrochoc et que je change mon comportement vis à vis d'elle, afin de lui apporter plus d'attention et d'amour, et au final, c'est l'inverse qui se passe.
J'espère que ça ne va pas durer, car il sera impossible de reconstruire qqch si je n'éprouve plus rien pour elle ou presque.
Je n'arrive plus à la dissocier de ce qu'elle a fait, je ne parviens plus à ne pas l'imaginer dans les bras d'un autre, et j'ai toujours en travers de la gorge ses mensonges, peut-être ce qui fait le plus mal : ça a brisé qqch en nous, en moi, cette confiance qui est la base d'un couple.
Aujourd'hui, je suis comme étranger à mon propre corps, à mon propre esprit.
Je n'ai toujours goût à rien.
Je me suis remis à la musculation, mais pas par envie, par plaisir, non, juste par volonté de changer mon corps, je voudrais ne plus être moi, je pense même chirurgie esthétique ou changement radical de coupe de cheveux, de look, etc.
J'ai l'impression de vivre en mode automatique, je réalise les actes de la vie courante comme un robot, je réponds aux attentes extérieures par obligation pour faire comme si tout allait bien alors que dans une toute petite partie de ma tête, la seule solution à mon problème reste la fuite définitive et je lutte pour ne pas céder à cette tentation.
Lorsque j'ai perdu un parent il y a quelques années, on m'avait expliqué qu'il y avait plusieurs étapes dans le deuil.
Je m'accroche à l'idée que c'est la même chose dans l'adultère, et que je redeviendrai normal et amoureux de ma femme sans penser constamment à ses mensonges et à ses actes infidèles.

Pour la question de savoir ou pas, je te rejoins SP, on est d'accord, je pense aussi que le cocu souhaite toujours savoir, d'ailleurs est-ce vraiment raisonnable, ne devrait-il pas plutôt s'empêcher d'en demander trop, au risque de tomber dans une spirale infernale et de souffrir encore plus des révélations découvertes.
Mais dans mon cas, où il y avait très peu de risque que je l'apprenne par hasard, je maintiens : si en rentrant des vendanges, elle ne m'avait RIEN dit, et si cette année elle n'avait pas rajouté encore des révélations sur ses actes d'alors, je t'assure que je vivrais bien mieux maintenant. Elle m'a trompé aux vendanges, loin géographiquement de notre domicile, aucun risque que je le découvre, elle n'a pas récidivé, n'a pas entretenu une relation longue avec son amant, n'a montré aucun signe de fébrilité dans son attitude par la suite : si elle ne m'avait jamais rien dit, je ne l'aurais jamais su, je ne l'aurais jamais remarqué, et par conséquent, je ne serais pas maintenant à souffrir de les imaginer ensemble dans un lit, à s'embrasser, et pire, à devoir douter tout le reste de ma vie s'il s'est passé ou non qqch de plus, s'ils ont eu une relation sexuelle. Alors oui, j'aurais préféré qu'elle ne me dise rien.
Par contre, maintenant qu'elle a décidé de me révéler son infidélité, alors là oui, je souhaite TOUT savoir, pour ne pas imaginer des choses qui ne se seraient pas passées, sauf que sa version actuelle, je crois que personne ne la croirait, et limite je préfèrerais voir une vidéo d'elle en train de baiser avec lui, au moins ce serait clair, que de vivre continuellement avec ce doute et cette impression qu'on me prend pour un con (alors que si ça se trouve, elle dit la vérité quand elle m'assure qu'ils n'ont rien fait et même qu'ils ont dormi habillés !)

Sur le sandwich beau ou moche, mon point de vue est le suivant :
- s'il est moche, on peut se dire que notre épouse avait un peu trop bu, ou qu'il était vraiment beau parleur, comme les femmes tombent très facilement dans le panneau si on trouve les bons mots, ou encore qu'elle avait une envie subite et inexplicable de sexe, etc
- s'il est beau, et c'était le cas de son amant, alors on peut parler de véritable attirance, et à partir du moment où elle l'a choisi, par pure logique, c'est qu'elle le préférait à moi : conséquence, je me sens dévalorisé, comparé, et je me dis que forcément il était supérieur à moi si elle l'a préféré à moi, au point de me quitter à son retour et de souhaiter continuer à lui parler.
Donc oui, j'aurais préféré qu'il soit moche.

Te concernant, cette histoire d'avortement est terrible. Traumatisante. C'est horrible ce que cet amant a imposé à ta femme. Et les conséquences pour toi aussi.
Si je comprends bien, tu as quitté cette femme, c'est bien ça ?

Bon dimanche
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3464
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Tromper sans sexe

Message par Sans Prétention »

Bonjour TSM

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 La douleur s'atténue, mais le ressenti évolue étrangement.
Je m'explique.
Lorsque j'ai appris ce qu'elle avait fait, il y a quelques mois, j'ai d'abord vécu un moment de douleur intense, j'étais en pleurs, le début d'une dépression, je ne mangeais plus, j'avais envie de mourir.
Très rapidement, cet état a persisté et en même temps, comme dirait notre président, je ressentais le besoin de me rapprocher de mon épouse, surtout physiquement, de la tenir contre moi, de la serrer, de l'embrasser comme un ado, voire de lui faire l'amour, bien qu'à plusieurs reprises, je n'aboutissais pas.
Par la suite, ma déprime s'est atténuée, disons qu'elle vient par vagues, et a débuté une phase qui elle continue toujours durant laquelle je me remettais en question, je me dénigrais, je me dévalorisais, et d'ailleurs encore maintenant, je ne m'apprécie plus, je me demande même pourquoi elle reste avec moi.
Aujourd'hui, je suis dans un état encore différent. D'un côté, je tiens à ma femme, à notre vie de couple et de famille, à ce que nous avons construit...et bizarrement, je ressens un sentiment de rejet, j'ai du mal à la désirer, tout le contraire de la phase précédente, comme si mon subconscient lui en voulait tellement qu'il m'indiquait de m'en écarter, alors qu'elle, désormais, me montre de l'attention comme jamais, surtout depuis la semaine dernière où nous n'avions jamais été aussi proches du divorce, il s'en est fallu d'un cheveux.

C'est ce qu'on appelle l'effet space mountain par ici. Dans le moteur de recherche, tu tapes, tu trouves.
Ce qui signifie que c'est malheureusement très très commun. Nous (cocus) sommes liés par cette traversée de la vallée de la mort. C'est pourquoi chacun essaie de dire ici comment il s'en est sorti.
Après il faut distinguer ce qui pourrait marcher pour soi ou pas tout en n'ignorant pas ce qui marche pour tous à savoir : se remettre au centre, arrêter de trouver des excuses à l'autre mais ne pas non plus tomber dans la haine / amour obsessionnelle. Ça met du temps à se stabiliser. C'est atrocement... Normal. Ça s'appelle l'accomodation et cette mutation est forcément douloureuse.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Elle m'explique avoir choisi de me faire ces révélations pour que je réagisse enfin, comme un électrochoc et que je change mon comportement vis à vis d'elle, afin de lui apporter plus d'attention et d'amour, et au final, c'est l'inverse qui se passe.
Sur le site on a repris à notre compte les termes d'un psy : "L'infidélité est une mauvaise réponse à une bonne question" (Gérard Leuleu).

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 J'espère que ça ne va pas durer, car il sera impossible de reconstruire qqch si je n'éprouve plus rien pour elle ou presque.
C'est pour ça qu'un grand nombre de cocus se sépare après moult aventures.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Je n'arrive plus à la dissocier de ce qu'elle a fait, je ne parviens plus à ne pas l'imaginer dans les bras d'un autre, et j'ai toujours en travers de la gorge ses mensonges, peut-être ce qui fait le plus mal : ça a brisé qqch en nous, en moi, cette confiance qui est la base d'un couple.
Autre citation (qui en fait rire certains mais pas d'autres) : "L'infidélité n'est pas banale". (Yves Dalpé)

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Aujourd'hui, je suis comme étranger à mon propre corps, à mon propre esprit.
Je n'ai toujours goût à rien.
Je me suis remis à la musculation, mais pas par envie, par plaisir, non, juste par volonté de changer mon corps, je voudrais ne plus être moi, je pense même chirurgie esthétique ou changement radical de coupe de cheveux, de look, etc.
J'ai l'impression de vivre en mode automatique, je réalise les actes de la vie courante comme un robot, je réponds aux attentes extérieures par obligation pour faire comme si tout allait bien alors que dans une toute petite partie de ma tête, la seule solution à mon problème reste la fuite définitive et je lutte pour ne pas céder à cette tentation.
Aboulie. Dépression. Tous les symptômes sont clairement là. Tu te soignes comment ?

Petite parenthèse pour fâcher un peu : sans cet évènement tu n'aurais sans doute pas eu pas eu cette dépression (tu ne sembles pas avoir un profil dépressif). Elle est donc conjoncturelle. Je le dis parce que parfois des abrutis traitent les cocus de dépressifs chroniques (structurels donc) alors qu'ils ne le sont pas toujours (on en a eu sur le site mais c'est pas du tout la majorité).

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Lorsque j'ai perdu un parent il y a quelques années, on m'avait expliqué qu'il y avait plusieurs étapes dans le deuil.
Je m'accroche à l'idée que c'est la même chose dans l'adultère, et que je redeviendrai normal et amoureux de ma femme sans penser constamment à ses mensonges et à ses actes infidèles.
C'est une forme de deuil. Il y a donc des étapes comme dans un deuil (et, c'est bien renseigné par la littérature psy disponible, c'est pas, c'est rarement linéaire : les étapes s'enchaînent mais il y a souvent des retours en arrière et il faut parfois refaire ce qui a été défait. Effet Space mountain aidant.)
Par contre c'est un deuil à la con parce que tu dois vivre avec le cadavre.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Pour la question de savoir ou pas, je te rejoins SP, on est d'accord, je pense aussi que le cocu souhaite toujours savoir, d'ailleurs est-ce vraiment raisonnable, ne devrait-il pas plutôt s'empêcher d'en demander trop, au risque de tomber dans une spirale infernale et de souffrir encore plus des révélations découvertes.
Dépend de chacun. J'ai pas la réponse à cette question.
Les profils sont très divers et sur ce point, je ne parviens pas à délimiter une frontière. Au cas par cas donc.
Je le dis parce qu'il ne ressort pas de consensus sur le sujet contrairement à d'autres sujets plus évidents.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Mais dans mon cas, où il y avait très peu de risque que je l'apprenne par hasard, je maintiens : si en rentrant des vendanges, elle ne m'avait RIEN dit, et si cette année elle n'avait pas rajouté encore des révélations sur ses actes d'alors, je t'assure que je vivrais bien mieux maintenant. Elle m'a trompé aux vendanges, loin géographiquement de notre domicile, aucun risque que je le découvre, elle n'a pas récidivé, n'a pas entretenu une relation longue avec son amant, n'a montré aucun signe de fébrilité dans son attitude par la suite : si elle ne m'avait jamais rien dit, je ne l'aurais jamais su, je ne l'aurais jamais remarqué, et par conséquent, je ne serais pas maintenant à souffrir de les imaginer ensemble dans un lit, à s'embrasser, et pire, à devoir douter tout le reste de ma vie s'il s'est passé ou non qqch de plus, s'ils ont eu une relation sexuelle. Alors oui, j'aurais préféré qu'elle ne me dise rien.
C'est toi qui vois pour toi.
Je réitère ce que je t'ai déjà répété mais que tu n'entends pas. Peut-être dans ton cas précis oui (et encore il faudrait reproduire l'expérience à l'identique sans révélation pour être sûr) mais dans la grande majorité des cas non (ça n'enlève donc rien à ton ressenti mais compte-tenu de ce qu'on sait du phénomène, c'est pas du tout évident qu'il y ait zéro impact, y compris pour toi. Quand tu racontes ton histoire, moi je vois les coups donnés de part et d'autre en lien avec cette infidélité. Je te les ai expliqués, tu ne rebondis pas dessus. Mais je peux me tromper :doute: ).

Donc je reprends ce qui nous sépare dans l'analyse : tu es sûr à 100% qu'elle t'aurait rien dit, tu n'aurais pas du tout été impacté par son acte secret.
Je ne suis pas sûr moi que jamais ça ne serait sorti car le crime parfait appartient à un type de cf particulièrement dangereux (donc tu aurais souffert du secret) et admettons qu'on ait à faire à un gentille cf qui ne dit rien, l'expérience montre que ce qu'elle a fait impacte quand même le couple qu'on le veuille ou non. Je ne suis donc pas sûr à 100% du "zéro connaissance, zéro souffrance".
Toi tu en es sûr.

Ce que je t'accorde : tu souffrirais moins (sauf si t'es avec une PN.
Ce que je redis : peu de chance d'impact zéro.

Ce qui est difficilement contredit par les faits, c'est qu'il y a des mécanismes de merde qui s'immiscent dans le couple qui foutent le bordel non pas parce qu'on est au courant mais parce que un des deux (et parfois l'entourage complice avec) sait. Ça n'a rien à voir avec le fait de savoir ou pas soi-même. Ça a avoir avec le fait que la chose prend une place dans le couple qu'on le veuille ou non. Et cette place prise te pousse dans des endroits où t'es pas censé être. Nuance.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Par contre, maintenant qu'elle a décidé de me révéler son infidélité, alors là oui, je souhaite TOUT savoir, pour ne pas imaginer des choses qui ne se seraient pas passées, sauf que sa version actuelle, je crois que personne ne la croirait, et limite je préfèrerais voir une vidéo d'elle en train de baiser avec lui, au moins ce serait clair, que de vivre continuellement avec ce doute et cette impression qu'on me prend pour un con (alors que si ça se trouve, elle dit la vérité quand elle m'assure qu'ils n'ont rien fait et même qu'ils ont dormi habillés !)
:doute:


tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Sur le sandwich beau ou moche, mon point de vue est le suivant :
- s'il est moche, on peut se dire que notre épouse avait un peu trop bu, ou qu'il était vraiment beau parleur, comme les femmes tombent très facilement dans le panneau si on trouve les bons mots, ou encore qu'elle avait une envie subite et inexplicable de sexe, etc
Il peut être physiquement moyen et particulièrement charmeur aussi.
Avoir du charisme, une situation qui laisse entrevoir d'autres possibles, une aura de part sa place dans la société...

Avoir ce que tu n'as pas : il est drôle (madame se sent ,tellement bien avec lui) toi plutôt responsable (madame s'emmerde). Il est "responsable" (madame se sent tellement en sécurité avec lui), toi plutôt drôle (ça emmerde madame).
Il est aventurier (ça fait rêver madame), toi plutôt casanier (ça l'emmerde). Il est casanier (ça fait rêver madame), toi plutôt aventurier (ça l'emmerde). :bonk:

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 - s'il est beau, et c'était le cas de son amant, alors on peut parler de véritable attirance, et à partir du moment où elle l'a choisi, par pure logique, c'est qu'elle le préférait à moi : conséquence, je me sens dévalorisé, comparé, et je me dis que forcément il était supérieur à moi si elle l'a préféré à moi, au point de me quitter à son retour et de souhaiter continuer à lui parler.
Donc oui, j'aurais préféré qu'il soit moche.
Sans Prétention a écrit : dim. 13 nov. 2022 14:00 si le sandwich est beau, on se sent comme une merde ("je suis trop moche") et quand le sandwich est laid, on se sent comme une merde quand même ("je me sens rabaissé"). Ça s'appelle la rationalisation.
Tu confirmes la règle. :deal:
J'explique : normalement, on devrait trouver plus ou moins 50/50 dans le fait de "préférer" un moche ou un beau comme sandwich. Or, quasi à chaque fois que quelqu'un raconte son histoire, il / elle aurait préféré la solution alternative.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Te concernant, cette histoire d'avortement est terrible. Traumatisante. C'est horrible ce que cet amant a imposé à ta femme.
Il n'a rien imposé.
Il lui a demandé.
Elle n'a pas cédé mais quand même : super ambiance à la maison !
Et je ne savais rien.
Mais mon ignorance de la situation n'a pas empêché les éclaboussures : j'ai souffert de son infidélité cachée par ricochets et ça a pourri ma vie.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Et les conséquences pour toi aussi.
Doute sur la paternité.
Doute sur le sens de ta vie.
Envie de mourir.
Culpabilité de ne pas être à la hauteur.
Impression d'être une méga merde au pieux.
Destruction d'un rêve.
La liste est longue.
:doute:
tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Si je comprends bien, tu as quitté cette femme, c'est bien ça ?
Non.
:A+
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Répondre