Tromper sans sexe

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 312
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Tromper sans sexe

Message par Deg »

Propos très pertinents et criants de vérité, SP
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 119
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

@SP
La douleur s'atténue, mais le ressenti évolue étrangement.
Je m'explique.
Lorsque j'ai appris ce qu'elle avait fait, il y a quelques mois, j'ai d'abord vécu un moment de douleur intense, j'étais en pleurs, le début d'une dépression, je ne mangeais plus, j'avais envie de mourir.
Très rapidement, cet état a persisté et en même temps, comme dirait notre président, je ressentais le besoin de me rapprocher de mon épouse, surtout physiquement, de la tenir contre moi, de la serrer, de l'embrasser comme un ado, voire de lui faire l'amour, bien qu'à plusieurs reprises, je n'aboutissais pas.
Par la suite, ma déprime s'est atténuée, disons qu'elle vient par vagues, et a débuté une phase qui elle continue toujours durant laquelle je me remettais en question, je me dénigrais, je me dévalorisais, et d'ailleurs encore maintenant, je ne m'apprécie plus, je me demande même pourquoi elle reste avec moi.
Aujourd'hui, je suis dans un état encore différent. D'un côté, je tiens à ma femme, à notre vie de couple et de famille, à ce que nous avons construit...et bizarrement, je ressens un sentiment de rejet, j'ai du mal à la désirer, tout le contraire de la phase précédente, comme si mon subconscient lui en voulait tellement qu'il m'indiquait de m'en écarter, alors qu'elle, désormais, me montre de l'attention comme jamais, surtout depuis la semaine dernière où nous n'avions jamais été aussi proches du divorce, il s'en est fallu d'un cheveux.
Elle m'explique avoir choisi de me faire ces révélations pour que je réagisse enfin, comme un électrochoc et que je change mon comportement vis à vis d'elle, afin de lui apporter plus d'attention et d'amour, et au final, c'est l'inverse qui se passe.
J'espère que ça ne va pas durer, car il sera impossible de reconstruire qqch si je n'éprouve plus rien pour elle ou presque.
Je n'arrive plus à la dissocier de ce qu'elle a fait, je ne parviens plus à ne pas l'imaginer dans les bras d'un autre, et j'ai toujours en travers de la gorge ses mensonges, peut-être ce qui fait le plus mal : ça a brisé qqch en nous, en moi, cette confiance qui est la base d'un couple.
Aujourd'hui, je suis comme étranger à mon propre corps, à mon propre esprit.
Je n'ai toujours goût à rien.
Je me suis remis à la musculation, mais pas par envie, par plaisir, non, juste par volonté de changer mon corps, je voudrais ne plus être moi, je pense même chirurgie esthétique ou changement radical de coupe de cheveux, de look, etc.
J'ai l'impression de vivre en mode automatique, je réalise les actes de la vie courante comme un robot, je réponds aux attentes extérieures par obligation pour faire comme si tout allait bien alors que dans une toute petite partie de ma tête, la seule solution à mon problème reste la fuite définitive et je lutte pour ne pas céder à cette tentation.
Lorsque j'ai perdu un parent il y a quelques années, on m'avait expliqué qu'il y avait plusieurs étapes dans le deuil.
Je m'accroche à l'idée que c'est la même chose dans l'adultère, et que je redeviendrai normal et amoureux de ma femme sans penser constamment à ses mensonges et à ses actes infidèles.

Pour la question de savoir ou pas, je te rejoins SP, on est d'accord, je pense aussi que le cocu souhaite toujours savoir, d'ailleurs est-ce vraiment raisonnable, ne devrait-il pas plutôt s'empêcher d'en demander trop, au risque de tomber dans une spirale infernale et de souffrir encore plus des révélations découvertes.
Mais dans mon cas, où il y avait très peu de risque que je l'apprenne par hasard, je maintiens : si en rentrant des vendanges, elle ne m'avait RIEN dit, et si cette année elle n'avait pas rajouté encore des révélations sur ses actes d'alors, je t'assure que je vivrais bien mieux maintenant. Elle m'a trompé aux vendanges, loin géographiquement de notre domicile, aucun risque que je le découvre, elle n'a pas récidivé, n'a pas entretenu une relation longue avec son amant, n'a montré aucun signe de fébrilité dans son attitude par la suite : si elle ne m'avait jamais rien dit, je ne l'aurais jamais su, je ne l'aurais jamais remarqué, et par conséquent, je ne serais pas maintenant à souffrir de les imaginer ensemble dans un lit, à s'embrasser, et pire, à devoir douter tout le reste de ma vie s'il s'est passé ou non qqch de plus, s'ils ont eu une relation sexuelle. Alors oui, j'aurais préféré qu'elle ne me dise rien.
Par contre, maintenant qu'elle a décidé de me révéler son infidélité, alors là oui, je souhaite TOUT savoir, pour ne pas imaginer des choses qui ne se seraient pas passées, sauf que sa version actuelle, je crois que personne ne la croirait, et limite je préfèrerais voir une vidéo d'elle en train de baiser avec lui, au moins ce serait clair, que de vivre continuellement avec ce doute et cette impression qu'on me prend pour un con (alors que si ça se trouve, elle dit la vérité quand elle m'assure qu'ils n'ont rien fait et même qu'ils ont dormi habillés !)

Sur le sandwich beau ou moche, mon point de vue est le suivant :
- s'il est moche, on peut se dire que notre épouse avait un peu trop bu, ou qu'il était vraiment beau parleur, comme les femmes tombent très facilement dans le panneau si on trouve les bons mots, ou encore qu'elle avait une envie subite et inexplicable de sexe, etc
- s'il est beau, et c'était le cas de son amant, alors on peut parler de véritable attirance, et à partir du moment où elle l'a choisi, par pure logique, c'est qu'elle le préférait à moi : conséquence, je me sens dévalorisé, comparé, et je me dis que forcément il était supérieur à moi si elle l'a préféré à moi, au point de me quitter à son retour et de souhaiter continuer à lui parler.
Donc oui, j'aurais préféré qu'il soit moche.

Te concernant, cette histoire d'avortement est terrible. Traumatisante. C'est horrible ce que cet amant a imposé à ta femme. Et les conséquences pour toi aussi.
Si je comprends bien, tu as quitté cette femme, c'est bien ça ?

Bon dimanche
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3528
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Tromper sans sexe

Message par Sans Prétention »

Bonjour TSM

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 La douleur s'atténue, mais le ressenti évolue étrangement.
Je m'explique.
Lorsque j'ai appris ce qu'elle avait fait, il y a quelques mois, j'ai d'abord vécu un moment de douleur intense, j'étais en pleurs, le début d'une dépression, je ne mangeais plus, j'avais envie de mourir.
Très rapidement, cet état a persisté et en même temps, comme dirait notre président, je ressentais le besoin de me rapprocher de mon épouse, surtout physiquement, de la tenir contre moi, de la serrer, de l'embrasser comme un ado, voire de lui faire l'amour, bien qu'à plusieurs reprises, je n'aboutissais pas.
Par la suite, ma déprime s'est atténuée, disons qu'elle vient par vagues, et a débuté une phase qui elle continue toujours durant laquelle je me remettais en question, je me dénigrais, je me dévalorisais, et d'ailleurs encore maintenant, je ne m'apprécie plus, je me demande même pourquoi elle reste avec moi.
Aujourd'hui, je suis dans un état encore différent. D'un côté, je tiens à ma femme, à notre vie de couple et de famille, à ce que nous avons construit...et bizarrement, je ressens un sentiment de rejet, j'ai du mal à la désirer, tout le contraire de la phase précédente, comme si mon subconscient lui en voulait tellement qu'il m'indiquait de m'en écarter, alors qu'elle, désormais, me montre de l'attention comme jamais, surtout depuis la semaine dernière où nous n'avions jamais été aussi proches du divorce, il s'en est fallu d'un cheveux.

C'est ce qu'on appelle l'effet space mountain par ici. Dans le moteur de recherche, tu tapes, tu trouves.
Ce qui signifie que c'est malheureusement très très commun. Nous (cocus) sommes liés par cette traversée de la vallée de la mort. C'est pourquoi chacun essaie de dire ici comment il s'en est sorti.
Après il faut distinguer ce qui pourrait marcher pour soi ou pas tout en n'ignorant pas ce qui marche pour tous à savoir : se remettre au centre, arrêter de trouver des excuses à l'autre mais ne pas non plus tomber dans la haine / amour obsessionnelle. Ça met du temps à se stabiliser. C'est atrocement... Normal. Ça s'appelle l'accomodation et cette mutation est forcément douloureuse.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Elle m'explique avoir choisi de me faire ces révélations pour que je réagisse enfin, comme un électrochoc et que je change mon comportement vis à vis d'elle, afin de lui apporter plus d'attention et d'amour, et au final, c'est l'inverse qui se passe.
Sur le site on a repris à notre compte les termes d'un psy : "L'infidélité est une mauvaise réponse à une bonne question" (Gérard Leuleu).

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 J'espère que ça ne va pas durer, car il sera impossible de reconstruire qqch si je n'éprouve plus rien pour elle ou presque.
C'est pour ça qu'un grand nombre de cocus se sépare après moult aventures.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Je n'arrive plus à la dissocier de ce qu'elle a fait, je ne parviens plus à ne pas l'imaginer dans les bras d'un autre, et j'ai toujours en travers de la gorge ses mensonges, peut-être ce qui fait le plus mal : ça a brisé qqch en nous, en moi, cette confiance qui est la base d'un couple.
Autre citation (qui en fait rire certains mais pas d'autres) : "L'infidélité n'est pas banale". (Yves Dalpé)

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Aujourd'hui, je suis comme étranger à mon propre corps, à mon propre esprit.
Je n'ai toujours goût à rien.
Je me suis remis à la musculation, mais pas par envie, par plaisir, non, juste par volonté de changer mon corps, je voudrais ne plus être moi, je pense même chirurgie esthétique ou changement radical de coupe de cheveux, de look, etc.
J'ai l'impression de vivre en mode automatique, je réalise les actes de la vie courante comme un robot, je réponds aux attentes extérieures par obligation pour faire comme si tout allait bien alors que dans une toute petite partie de ma tête, la seule solution à mon problème reste la fuite définitive et je lutte pour ne pas céder à cette tentation.
Aboulie. Dépression. Tous les symptômes sont clairement là. Tu te soignes comment ?

Petite parenthèse pour fâcher un peu : sans cet évènement tu n'aurais sans doute pas eu pas eu cette dépression (tu ne sembles pas avoir un profil dépressif). Elle est donc conjoncturelle. Je le dis parce que parfois des abrutis traitent les cocus de dépressifs chroniques (structurels donc) alors qu'ils ne le sont pas toujours (on en a eu sur le site mais c'est pas du tout la majorité).

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Lorsque j'ai perdu un parent il y a quelques années, on m'avait expliqué qu'il y avait plusieurs étapes dans le deuil.
Je m'accroche à l'idée que c'est la même chose dans l'adultère, et que je redeviendrai normal et amoureux de ma femme sans penser constamment à ses mensonges et à ses actes infidèles.
C'est une forme de deuil. Il y a donc des étapes comme dans un deuil (et, c'est bien renseigné par la littérature psy disponible, c'est pas, c'est rarement linéaire : les étapes s'enchaînent mais il y a souvent des retours en arrière et il faut parfois refaire ce qui a été défait. Effet Space mountain aidant.)
Par contre c'est un deuil à la con parce que tu dois vivre avec le cadavre.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Pour la question de savoir ou pas, je te rejoins SP, on est d'accord, je pense aussi que le cocu souhaite toujours savoir, d'ailleurs est-ce vraiment raisonnable, ne devrait-il pas plutôt s'empêcher d'en demander trop, au risque de tomber dans une spirale infernale et de souffrir encore plus des révélations découvertes.
Dépend de chacun. J'ai pas la réponse à cette question.
Les profils sont très divers et sur ce point, je ne parviens pas à délimiter une frontière. Au cas par cas donc.
Je le dis parce qu'il ne ressort pas de consensus sur le sujet contrairement à d'autres sujets plus évidents.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Mais dans mon cas, où il y avait très peu de risque que je l'apprenne par hasard, je maintiens : si en rentrant des vendanges, elle ne m'avait RIEN dit, et si cette année elle n'avait pas rajouté encore des révélations sur ses actes d'alors, je t'assure que je vivrais bien mieux maintenant. Elle m'a trompé aux vendanges, loin géographiquement de notre domicile, aucun risque que je le découvre, elle n'a pas récidivé, n'a pas entretenu une relation longue avec son amant, n'a montré aucun signe de fébrilité dans son attitude par la suite : si elle ne m'avait jamais rien dit, je ne l'aurais jamais su, je ne l'aurais jamais remarqué, et par conséquent, je ne serais pas maintenant à souffrir de les imaginer ensemble dans un lit, à s'embrasser, et pire, à devoir douter tout le reste de ma vie s'il s'est passé ou non qqch de plus, s'ils ont eu une relation sexuelle. Alors oui, j'aurais préféré qu'elle ne me dise rien.
C'est toi qui vois pour toi.
Je réitère ce que je t'ai déjà répété mais que tu n'entends pas. Peut-être dans ton cas précis oui (et encore il faudrait reproduire l'expérience à l'identique sans révélation pour être sûr) mais dans la grande majorité des cas non (ça n'enlève donc rien à ton ressenti mais compte-tenu de ce qu'on sait du phénomène, c'est pas du tout évident qu'il y ait zéro impact, y compris pour toi. Quand tu racontes ton histoire, moi je vois les coups donnés de part et d'autre en lien avec cette infidélité. Je te les ai expliqués, tu ne rebondis pas dessus. Mais je peux me tromper :doute: ).

Donc je reprends ce qui nous sépare dans l'analyse : tu es sûr à 100% qu'elle t'aurait rien dit, tu n'aurais pas du tout été impacté par son acte secret.
Je ne suis pas sûr moi que jamais ça ne serait sorti car le crime parfait appartient à un type de cf particulièrement dangereux (donc tu aurais souffert du secret) et admettons qu'on ait à faire à un gentille cf qui ne dit rien, l'expérience montre que ce qu'elle a fait impacte quand même le couple qu'on le veuille ou non. Je ne suis donc pas sûr à 100% du "zéro connaissance, zéro souffrance".
Toi tu en es sûr.

Ce que je t'accorde : tu souffrirais moins (sauf si t'es avec une PN.
Ce que je redis : peu de chance d'impact zéro.

Ce qui est difficilement contredit par les faits, c'est qu'il y a des mécanismes de merde qui s'immiscent dans le couple qui foutent le bordel non pas parce qu'on est au courant mais parce que un des deux (et parfois l'entourage complice avec) sait. Ça n'a rien à voir avec le fait de savoir ou pas soi-même. Ça a avoir avec le fait que la chose prend une place dans le couple qu'on le veuille ou non. Et cette place prise te pousse dans des endroits où t'es pas censé être. Nuance.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Par contre, maintenant qu'elle a décidé de me révéler son infidélité, alors là oui, je souhaite TOUT savoir, pour ne pas imaginer des choses qui ne se seraient pas passées, sauf que sa version actuelle, je crois que personne ne la croirait, et limite je préfèrerais voir une vidéo d'elle en train de baiser avec lui, au moins ce serait clair, que de vivre continuellement avec ce doute et cette impression qu'on me prend pour un con (alors que si ça se trouve, elle dit la vérité quand elle m'assure qu'ils n'ont rien fait et même qu'ils ont dormi habillés !)
:doute:


tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Sur le sandwich beau ou moche, mon point de vue est le suivant :
- s'il est moche, on peut se dire que notre épouse avait un peu trop bu, ou qu'il était vraiment beau parleur, comme les femmes tombent très facilement dans le panneau si on trouve les bons mots, ou encore qu'elle avait une envie subite et inexplicable de sexe, etc
Il peut être physiquement moyen et particulièrement charmeur aussi.
Avoir du charisme, une situation qui laisse entrevoir d'autres possibles, une aura de part sa place dans la société...

Avoir ce que tu n'as pas : il est drôle (madame se sent ,tellement bien avec lui) toi plutôt responsable (madame s'emmerde). Il est "responsable" (madame se sent tellement en sécurité avec lui), toi plutôt drôle (ça emmerde madame).
Il est aventurier (ça fait rêver madame), toi plutôt casanier (ça l'emmerde). Il est casanier (ça fait rêver madame), toi plutôt aventurier (ça l'emmerde). :bonk:

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 - s'il est beau, et c'était le cas de son amant, alors on peut parler de véritable attirance, et à partir du moment où elle l'a choisi, par pure logique, c'est qu'elle le préférait à moi : conséquence, je me sens dévalorisé, comparé, et je me dis que forcément il était supérieur à moi si elle l'a préféré à moi, au point de me quitter à son retour et de souhaiter continuer à lui parler.
Donc oui, j'aurais préféré qu'il soit moche.
Sans Prétention a écrit : dim. 13 nov. 2022 14:00 si le sandwich est beau, on se sent comme une merde ("je suis trop moche") et quand le sandwich est laid, on se sent comme une merde quand même ("je me sens rabaissé"). Ça s'appelle la rationalisation.
Tu confirmes la règle. :deal:
J'explique : normalement, on devrait trouver plus ou moins 50/50 dans le fait de "préférer" un moche ou un beau comme sandwich. Or, quasi à chaque fois que quelqu'un raconte son histoire, il / elle aurait préféré la solution alternative.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Te concernant, cette histoire d'avortement est terrible. Traumatisante. C'est horrible ce que cet amant a imposé à ta femme.
Il n'a rien imposé.
Il lui a demandé.
Elle n'a pas cédé mais quand même : super ambiance à la maison !
Et je ne savais rien.
Mais mon ignorance de la situation n'a pas empêché les éclaboussures : j'ai souffert de son infidélité cachée par ricochets et ça a pourri ma vie.

tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Et les conséquences pour toi aussi.
Doute sur la paternité.
Doute sur le sens de ta vie.
Envie de mourir.
Culpabilité de ne pas être à la hauteur.
Impression d'être une méga merde au pieux.
Destruction d'un rêve.
La liste est longue.
:doute:
tous sauf moi a écrit : dim. 4 déc. 2022 09:23 Si je comprends bien, tu as quitté cette femme, c'est bien ça ?
Non.
:A+
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 119
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Se remettre au centre, arrêter de trouver des excuses à l'autre mais ne pas non plus tomber dans la haine / amour obsessionnelle. Ça met du temps à se stabiliser. C'est atrocement... Normal. Ça s'appelle l'accomodation et cette mutation est forcément douloureuse.

<<<effectivement, le terme d'accommodation est le plus approprié. S'il y a bien une chose que je ne fais pas, c'est lui trouver des excuses. J'entends ses griefs à mon encontre qui ont pu la pousser à le faire, mais je ne les prends pas comme des justifications ou des excuses. Par contre, c'est vrai, je partage un sentiment de haine et d'amour obsessionnel, selon les moments. Normal en même temps.

C'est pour ça qu'un grand nombre de cocus se sépare après moult aventures.

<<<pour finalement retrouver ou pas un nouvel amour dans lequel on n'aura jamais la tranquillité d'esprit.

Aboulie. Dépression. Tous les symptômes sont clairement là. Tu te soignes comment ?

<<<les symptômes sont là, j'en ai conscience, mais je me refuse à me médicamenter pour autant. J'ai connu des phases dépressives par le passé, en raison essentiellement de mon travail, et de ce que j'en ai retenu, c'est que pour s'en sortir, seuls le mental et la volonté fonctionnent ! Les psy, les médicaments, ça ne fait que cacher la problème sous le tapis, alors qu'il faut l'affronter. Par contre, je me supplémente en plantes pour essayer de favoriser au moins la détente et le sommeil, et là j'ai rajouté le millepertuis pour ses effets anti-dépresseur. Le sport aussi aide énormément, alors je m'y remets, mais sans réel plaisir, sauf celui de changer mon corps. La patience aussi. Savoir pleurer quand le besoin s'en fait ressentir, ne pas retenir ses émotions.

Petite parenthèse pour fâcher un peu : sans cet évènement tu n'aurais sans doute pas eu pas eu cette dépression (tu ne sembles pas avoir un profil dépressif). Elle est donc conjoncturelle. Je le dis parce que parfois des abrutis traitent les cocus de dépressifs chroniques (structurels donc) alors qu'ils ne le sont pas toujours (on en a eu sur le site mais c'est pas du tout la majorité).

<<<tu as raison, je ne vois pas le rapport : un cocu n'est pas forcément un dépressif chronique, c'est n'importe quoi.

Il peut être physiquement moyen et particulièrement charmeur aussi.

<<<oui, peut-être. Les femmes voient probablement les choses différemment que les hommes.

Avoir ce que tu n'as pas : il est drôle (madame se sent ,tellement bien avec lui) toi plutôt responsable (madame s'emmerde). Il est "responsable" (madame se sent tellement en sécurité avec lui), toi plutôt drôle (ça emmerde madame).
Il est aventurier (ça fait rêver madame), toi plutôt casanier (ça l'emmerde). Il est casanier (ça fait rêver madame), toi plutôt aventurier (ça l'emmerde). :bonk:

<<<exact. Apparemment, il lui offrait à ce moment là ce que je ne lui donnais plus depuis un certain temps, de l'attention, de la tendresse...

Tu confirmes la règle. :deal:
J'explique : normalement, on devrait trouver plus ou moins 50/50 dans le fait de "préférer" un moche ou un beau comme sandwich. Or, quasi à chaque fois que quelqu'un raconte son histoire, il / elle aurait préféré la solution alternative.

<<<c'est probable. Il n'empêche que si l'amant est plus beau que soit, on fera toujours un complexe, on se dévalorisera, tandis que si l'amant est plus moche, on se posera des questions, mais au moins on saura qu'on reste le préféré du point de vue esthétique, c'est déjà ça.

Il n'a rien imposé.
Il lui a demandé.
Elle n'a pas cédé mais quand même : super ambiance à la maison !

<<<ouais, clairement, c'est une demande de dingue !!! Soit il l'a demandé car il craignait d'être le père, soit car il ne voulait pas qu'elle tombe enceinte et que son corps change ou qu'elle soit moins disponible pour lui. Dans les deux cas, pour toi, c'est l'horreur.

Doute sur la paternité.

<<<dur. Finalement, tu n'as jamais fait de test de paternité ?

Doute sur le sens de ta vie.
Envie de mourir.

<<<tu m'étonnes ! Dans ces formes graves, l'adultère pourrait être vu comme un crime et condamné pour autant. Après tout, un conjoint qui se suicide suite à l'infidélité de sa femme, c'est presque un meurtre.

Culpabilité de ne pas être à la hauteur.

<<<eh oui, car forcément, on se compare, et on se dévalorise.

Impression d'être une méga merde au pieux.

<<<ce que tu n'étais pas forcément. D'où le besoin de se rassurer avec une autre, ce que j'éprouve en ce moment.

Destruction d'un rêve.

<<<l'un des aspects les pires finalement, car toute notre vision de la vie s'en trouve bouleversée.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3528
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Tromper sans sexe

Message par Sans Prétention »

Bonjour TSM

Le mieux est de continuer sur ton fil pour éviter d'encombrer celui de Mada...
tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 S'il y a bien une chose que je ne fais pas, c'est lui trouver des excuses. J'entends ses griefs à mon encontre qui ont pu la pousser à le faire, mais je ne les prends pas comme des justifications ou des excuses. Par contre, c'est vrai, je partage un sentiment de haine et d'amour obsessionnel, selon les moments. Normal en même temps.
Tout à fait.
Un passage.
J'espère.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 C'est pour ça qu'un grand nombre de cocus se sépare après moult aventures.

<<<pour finalement retrouver ou pas un nouvel amour dans lequel on n'aura jamais la tranquillité d'esprit.
Ca dépend des situations.
Pour suivre les dossiers parfois, je connais de brillantes réussites comme des situations un peu plus compliquées post cocufiage.
Mais je n'ai pas de données suffisantes pour en tirer des règles (en même temps, c'est pas l'objet du site donc j'y connais pas grand chose).
Juste des témoignages épars et il y a de tout.
Pas de fatalité donc.
C'est déjà ça.


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 <<<les symptômes sont là, j'en ai conscience, mais je me refuse à me médicamenter pour autant. J'ai connu des phases dépressives par le passé, en raison essentiellement de mon travail, et de ce que j'en ai retenu, c'est que pour s'en sortir, seuls le mental et la volonté fonctionnent !
C'est exactement ce qu'il faut faire pour ne pas s'en sortir.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Les psy, les médicaments, ça ne fait que cacher la problème sous le tapis, alors qu'il faut l'affronter.
C'est ton point de vue.
Peut-être que ça fonctionne pour toi, mais pas pour la majorité des gens.
Je vais être clair : le psy n'est pas un magicien mais même un "mauvais" peut te permettre de te poser les bonnes questions.
Les médicaments, c'est une aide transitoire et certains traitements sont plus efficaces que "la force de l'esprit".
Je le dis parce que dans certains cas, il faut savoir se faire aider.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Par contre, je me supplémente en plantes pour essayer de favoriser au moins la détente et le sommeil, et là j'ai rajouté le millepertuis pour ses effets anti-dépresseur.
"Plusieurs méta-analyses se sont penchées sur les études cliniques effectuées sur le millepertuis et, malgré les faiblesses méthodologiques de certaines études, elles concluent que le millepertuis est efficace contre la dépression légère à modérée :deal: et qu’il a moins d’effets secondaires que les traitements classiques" "L’usage d’un bon produit de millepertuis est intéressant pour traiter un syndrome dépressif léger. C’est un produit sécuritaire, sauf en combinaison avec d’autres médicaments."


Source


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Le sport aussi aide énormément, alors je m'y remets, mais sans réel plaisir, sauf celui de changer mon corps. La patience aussi. Savoir pleurer quand le besoin s'en fait ressentir, ne pas retenir ses émotions.
Pas de contre-indication ici.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51un cocu n'est pas forcément un dépressif chronique, c'est n'importe quoi.
Que ce soit dit.
Tout comme un trompeur n'est pas forcément un trompeur chronique.


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51Les femmes voient probablement les choses différemment que les hommes.
Par intérêt personnel, j'ai beaucoup plus lu ce que disent les femmes sur les hommes que l'inverse.
Donc moi je ne sais pas. Je lis.


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Apparemment, il lui offrait à ce moment là ce que je ne lui donnais plus depuis un certain temps, de l'attention, de la tendresse...
Les 20%.
Sauf que la tendresse et l'attention sont normalement inclus dans le contrat amoureux.
Donc ça augmente le pourcentage... Et le risque !

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51Il n'empêche que si l'amant est plus beau que soit, on fera toujours un complexe, on se dévalorisera, tandis que si l'amant est plus moche, on se posera des questions, mais au moins on saura qu'on reste le préféré du point de vue esthétique, c'est déjà ça.
On peut aussi être le "préféré" du point de vue intelligence, courage, charme, drôlerie... Et surtout prise en charge de la famille... (et ouais, ça compte aussi)
Je trouve que le physique est un critère certes important mais limitant.
En excluant bien sûr les extrêmes (un amant extrêmement beau vs un cocu extrêmement laid, un cocu extrêmement con vs un amant extrêmement intelligent) mais je ne pense pas que ce soit la majorité des cas. :doute:

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 <<<ouais, clairement, c'est une demande de dingue !!! Soit il l'a demandé car il craignait d'être le père, soit car il ne voulait pas qu'elle tombe enceinte et que son corps change ou qu'elle soit moins disponible pour lui. Dans les deux cas, pour toi, c'est l'horreur.
Le mot est faible.
Je pense qu'il lui a demandé parce que ce n'était justement pas le sien.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Doute sur la paternité.

<<<dur. Finalement, tu n'as jamais fait de test de paternité ?
15 ans après c'est compliqué et pas légal en France.
Cela dit, des indices probants sur cette question en ma faveur.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Dans ces formes graves, l'adultère pourrait être vu comme un crime et condamné pour autant. Après tout, un conjoint qui se suicide suite à l'infidélité de sa femme, c'est presque un meurtre.
La différence : on a un petit, tout petit champ d'action possible.
Déjà ne pas vouloir se tuer soi-même pour éviter de participer au meurtre.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Culpabilité de ne pas être à la hauteur.

<<<eh oui, car forcément, on se compare, et on se dévalorise.
Réflexe humain et irrépressible.
Nécessaire.
Mais après il faut dépasser cela.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 Impression d'être une méga merde au pieux.

<<<ce que tu n'étais pas forcément. D'où le besoin de se rassurer avec une autre, ce que j'éprouve en ce moment.
Tous les livres du monde traitent de sexualité mais aucun ne traitait du cas de SP.
J'ai besoin de preuves.
J'ai eu. Et dans des mesures que je n'imaginais pas. :ala:
C'est bon. Next.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 09:51 <<<l'un des aspects les pires finalement, car toute notre vision de la vie s'en trouve bouleversée.
Oui.
Et éviter de tomber dans les extrêmes par la suite c'est pas mal.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 c'est antinomique que de vouloir faire souffrir la personne qu'on aime. D'ailleurs, dans la mesure du possible, je ne l'ai jamais fait avec ma femme, sauf rares exceptions pour lesquelles je m'en veux encore. Par exemple, je n'ai jamais eu de paroles blessantes à son encontre, de phrases assassines, alors qu'elle ne s'est jamais gênée pour m'en dire, prétendant ensuite l'avoir fait dans la colère, mais les mots restent. Là, suite à une infidélité, l'envie de rendre la douleur existe car c'est une situation extrême dans un couple, et la colère et la déception sont telles qu'on a hélas envie de partager sa souffrance, sinon le cocufieur ne réalise pas le mal qu'il a fait en trompant.

Réflexe humain et irrépressible.
Nécessaire.
Mais après il faut dépasser cela. (bis)


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 Et quand elle te dit qu'elle a plus peur de te perdre que la maison, si c'est sincère bah ça prouverait qu'elle t'aime un tant soit peu.

<<<oui, c'est sûr...à condition qu'elle le pense, et que ce n'est pas un stratagème pour justement conserver son petit confort.
Il y a peu de raisons uniques pour expliquer ce que font les gens, leurs motivations.
Question de degrés : la maison, les enfants, l'intérêt social, tout entre en ligne de compte (sinon il n'y aurait pas de site "SOS cocu" car la question serait vite réglée si les choses étaient si limpides. Autant du coté du cf que du cocu d'ailleurs : la co-dépendance affective c'est un sacré sac de noeuds).


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 <<<c'est ça. Elle a conscience qu'en cas de divorce, on retrouve chacun une situation déplorable. Bon, je pense, j'espère, quand même, qu'elle est sincère quand elle dit vouloir rester avec moi par amour. En même temps, si elle m'aimait, elle ne m'aurait pas autant fait souffrir.
Raisonnement binaire à mon sens.
On peut vouloir rester pour de multiples raisons, dont la principale (mais pas forcément unique) est l'amour.
On peut aussi aimer follement quelqu'un et lui faire du mal : par exemple quitter cette personne pour "essayer autre chose" et revenir ensuite.
Puis s'apercevoir que c'était finalement une erreur. :deal:

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 <<<ça s'appelle du culot, et parfois ça passe.
Une forme de candaulisme qui ne dit pas son nom...


tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 <<<je ressens les trois : dépendance, clairement, possessivité aussi car je ne supporterais pas qu'en cas de séparation elle refasse sa vie et soit heureuse avec un autre, et peur de la perdre évidemment car cela signifierait tout recommencer et risquer de finir seul.
No comment.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 Je te connais pas ni ta relation mais d'après ce que tu écris ici j'ai le sentiment que ton couple pourrait survivre si tu voulais.

<<<je le sais. Si je le veux. Dans cette histoire, comme dans toutes les autres, JE dois faire tous les effort pour sauver mon couple, je dois vivre avec ce qu'elle a fait. Elle n'a pas constamment des images de moi dans les bras d'une autre femme, à l'embrasser. Bon, en même temps, elle me dit ne pas être aussi jalouse que moi et ne vivrait pas mal cette situation, je ne sais pas comment c'est possible, mais c'est vrai, elle me l'a déjà prouvé.
L'état de grâce du cocu : à lui de faire tout le boulot pour ce qu'il n'a pas demandé et ce que l'autre a foutu en l'air.
Déjà prouvé ? Quoi ?

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 Si c'est insurmontable pour toi (ce qui est concevable) alors il vaudrait mieux réfléchir à la suite, ou pas.
En tout cas il semblerait que ta femme apporte les garanties à minima pour une reconstruction saine.
C'est assez rare.

<<<ah bon ? Mais oui, c'est ce qu'elle fait, et même plus depuis.
Confirmation : c'est rare.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:03 Là, les fêtes, les congés, les moments ensemble, ça rapproche et permet de penser à autre chose. Il y a 3 semaines, tu m'aurais donné une pilule magique qui fait passer de vie à trépas en une seconde sans douleur, je l'aurais avalée sans réfléchir.
Le millepertuis a ses limites... :deal:

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:10 Ça fait combien de temps la découverte pour toi ?

<<<environ 6 mois. C'est tout frais encore. Et la rancoeur sera toujours présente, atténuée, mais présente je pense.
Ca se transforme aussi.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:10 Je sais pas à quoi servent les liens que je donne s'ils ne sont pas lus. :oops:

<<<désolé SP. Je les lis la plupart du temps. Mais tellement de choses en tête en même temps.
Pour ça que j'ai opté pour des réponses courtes du coup.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:10 Trompé, c'est un irrespect des règles et conditions établies.
Très bien.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:10mais ce que je voulais dire, c'est que si les êtres humains étaient éduqués dès leur enfance pour ne pas s'enfermer dans ce que tu appelles un contrat amoureux, il n'y aurait plus d'entorse possible à ce contrat, et donc plus de souffrance liée à une forme d'infidélité. Quel que soit l'acte (danser, embrasser, dormir, baiser, etc), rien ne serait perçu comme une tromperie, une trahison, et donc tout le monde serait heureux.
Et tu penses que sans une société dans règle, tout le monde serait plus heureux ?
En fait voilà ce qu'il risque de se passer : la loi du plus fort.
A toi de voir si vraiment ce serait souhaitable.
Pour toi peut-être, mais pas pour le plus grand nombre.
D'autre part, même si on fabriquait une société bonobo avec une disparition totale du sentiment amoureux, il y aurait quand même des règles.
Donc des tromperies.
Ton idée n'est pas réaliste mais je comprends pourquoi tu l'énonces.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 D'autant plus qu'en général, le couple s'engage dans des conditions à respecter dans leur libertinage.
Voilà.
Même si ces règles ne sont pas les mêmes pour tous.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 <<<probablement. Moi, je pensais à un moment, et d'ailleurs j'allais soudainement mieux en y croyant avec conviction, jusqu'à ce que mon épouse balaie l'idée du revers de la main sans même en discuter, que si elle acceptait maintenant de rencontrer, draguer et coucher avec pleins d'autres hommes, y compris devant moi, d'une part je dédiaboliserai et dédramatiserai ce qui reste finalement qu'un contact entre deux corps, d'autre part, son infidélité passée serait noyée dans toutes ses relations extra-conjugales à venir...
J'ai pas bien compris.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 - le libertinage n'est qu'une histoire de sexe et de liberté sexuelle.

<<<encore heureux. Si des sentiments s'y mêlent, le danger est extrême.
Ben non, les polyamoureux, c'est bien une question de sentiments pluriels.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 - le libertinage ne remplace jamais le sexe dans un couple, il le complete

<<<il vaut mieux, sauf à fantasmer sur l'idée de ne plus avoir aucun rapport avec son conjoint, ce qui existe.
C'est le problème de ceux qui souffrent du complexe de la madone et la putain.
Sexe de piètre qualité dedans, débridé dehors.

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 dans tous les cas contraire, les couple explose littéralement... et quant je dit exploser, ce n'est pas qu'une image, n en a vu en club renter en couple et sortir divorcé...

<<<mdr. Comment tu sais ça ?
Ce sont les paroles de franck57 qui sait de quoi il parle.
Il confirme ce qu'un patron de club libertin m'a également confié.
Les témoignages sur le net.
Donc...

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 Je pense aussi que je me sent trompé non pas par le fait qu'elle ai couché avec ce type (apres tout elle a couché avec des dizaine de type, en ma présence ou non), mais surtout par le fait qu'elle l'ai fait dans mon dos et a un moment ou j'aurai voulu qu'elle ai la force de dire non.

<<<oui, c'est sûr, elle n'aurait pas dû le faire dans son dos, par contre lui reprocher de l'avoir fait à un moment où elle aurait selon lui dû avoir la force de dire non, c'est exagéré : comment pouvait-elle savoir, alors que le reste du temps il l'envoie baiser avec d'autres, que ce jour là elle aurait dû se retenir ?
Parce qu'ils communiquent et qu'ils ont des règles.
Qu'est-ce que tu ne comprends pas ?

tous sauf moi a écrit : ven. 30 déc. 2022 10:18 <<<j'ai plus de mal avec le polyamour. Je dois être trop classique, mais si on peut être attiré à un moment par une autre personne que son conjoint, l'amour lui doit être réserver qu'à une personne, il faut faire un choix. Je ne supporterais pas que ma femme AIME un autre homme que moi en même temps, d'ailleurs sans se l'avouer, elle aurait forcément une préférence pour l'un de nous deux, et la nouveauté l'emporte souvent...
Je n'ai pas de réponse solide à ce sujet mais mes hypothèses rejoignent ce que tu pressens.
Après les gens font ce qu'ils veulent.
Mais dans tes réserves tu vois bien que ton idéal ignore totalement la nature humaine : on ne peut pas vivre sans règle. Même si elles sont implicites.
La recherche du zéro souffrance car zéro amour est probablement vouée à l'échec...

Aussi, il te faudra trouver une autre issue que celle du chaos amoureux.
:fleur
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 312
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Tromper sans sexe

Message par Deg »

Salut,
Sans Prétention a écrit : ven. 30 déc. 2022 12:38 Déjà prouvé ? Quoi ?
+1
Sans Prétention a écrit : ven. 30 déc. 2022 12:38 tous sauf moi a écrit : ↑ven. 30 déc. 2022 10:03
Et quand elle te dit qu'elle a plus peur de te perdre que la maison, si c'est sincère bah ça prouverait qu'elle t'aime un tant soit peu.

<<<oui, c'est sûr...à condition qu'elle le pense, et que ce n'est pas un stratagème pour justement conserver son petit confort.
Pour ça que je disais "si c'est sincère".
Pis le meilleur moyen pour elle d'être sûre de ne pas prendre le risque de perdre la maison aurait été de ne rien te révéler non? C'est pas comme si c'était toi qui l'avait démasquée (ou alors j'ai raté un épisode?).
Sans Prétention a écrit : ven. 30 déc. 2022 12:38 <<<les symptômes sont là, j'en ai conscience, mais je me refuse à me médicamenter pour autant. J'ai connu des phases dépressives par le passé, en raison essentiellement de mon travail, et de ce que j'en ai retenu, c'est que pour s'en sortir, seuls le mental et la volonté fonctionnent !

C'est exactement ce qu'il faut faire pour ne pas s'en sortir.
Grave. La preuve
Sans Prétention a écrit : ven. 30 déc. 2022 12:38 tous sauf moi a écrit : ↑ven. 30 déc. 2022 09:51
Les psy, les médicaments, ça ne fait que cacher la problème sous le tapis, alors qu'il faut l'affronter.
Bah alors pourquoi tu prends du millepertuis si tu n'as besoin de rien à part de ta volonté?

Je suppose que ceux qui prennent des médocs auraient sans doute préférer s'en passer, et surtout ne pas en avoir besoin. Pour certains prendre un traitement est la seule solution transitoire pour survivre à des situations qu'ils considèrent comme insurmontables.
Ça peut éviter le suicide aussi dans certains cas.

Perso j'ai toujours refuser de prendre des médocs parce que comme toi je considérais que c'était pas pour moi, que c'était pour les faibles et que j'étais plus fort que ça.

Mais je me suis auto-médicamenté avec autres choses, et surtout sans suivi psy évidemment...(spoiler ça a pas été un succès).

Pour la première fois de ma vie je consulte un psy depuis quelques mois, et étonnement je prends rien comme traitement depuis, légal ou non.
Pour le côté légal personne a jugé utile de me prescrire quoique soit (j'étais étonné), et je "m'auto-médicamente" pas non plus par choix.

Ça se trouve tu n'as non plus besoin de médocs. :doute:

Le psy, je trouve pas que ça"cache le problème sous le tapis", au contraire. A mon avis ça serait plus le cas avec des médocs sans suivi.
Comme de picoler pour oublier. Oui sur le coup ça fonctionne mais le lendemain la situation est la même, forcément.
Un traitement ça soulage la douleur, c'est tout. Si tu prends des antalgiques tu auras moins mal mais ça guérira pas ta rage de dent.

Faire un travail psy, au contraire c'est exactement le contraire et ça permet ce que tu recherches: "affronter" le problème au lieu de le "cacher sous le tapis".

J'ai toujours été très septique sur cette démarche de psy, mais à force je me suis dit pourquoi pas. Pour l'instant aucun regret. J'attend rien de spécial de la thérapeute, pas de recette miracle ni de paroles qui seraient une révélation.
Ca me permet juste de m'astreindre avec les rdv réguliers de bosser sur moi de mon côté, c'est surtout moi qui essaie de faire le taff.
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 119
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Et quand elle te dit qu'elle a plus peur de te perdre que la maison, si c'est sincère bah ça prouverait qu'elle t'aime un tant soit peu.

<<<salut Deg ! Evidemment, mais une femme peut être fourbe pour obtenir ce qu'elle veut.

Pour ça que je disais "si c'est sincère".

<<<et comment le savoir quand on sait désormais que son épouse est capable de mensonge ?

Pis le meilleur moyen pour elle d'être sûre de ne pas prendre le risque de perdre la maison aurait été de ne rien te révéler non? C'est pas comme si c'était toi qui l'avait démasquée (ou alors j'ai raté un épisode?).

<<<ah oui, c'est pas faux, tu as raison. Non, je ne l'ai pas découvert, ou presque pas. En fait, elle m'explique depuis qu'elle voulait me faire mal en m'avouant certaines choses, mais ne pensait pas que je serai aussi effondré d'un acte commis plus de 20 ans en arrière.

Bah alors pourquoi tu prends du millepertuis si tu n'as besoin de rien à part de ta volonté?

<<<ça reste des plantes, ça ne peut pas faire de mal. C'est un plus.

Je suppose que ceux qui prennent des médocs auraient sans doute préférer s'en passer, et surtout ne pas en avoir besoin. Pour certains prendre un traitement est la seule solution transitoire pour survivre à des situations qu'ils considèrent comme insurmontables.
Ça peut éviter le suicide aussi dans certains cas.

<<<je n'en doute pas, mais dans la mesure du possible, j'essaie pour le moment de m'en sortir seul, de supporter les différentes phases.

Perso j'ai toujours refuser de prendre des médocs parce que comme toi je considérais que c'était pas pour moi, que c'était pour les faibles et que j'étais plus fort que ça.

<<<j'ai jamais dit ça ! Je ne blâme pas les personnes qui prennent des anti dépresseurs, et je ne les considère surtout pas comme faibles, seulement, je connais les effets de ces médicaments, et je ne veux pas les subir.

Pour la première fois de ma vie je consulte un psy depuis quelques mois, et étonnement je prends rien comme traitement depuis, légal ou non.
Pour le côté légal personne a jugé utile de me prescrire quoique soit (j'étais étonné), et je "m'auto-médicamente" pas non plus par choix.

Ça se trouve tu n'as non plus besoin de médocs. :doute:

<<<les deux seuls psys que j'ai consultés dans ma vie ont immédiatement voulu me médicamenter, comme s'ils ne peuvent pas faire sans !

Le psy, je trouve pas que ça"cache le problème sous le tapis", au contraire. A mon avis ça serait plus le cas avec des médocs sans suivi.
Comme de picoler pour oublier. Oui sur le coup ça fonctionne mais le lendemain la situation est la même, forcément.
Un traitement ça soulage la douleur, c'est tout. Si tu prends des antalgiques tu auras moins mal mais ça guérira pas ta rage de dent.

<<<tu as raison ! Mais rien ne me guérira des actes commis par mon épouse. Rien ne changera le passé. Il faut que je les accepte ou que je la quitte et espère ne plus y penser alors. Seulement, je crois que ce traumatisme a fondamentalement changé ma perception du couple, de la relation amoureuse, de la femme. PLUS JAMAIS JE NE FERAI CONFIANCE A UNE FEMME. Autrement dit, PLUS JAMAIS JE NE SERAI VRAIMENT AMOUREUX. L'amour n'existe pas s'il est si faible.

J'ai toujours été très septique sur cette démarche de psy, mais à force je me suis dit pourquoi pas. Pour l'instant aucun regret. J'attend rien de spécial de la thérapeute, pas de recette miracle ni de paroles qui seraient une révélation.

<<<exact ! Quelles paroles pourrait-il trouver pour calmer tes maux ?

Ca me permet juste de m'astreindre avec les rdv réguliers de bosser sur moi de mon côté, c'est surtout moi qui essaie de faire le taff.

<<<je ne vois pas sur quoi je pourrai bosser. Pour avoir discuter en privé avec SP, j'ai ouvert les yeux sur de nombreux aspects de ma personnalité, et je sais désormais ce que je dois travailler, sauf que mon humeur et donc ma motivation fluctuent selon les jours. Là, cela fait 15 jours que nous n'avons plus eu de rapports mon épouse et moi, et plusieurs jours que je suis distant. J'ai l'impression de ne plus ressentir de l'amour pour elle, comme si la déception prenait le dessus. Je visualise constamment cette nuit dans ses bras, et je n'arrive pas à admettre que ça ait eu lieu et qu'elle ait pu me faire ça, à moi, pas elle. Donc je suis dans le rejet. Si cette sensation ne passe pas, je ne donne pas cher de mon couple. Quel gâchis.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3528
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Tromper sans sexe

Message par Sans Prétention »

tous sauf moi a écrit : dim. 22 janv. 2023 18:58 je ne vois pas sur quoi je pourrai bosser. Pour avoir discuter en privé avec SP, j'ai ouvert les yeux sur de nombreux aspects de ma personnalité, et je sais désormais ce que je dois travailler, sauf que mon humeur et donc ma motivation fluctuent selon les jours.
Oui je confirme.
Et j'ai aussi dit de se faire suivre.
A suivre...
:fleur

PS de SP : Le millepertuis est indiqué en cas de dépression légère, mais pas lorsque c'est grave.
Et le mélange avec d'autres substances peut être dangereux.
Maintenant si tu gères...
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Help120222
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 222
Enregistré le : lun. 27 juin 2022 16:39

Re: Tromper sans sexe

Message par Help120222 »

Coucou,
Je teste ArkoRelax Moral+.
Il y a du Safran, du Rhodolia, vitamine B6, Tyrosine (précurseur de Dopamine) et Tryptophane (précurseur de Sérotonine) et j'ai du xanax 0.25 en cas de crise d'angoisse.

Je me sens mieux.

Bonne soirée 🙏
Certains hommes possèdent une perle précieuse... mais ils préfèrent aller jouer avec des cailloux...
Avatar du membre

Auteur du sujet
tous sauf moi
Cornes d'Argent
Cornes d'Argent
Messages : 119
Enregistré le : jeu. 25 août 2022 18:23

Re: Tromper sans sexe

Message par tous sauf moi »

Help120222 a écrit : dim. 22 janv. 2023 20:00 Coucou,
Je teste ArkoRelax Moral+.
Il y a du Safran, du Rhodolia, vitamine B6, Tyrosine (précurseur de Dopamine) et Tryptophane (précurseur de Sérotonine) et j'ai du xanax 0.25 en cas de crise d'angoisse.

Je me sens mieux.


<<<<eh ben ! Ca en fait des choses ! Il ne te manque plus que les anti-dépresseurs. Avec l'EMDR en plus. Et pourtant, j'ai l'impression que, comme moi, tu oscilles dans tes humeurs et dans tes émotions. Moi, j'ai l'impression de devenir insensible à tout. Toi aussi tu as la sensation que plus rien n'est vraiment important ?
Avatar du membre

Help120222
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 222
Enregistré le : lun. 27 juin 2022 16:39

Re: Tromper sans sexe

Message par Help120222 »

Bonsoir TSM,

C'est la composition de ArkoRelax que j'ai donné. Juste 2 comprimés le matin. Ça m'évite de prendre justement des antidépresseurs.
Avec l'EMDR, j'avance et je me guéris. Plus rien ne sera comme avant. Mon mari et moi le savons parfaitement. Mais nous nous aimons et notre couple mérite de poursuivre son chemin.

Je crois que tu devrais te faire aider pour avancer dans ton deuil et ta reconstruction avec ton épouse. Je crois que tu traverses une phase dépressive d'où ton sentiment que plus rien n'a d'importance. Enfin je suppose. Je ne suis pas psy.

Bon courage à toi TSM et merci pour ton message.
Prends soin de toi 🙏
Certains hommes possèdent une perle précieuse... mais ils préfèrent aller jouer avec des cailloux...
Répondre