Une femme qui gagne plus que son mari a-t-elle plus de chance d’être cocue ?

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateurs : Dom3, Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 633
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Une femme qui gagne plus que son mari a-t-elle plus de chance d’être cocue ?

Message par Eugene » mar. 6 juin 2017 11:39

Existe-t-il une corrélation entre les différences de salaires et l’adultère ? C’est l’une des questions posées

Aujourd’hui, 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 ont déjà été voir ailleurs. Une estimation de source sûre : elle provient d’une en — quête commanditée par une célèbre plateforme de rencontres dédiée à l’adultère. Mais la relation extraconjugale n’en est pas pour autant plus admise : 91 % des gens estimeraient que tromper est plus immoral que de cloner un humain.

Qu’est-ce qui pousse alors à franchir la limite ? La routine au lit, l’envie de nouveauté, des frictions dans le couple... chacun trouvera sa foule de bonnes raisons de faire le « mauvais » choix. Le salaire en est-il une ? Gagner plus ou moins que notre partenaire peut-il nous mener sur le chemin du péché ? Question a priori biscornue dont la réponse mérite pourtant qu’on s’y attarde...

Méthode

Un chercheur américain s’est basé sur une enquête réalisée auprès de 9 000 jeunes, chaque année pendant 15 ans, qui comprenait des questions sur le statut professionnel, le niveau de revenus, la situation conjugale et le comportement sexuel. Il a sélectionné 2 757 hommes et femmes mariés a n d’analyser les rapports possibles entre les revenus et l’adultère.

Or nulle part dans ce questionnaire n’était demandé si la personne avait déjà trompé sa moitié. Pour le savoir, le chercheur a tout simplement croisé les données : il était demandé si la personne avait eu plus d’un partenaire durant l’année écoulée et s’il avait fait l’amour avec un étranger. Si les réponses étaient oui, et que la personne était mariée depuis 2 ans ou plus, c’est qu’elle était adultère ou échangiste – ce qui, statistiquement, est beaucoup moins probable.

Résultat

On le savait déjà, les hommes tromperaient plus que les femmes. Surtout s’ils gagnent moins que leur épouse : la dépendance financière les pousserait à aller voir ailleurs. Et pas qu’un peu : une femme qui entretient son mari aurait 5 fois plus de chance d’être cocue que celle qui ne ramène pas plus d’argent à la maison que lui.

Pour le chercheur, il s’agirait d’un acte de « compensation virile » : l’homme qui ne ferait pas bouillir la marmite comme un homme, un vrai, est censé le faire, compenserait en adoptant un autre comportement masculin stéréotypé – aller forniquer ailleurs.

Du côté des femmes, c’est l’inverse : moins elle est dépendante financièrement, moins elle semble tentée par un coup de canif dans le contrat. Là aussi, ce serait dû à la pression des stéréotypes de genre : comme elle sort déjà des sentiers battus en ramenant plus d’argent que son homme à la maison, elle ne se permettrait pas en plus d’être aussi goujat que lui.

Conclusion

À la longue liste des fausses bonnes raisons de mener une double vie s’ajouterait donc la dépendance financière : plus un partenaire est à la charge financière de l’autre, plus il semble prêt à s’octroyer du bon temps avec quelqu’un d’autre. Même si la tendance est beaucoup plus marquée chez les hommes, cela vaut aussi pour les femmes qui deviendraient, elles, sages comme des images quand elles ont le portefeuille plus fourni que leur mari.

Source : Munsch, C. L. (2015). Her support, his support: Money, masculinity, and marital in delity. American Sociological Review, 80(3), 469-495.


Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre