L'âge où votre partenaire aurait plus de risques de vous tromper.

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateurs : Dom3, Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 651
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

L'âge où votre partenaire aurait plus de risques de vous tromper.

Message par Eugene » mer. 13 sept. 2017 17:26

Une nouvelle étude menée par l’Institute for Family Studies, a révélé quel est l’âge où votre partenaire risque le plus de vous tromper.

20% chez les personnes de plus de 55 ans

Selon les recherches récentes, les hommes et les femmes sont plus susceptibles de tromper leur conjoint(e) l’année précédant un grand anniversaire, par exemple 29, 39, 49 ou 59 ans . Mais l’étude révèle que 20% des personnes mariées de plus de 55 ans ont eu des relations extraconjugales (chiffre en hausse depuis 2000), comparé à 14% chez les moins de 55 ans (chiffre en baisse). Ainsi, la plupart des personnes qui avouent tromper leur partenaire sont mariées depuis 20 ou 30 ans . "La plupart des Américains mariés restent attachés à la monogamie, mais la différence d'âge croissante est remarquable et statistiquement significative ", s’étonnent les chercheurs.

Pourquoi ? Les chercheurs expliquent cela par la révolution sexuelle (années 1960-1970) : "Les personnes nées entre 1940 et 1959 ont les taux les plus élevés de sexe extraconjugal. Ce sont les premières générations à avoir vécu lors de la révolution sexuelle , donc il est compréhensible qu'elles aient plus tendance à avoir des relations sexuelles avec une personne qui n’est pas leur conjoint(e) . Il y a sûrement une expérience directe avec les années 1970 et avec la non-monogamie ". Ainsi, les personnes qui n’ont pas connu cette révolution sexuelle auraient peut-être moins tendance à vouloir tromper leur conjoint(e).

Le divorce après une relation extraconjugale

Selon les résultats de l’étude, le fait de tromper son conjoint(e) chez les personnes mariées ayant la cinquantaine ou la soixantaine amène à un plus grand nombre de séparations. Ici, l’adultère semble être à la fois cause et conséquence d’un mariage défaillant . Les chercheurs s’interrogent : serait-ce parce que cela fait au moins 20 ou 30 ans qu’ils sont avec leur conjoint(e) ou bien est-ce parce que cet âge favoriserait l’envie d’une exploration sexuelle ?

En revanche, les personnes plus jeunes ( 30 ans ou moins ) ou plus âgées ( 70 ans et moins ) ont moins de risques de subir un divorce.

Approuver l'infidélité ?

Les chercheurs de l’étude se demandent si la prolifération de certains médicaments pour la dysfonction érectile , comme le viagra par exemple, ne serait pas responsable de ces chiffres. De plus, ils ont pu observer certains changements d’attitude entre 2000 et 2016 chez les différents groupes d’âge : le sexe en dehors du mariage est toujours mal vu, mais beaucoup moins qu’avant . Ce sont les américains les plus âgés (60, 70 et 80 ans) qui pensent le plus cela, tandis que d’autres blâment toujours les relations extraconjugales.

Le polyamour, c'est-à-dire des relations extraconjugales menées avec le consentement explicite du/de la conjoint(e) , a vu le jour il y a moins de 30 ans et pourrait également expliquer les résultats de l’étude. Les chercheurs ne peuvent cependant pas l’affirmer, car on ne sait pas si la relation libre peut maintenir la cohésion d’un couple.

3/4 des infidèles veulent rester en couple

En 2013, le site de rencontre extraconjugale Entre-Infidèles.com avait publié la première édition du "Baromètre de l’infidélité". Selon les résultats, Les 3/4 des infidèles n'envisagent pas sérieusement leur vie sans leur couple . Certains restent proches de leur moitié, sans voir dans leur comportement le signe irrémédiable d'une séparation annoncée . D'autres estiment que l es hauts et les bas font parties de la vie, et attendent des jours meilleurs en se consolant avec d'autres partenaires. Une minorité reste malgré tout éperdument amoureux de leur conjoint(e) et ne le trompe pas par manque d'amour. Par contre ce sont 18% des infidèles qui avouent ne rester que par habitude : ils n'ont plus rien à offrir à leur conjoint(e), plus rien à se dire, et ne partagent plus grand chose.


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre