Une étude révèle le lien entre adultère et fiabilité au travail

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateur : Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 697
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Une étude révèle le lien entre adultère et fiabilité au travail

Message par Eugene »

Les patrons d’entreprise et cadres supérieurs qui font des cachotteries sur le plan personnel sont aussi ceux qui ont des choses à se reprocher au travail, révèle une très sérieuse étude universitaire américaine relayée par Bloomberg.

Les dirigeants d’entreprise et membres du «top management» qui sont irréprochables dans leur vie personnelle le sont également au travail. À l’inverse, des individus qui ne sont pas exemplaires en privé - cachotteries, tricheries, mensonges - ont toutes les chances d’agir également de cette manière chaque jour au travail... C’est à cette provocante conclusion que nous amène une étude universitaire américaine réalisée par des professeurs de finance de l’Université du Texas à Austin et de l’Université Emory, dévoilée par Bloomberg. Pour établir cette corrélation entre adultère et inconduite au travail, les professeurs se sont penchés sur les utilisateurs du site Ashley Madison, réservé aux personnes mariées qui souhaitent avoir une relation ou des «rencontres discrètes». Un équivalent du site Gleeden.

En 2015, une faille informatique avait rendu publics les noms et données personnelles de plus de 30 millions d’utilisateurs. Parmi ces utilisateurs, les chercheurs ont travaillé sur quatre groupes spécifiques, pour un total de 11.000 personnes: les courtiers, les dirigeants d’entreprise, les «délinquants en col blanc» et les officiers de police. «Notre étude indique clairement que ceux qui trichent dans un contexte sont également ceux qui trichent dans d’autres», explique le chercheur John Griffin, spécialiste des enquêtes sur les fautes dans les milieux financiers, notamment à Wall Street. Les auteurs se défendent toutefois de vouloir «débattre de l’éthique ou de faire la morale aux gens.»

Filouteries d’entreprise et goujateries

Ces résultats ont été déduits à partir d’une matière qui a longtemps été inaccessible en dehors des conseils d’administration et des murs de l’entreprise: la vie personnelle des dirigeants, des cadres, et de l’ensemble des collaborateurs. Mais le mouvement #MeToo a considérablement changé la donne. Des patrons ont ainsi été licenciés: Leslie Moovnes de la chaîne CBS par exemple, ou Steve Wynn de Wynn Resorts, précise Bloomberg. Les gougnafiers dans la vie privée sont aussi ceux qui font des erreurs dans le business et/ou dans les codes de leurs professions respectives...

Ainsi, si l’on détaille davantage les résultats de l’étude, on s’aperçoit par exemple que les membres de la direction ou du top management et les directeurs financiers qui avaient des comptes actifs sur le site Ashley Madison étaient par exemple deux fois plus susceptibles d’avoir commis une inexactitude financière ou de faire l’objet d’un recours collectif en valeurs mobilières entre 2008 et 2014, précise encore Bloomberg. Les chercheurs ont également dû faire face à quelques obstacles d’ordre logistique: les potentiels faux-utilisateurs de la plateforme de rencontre. Ils se sont donc exclusivement concentrés sur les clients dont l’adresse correspondait à un numéro de carte de crédit...

Davia Temim, fondatrice du cabinet de conseil en crise Temin & Co. à New York, conclut avec ces mots, pour insister encore davantage sur la fiabilité de ces données: «Si vous êtes assez idiot pour indiquer votre réelle identité sur un tel site, c’est que vous êtes également assez idiot pour faire d’autres erreurs.»

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre