Sexualité: grossesse et adultère, un classique

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateur : Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 697
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Sexualité: grossesse et adultère, un classique

Message par Eugene »

Question: «Ma meilleure amie soupçonne fortement son mari de l’avoir trompée pendant sa grossesse. Aujourd’hui que je suis enceinte, je me demande si c’est fréquent et pourquoi (même si concrètement je n’ai pas de raison particulière de m’inquiéter).» Alexandra, 32 ans

Réponse: Ce n’est heureusement pas la norme, mais bien sûr cela arrive, comme à d’autres moments de transition ou de remaniement de la relation.

J’ai reçu des hommes et des femmes qui avaient eu des relations extraconjugales pendant la grossesse pour bien des raisons. On peut facilement imaginer la situation classique du conjoint qui se sent délaissé ou frustré si les câlins se font plus rares pendant la grossesse ou pour qui cet éloignement sexuel signifie se sentir moins aimé, rejeté; parfois, les changements hormonaux tendent la relation.

Une autre histoire récurrente est celle de la personne qui, même en ayant désiré ce bébé, se sent soudain inexplicablement prise au piège, face à une sorte d’échéance qui signe la fin de la vie d’avant. Le discours de ces gens se focalise sur les nouvelles contraintes et responsabilités qu’elles appréhendent et se forme le sentiment de devoir «profiter tant que c’est encore possible» de la phase pré-enfant… pour multiplier les conquêtes, se sentir plus largement désirable.

Doutes et vulnérabilité

Pour beaucoup, cette douloureuse prise de conscience qu’il faut faire le deuil de la phase adolescente est décalée et apparaît à ce moment-là plutôt que lors de la formation du couple, l’emménagement ou le mariage.

Autre variante, la crise identitaire autour de la paternité ou de la maternité. Les questionnements surgissent sur les capacités et les points de référence (les modèles parentaux notamment). Les doutes sur un schéma familial heureux surgissent et menacent de tout envahir… la porte de sortie est choisie inconsciemment pour pallier les angoisses. Dans d’autres cas, c’est de soudain imaginer l’autre en tant que parent qui bloque l’érotisation dans le couple et rend la personne vulnérable aux échappatoires.

Finalement, on pourrait dire que les émotions négatives liées à cette période (se sentir moins désiré ou important, angoissé par la phase de vie qui s’annonce ou par les nouveaux rôles à jouer) sont évacuées au travers d’une liaison plus ou moins longue. Il appartient aux deux personnes de dialoguer, d’explorer comment cheminer en accordant une place à toutes les émotions, y compris les moins joyeuses, à l’intérieur du couple.

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre