La science explique pourquoi nous ne sommes pas monogames

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateur : Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 717
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

La science explique pourquoi nous ne sommes pas monogames

Message par Eugene »

Affirmer que nous sommes monogames est d’une naïveté formidable. En fait, selon la science, c’est le contraire.

Bien qu’il y ait des études qui ont essayé de prouver que les personnes fidèles sont plus intelligentes, d’autres disent le contraire.

Beaucoup de ces études ont été publiées par la biologiste et anthropologue Helen Fisher, qui dit que la monogamie n’est rien de plus qu’une construction sociale.

Et ce n’est pas tout, Fisher est tellement pessimiste à propos de l’amour que dans l’une de ses célèbres conférences TED, elle a assuré que ce sentiment n’était pas une émotion. L’amour, en revanche, répond à un stimulus cérébral lié à l’accouplement et à la reproduction. Ce qui explique en quelque sorte pourquoi la fidélité est une invention.

La monogamie est, selon le docteur en anthropologie, à la fois une stratégie de contrôle des naissances et une manière “civilisée” de contenir les pandémies sexuelles. Certaines études, menées par Fisher, ont montré que 40% de la population masculine aux États-Unis était infidèle, tandis que la population féminine ne l’est qu’à hauteur de 25%.

D’autre part, l’amour romantique, a expliqué Fisher, est une excuse pour rester avec une personne et conserver l’énergie reproductrice. Autrement dit, l’attachement que nous générons envers une autre personne n’est qu’une excuse inconsciente pour avoir un enfant et rester ensemble pour l’enfance.

De plus, l’infidélité, que cela nous plaise ou non, est une réalité dans presque toutes les cultures. Dans presque toutes les sociétés, l’infidélité est un comportement courant lié à divers problèmes sociaux. Il peut s’agir aussi bien des problèmes économiques, émotionnels, psychologiques que culturels.

L’infidélité n’est pas un acte mauvais ni égoïste. La plupart des infidèles ne savent pas comment l’exprimer mais l’une des principales raisons qui les poussent à la faire est la frustration. Cette frustration est liée à un besoin émotionnel et au désir de se sentir aimé. Les infidèles le sont parce qu’ils croient d’une manière ou d’une autre qu’ils vivent une sorte de chagrin avec leur partenaire et qu’ils se sentent incompris.

Une étude de l’Université de Bighamton a noté que l’infidélité pouvait être une maladie génétique. Selon cette étude, il pourrait y avoir certains gènes liés à l’infidélité car notre configuration anatomique contient une variation génétique.

En conclusion : nous sommes infidèles parce que nous sommes génétiquement conçus de cette manière et parce que notre environnement génère les conditions pour que nous le soyons.

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2937
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: La science explique pourquoi nous sommes si violents envers notre espèce

Message par Sans Prétention »



Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Répondre