(Se) reconstruire (ou la vie comme un mouvement...)

Il n'existe pas une infidélité, mais des infidélités Vous trouverez dans cette rubrique une compilation à expériences... Un verbatim, de témoignages choisis

Modérateurs : Dom3, Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2526
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

(Se) reconstruire (ou la vie comme un mouvement...)

Message par Sans Prétention » lun. 4 avr. 2016 08:30

altigan a écrit :Dans mon cas il a eu regret sincère.
Néanmoins , il a fallut beaucoup de temps pour que ma femme accepte enfin de se voir comme elle était , et d'arrêter de me rejeter la faute.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?t=3292#p52324
altigan a écrit : C'est le problème majeur d'internet et de la communication qui va avec , c'est un sentiment d’immédiateté , si j'avais posté un message le jour ou j'ai appris l'infidélité de ma femme, alors je pense que j'aurai pu tenir des propos assez proches de ceux qui sont évoqués ici.
Aussi, les gens s'expriment et donnent des conseils , avec leur propres expériences , et c'est humain , mais je crois que dans le domaine de l'adultère ( comme dans beaucoup d'autres problèmes humains ) chaque cas a sa propre histoire. Je constate qu'en apparence les histoires se ressemblent ( je parle de l'adultère féminin, et de mon vécu en tant qu'homme), mais au delà des apparences immédiates, le vécu du couple est chaque fois différent suivant plusieurs facteurs (...)
Après avoir lu tous les messages de l'histoire de Jaguar , je pense fermement qu'il a eu raison de quitter sa conjointe et de refaire sa vie , je trouve ces personnes courageuses, d'avoir pu traverser des épreuves aussi dures , et de sortir a peu prés intact d'une vie avec une perverse , manipulatrice de surcroit.
Avec les conjoints, conjointes qu'ils (elles) ont eus, ils (elles) donnent des conseils influencés par leur propre vécu. Et je fais la même chose, c'est mon vécu qui parle.
C'est cela qui peut faire la richesse de ce forum.
En tout cas, ce que je constate dans mon entourage, c'est qu'il existe beaucoup de couples qui ont traversé ce fléau , mes parents, mes beaux parents , mon beauf et ma belle sœur, et qui ont surmonté cela, et avec du recul je crois qu'ils ont fait le bon choix.
C'est un peu comme au JT , on parle toujours des mauvaises nouvelles, car les bonnes n'intéressent personne.
Je suis donc là pour donner une touche d'optimisme, et peut être contrebalancer d'autres avis qui sont aussi valables que le mien.
En tout cas ceux qui s'expriment ici doivent être conscient qu'ils ont une grande responsabilité.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p52571
Gary77 a écrit :
jaguarboy a écrit :Je suis OK avec Gary, mon cher bumad... le verre recollé, c'est moche et ça fuit toujours !
Disons que des fois ça peut le faire, mais pour celà, juste apres la decouverte des cornes, il faut des conditions (comportement du conjoint, plus aucun contact avec l amant etc)
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =45#p38979
loulouu a écrit : A l'annonce de son infidélité nous avons mis tout de suite les points sur les i, ma femme m'a tout avoué; oui nous avons tout de suite parler des faits (le pourquoi de cette histoire, la durée de cette relation, les relations sexuels, ...).Nous avions conscience que toute façon , il fallait le faire pour essayer de comprendre le pourquoi de toute cette histoire. Ca na pas été facile pour moi de me prendre en pleine face toutes ses vérités et pour elle de se remémorer ses mauvais moments. Comme dis dans mon précèdent message, notre facon de vivre et de voir la vie à pris un tournant a 180° (je voulais changer radicalement) et je peux dire que nous sommes plus heureux aujourdh'ui. Malgré tout, je reste à certain moments mal à l 'aise sur cette histoire et qui sur certains soirs te donne le bourdon; J'aime ma femme plus que tout et il en est de même de son côté. De ne plus en parler, vient surtout de l'idée d'éviter de remuer de nouveau la merde, de laissé le passé derrière nous et d'avancé vers l'avenir...mais malheureusement ce n'est pas toujours facile. (...) j'aime ma femme et que c'est complétement réciproque. Ca été une grosse erreur de sa part et je pense qu'elle a tjs été sincère avec moi quand elle m'a dit qu'elle m'a tjs aimé ...je me réconforte sur mon quotidien, sur ma famille, sur mes enfants et l'amour de ma femme pour surmonter cette lourde épreuve.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=3243#p51538
loulouu a écrit : j ai laissé une seconde chance à notre couple, car le jeu en vallait la peine. je n ai connu que ma femme (pour cela que la douleur a été intense et l est encore aujourdh'ui) et ses regrets ont été sincères et sans ambiguités. Je sais qu'elle à honte de son geste . J'ai mes deux boutchous qui m on aidés également avec ma famille. Mais je reste convaincu tout de meme et la est le paradoxe, que ma propre femme qui m a fait du mal, est celle qui m a aidé ET m'aide à me redresser. Aujourdh'ui, elle reste toujours attentive à mes coups de cafards. j'évite de lui en parler tout simplement pour ne pas qu'elle se sente accabler et éviter des soirées de pleures et en plus il n'est jamais bon de remuer la merde.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=3243#p51544
loulouu a écrit : ce que j'ai toujours voulu apporter avec mon histoire et mon simple témoignage, à tous les déçus que nous avons été, c'est qu'il est possible de laisser une seconde chance à son couple et sous certaines conditions : le respect, plus de mensonges, la sincérité, l'envie conjointe d'aller de l'avant, les regrets...ce sont à mon sens le minimum requis pour aider à reconstruire quelque chose de neuf.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =15#p51578
Manu a écrit : On fait souvent le choix de tenter pour ne rien regretter et cela est bien normal. Mais surtout comme tu le dis si bien, ne t'oublie pas, s'oublier par abnégation ca deviens vite de l'autodestruction...
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p32347
Matax a écrit : personnellement j'ai plus confiance aujourd'hui en ma femme qui a exprimé et qui exprime encore des regrets sincères, qu'en une nouvelle compagne que je serai susceptible de rencontrer et que je ne connais pas.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =45#p52612
Matax a écrit : L'infidélité contrairement à ce qu'on peut souvent entendre ne signifie pas forcément la fin du couple.
Bien entendu tout dépend des circonstances et des aspirations de chacun.
Dans votre cas, il est trop tôt pour prendre une décisions si importante! Il ne faut pas brûler les étapes, et traverser toutes les phases une à une comme un deuil..
Prenez le temps de discuter si la colère et le choc de l'annonce a diminué, posez-vous les bonnes questions. Qu'est ce qu'il manqué à ta femme dans sa vie de couple? 1er amour, elle n'a pas connu d'autre homme, l'erreur est humaine et si ensemble vous preniez conscience de ça rien est perdu.
Tout ceci peut faire grandir votre couple, si vous y arrivez il sera différent mais tout à fait viable, plus mûr, plus profond et moins "adolescent".
Si les deux personnes marchent dans la même direction en toute franchise la confiance reviendra mais le chemin est long et difficile, et l'issu incertaine. À vous de voir si une erreur de parcours peut foutre en l'air 13 ans d'amour.
Dans tous les cas ne te laisses pas influencer, prend du temps pour toi, essaye petit à petit de reprendre goût au chose simple, ne précipite pas les choses et tu auras tes réponses.
Et rappelle toi que nous sommes très nombreux à vivre la même chose, et que bien des couples s'en sortent.
Bonne continuation en espérant que tu trouves ta voie.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 033#p52016
uomo a écrit : Le thème de la confiance revient régulièrement sur ce forum et c'est plus que naturel. Moi-même je suis passé par la case "je ne pourrai plus jamais lui faire confiance". Je me suis même surpris à la suivre en toutes circonstance spour vérifier qu'elle allait bien voir sa copine ou diner avec sa cousine. J'en ai été malade et je n'étais vraiment pas fier de moi.
En fait, ce n'est pas la confiance en l'autre qu'il faut reconstruire. C'est la confiance en soi-même qu'il faut reconstruire... voire même, dans la plupart des cas, construire..
Si tu as été, comme moi, en parfaite confiance avec ta femme, peut-être l'as-tu été, comme moi, parce que tu avais certes une pleine confiance en elle, mais surtout, une pleine confiance en la place que tu occupais dans son coeur. Pour moi, la façon dont elle me voyait n'avait pas changé depuis le début : un bel homme, gentil, attentionné, charmant, avec des tas de défauts mais qui ne sont pas vraiment importants à ses yeux. A force de me l'entendre dire j'ai fini par y croire. Et comme c'est elle qui est venue me chercher au départ, ce n'était pas très difficile de croire à cette belle histoire.
En vérité, j'avais construit ma confiance en moi sur son discours me concernant, sur le fait que cette super woman m'avait choisi, moi, entre tous, m'avait épousé, moi, entre tous, et que ça voulait dire que j'étais vraiment un gars bien. Ses copines étaient toutes jalouses d'elle, soit disant.
Eh bien, lorsqu'elle m'a trompé, c'est sûr que la première chose qui m'a blessé, c'est le fait que je croyais que nous en étions comme deux faces de la même pièce, n'ignorant rien l'un de l'autre et pouvant avoir une confiance aveugle l'un en l'autre.
Mais ce qui m'a achevé, c'est le deuxième effet kiss cool, qui est venu juste après le premier.
Ca voulait dire que superman number one tombeur de cette dame était en fait un imposteur avec des chaussettes trouées. Elle m'avait menti. Je n'étais pas indestructible, infaillible, aimé au delà de toute mesure.
J'étais juste un pauv'type comme tant d'autres, qui s'est fait mettre 2 paires de cornes au milieu du front sans rien voir venir.
Et je n'étais plus alors ni beau, ni gentil, ni attentionné, ni rien d'autre. Et finalement toutes ses copines, pas jalouses pour deux sous, l'avaient prévenue dès le début que j'étais un tocard.
Alors comme j'avais cru à la première version, j'ai cru encore plus fort à la deuxième.
Et le fond de la seine s'est mis à avoir des propriétés gravitationnelles inédites pour moi... en bref je n'avais plus le goût de vivre, n'étant même plus assez bien pour être un moins que rien.
Eh bien dans la seine comme ailleurs (c'est une image rassure toi), il y a un fond, et quand j'ai touché ce fond, j'ai commencé à remonter.
Avec l'aide de mes amis, de ma famille, de ma psy, de ce forum (MERCI LES AMIS) j'ai commencé à apprendre que j'avais vraiment de la valeur, moi, tout seul, indépendamment du regard de ma femme ou de toute autre nénette.
Et petit à petit j'ai appris à me détacher de leur regard à eux aussi.
Et j'ai réussi à retrouver qui j'étais vraiment, et en retrouvant ça j'ai retrouvé une certaine confiance en moi.
C'est cette confiance qui me fait dire que c'est elle qui a fait une erreur en me trompant, puis en récidivant, puis en croyant que j'allais attendre comme un toutou que madame ait sa petite vie et ses petites aventures tout en lui rapportant un salaire confortable, et en l'aidant à faire les courses.
Elle pensait même que j'étais tellement désespéré d'avoir un enfant avant d'être "trop agé", j'accepterai tout d'elle et que je ne la quitterais jamais. Je l'ai entendue le LUI dire au téléphone.
Eh bien non. Au final avec ma confiance, j'ai retrouvé ma fierté. J'ai reconsidéré l'histoire qui s'est produite avec ses amants.
Je me suis rendu compte qu'elle s'était donnée à un quarantenaire désabusé obnubilé par sa réussite professionnelle et qui ne voulait plus s'engager. Puis un divorcé en goguette loin de son pays qui collectionnait les voitures de sport, les soirées en clubs lounges et les pétasses en mal de sensations.
Tu sais quoi. J'ai eu de la peine pour elle. Sincèrement. Foutre en l'air une relation avec un mec comme moi pour deux blaireaux comme eux.... J'ai vraiment eu de la peine pour elle. Je l'ai vue se démener, se faire larguer par l'un, baratiner par l'autre, souffrir, se raconter des histoires, me raconter des histoires, raconter des histoires à sa famille et à ses amis pour sauver la face.
Et j'ai encore eu plus de peine.
Je n'ai même pas eu le coeur de rétablir la vérité auprès de sa famille et de ses amis.
Je lui ai juste dit : "tu sais, tu fais une connerie, ils te mènent en bateau ces mecs, tu ne te respecte pas en allant les voir. Si tu te respecte vraiment, laisse les tomber et vois si tu peux reconstruire avec un homme qui tient à toi sincèrement et en qui tu peux avoir confiance". Je ne savais pas encore si j'étais capable de lui pardonner son mauvais goût mais je n'avais plus honte de moi, je ne me sentais plus en compétition avec eux.
Elle est revenue, au bout de quelques semaines, elle a voulu me remettre dans le rôle de l'esclave de service qui est bien utile au quotidien mais pour qui on n'a plus de désir et un amour si fragile qu'il faudra du temps pour le ressentir à nouveau.
J'ai fait ce qu'il fallait pour qu'elle comprenne que je n'étais plus cet esclave et que je valais mieux que ça. Finalement je me suis aperçu que nous avions vraiment pris des chemins séparés et j'ai choisi de couper cette branche morte avant que l'arbre entier ne crève. Donc l'histoire ne dira pas si elle était de nouveau digne de ma confiance. Mais ce n'était plus le sujet.
Je lui ai laissé l'argenterie, le service en porcelaine, j'ai racheté la voiture au prix fort, j'ai vendu l'appart en minimisant les pertes et je me suis barré. Elle aussi. Et maintenant que nous sommes divorcés, il me semble quand nous échangeons quelques mots percevoir chez elle de l'amertume et de la jalousie sur le fait que je m'en sorte bien au final. Elle a même fait une remarque acerbe sur le fait que ma voiture, soudainement propre et rangée, l'avait été pour une autre femme. Manque de bol, non. C'était juste par respect pour moi même.
Maintenant, je sais que sans cette confiance EN MOI je serais aujourd'hui encore toujours son esclave, pendu à mes stratagèmes pour voir si elle me dit la vérité ou si elle continue à me mener en bateau.
(...)
Au final, la moralité de l'histoire, c'est que si tu arrives à reconstruire la confiance en TOI, pas en elle, tu sauras que quoi qu'elle fasse tu prendras toujours le bon chemin, celui qui te correspond le mieux.
Si elle fait les bons choix, tu resteras avec elle pour votre plus grand plaisir à tous les deux.
Sinon.... je ne te fais pas de dessin.
J'espère que cette longue explication ne t'aura pas perdu, en gros il faut comprendre que même accompagné, au final on est et reste seul devant la vie. Au moment de vérité, même quand quelqu'un t'aime extrèmement fort, il pourra toujours te décevoir, voire te trahir. La confiance ABSOLUE n'existe pas.
Mais ce n'est pas si grave. Quand on le sait, on attend des autres ce qu'ils peuvent donner. Rien de plus. Et on ne les en aime que d'avantage.
Forza!
Un uomo
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=2268#p32462
tropconfiante a écrit : mais il faut dire que grâce à ce travail sur notre relation, sur notre personnalité, nous formons depuis un an avec des hauts et des bas un tout autre couple: moins centrés sur soi,plus attentionnés! lucides! on a eu une telle frousse de se perdre complètement! on a pris conscience que sous la cendre il y avait de grosses braises! qu'il fallait souffler dessus! ne plus jamais laisser le feu s'éteindre! on a mis tous les deux cette priorité: notre couple est prioritaire! on veut finir notre vie ensemble.. on le VEUT tous les deux.. on sait qu'il y a des crises de mon côté maintenant toutes les 3 ou 4 semaines.. avant c'était toutes le semaines et au début tout le temps! on n' a fait que parler de ça pendant 2 mois!!
c'est dur de reconstruire très très dur.. on peut réussir.. à cette condition : le cocufieur fait des efforts aussi!!! surtout!!
il m' dit hier: je comprends maintenant à quel point j'ai été égoïste".
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p33164
sébastien a écrit : j'ai la chance d'avoir une femme qui a su complètement se remettre en cause, même s'il a fallu mon aide car elle avait vraiment pêté les plombs quelque chose de bien (je ne saurais jamais ce qui peut se passer dans la tête d'une femme enceinte, mais ça fait peur !) et le bourrage de crane par manipulation de ce fils de pute était ancré bien profond ! (il est pas futé ni intelligent mais je peux vous assurer que c'est un fin manipulateur, j'en ai fait moi-même les frais ! :bonk: )
Elle m'a tout de suite dit toute la vérité et il n'y a donc aucune raison que je ne la crois sur la date de leur 1ère relation dégueulasse.
Oui, mon couple est reparti. Pas comme avant, c'est sur, mais il est reparti pour de bon.
Je souffre toujours de la trahison et de toute cette obsession sexuelle qui reignait, mais je me raccroche tout de suite (quand j'y arrive) au fait qu'elle a changé, que si je déteste profondément la femme qu'elle a été, désormais je peux aimer celle qu'elle est devenue.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?p=3226#p3226
uomo a écrit : Si tu choisis de continuer sur la voie de la reconstruction il y aura à mon avis deux ou trois trucs à changer de ton côté... je te laisse le soin de parcourir le forum pour essayer d'apprendre de témoignages se rapprochant de ce que tu vis.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p33092
Usum a écrit :Bonjour chers ami(e)s,
Juste pour vous dire que tout est revenu à la normale de mon côté.

Pour ce faire :
  • Gros travail de dédramatisation : La Comédie Humaine ! Nul n'est parfait, pas même moi.
  • Bien comprendre que la responsabilité est souvent partagée même si les griefs nous incombent moins ;) Pour les hommes, il s'agit souvent du manque d'attention, d'écoute (souvent quand on est en dépression) mais attention à ne pas se comporter comme une fiotte non plus sinon elle ira chercher le mâle alpha ailleurs (P.S.: pas mon cas pourtant). Conseil de lecture : "How to be an alpha male". Quoi qu'il advienne au final, il faut en sortir grandi et cela passe par un important travail sur soi. Ne pas donc faire d'obsessions sur ce que l'on pourrait faire avec sa femme pour améliorer la situation (cela ne fait généralement qu'agraver la situation d'autant que nous sommes bouleversés), mais essentiellement travailler sur SOI ce qui par ailleurs augmente vos chances de redevenir le "Grand Attracteur".
  • Bien prendre en compte le comportement de l'autre. On "sent" si la personne est sincère et si la volonté de reprise est bien là. Evidemment, le conjoint peut des fois avoir un passif lourd (que l'on ne considère malheureusement jamais au moment du Grand Choix), familial inclus, ce qui amoindrit de fait les chances de stabilité du futur couple. Le sexe est un élément important: sans sexe (sauf exception), point de salut. Au final, risque à courir selon la sensibilité/fragilité de chacun et le passif de l'autre. Si une fois découverte, la situation perdure, il faut partir. On ne donne pas dans le masochisme.
  • Je conseille fortement une reprise en main de soi pour regonfler "positivement" l'égo qui déguste dans ces moments là : activité physique et surtout YOGA, le vrai (méditation essentiellement) ==> google "YOGANI". Le traumatisme va créer un "oedème" psychologique qui doit être résorbé et non pas alimenté (cf. plus bas), idéalement par la pratique de la méditation d'après mon expérience. Evitez les charlatans psychologues... rien de tel pour accélerer la "libération" de votre femme
  • Ne pas oublier non plus qu'il n'en va pas que de notre bien-être. Celui de nos enfants est en jeu et quoi qu'en disent certains psychologues, ils paieront la facture aussi à beaucoup de niveaux (cf. passif familial ci-haut), et lourdement pour la plupart. A juger selon la situation bien entendu.
  • Faire son deuil: bien évidemment ce ne sera plus comme avant mais rien ne dit que la suite ne sera pas meilleure. Le mariage est contractuel mais nous savons que de le "faire vivre" est chose plus compliquée.
Le gros point, c'est de ne pas boucler là-dessus, c'est à dire ne pas espionner (sauf si énormes "signaux"), ne pas s'attarder sur ce site pendant des lustres (ça ne fait que raviver les blessures).

Il faut donc tenter la reprise si l'on estime que les conditions nécessaires sont présentes et ne surtout pas craindre l'avenir. La porte de sortie est toujours à portée de main. Ceux qui méditeront comprendront la notion d'impermanence et en quoi elle aide à traverser les tempêtes de cette courte vie.

Bonne chance.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=3708#p57800
Yeyalel a écrit : et ca n'était plus beau pas terrible....et puis sans trop savoir pourquoi ni comment surement parce qu'a un moment il a pris conscience que je n'était pas acquise que je pouvais partir que je n'étais pas soudé a lui comme il le pensait,peut être parcequ'il a senti que mon couple ne me comblait plus que j'allais "nou" quitter....en tout cas quelque chose s'est passé et le phoenix a re née de ses cendres aujourd'hui je savoure le bonheur de pouvoir relever la tête de mon clavier pendant que je vous écrit et sourire en regardant mon homme et ma fille jouer tous les deux en me disant qu'ils sont beau qu'il es beau que j'ai envie de le prendre dans mes bras que je l'aime entierement comme a nos débuts qu'il est fou de moi trop pour risquer de me perdre un jour...il a fait unr erreur une grosse erreur mais il a compris...
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p15438
X periences a écrit : Cela fait 2 années et demi que j'ai vraiment aprpris les aventures de mon mari... Effectivement 1 annees n'est pas encore assez suffisante pour se relever completement car beaucoup de maux à panser des 2 cotés. Le cocufieur avec ses problemes existenciels et toi avec tes blessures à vifs... Je dirai que les premieres etapes est d'eclaircir les causes, et de bien travailler sur celle ci pour que toi ensuite soit remis en confiance vis à vis de l'autre et au fur et à mesure te guerrir petit à petit...
Tu dois te dire que le mal est fait !!tu ne peux pas revenir en arrière...
Je t'avoue que cela ne c'est pas passer dans le calme car nous passons tous apres cela par des phases d'ambivalences... Tres deroutantes mais il faut resister si tu est sûr de tes sentiments et sûr des sentiments de l'autre... Je dirais que la chose la plus essentielle pour toi est de pardonner mais pas pour l'autre mais pour toi pour retrouver la paix avec toi même.
et tout viendra ensuite... Par la suite tes priorités ne sont plus les mêmes, tu penses à toi avànt tu ne pensais que pour l'autre ... Maintenant tu te rends compte que toute ta vie tu voulais te faire Aimer par l'autre maintenant que veux te faire respecter... Et tu te rends compte que le respect amène à l'Amour.
En ce qui concerne l'autre qui n'as jamais culpabiliser pendant toutes ses années culpabilise seul, se sent sali, se dégoute, d'ailleur il ne veulent plus rentrer même en conversations dans cette période de luxure car ils se lavent pendant cette longue période de reconstruction et se sente bien et propre et une simple conversation du passé les resallissent ... Donc tu dois eviter maintenant de les replonger dedans pour ton equilibre aussi car ensuite ils sont déstabilisés mais pas avec l'envie de redevenir ce qu'ils ont étés mais avec la crainte que cela les rattrappent et de devoir inevitablement se relaver.... Car leur propreté est tres importante pour eux c'est devenu par la suite le plus important car ils se retrouvent purifiés et c'est leurs chemins qu'ils ne veulent plus bifurquer.
Au jour d'aujourd'hui notre couple est epanouie, plus de conversations, plus de transparence, plus d'amour, plus de d'empathie, plus de solidité car le sol est maintenant stable et on à construit notre bulle, bulle de jardin secret.... Bulle de nous et rien que nous... Alors bon courage à toi.. Mais le travail est bonnificateur pour toi car tu ne t'oublies pas. Et tu vis ici et maintenant.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f=21&t=3828#unread


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Avatar du membre

Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 643
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Re: (Se) reconstruire (ou la vie comme un mouvement...)

Message par Eugene » sam. 12 nov. 2016 09:10

Encasdemalheur a écrit :Pardonne moi la longueur du récit, mais tout ça pour te dire que même si on reste ensemble, et même en prenant l'engagement de ne pas recommencer à mentir, trahir, se foutre de la g****le du conjoint, pour moi ça ne s'appelle pas une reconstruction. La blessure mal cicatrisée est toujours la prête à saigner à la moindre occasion, L'oubli, n'en parlons même pas, c'est impossible ( aujourd'hui ça va faire 800 jours depuis la découverte de mon infortune et pas un seul de ces jours sans y repenser!). Quant à la confiance, difficile de répondre, c'est selon les jours!!!!
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 305#p62266


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre