De l'autre côté du miroir (ou Alice ça glisse au pays des ... )

Il n'existe pas une infidélité, mais des infidélités Vous trouverez dans cette rubrique une compilation à expériences... Un verbatim, de témoignages choisis

Modérateurs : Sans Prétention, Dom3

Répondre
Avatar du membre

Topic author
Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 2383
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

De l'autre côté du miroir (ou Alice ça glisse au pays des ... )

Message par Sans Prétention » lun. 4 avr. 2016 09:59

aie a écrit : J’ai été comme vous, j’ai souffert comme vous. Et puis je suis passée de l’autre coté du miroir. Et je ne m’en sens pas coupable. (...)
C’est bizarre, j’avais tellement dit que moi aussi je voulais, moi aussi j’y avais droit. Mais c’était qu’une vue de l’esprit. J’avais aucune idée de ce que ca faisait en vrai. Et j’ai pas fait expres, j’ai pas calculé ca. Un beau jour, à force de s’entraider, à force de se comprendre, à force de se réconforter, le cœur s’est remis à battre, doucement puis plus vite. Et puis des papillons ont colonisé mon ventre. Et puis les choses ont avancé tout doucement. Et puis l’envie d’en savoir plus, l’envie de se rencontrer. Et en même temps, le frein à main tiré de toute nos forces, les pneus qui commencaient à cramer mais rien à faire, l’envie, l’envie, l’envie, de se découvrir.
Voila, c’est tout simple. C’etait beau, c’était magique, c’etait suprenant, inconnu, grisant.
Les cocufieurs sont devenus cocus et n’ont pas plus compris que nous ne l’avions fait à l’époque, quand les rôles étaient inversés. Ils ont été blessés, meurtris, humiliés, comme nous l’avions été. Sans comprendre que ca n’avait rien à voir avec eux, que ca ne leur enlevaient rien. Sans comprendre que si nous en étions arrivés là, ils n’y étaient pas étrangers au départ mais qu’ensuite, une fois les sentiments amorcés, ils n’y avaient plus rien à y voir, sans comprendre qu’il n’auraient rien pu faire pour l’empecher.
J’ai pas honte, je me sens pas coupable, j’ai vécu une très belle histoire d’amour. Comme à un enfant ainé à qui on explique que le petit dernier ne lui enlève rien et que le cœur grossit pour contenir l’amour que l’on découvre, j’ai essayé d’explique, sans trop y croire. Et sans succes bien sur.
Je n’en aurais pas plus aujourd’hui auprès de vous. Il n’empeche, c’est ce que j’avais envie de dire. Toutes les histoires ne sont pas identiques. La mienne était comme ca(...)
Mais j’ai compris. Et j’ai plus mal. Je suis guérie. C’était pas si grave finalement.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 405#p42057
aie a écrit : Ca ne résout rien, ca n'enlève pas tout à fait le gout amer dans la bouche, à mon avis, mais ca apporte quelques choses plus fondamentales, je trouve:
- la conscience que tout ca n'est pas si grave finalement
- la certitude que quoi qu'il arrive, on peut survivre et même vivre et meme vivre bien
- la restauration de sa dignité et l'image de soi

Ca nous change du rôle de victime et ca efface la peur. Personnellement, ca m'a apporté l'idée que quoi qu'il arrive, ca ira, c'est pas la fin du monde.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =15#p42665
Bof a écrit : C'est aussi classique (excuse-moi mais si tu parcours le site, tu verras beaucoup de similitudes) le fait que si nous les cocufiés nous faisons de même, nous nous sentons diminués, salis à nos propres yeux.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 033#p52001
brassens a écrit :
jeu. 11 janv. 2018 21:03
Un jour en déplacement après avoir bu 3 verres (je ne cherche pas d'excuses derrière l'alcool, j'étais toujours conscient de ce que je faisais, juste désinhibé) , une fille m'a abordé et nous avons eu une relation. Je n'en suis pas fier, j'ai énormément culpabilisé dans les jours qui ont suivi. Je ne l'ai pas caché, j'ai rapidement avoué à ma conjointe. Cela m'a permis de savoir ce que l'on ressent vis à vis de l'autre. Bref, un deuxième reniement après ne pas être parti.

En fin d'année, une relation virtuelle s'est créée avec une autre femme. Je n'ai pas maitrisé, nous avons souhaité nous rencontrer. Nous sommes tombés sous le charme. Mais je ne voulais pas que les choses aillent plus loin avant d'avoir quitté ma femme. Ce que j'avais décidé de faire. Puis j'ai reculé, je ne pense pas que commencer une nouvelle relation en pleine séparation soit l'idéal. Je ne suis pas resté pour ma femme mais ma relation virtuelle méritait mieux.

Avec le recul, ces expériences étaient devenues inévitables, expérimenter m'a permis de comprendre certaines choses et de connaître les sentiments du trompeur. Je suis persuadé aujourd'hui d'être incapable de faire ce que ma femme m'a fait et dans le même temps elle est définitivement pas celle que j'espérais. Non parce qu'elle m'a trompé mais de la manière dont elle l'a fait.

Je suis plus que jamais assez libre personnellement prêt à partir mais je n'ai pas le courage de tout détruire
dragons28 a écrit : Pour me vanger j'ai couché avec une de mes ex. resultat je ne me sens pas mieu, ni pluus mal....
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?p=2308#p2308
empoisonnée a écrit :
jeu. 1 mars 2018 14:54
L'ironie du sort, c'est que quelques années plus tard, je l'ai trompée aussi (en fait des propositions j'en avais eu mais j'aimais mon mari et je n'aurais jamais voulu lui faire de la peine, après cette histoire, toutes mes valeurs se sont écroulées) et passer de l'autre côté n'a eu aucun effet reconstructeur.
Un jour où mon mari m'a insupporté pour une ânerie, je lui ai balancé le bébé : résultat, mon mari m'a fait une scène du tonnerre que j'étais inconsciente, et qu'il s'en doutait, et que je n'avais pas pensé aux conséquences etc... J'ai quand même pu lui balancer qu'on moins je n'avais pas pioché dans la famille.
fredisdead2 a écrit : Bien sur que ça regle rien , mais ça tu le savais sans qu'on te le dise, simplement un sentiment etrange, tu sais moi quand je suis sorti du lieu ou ça s'est passé , ce que je me suis dis? je me suis repeté en boucle comme un Régis, "vivant vivant vivant!!!!"
Moi mon conseil est simple, prends des souvenirs , des sensations, des odeurs , tout ce que cet homme peut et veut bien t'offrir et garde tout dans ta petite boite a secret, tu verras les jours moroses comme cette boite te servira.
Malheuresement pour moi, je n'ai pas fais comme toi , moi j'ai choisis quelqu'un de tres entouré allant jusqu'a etre proche de son entourage et je me suis grave accroché a elle, du coup dans ma petite boite a moi, il y a de la souffrance aussi mais c'est pas grave, le peu de soleil qu'elle a pu m'offrir , me suffit a rien regretter et a me rappeler que je suis vivant, que je peux plaire et que je vaux bien plus que ce que ma femme m'a fais.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =15#p42780
fredisdead2 a écrit : Je me suis reveillé à ses coté, heureux , et elle aussi, comme rarement nous l'avions été, seulement comme la plupart d'entre vous, nous n'etions pas le centre du monde, nous avions, elle comme moi, traversé l'enfer, pour nous, eux et nos proches , et on s'en était sorti et voila que nos coeurs ont implosés au moment ou il fallait pas, deux ans trop tard, car notre histoire est tout sauf une vengeance, on s'est rencontré a cause d'eux c'est vrai, le reste , ils n'y pouvaient rien, plus rien.
Mais , et la c'est vrai vous pouvez jeter vos sarcasmes sur notre lacheté, on a pensé a eux avant de penser a nous ,alors au milieu de la bombe atomique qu'on a laché chez elle comme chez moi , chacun a rejoins les siens .
Je suis heureux mes amis, heureux de respirer, de rire, heureux de voir ce que j'ai crée ici, heureux d'etre toujours avec elle, mais bon dieu je suis aussi heureux d'avoir vécu ça avec ma p'tite collegue de malheur du forum, pour rien au monde vous m'enleverez ça , bien sur j'aurai preferé ne pas faire du mal , à mon tour à mes proches comme aux siens, si importants pour moi, je l'ai changé, vraiment, elle m'a changé, vraiment, alors je souhaite a vous tous de vivre ça.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =15#p42784
Gary77 a écrit :Il faut se rendre compte qu'il y a un gouffre entre ce que ressentent le cocufieur et le cocu.
J'en parle par "expérience" puisque j'étais il y a longtemps de l'autre côté de la barrière (à 2 reprises).
Au tout début de notre relation (3 mois), j'avais trompé et quitté ma femme.
Au bout d'1 mois 1/2, elle a réussi à me reprendre, j'ai quitté l'autre pour elle.
Dans ma tête, cet épisode était terminé et puis c'est tout.
Mais elle en a souffert, elle m'a posé plusieurs fois les mêmes questions (celà dit, ce n'était pas non plus fréquent), et moi ça me gonflait car pour moi c'était fini, j'avais fait une erreur et on allait pas sans cesse revenir dessus et à chaque fois ternir les bons moments qu'on passait ensemble.
Maintenant que je suis passé du côté des cocus, je me rends compte que j'étais à mille lieux d'imaginer la souffrance qu'elle endurait.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?t= ... 484#p25484
Manu a écrit :salut p'tit coeur,
Je comprend ta réaction, l'adultère que nous avons subit nous a transformé a jamais et notre système de valeur aussi...
Pour être honnête je viens de quitter une femme avec qui j'avais une nouvelle relation parce que j'ai succombé a ma collègue de travail l'autre soir... A la différence de toi impossible pour moi de la regarder en face en lui mentant, j'ai préférer arrêter. Par contre la collègue, elle n'est pas dispo mais pas sur que ca s'arrête entre elle et moi...
Je pense qu'on se cherche en ayant se genre d'attitude, on teste... on se découvre aussi
Et puis peut être qu'effectivement en passant par cette étape on dédramatise un peu.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =30#p43412
Matax a écrit :Ça me fait penser au monde des bisousnours quand même, les méchants infidèles et les gentils...
L'erreur est humaine, tous les gens amenés à tromper leur conjoint ne sont pas des "méchants égoïstes" qui ne changeront jamais.. Avant d'avoir été trompé j'ai trompé également, et j'ai beaucoup appris de mon ignorance.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?t=3292#p52540

naive28 a écrit :
mer. 29 nov. 2017 23:31
le plus perturbant c'est d'avoir pratiqué moi-même l'adultère en retour...d'abord une fois... puis de multiples fois, et ne même plus considérer cela comme tel (quand il n'y a plus de repères...plus de valeurs...que la notion de fidélité est vide de sens après tant d'années de tromperies) et puis y avoir pris un certain plaisir, ou du moins un apaisement, une dérivation le plus perturbant c'est de ne plus savoir comment arrêter cela de voir en réaction son conjoint qui se fait violence...se détruit...jusqu'à frôler la mort...vous supplie d'arrêter de se dire...qu'avons nous fait, que sommes-nous devenus, où allons nous ? qui suis-je ? Qui est-il ?
Pandore a écrit :
mer. 3 janv. 2018 16:26
Elle était très jolie en fait, intelligente et attachante. Notre rencontre fut très agréable. Je déjeunais avec elle le surlendemain et quand nous nous sommes embrassés, j'ai mes pieds qui ont décollé terre. J'ai été en suspension pendant 2 heures. Nous faisions l'amour le surlendemain. Je ne vais pas vous mentir en vous disant que ce fut facile pour moi de bander. Trop de pression psychologique mais j'y suis arrivé à la fin, ce qui m'a grandement soulagé et ce fut un moment très tendre et agréable.

En rentrant à la maison, je n'avais aucune honte, aucune gêne. Mais aussi aucune envie d'en parler. Je reprenais le contrôle de mon corps et des pensées positives émargeaient enfin. Je n'avais plus peur de perdre ma femme car je m'étais retrouvé et j'étais capable de trouver aussi une autre belle femme malgré mes quelques défauts physiques (evidemment que je grossis dans ma tête comme tout le monde)

Nous nous sommes revus plusieurs fois depuis avec ma "maitresse", même si je n'aime pas ce mot là, et j'ai senti une grande partie de ma colère partir. Dès que les idées noires me revenaient par rapport à ma femme, je pense à ma maitresse qui me désire, m'envoie des messages enflammés et se conduit au lit avec moi comme ma femme l'a fait/le fera avec ses amants, c'est à dire sans tabou.

Paradoxalement, le comportement de ma femme a changé. Son radar a détecté que j'avais quelqu'un. Et bien, depuis elle est redevenue caliente, tendre, excitée comme une folle de me retrouver au lit.

Quel bilan j'en tire après 1 mois ?

Le positif fut d'être aimé, de se sentir vivre à nouveau, de recommencer à vraiment sourire et rire et puis surtout d'avoir une amante fantastique au lit et pas qu'au lit. Oui, c'est très agréable de faire l'amour à sa maîtresse l'après-midi et de remettre le couvert avec sa femme le soir. ça décuple la satisfaction physique animale et j'ai pu me passer des pilules que je prenais jusqu'à présent et ma consommation d'alcool a bien diminuée...
Mon énergie est revenue. En comparant aussi les 2, j'ai pu aussi revoir à nouveau certaines qualités que j'aime chez ma femme mais que mon cocufiage et les mensonges répétés m'empêchaient de voir.

Je pense donc, quand on est un homme de très sensible aux questions de justice et que ça nous bouffe la tête d'avoir été cocufié, qu'il ne faut pas hésiter à se laisser aller aux sentiments amoureux et au désir sexuel que quelqu'un veut nous donner pour pouvoir passer à autre chose. Tant que j'étais dans une logique " je vais te rendre la monnaie de ta pièce", ça ne marchait pas. Quand j'ai accepté de me faire du bien à moi-même, sans penser à ce que pouvait penser mon conjoint, j'ai pu franchir un cap psychologique et ne plus être enfermé dans ce sas de la rancoeur. :+

La colère ne disparaît pas complètement mais à 90 %. Oui, faire l'amour avec quelqu'un d'autre est très agréable mais quand on ne vit pas avec cette personne, il suffit de quelques jours pour que le souvenir de ces ébats soient aussi prénant qu'un bon repas de Noel l'année précédente (on y pense en se disant que c'était bon, mais on ne ressent plus la sensation physique au fond de nous)

Le plus dur est de se projeter et de déterminer ce que je fais de ma 2e relation qui désire aller plus loin avec moi et prendre la place de ma femme.

J'avoue que c'est très pratique et bénéfique quand je prends la tête avec ma femme (qui a une capacité fantastique à casser mes joies en 2 phrases assassines), d'avoir quelqu'un avec qui parler en parallèle et qui vous comprends, vous soutient. Même si je suis incapable de me projeter une vie avec mon amante, elle est cet oasis rafraîchissante qui m'est nécessaire à ce jour et me permet de vivre au quotidien avec ma femme.

D'autres questions continuent de se poser mais l'angoisse de la perte, de l'abandon n'est plus aussi forte qu'avant.

J'admets aujourd'hui il y a une forme de mensonge ou plutôt d'omission de la vérité des 2 côtés. Je ne dis pas toute la vérité mais on ne me l'a demandé pas non plus. Mais est-ce si grave ? Aujourd'hui j'ai remis en question cette idée. Mon honnêteté et intégrité m'a coûté un premier mariage, un quasi bannissement familial et aussi des déboires au niveau de mon parcours professionnel. L'exigence de vérité absolue que j'ai me font oublier que la majorité des hommes et les femmes aiment aussi s'illusionner et vivre dans le déni de la réalité.
ptitcoeur a écrit : je ne suis en aucun cas choquée par ma conduite, laquelle a été murement réfléchie pdt plus d'un an.
Non je n aurai aucun mal sd on mettra un therme à notre relation. De plus je sais qu'il refera sa vie comme on fit. Ce jour là je m'effacerai ss aucun pb.
Je suis étonnée de ma faculté à cloisonner alors que je suis normalement un livte ouvert.
J'ai tj été déterminée ds mes choix.
C'est un "un partout,balle au centre" en effet.
Le positif; notamment que je ne lui fais plus de reproche qui pourrissaient notre relation. Je n'ajouterai rien de plus qui pourrait heurter .
S'il vient à me tromper à nouveau alors j'instaurerai d'offoce le système "vie intime perso chacun de spn coté en étant discret". Son adultère puis le mien m a fait revoir certaines chosrs de facon radicalement fifférente, de meme que de nombreuses discuss av des gens qui trompaient. J'ai osé aller voir derriere le miroir.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 540#p42528
petitemarie a écrit : je repense avec culpabilité à ceux que j'ai trompés avant, parce que moi j'y accordais peu d'importance et que je n'étais pas amoureuse d'eux, ou à ceux qui ont trompé leur petite amie avec moi... J'étais pas vraiment un modèle de stabilité et... s'envoyer en l'air sous la photo de la copine officielle, je l'ai fait, ça m'a dérangé un peu mais pas plus que ça... En plus, je la connaissais, mais à l'époque, j'estimais que c'était leur problème et pas le mien.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... =15#p24775
tomasi78 a écrit : j'ai sombré dans la vengeance puérile. Dès mon premier post, je le savais, je l'ai fait... J'ai croisé une gentille mère de famille en souffrance sur un chat, j'ai baratiné à mort (c'est d'ailleurs étonnant comment la haine désinhibe), je l'ai invité à déjeuner, je l'ai embrassé... et, comme il me restait quand même un brin de lucidité, je me suis arrêté là ... Ensuite, cette charmante dame m'a inondé de messages et j'ai attendu un bien explicite pour le balancer à la figure de ma chère et tendre. C'est bas, c'est petit et ça n'arrange en rien la situation de mon couple d'un côté mais quand même, ça m'a apporté deux effets extrémements positifs (égoistes mais positifs) : le premier est simplement de l'ordre de l'amour propre (le fait de plaire encore) et le second est simplement de la vengeance et de la méchanceté pure (ca soulage mon ego). La crise qui a suivi a été violente dans les paroles, très violente... c'est sorti en rafale des deux côtés mais j'étais mieux armé cette fois ci car elle n'avait pas senti le retour de porte arrivé
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 829#p13187
vava a écrit : J'ai fait le 1 partout balle au centre (enfin 2-1 mais à l'issue du premier pas la force de chercher n°2 pour jouer l'égalité absolue !). Ce fut une réaction viscérale liée aux "moqueries" de mon conjoint sur la souffrance que ses écarts engendraient chez moi. C'est pas un moment de ma vie dont j'aime à me souvenir et c'est pire, à la limite, que de penser à ce qu'il a fait lui...
Nous sommes d'accord, nous parlons bien de vengeance ? Alors voici ce avec quoi tu vas devoir vivre si tu passes à l'action :
- Tu es cocu et ça ne changera rien à ta douleur;
- Tu as choisi ta victime non sur ses qualités, sur son attrait ou sur tes sentiments à son égard mais par stratégie;
- Tu as utilisé un être humain dans un but bien précis et ne servant que tes intérêts;
- Tu te demandes encore si tu es devenu un monstre ou si la fin justifie vraiment les moyens;
- Tu as été un autre juste parce qu'il y avait "urgence" et que tu sais globalement comment le sexe opposé fonctionne;
- Comble d'horreur les sentiments qui sont en ton esprit au moment "fatidique" ne sont pas "beaux". Juste un "bon ça y est, il va réfléchir maintenant !" Et encore ce n'était que virtuel dans mon cas Je pense qu'en "vrai" le monsieur aurait eu des doutes sur lui pour un bon bout de temps....
Bref, au final tu réalises que t'as été capable de te faire le premier venu "stratégiquement valable" juste dans l'espoir que l'autre comprenne que la trahison fait mal.... Et tu ne seras même pas sûr que sa douleur soit liée à autre chose qu'une blessure d'amour propre...
Si c'était à refaire, je ne le referais pas; Non pour lui, il l'a "mérité" , mais pour moi.
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?f= ... 829#p12894
Xavier2 a écrit : Moi, en faisant l'amour avec une autre femme, je me demandais ce que je faisais là ...
http://www.soscocu.org/viewtopic.php?p=11581#p11581


Voler, c'est quand on a trouvé un objet qui a pas encore été perdu...

Répondre