Une histoire pas si simple

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Répondre
Avatar du membre

Auteur du sujet
asterix
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 17 mars 2022 14:18

Une histoire pas si simple

Message par asterix »

Bonjour à tous,
J’ai lu quelques témoignages et je trouve que vous êtes de bon conseil, c’est pourquoi je m’adresse à vous. J’en ai lu quelques uns mais je n’en ai pas encore vu qui ressemble au mien, où la tromperie n’est “que” sexuelle sans sentiments, concerne une femme intrinsèquement bien, et survient dans une période où tout va bien. Je n’ai pas eu de cétafote après la révélation, au contraire elle admet que j'ai toujours fait tout mon possible pour la rendre heureuse. Il doit bien y en avoir d’autres comme moi, ça m'intéresse…

J’ai commencé à écrire mon histoire en expliquant tout directement, mais c’était vraiment vraiment trop long, genre un roman (mal écrit).
En fait, même en essayant de faire court, c’est encore trop long. Je suis prolixe, j’ai besoin de m’exprimer, désolé. Et pourtant, il y a beaucoup de sujets importants que j’ai évités.

En gros : Premier amour, 18 ans de relation emplie d’Amour, secret de famille, changements soudains, alcool, éloignement, dépravation, amant (plan cul très jeune), mise en danger, troubles psychiques, destruction de tout, perte de travail, aucun revenu, solitude, remise en question, incompréhension totale, dévastation. Reconstruction ?


Mon premier amour qui dure depuis 18 ans, j’avais 20 ans, première relation pour nous deux.
On était un exemple de mièvrerie romantique, bisous et mots doux à chaque fois qu’on se croise, toujours dans les bras de l’autre, 20 appels par jour, etc. on partageait notre géolocalisation par commodité.
Amour pur, fusionnel, absolu, éternel, patacoufin… j’y croyais encore il y a quelques mois, j’aimerais encore y croire.

Pas tout rose non plus…
Elle, fille de famille musulmane, notre relation a toujours été cachée à ses parents pour ne pas qu’elle soit bannie. Elle en a toujours souffert. Elle a même déjà fait des conneries pour dissimuler ses mensonges (gros crédits à la consommation) qui ont été l’autre crise de notre couple. Elle était 100% casanière et téléphage, ce qui ne me convenait pas.
Moi, dépressif chronique, fumeur de pétard, jamais satisfait.
Côté sexuel, c’était pas ouf, et beaucoup trop rare. Sa culture familiale l’a rendue prude et son surpoids la bloquait.
Nous avons très peu évolué en 18 ans, sa situation familiale bloquait tout projet.
L’an dernier, après 2 ans de chômage, je l’ai fait embaucher dans ma boîte. Ça devait nous permettre de nous rapprocher, travail très libre où on s’organise comme on veut. On devait même se faire des virées en couple à travers la France.
Elle a sympathisé avec ses nouveaux collègues, s’est remise à vivre voire mise à vivre, elle a commencé à boire régulièrement en soirée avec eux et même au boulot. Au final, elle ne voulait pas faire de télétravail (en pleine crise Covid), elle rentrait rarement pour déjeuner et elle n’a jamais pris les RDV dans des coins pour qu’on se fasse les virées prévues.
Au lieu de se rapprocher, elle s’est éloignée.
Sa consommation récente régulière d’alcool m’inquiétait, mais je n’avais pas idée de la vraie quantité et de la fréquence, sinon j’aurais agi.

Cet été, j’ai organisé des vacances selon ses propres désirs, alors que je ne suis pas fan de la mer. Tout était réfléchi pour lui convenir parfaitement. Elle a adoré ces vacances, et pour la première fois de notre vie, on a baisé (et pas fait l’amour). Tous les jours, plusieurs fois, pendant 10 jours, plus que ces 5 dernières années cumulées !
J’étais sur un nuage, elle aussi mais peut-être pas le même nuage…
Je me doutais qu’à notre retour de vacances, début septembre, ça allait se calmer mais j’espérais de nouveau avoir une vie sexuelle. En fait, j’étais au summum du bonheur que j’ai connu avec elle en 18 ans !

Au retour de vacances, elle a commencé très rapidement à me faire la gueule et à être désagréable, à me dire des trucs méchants, à me voir souffrir, alors que normalement c’est une perle attentionnée qui ne me ferait aucun mal. Désert sexuel de retour.
J’ai passé deux mois de parano où je ne comprenais pas, plus je faisais d’efforts et plus je l’agaçais.
Je me suis même confié à une collègue/amie qui m’avait rassuré en disant que c’était impossible (désormais, elle me ghoste comme tout le monde).


Début novembre, par hasard, je vois sa dernière recherche Google “rencontres discrètes”. Je me permets alors, pour la première fois de ma vie (alors que je suis informaticien) de consulter ses mails, je suis estomaqué… Elle s’est inscrite sur un site de “rencontres extra-conjugales”, le genre de site mi-arnaque, mi-proxénétisme, en mettant des vraies info (prénom, âge, ville).
Je ne lui ai rien dit car je savais qu’elle ne pouvait pas faire une vraie rencontre sur ce site, en tous cas pas en quelques heures. J’ai plutôt tenté de discuter pour comprendre ce qui n’allait pas, je lui ai même proposé de lui offrir des vacances seule au calme dès le jour même, mais elle me disait étonnamment préférer une grande ville comme Paris.
Le lendemain, elle veut aller à une “soirée dansante" mais, après avoir tenté de me décourager d’y aller (en vain), elle a décidé que je ne pourrais pas venir car j’allais lui pourir la soirée en faisant la gueule. J’ai insisté pour qu’elle parte immédiatement à l'hôtel pour réfléchir sur notre couple, sur la nature de ses sentiments et de sa sexualité. Elle a piqué une colère et est partie quand-même à sa soirée, elle m’a reproché de la traiter comme une pute.
Sur la route, je l’ai appelée pour un dernier ultimatum, qu’elle fasse demi-tour, et je lui ai dit que je savais pour le site de rencontres. Elle restait de mauvaise foi et disait qu’elle avait fait ça par provocation car elle savait que je l’espionnais (alors que c’était un hasard).


Le dernier ultimatum ayant échoué, j’ai pris mes affaires et suis parti m’installer chez mes parents qui étaient en vacances (sans les prévenir).
Durant la soirée, j’ai vu qu’elle avait coupé sa géolocalisation, et vu la situation je me suis permis de fouiner un peu, et j’ai vu qu’elle venait de faire une recherche internet d’une adresse, perdue dans la campagne.
J’y suis allé, en me persuadant que c’était impossible, et j’ai vu sa voiture quand je suis arrivé. Puis je l’ai vue à travers la fenêtre avec un bellâtre…
J’ai frappé à la porte, elle m’a humilié sur le pas de la porte devant le mec, j’ai réussi à la sortir quand-même. Elle m’a soutenu que ce n’était qu’un ami, qu’il ne se serait rien passé, etc. Je ne la croyais évidemment pas du tout, et ça m'énervait qu’elle me mente éhontément comme ça.
Elle est rentrée à la maison, je suis resté chez mes parents.
NB : Sur le retour, elle s’est faite contrôlée et a perdu 6 points pour alcoolémie.
Pendant 2 jours, elle n’admettait presque rien, elle mentait sur tout et disait juste que notre couple était fini. Moi j’essayais de sauver notre couple, ou au moins d’avoir des explications. Elle a fini par avouer que c’était un inconnu qu’elle avait contacté la veille sur Facebook, qu’ils avaient eu une conversation de drague mais qu’il ne se serait rien passé en vrai. Mais que, de toutes façons, notre coupe était fini.
J’exigeais quand-même de voir la teneur de cette conversation, pour vérifier qu’il ne s’agissait bien “que” de ça et en précisant que ce n’était qu’un gravier dans notre relation car j’étais intervenu à temps (le sauveur).
Et en fait, alors que je lui demandais juste de me montrer cette conversation, elle me dit qu’elle a déjà eu une relation en septembre, avec un autre mec ! Je galère encore à lui tirer les vers du nez, en quelques heures, pour n’avoir que des bribes de vérité.

J’ai fini par la convaincre qu’elle était partie en vrille en lui faisant lire des pages Wikipedia, et notamment sur le comportement Bordeline.
Je lui ai rappelé mon amour pour elle, que j’ai qualifié d’un Amour pur, éternel, inconditionnel, indéfectible, et autres adverbes grandiloquents.
Elle a réalisé qu’elle m’aimait, qu’elle était partie en vrille, et qu’elle voulait vivre avec moi.
Donc, contrairement à beaucoup d’histoire, ses sentiments amoureux sont restés pour moi et je l’ai convaincue relativement rapidement de revenir dans le droit chemin. Mais en terme de mensonge, le nez dans la merde, elle est championne !
Pour lui faire comprendre le risque d’aller chez un inconnu à qui elle s’est présentée comme la plus chaude des cougars qui pratiquait tout alors qu’elle n’a presque rien connu sexuellement, je lui ai montré ce que ça voulait dire quand elle prétendait “adorer l’avoir entièrement dans la bouche”, je lui ai montré une compilation de gorges profondes sur Youporn. Elle qui n’avait jamais vu un porno, ça l’a calmée. Je n’ai finalement pas osé lui montrer la compilation de sodomies pour la dissuader que “l’orgasme anal est une idée séduisante” avec le premier inconnu qui passe.

Les mois suivants ont été compliqués et un peu WTF, en dégâts collatéraux nous avons tous les deux perdu notre travail (aucun revenu social pour moi) et nos amis “locaux”, et je suis traité comme un monstre (c’est une autre très longue histoire directement liée à celle-ci), nous avons 2 maisons en travaux invendables (autre longue histoire), j’ai cassé mon PEL pour des vacances improvisées hors-de-prix afin de nous retrouver et mes économies ont fondues à vue d’oeil (je ne vais plus tenir longtemps), elle ne fait pas assez d’efforts à mon goût pour comprendre ce qu’elle a fait et pourquoi tout le monde m’a tourné le dos, elle a continué à mentir sur le nombre de relations qu’elle avait eu avec le premier mec, etc.


En fait, dès le lendemain de notre retour de vacances idylliques, elle est allée à un salon professionnel, elle a commencé à boire avant même l’ouverture et est partie en chasse. Elle a croisé un jeune gendarme à qui elle a envoyé plein de regards, il l’a dragué, elle a donné son numéro…
Elle même ne comprend pas que ce partage en vrille soit arrivé quand tout allait pour le mieux.

Trois jours plus tard, il la rappelle, elle lui dit qu’elle a un chéri mais qu’elle veut quand même le revoir. NB : il a 14 ans de moins qu’elle.
Quelques jours plus tard, on devait aller à un spectacle à Paris, qui était le cadeau qu’elle m’avait fait au Noël 2020, mais j’étais malade et pas le temps de faire un test Covid. Elle m’a convaincu qu’on ne pouvait pas y aller. Finalement, alors que pour moi elle passait juste quelques heures dans la salle de bains (ce qui est inhabituel), elle est sortie pimpante pour aller au spectacle sans moi, pour ne pas gâcher les deux places !
Ça a été un élément fort de ma parano ces derniers mois, à juste titre…
Elle est bien allée seule au spectacle, mais après elle a rejoint son amant à un bar, elle a bu 4 verres avant de repartir faire 200km en voiture à 1h du mat’. Ha ! J’oubliais, elle lui a sucé le chibre dans le parking souterrain…
La semaine suivante, elle m’apprend qu’elle va à l’hôtel à Paris parce qu’elle a un RDV le lendemain à 11h, on habite à moins de 2h de Paris, je voyais bien qu’elle m’évitait au maximum, mais je ne pouvais pas imaginer une seconde la réalité.
Elle a passé la nuit avec lui, l’a sucé et baisé deux fois, soir et matin (donc à jeun).
Ensuite, elle a essayé de le revoir plusieurs fois mais il était jamais dispo, il l’a juste jetée après s’être vidé comme n’importe quel queutard de 30 ans.
Quand elle a réalisé qu’elle s’était faite jeter, ça l’a vexée et elle est partie en chasse sur internet, sauf que c’est une quiche… Elle s’est inscrite sur différents sites de rencontres bidon, et sur des groupes Célibataires de Facebook (que des tocards), elle courait 3 lièvres à la fois en 2 jours seulement. Si elle était allée sur la partie “Rencontres” de Facebook, elle aurait eu 60 mecs à moins de 30 km en moins de 2 heures (je sais, j’ai essayé avec son compte, c’est pas la même pour les mecs).

Mon analyse :
La perte de poids qu’elle avait eu pendant son chômage a changé le regard des autres sur elle, ça lui a plu. Crise de la quarantaine, elle voulait enfin vivre.
Alcoolémie régulière, vie sociale festive (limite étudiant).
Une série à l’eau de rose (Sex Life) a reveillé sa libido avec le fantasme de l’amant torride.
Une fois partie, elle n’a pas regardé derrière, elle a foncé tête baissée en avant en buvant énormément.

Je pense que je sais presque tout maintenant, il ne manque que des détails (il y a énormément de sujets WTF que je n’ai pas encore abordés ici, je pourrais écrire un bouquin).
Ça n’a duré “que” quelques mois pendant lesquels elle a complètement vrillé, mais elle ne comprend pas, je ne comprends pas, tout ça est tellement impossible, surtout venant d’elle, que je suis encore souvent dans le déni.
Actuellement, nous vivons séparés mais indéniablement nous nous aimons, nous nous voyons régulièrement et généralement on baise (j’ai 18 ans de frustration à rattraper).
Elle veut qu’on revive ensemble, j’aimerais bien aussi mais nous ne sommes pas prêts (moi à ravaler ma rancoeur, elle à supporter les conversations).
Je ne vois pas comment je pourrais me sentir en sécurité avec elle sachant qu’elle m’a volontairement fait souffrir pendant des mois et qu’elle n’est pas capable de me réconforter maintenant.
Je ne vois pas comment je pourrais lui faire confiance sachant que même en se repentant et en voulant revenir, elle ne m’a jamais rien dit d’elle-même. Il y a forcément des petites choses que je n’ai pas dénichées.
Pendant ces 4 mois, je me disais juste que “Je ne peux pas vivre avec elle. Je ne peux pas vivre sans elle.”
Je l’aime comme un fou, mais je me demande si je ne devrais pas plutôt chercher à vivre seul un moment, voire coucher avec une autre femme, avant d’envisager de revivre avec elle.

Par contre, je ne vis plus…
N’ayant ni travail, ni amis locaux, ni revenus, ni activité, ni motivation, ni rien. Je reste chez moi à fumer des pétards (alors que j’avais arrêté lors de la révélation), à me morfondre devant mon écran, sans même réussir à regarder un film ou une série. Je ne me lave même plus… Je sais qu’il faut que je me reprenne en main, je pense que ça pourra se faire rapidement, mais je n’en ai aucune envie. Je ne souhaite pas retrouver un travail de salarié où je gâche mon temps à enrichir un connard, sans avoir personne qui m’attend à la maison.

“Monde de merde !” G. Abitbol


PS : en sujet annexe, le désir refoulé de fonder une famille, les dettes pour cacher ses mensonges, l'achat d'une seconde maison pour cacher notre relation, mensonges éhontés hallucinants, des troubles psychiques évidents mais certains simulés (plusieurs personnalités), mise en danger (inconnu total, aucune info, personne au courant, se présente comme une folle du cul adorant gorges profondes, sodomies, fessées, etc. une fois bourrée elle aurait pris cher et la descente aux enfers aurait été absolue), projet post-révélation d'avoir un enfant (enfin avoué), l'ancien patron et les collègues (qui étaient mes amis) me ghostent et m'envoient les flics pour soupçon de séquestration ou pire, vacances hors-de-prix pour se reconstruire où elle continuer à dissimuler des faits, la révélation de notre relation à ses parents et le bannissement, projet de conversion à l'Islam et mariage pour récupérer ses parents (oui, je suis con, je me suis fait brievement manipulé), Noël dans ma famille très particulier (aussi pour se reconstruire), situation immobilière actuelle et à venir, etc.
Modifié en dernier par asterix le jeu. 17 mars 2022 15:21, modifié 1 fois.
Avatar du membre

Asturias
Cornu
Cornu
Messages : 20
Enregistré le : mer. 22 déc. 2021 08:17

Re: Une histoire pas si simple

Message par Asturias »

Salut. Drôle d'histoire... On est tous passés par ce genre de mésaventures ici, alors forcément, je te comprends.
Au travers de ce que tu écris, et au regard de tous les témoignages déjà lus depuis quelques années, et de ma propre expérience : ça sent très mauvais. Tu le comprendras plus tard car c'est encore frais, mais le fait qu'elle soit activement allée s'inscrire sur un site de rencontres, c'est que votre couple est déjà terminé.

Tu es encore complètement dans le brouillard, et ton jugement est altéré. Si ce n'est pas déjà fait, il te faut voir un psy, d'urgence car tu sembles en train de sombrer. Tu la vois comme "une femme intrinsèquement bien" ?? Mais COMMENT ? Regarde les faits, ils te disent exactement le contraire. Elle te manque de respect, elle te ment, elle te met en danger en couchant avec des inconnus... Tu lui parles d'un "Amour pur, éternel, inconditionnel" ?? L'amour pour un conjoint n'est JAMAIS inconditionnel. Le seul amour inconditionnel c'est celui que l'on a pour ses enfants.

Je n'aurais qu'une seule question, du coup : est-ce que ta femme va voir un psy pour se soigner, ou pas ? Dans la négative, tu peux l'oublier elle ne t'apportera plus que du malheur. Ta femme a vécu dans le mensonge toute sa vie, tout porte à croire qu'elle y est encore et qu'elle a totalement assimilé ce fonctionnement. Elle va te faire beaucoup de mal si tu ne la dégages pas fissa.

Ton histoire est plus simple que tu ne le penses. Il t'appartient de reprendre ta vie en main. Courage à toi.

ps: je t'invite à lire l'histoire de Deg, il y a de similitudes je pense. Il en parlera mieux que moi.
Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 294
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Une histoire pas si simple

Message par Deg »

Salut asterix,

Tu as parcouru le forum avant d'écrire, comme la plupart je suppose.

Pour l'instant, à chaque fois que j'ai lu "mon histoire ressemble pas aux autres", j'ai toujours été surpris au contraire des similitudes. Et même le fait que chacun trouve sa situation unique est récurrent.

La section "adulthèmes" de SP est assez parlante.

Tu as dû lire le nombre (majoritaire) de cas où le/la cocu-e est "mieux" que l'infidèle. Toujours celui qui va essayer de tirer l'autre vers le haut , toujours essayer de faire bien (mieux), de résoudre les problèmes, gérer le budget. En vain et au delà de l'épuisement...

D'ailleurs il y a plusieurs témoignages récents de mecs dont la femme n'avait pas de libido pendant des années. Et après on connait la suite...

Astorias a raison, ton histoire est plus simple que tu ne le penses. Et tant mieux d'un côté.

Je comprends quand tu penses que tu ne peux pas à vivre avec elle.

J'ai vécue presque 17 ans une relation comme ça (à la différence que niveau sexe ça allait, sauf sur la fin). Le manque de respect, la souffrance que l'autre t'inflige sans empathie etc...
Et pareil une ex qui ne veut rien faire d'intéressant à part regarder des merdes à la tv, sans projet, sans motiv...

Donc déjà, rien qu'avec ça perso, si un pote me disais "je connais une meuf qui est comme ça, tu veux la rencontrer et former un couple?". Honnêtement, tu fonces toi? On est d'accord...

Bah nous on est resté. Même si on était pas heureux. en essayant d'améliorer les choses. . Et au final c'est comme ça qu'on est remercié.
Mais si y a un bien un truc dont on est responsable, c'est d'avoir supporté ça pendant toutes ces années dans l'espoir illusoire que ça change.

Perso après la découverte j'ai aussi vraiment bien galéré avec la tristesse (truc de ouf), mais petit à petit ça allait mieux (en dent de scie certes). Je pensais même pas que j'irais un mieux un jour, tout un pan de ta vie s'écroule.

Mais maintenant je regrette vraiment pas. Je regrette pas mal d'autres choses en revanche. De n'avoir eu le déclic de mettre un terme au couple par dépendance affective. Peut-être que c'est ton cas aussi.

Avec le recul je réalise que je l'aimais plus vraiment, depuis un bail. Sur la fin, avant la découverte, je pouvais plus la blairer. Mais à la découverte j'étais effondré paradoxalement.
Juste l'habitude quoi, et la peur du changement, d'admettre l'échec d'avoir tenu jusque là pour rien.

Petit à petit, j'ai découvert les bons côtés de ne plus être avec elle, de faire ce que je voulais vraiment, ce que j'aime.
Avant j'étais toujours déprimé, négatif, passif. Et def.

Maintenant je me bouge, j'évolue, je suis bien refait financièrement, alors que j'étais toujours dans la hess avant (la "gestion comptable" de mon ex n'y était pas pour rien aussi...).
Je sais même pas comment j'ai trouvé la force (de trouver le fric) pour sauver la baraque.

Pareil que toi, rerereredevenir salarié me déprimait. J'ai monté ma boite en décembre, après avoir supporté mon CDI jusqu à la signature de la licitation chez le notaire.
Depuis je kif, je suis à fond et le biz démarre encore mieux qu'espéré.
Je sors dès que l'occasion se présente et si j'en ai envie.
Le célibat me gonfle de temps en temps mais j'ai pas l'envie de consacrer du temps à une femme pour l'instant.

Bref, pour rien au monde je remettrais un pièce dans la machine. Il y a encore un an j'aurais cru que j'irais mieux, et surtout mieux qu'avant, en couple.
J'en serais jamais là où j'en suis si j'étais resté avec elle, même sans tromperie.

Je dis pas ça pour te déprimer encore plus, au contraire, vois ça comme un message d'espoir, même si c'est dur à concevoir pour toi en ce moment j'imagine.

C'est sûrement un peu tôt pour toi, mais en essayant petit à petit de sortir la tête du trou, la situation va s'améliorer. Dis toi que t'es au plus bas, ça peut aller que mieux.
Faut être patient et bienveillant avec soi même aussi.

Essaie de t'occuper de toi, de penser à toi en priorité en ce moment. Surtout je le redis sois bienveillant et patient avec toi. Fume si ça te fait du bien. Au moins t'auras pas la déprime du lendemain avec l'alcool.

Pas à pas, tu verras que tu arrives à accomplir des petits trucs presque insignifiants, mais tu vas t'étonner.
T'en as marre de faire du fric pour un autre? Si ça se trouve tu vas te chauffer pour te mettre à ton compte. Ou passer un concours si ça t'attire. Bref, tu verras qu'on assez subi (en couple notamment) et qu'on peut mener sa vie comme on la conçoit.

Comme ton esprit est actuellement focalisé sur toute cette merde, en faisant des petits trucs juste pour toi que tu vas progresser.

Tu penses sans arrêt à ton couple et ton ex, donc c'est bon ça c'est fait. Consacre tes actes à autre chose, à toi surtout.
La priorité du moment n'est pas ton couple mais toi. Occupe toi de toi.
Peu importe comment, fais ce que tu as envie. Ce qui te feras du bien. Si t'as envie de manger une paella alors va chopper la meilleure (désolé pour l'exemple, j'ai trouvé que ça sur le coup mais t'as compris l'idée). T'as trop vécu de compromissions, fais toi plaisir.

Perso je pensais à mon couple pendant chaque putain de truc que je faisais. Pourtant me consacrer à autre chose dans les actes m'a fait faire un tas de choses positives, sans même m'en rendre bien compte sur le moment (vu que je pensais qu'à autre chose...)

On le redira jamais assez, occupe toi de toi, tu as l'esprit trop focalisé sur ton couple pour y voir clair et prendre une décision avisée. Quelle qu'elle soit.

En attendant on est l'a.

Prend soin de toi.

:fleur
Modifié en dernier par Deg le jeu. 17 mars 2022 22:58, modifié 1 fois.
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3394
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Une histoire pas si simple

Message par Sans Prétention »

Bonsoir...

Je voudrais m'excuser par avance de ne pouvoir prendre le temps qu'il faudrait pour cette situation mais...

Comment dire...
Tu n'as vu aucun cétafote ?
Vraiment ?

Je m'aligne sans réserve sur l'avis de mon voisin du dessus : perte d'amis, fracture du cœur, explosion de la vie sociale, isolement, dépression, alcoolisme...
Restons factuels : Est-ce là le résultat naturel d'un amour partagé ?
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Deg
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 294
Enregistré le : mar. 16 févr. 2021 21:46

Re: Une histoire pas si simple

Message par Deg »

Sans Prétention a écrit : jeu. 17 mars 2022 22:57 perte d'amis, isolement, [...] explosion de la vie sociale
J'avais pas relevé mais j'ai eu ça aussi... Tout ce bonheur me manque...:roll:
Je veille à ce que mon verre reste à moitié plein.
Avatar du membre

Auteur du sujet
asterix
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 17 mars 2022 14:18

Re: Une histoire pas si simple

Message par asterix »

Salut vous, merci de vos réponses et de votre soutien.
Asturias a écrit : jeu. 17 mars 2022 14:59 ... ça sent très mauvais. Tu le comprendras plus tard car c'est encore frais, mais le fait qu'elle soit activement allée s'inscrire sur un site de rencontres, c'est que votre couple est déjà terminé.
Elle a même été active dès l'ouverture du salon professionnel, elle était en chasse (son patron l'avait énervée et elle avait bu quelques coupes), elle ne s'est pas faite séduire mais a chercher à séduire. Je pense que ce salon, commencé de mauvaise humeur et avec de l'alcool, a été l'étincelle. Ensuite, elle était déchirée entre ses sentiments pour moi, ses fantasmes et la honte de ce qu'elle avait commencé à faire, elle s'est réfugiée dans l'alcool et a pris la fuite en avant.
Par contre, je pense qu'elle est effectivement revenue à elle-même désormais (mais je ne peux plus jurer de rien la concernant).
À mon avis, la survie de notre couple (à moyen terme) dépend essentiellement de mon incapacité à ravaler ma rancoeur. Je veux aussi qu'elle change, je ne veux plus qu'elle soit comme avant. Je ne veux plus m'occuper de tout, avoir toute la charge mentale. Elle doit être autonome, comme elle a su l'être pour ses débauches, alors que pour l'instant c'est plutôt l'inverse. Angoissée, en panique, effrayée, perdue, elle ne sait pas par quoi commencer et brasse de l'air (au mieux), et surtout, elle est incapable de me réconforter.
Asturias a écrit : jeu. 17 mars 2022 14:59 Tu es encore complètement dans le brouillard, et ton jugement est altéré. Si ce n'est pas déjà fait, il te faut voir un psy, d'urgence car tu sembles en train de sombrer. Tu la vois comme "une femme intrinsèquement bien" ?? Mais COMMENT ? Regarde les faits, ils te disent exactement le contraire. Elle te manque de respect, elle te ment, elle te met en danger en couchant avec des inconnus... Tu lui parles d'un "Amour pur, éternel, inconditionnel" ?? L'amour pour un conjoint n'est JAMAIS inconditionnel. Le seul amour inconditionnel c'est celui que l'on a pour ses enfants.

Je n'aurais qu'une seule question, du coup : est-ce que ta femme va voir un psy pour se soigner, ou pas ? Dans la négative, tu peux l'oublier elle ne t'apportera plus que du malheur. Ta femme a vécu dans le mensonge toute sa vie, tout porte à croire qu'elle y est encore et qu'elle a totalement assimilé ce fonctionnement. Elle va te faire beaucoup de mal si tu ne la dégages pas fissa.
Mes mots grandiloquents sur l'Amour ne faisaient que décrire mon amour pour elle, et non le sien pour moi. J'étais dans une sorte de religion de l'Amour (avec un grand A), j'ai toujours été un personnage de chanson mielleuse (Savoir Aimer).
Désormais, j'ai l'impression d'ouvrir les yeux sur la réalité et de remettre mes croyances en doute. C'est difficile, il s'agit de mes fondations depuis que je suis enfant. Je ne suis pas sûr de supporter la vie sans cette croyance.

Nous voyons tous les deux psychiatre et psychologue, mais pas en couple. Nous avons des anxiolytiques et des anti-dépresseurs (ISRS)
Je trouve qu'elle fait peu (voire pas) d'efforts pour trouver les réponses à mes question (pourquoi) ou réparer les dommages qu'elle a causés.

Jusqu'à avant son partage en vrille, jusqu'aux vacances de cet été en fait, c'était réellement une femme gentille où je ne pouvais que lui reprocher son inaction (qui est déjà énorme en fait).
Elle n'était pas parfaite, mais moi non plus. Je ne mérite pas la femme parfaite, et elle ne mériterait pas de tomber sur un cas comme moi.

Elle a toujours vécu dans le mensonge et mené une double vie avec ses parents. D'ailleurs, quand elle rentrait d'un séjour chez ses parents ou au bled, elle était plus distante.
Là, elle a mené une triple vie Musulmane, Amoureuse, Fêtarde. Sauf que la fêtarde n'a rien mesuré du tout car elle n'a pas connu ça dans sa jeunesse. Le reste est surtout de l'autodestruction.
Désormais, elle a mis fin au mensonge en disant à ses parents qu'elle était en couple depuis 18 ans, elle est reniée mais elle n'a plus besoin de mentir (il y a un épisode WTF où j'ai échappé à la conversion et au mariage rebeu).
Elle a aussi mis fin à sa vie de fêtarde, plus d'alcool, plus de danse, plus d'amis, ce monde la révulse (pour le moment en tous cas). Je lui ai fait comprendre les risques qu'elle prenait, j'espère que si elle recommence elle fera plus attention.
Asturias a écrit : jeu. 17 mars 2022 14:59 Ton histoire est plus simple que tu ne le penses. Il t'appartient de reprendre ta vie en main. Courage à toi.

ps: je t'invite à lire l'histoire de Deg, il y a de similitudes je pense. Il en parlera mieux que moi.
J'ai commencé à lire (comme toutes les histoire, c'est long). Oui, il y a quelques similitudes, comme dans beaucoup de témoignages. Je me rends mieux compte que je faisais partie des conjoints à risque (première relation, amoureux transi, moteur du couple, prend tout en charge).
C'est plutôt sur la partie sentiments que mon ex/je-sais-pas-trop se difère car elle n'est pas tombée amoureuse d'un autre et n'a pas cessé de m'aimer, c'est "juste" qu'elle ne voulait plus vivre en couple, qu'elle voulait découvrir la sexualité bestiale, mais qu'elle voulait garder le confort de la maison (je pense qu'elle ne serait pas partie d'elle-même, ou alors pour devenir pute à crack)
Sans Prétention a écrit : jeu. 17 mars 2022 22:57 Bonsoir...
Je voudrais m'excuser par avance de ne pouvoir prendre le temps qu'il faudrait pour cette situation mais...
Comment dire...
Tu n'as vu aucun cétafote ?
Vraiment ?

Je m'aligne sans réserve sur l'avis de mon voisin du dessus : perte d'amis, fracture du cœur, explosion de la vie sociale, isolement, dépression, alcoolisme...
Restons factuels : Est-ce là le résultat naturel d'un amour partagé ?
Aucun cétafote après la révélation, au contraire. Elle a admis que depuis plus de 10 ans, elle était inutile et que je m'occupais de tout, que je faisais tout mon possible pour la rendre heureuse (en même temps, je dédiais ma vie pour elle), et qu'elle était même responsable de mon insatisfaction chronique car c'est bien elle qui ne voulait jamais rien faire.
Par contre, pendant le partage en vrille de septembre-octobre, là oui. Tout était de ma faute. C'était à cause de moi si on ne sortait pas ! (argl !) Je faisais toujours la gueule, etc. Effectivement, je ne suis pas jouasse de passer un week-end enfermé dans un garage sombre, assis sur une chaise de bureau à regarder des emissions de merde (genre TPMP) à boire du café et fumer des pétards.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3394
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Une histoire pas si simple

Message par Sans Prétention »

Bonjour Astérix

Pour tenter de resituer tes propres propos, je vais en mettre quelques uns dans les adultèmes. Clique sur tes notifs : tu verras ton témoignage remis en perspective au milieu d'autres témoignages. Instructif.

Sinon quelques réponses brèves...

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Par contre, je pense qu'elle est effectivement revenue à elle-même désormais (mais je ne peux plus jurer de rien la concernant).
Pour ma part, j'espère qu'elle n'est pas revenue à elle-même : je te rappelle que selon ton analyse, elle a menti à ses parents pendant près de 18 ans, le "c... entre deux chaises" entre plusieurs vies potentielles du fait d'un enfermement éducatif et culturel pas simple à gérer.
Tu y trouvais peut-être ton compte de manière secondaire mais foncièrement, tu vivais en réalité avec une moitié de quelqu'un (et la moitié de ta moitié, ça fait un quart...) saturé de conflits internes forts. Sur cette base, on ne peut construire une relation équilibrée. C'est des compensations affectives en permanence.


asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 À mon avis, la survie de notre couple (à moyen terme) dépend essentiellement de mon incapacité à ravaler ma rancoeur.
As-tu noté, dans cette affirmation que tu étais le seul à détenir le destin du couple.
Théoriquement, c'est 50/50.

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Je veux aussi qu'elle change, je ne veux plus qu'elle soit comme avant.
Voir plus haut.
Tu es d'accord avec moi en fait mais pas pour les raisons évoquées ci-avant.
Quand on a le CV complet, c'est plus clair.

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Je ne veux plus m'occuper de tout, avoir toute la charge mentale. Elle doit être autonome, comme elle a su l'être pour ses débauches, alors que pour l'instant c'est plutôt l'inverse. Angoissée, en panique, effrayée, perdue, elle ne sait pas par quoi commencer et brasse de l'air (au mieux), et surtout, elle est incapable de me réconforter.
Adultème ici : viewtopic.php?p=58054#p58054

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Mes mots grandiloquents sur l'Amour ne faisaient que décrire mon amour pour elle, et non le sien pour moi. J'étais dans une sorte de religion de l'Amour (avec un grand A), j'ai toujours été un personnage de chanson mielleuse (Savoir Aimer).
Désormais, j'ai l'impression d'ouvrir les yeux sur la réalité et de remettre mes croyances en doute. C'est difficile, il s'agit de mes fondations depuis que je suis enfant. Je ne suis pas sûr de supporter la vie sans cette croyance.
Adultème ici : viewtopic.php?p=58338#p58338

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Je trouve qu'elle fait peu (voire pas) d'efforts pour trouver les réponses à mes question (pourquoi) ou réparer les dommages qu'elle a causés.
Adultème ici : viewtopic.php?p=58347#p58347

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Je ne mérite pas la femme parfaite, et elle ne mériterait pas de tomber sur un cas comme moi.
Adultème ici : viewtopic.php?p=58361#p58361

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Elle a toujours vécu dans le mensonge et mené une double vie avec ses parents. D'ailleurs, quand elle rentrait d'un séjour chez ses parents ou au bled, elle était plus distante.
Là, elle a mené une triple vie Musulmane, Amoureuse, Fêtarde. Sauf que la fêtarde n'a rien mesuré du tout car elle n'a pas connu ça dans sa jeunesse. Le reste est surtout de l'autodestruction.
Adultème ici : viewtopic.php?p=58011#p58011

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Désormais, elle a mis fin au mensonge en disant à ses parents qu'elle était en couple depuis 18 ans, elle est reniée mais elle n'a plus besoin de mentir (il y a un épisode WTF où j'ai échappé à la conversion et au mariage rebeu).
Elle a aussi mis fin à sa vie de fêtarde, plus d'alcool, plus de danse, plus d'amis, ce monde la révulse (pour le moment en tous cas). Je lui ai fait comprendre les risques qu'elle prenait, j'espère que si elle recommence elle fera plus attention.
Le paragraphe commence bien, puis LA phrase...
Si elle recommence quoi ?
Il faut qu'elle fasse attention à quoi ?

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 J'ai commencé à lire (comme toutes les histoire, c'est long). Oui, il y a quelques similitudes, comme dans beaucoup de témoignages. Je me rends mieux compte que je faisais partie des conjoints à risque (première relation, amoureux transi, moteur du couple, prend tout en charge).
Bonne synthèse...

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 C'est plutôt sur la partie sentiments que mon ex/je-sais-pas-trop se difère car elle n'est pas tombée amoureuse d'un autre et n'a pas cessé de m'aimer, c'est "juste" qu'elle ne voulait plus vivre en couple, qu'elle voulait découvrir la sexualité bestiale, mais qu'elle voulait garder le confort de la maison (je pense qu'elle ne serait pas partie d'elle-même, ou alors pour devenir pute à crack)
Bah les sentiments c'est pas le tout... En revanche, le rôle de chacun dans le trio infernal, ça c'est intéressant...

Adultème ici : viewtopic.php?p=57998#p57998

asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Aucun cétafote après la révélation, au contraire. Elle a admis que depuis plus de 10 ans, elle était inutile et que je m'occupais de tout, que je faisais tout mon possible pour la rendre heureuse (en même temps, je dédiais ma vie pour elle), et qu'elle était même responsable de mon insatisfaction chronique car c'est bien elle qui ne voulait jamais rien faire.
Par contre, pendant le partage en vrille de septembre-octobre, là oui. Tout était de ma faute. C'était à cause de moi si on ne sortait pas ! (argl !) Je faisais toujours la gueule, etc. Effectivement, je ne suis pas jouasse de passer un week-end enfermé dans un garage sombre, assis sur une chaise de bureau à regarder des emissions de merde (genre TPMP) à boire du café et fumer des pétards.
C'est bien mon propos : pendant qu'ils font la fête, cétafote.
Après, en général, ils reviennent à des visions plus justes.
Point positif : ta moitié est allée plus vite que la moyenne sur ce point (certains le reconnaissent des années après ou lorsque l'autre commence à boucler ses valises. D'où mon rejet du 50/50 systématique : la réalité fait mentir cette théorie un peu trop facile).
Mais le cheminement est le même.
:fleur
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
asterix
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 17 mars 2022 14:18

Re: Une histoire pas si simple

Message par asterix »

Sans Prétention a écrit : sam. 19 mars 2022 11:39 Bonjour Astérix

Pour tenter de resituer tes propres propos, je vais en mettre quelques uns dans les adultèmes. Clique sur tes notifs : tu verras ton témoignage remis en perspective au milieu d'autres témoignages. Instructif.
Bonjour Sans Prétention.
Merci pour les adulthèmes, je reconnais beaucoup de similitudes dans beaucoup de remarques...
Sans Prétention a écrit : sam. 19 mars 2022 11:39 Pour ma part, j'espère qu'elle n'est pas revenue à elle-même : je te rappelle que selon ton analyse, elle a menti à ses parents pendant près de 18 ans, le "c... entre deux chaises" entre plusieurs vies potentielles du fait d'un enfermement éducatif et culturel pas simple à gérer.
Tu y trouvais peut-être ton compte de manière secondaire mais foncièrement, tu vivais en réalité avec une moitié de quelqu'un (et la moitié de ta moitié, ça fait un quart...) saturé de conflits internes forts. Sur cette base, on ne peut construire une relation équilibrée. C'est des compensations affectives en permanence.
Elle n'est pas totalement revenue à elle-même, il y a des changements positifs comme négatifs. Le mensonge à ses parents est quelque chose qui l'accompagne depuis toujours. Maintenant que ce poids est libéré il y en a un autre, celui de l'infidélité.
Mais aussi, elle culpabilise pour la perte de ses parents à cause de notre relation, alors que ce sont eux les connards intégristes, et sa môman lui manque. J'avoue que j'en ai un peu rien à foutre, ils pourraient crever que ça m'arrangerait.
Sans Prétention a écrit : sam. 19 mars 2022 11:39
asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 À mon avis, la survie de notre couple (à moyen terme) dépend essentiellement de mon incapacité à ravaler ma rancoeur.
As-tu noté, dans cette affirmation que tu étais le seul à détenir le destin du couple.
Théoriquement, c'est 50/50.
Effectivement, c'est un tort.
Mais à court terme, ça dépend essentiellement de son incapacité à être autonome.
À long terme, ça ne peut dépendre que des deux...
Sans Prétention a écrit : sam. 19 mars 2022 11:39
asterix a écrit : sam. 19 mars 2022 11:02 Désormais, elle a mis fin au mensonge en disant à ses parents qu'elle était en couple depuis 18 ans, elle est reniée mais elle n'a plus besoin de mentir (il y a un épisode WTF où j'ai échappé à la conversion et au mariage rebeu).
Elle a aussi mis fin à sa vie de fêtarde, plus d'alcool, plus de danse, plus d'amis, ce monde la révulse (pour le moment en tous cas). Je lui ai fait comprendre les risques qu'elle prenait, j'espère que si elle recommence elle fera plus attention.
Le paragraphe commence bien, puis LA phrase...
Si elle recommence quoi ?
Il faut qu'elle fasse attention à quoi ?
Disons que si elle recommence à vouloir une vie de débauchée, qu'elle le fasse (en me quittant cette fois) mais sans se mettre en danger comme elle l'a fait (le mec l'aurait violé en pensant que c'est ce qu'elle voulait).
Sans Prétention a écrit : sam. 19 mars 2022 11:39 Point positif : ta moitié est allée plus vite que la moyenne sur ce point (certains le reconnaissent des années après ou lorsque l'autre commence à boucler ses valises. D'où mon rejet du 50/50 systématique : la réalité fait mentir cette théorie un peu trop facile).
Enfin, j'en ai chié pour qu'elle revienne à la raison plus vite que la moyenne. Plus de 50 heures de SMS non-stop (sans la laisser dormir), je l'ai surveillée H24 pendant 10 jours, moi-même sans dormir ni manger (régime efficace). J'ai fait le détective, le pirate informatique, le psychiatre, etc. pendant ce temps, des moments très WTF où je suis un peu parti en sucette. Le fait qu'elle n'était pas "amoureuse" d'un autre a pu aider aussi, et que de toutes façons elle n'avait nul part où aller...
Avatar du membre

Auteur du sujet
asterix
Cornu
Cornu
Messages : 4
Enregistré le : jeu. 17 mars 2022 14:18

Re: Une histoire pas si simple

Message par asterix »

Salut à tous, des nouvelles du front, quelques pensées, etc.

Pour l'instant, nous sommes séparés mais ensemble.
Nous vivons séparément, mais nous ne sommes pas séparés car je ne l'ai pas quittée et nous nous aimons tous les deux. Elle pleure quand il faut dire qu'on est "séparés" (pour les démarches par exemple).
Nous parlons beaucoup par SMS mais la situation n'avance pas beaucoup. Je passe la voir pour l'aider pour ses "travaux", pour lui faire bouger le cul surtout parce qu'à chaque fois Mme est allongée et "se repose". Je me rends bien compte que je ne devrais pas être encore en train de la guider, mais elle n'a jamais rien fait, elle ne sait rien faire.
Les travaux, ça m’intéresse qu'elle les avance car je suis censé y vivre dès juillet (un peu compliqué).

J'essaie de ne pas trop céder à l'envie de la prendre dans mes bras pour que nos rapprochements ne soient pas que sexuels. Et je m'interdis de tomber dans les mots doux car elle ne le mérite pas, je lui dis au moins une fois pas jour que je l'aime, mais ça n'a rien à voir avec les centaines de fois auparavant.
Les mots doux distillés toute la journée me manquent... mais même quand je suis chez moi à pleurer à la lune, à crier que je l'aime et qu'elle est la femme de ma vie, la seconde d'après j'hurle "Sale pute !". Je ne crois pas que je pourrais tomber dans les mêmes mièvreries, alors que j'adorais ça. Ça n'a plus de sens...

Je vais essayer de mener une vie seul, indépendamment de l'état de ma relation avec elle. Me faire des amis, sortir, avoir des activités. Ça ne va pas être facile en ayant des phobies sociales, plus aucun ami dans le coin, plus de revenu, et bientôt plus de grande maison. J'irai "chez elle" (chez nous) quand je voudrai passer du temps en couple. Si tout se passe bien, à terme j'y serai tout le temps et nous reconstruirons notre couple, sinon je reste chez moi et nous nous séparons de plus en plus.

Désormais, je ne m'interdis pas de flirter et coucher avec une autre femme (voire plusieurs). Je le lui ai dit et même demandé si elle préférait le savoir le cas échéant. Elle m'a dit non, c'est noté.
Par contre, hors de question de me faire une femme en couple ou de faire croire que je suis célibataire (ce qui risque de compliquer les choses, n'ayant pas le physique ou le portefeuille pour contrebalancer).
Je ne sais pas ce que je rechercherais, mais je pense que je le rechercherais (me rassurer sur mon potentiel de séduction, avoir de la tendresse d'une autre, baiser comme un porc, me venger, comprendre ce que ça fait d'être infidèle, me convaincre que je serai mieux célibataire, me convaincre que je suis mieux en restant avec elle seulement et arrêter, espérer tomber sur une femme mieux, etc.).
En revanche, il n'y a peu de chance que j'y arrive, mais j'essaierai...
Répondre