Infidélité : l’adultère en ligne augmente pendant la quarantaine

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateur : Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 701
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Infidélité : l’adultère en ligne augmente pendant la quarantaine

Message par Eugene »

Cohabitation tendue, anxiété, crises de nerfs, frustrations momentanées,… Le confinement n’épargne en rien la vie de couple malmenée en cette période dramatique. En guise d’échappatoire, beaucoup de français optent à présent pour la séduction en ligne. Bonne ou mauvaise idée, à vous de trancher.

Fermé à huis clos depuis l’annonce de la mise en quarantaine de la population le 17 mars dernier, de nombreux couples battent de l’aile. En effet, le confinement forcé n’épargne pas les ménages français, comme « pris » au piège dans de petites surfaces pour une durée indéfinie. Stress, angoisses, parfois même ruptures et réconciliations, les couples doivent surmonter bon nombre de difficultés pour faire face pendant la crise sanitaire et en ressortir indemnes.

Alain Héril, psychanalyste, sexothérapeute et auteur de « L’orgasme thérapeutique », nous confie « la libido est impactée parce que le confinement ramène le couple à une dimension relationnelle où l’habitude, les contraintes et le manque d’espace peut diminuer le désir qui se construit naturellement sur le manque et le besoin de surprise. ».

Les raisons de l’infidélité virtuelle pendant la quarantaine

Contre toute attente, les français s’avèrent plus infidèles virtuellement en période de confinement. Au risque de mettre en danger leur couple, beaucoup se tournent vers les applications de rencontre en guise d’échappatoire au quotidien parfois pesant. Et ce sont les données chiffrées du site de rencontre extra-conjugale Gleeden, qui parlent d’eux-mêmes. Étonnant et pourtant bien réel, le taux de trafic pendant la quarantaine a explosé, allant jusqu’à atteindre +270 % de connexions de plus que le mois de mars 2019. De même, Gleeden souligne avoir étendu sa communauté à hauteur de +170 %. Des chiffres bluffant qui laissent peu de place au doute.

Cette action, qu’elle soit réfléchie ou spontanée, est un appel au fantasme de la tromperie, sans pour autant être un passage à l’acte physique. Certains trouveraient en l’infidélité en ligne, le moyen de se prouver qu’il est encore possible de séduire, même s’il se sont retirés du « marché » des célibataires depuis longtemps. Figés derrière un écran, les internautes s’adonnent à des échanges constants pouvant aussi être une façon de stimuler la libido en berne sans trop se mouiller…

Qu’est-ce que l’infidélité virtuelle ?

Bien qu’il soit compliqué de comprendre où débute réellement l’adultère en ligne, franchir le cap de télécharger une application de rencontre prouve déjà, que la limite a été franchie. Même si aucun « passage à l’acte » de la tromperie physique n’est anticipé, échanger avec une personne à des fins de séduction peut déjà être un signe de trahison, selon les « règles » instaurées au sein de votre couple.

Des chiffres qui ne trompent pas

Dans un communiqué de presse, le site de rencontre extra-conjugale Gleeden témoigne d’une nette augmentation des connexions actuelles en ligne, qui s’assimilent à celles relevées habituellement pendant la rentrée scolaire et les fêtes de fin d’année. Plus rigoureux, les utilisateurs accordent plus de temps à l’actualisation de leurs profils, en modifiant leurs présentations, et leurs photos. Gleeden n’est pas sans préciser que les abonnés sont beaucoup plus bavards et assidus qu’à la normale, et que la durée des conversations virtuelles estimée en moyenne à 1h, culmine à présent aux alentours de 2h30.

Tromper, sans se faire « choper » ?

Vigilance extrême oblige, les infidèles virtuels redoublent d’ingéniosité pour dissimuler toutes preuves. De nombreux utilisateurs préfèrent actuellement se connecter via leur smartphone pour éviter de se faire démasquer en cette période de cohabitation non-stop. De même, Gleeden indique que 76 % des abonnés se servent de l’option de « sortie d’urgence » proposée par le site pour camoufler l’application en deux temps trois mouvements si besoin, en secouant vivement leur smartphone.

Pendant ce temps-là, 80 % d’entre eux utilisent un « mode discret » qui affiche sur l’écran (lors de la connexion), les couleurs des réseaux sociaux habituellement utilisés, pour dissimuler le violet facilement identifiable de la plateforme. N’est pas dupe qui veut.

Un mal pour un bien ?

Sans pour autant passer à l’acte, il n’est pas exclu que les utilisateurs en couple, se connectent aux applications de rencontre pendant la quarantaine, pour s’accorder une brève parenthèse. Rien ne prouve non plus, que les échanges des abonnés ne s’axent pas principalement sur les passages à vide que peut rencontrer le couple pendant le confinement, dans le but de se serrer les coudes.

Le doute plane et planera. Mais pour l’heure, à vous de juger si c’est pour la bonne cause, ou pas.

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre