Histoire banale ?

La découverte de l’infidélité est une expérience traumatique. Il est souvent difficile d’être objectif lorsque nous traversons des situations déstabilisantes. Parlons en sans complexe.

Modérateur : Sans Prétention

Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Bonjour à tous,

Anecdote d'hier soir, j'ai un peu parlé avec ma femme (enfin plutôt elle voulait discuter et j'étais détendu alors pourquoi pas).
Elle a relancé le sujet de l'alliance. D'habitude je n'avais d'arguments sur ces objets que par rapport aux voeux prononcés lors du mariage en mettant l'alliance à l'autre (symbole de mon amour et de ma fidélité).
Mais là je m'y suis pris autrement. Je lui ai en gros dit que ce qui me vexait dans le fait qu'elle la porte encore, c'est que ça me donnait la sensation qu'elle la portait comme un trophée, surtout si elle la gardait en couchant avec d'autres hommes.
Que ça faisait genre : "regardez, je fais cocu mon mari".
Et là elle l'a retirée.
C'est con, c'est un détail, mais moi ça me fait du bien.

Sinon @ Sans Prétention :
J'apprécie énormément tes interventions, construites, argumentées et ponctuées d'exemples. C'est très enrichissant et merci de prendre le temps de faire ce genre de post.

Sinon pour te répondre sur certains points, car je me rends bien compte que s'exprimer à l'écrit sur un forum ne permet pas forcément d'exprimer les choses comme elles devraient l'être, je vais ajouter quelques éléments qui feront peut-être avancer ou non le schmilblik :

1) Sur le partage des tâches, non je ne fais pas tout. Ca c'était en effet la situation précédente. Financièrement on partage (à la hauteur de nos revenus mais on partage). Ce n'est pas qu'elle n'en fout pas une, mais que j'en fais plus qu'elle, et principalement à cause de la situation actuelle. En effet moi je suis en télétravail et pas elle, et en maniaque que je suis je ne peux m'empêcher de faire un peu de ménage chaque jour, du coup elle n'a quasiment pas à en faire le soir ou le week-end. Mais elle en fait quand même déjà plus qu'avant. Et mon but est que le partage soit 50/50 dès que je pourrai retourner travailler sur mon site.
Je ne peux pas dire non plus que j'exige qu'elle n'aille pas voir ailleurs.
On est d'accord qu'on est officiellement séparés (le coup des alliances en est un symbole).
Mais ce qui me fait le plus de mal, c'est qu'elle aille voir des hommes mariés. Qu'elle se rabaisse à ça. Ca reste la mère de ma fille, et de l'entendre dire : "Mais j'en ai besoin" ça me fait mal. Qu'elle ait besoin de coucher avec des hommes mariés pour exister, de faire du mal à d'autres (au sens où elle rend aussi des femmes cocues), c'est difficile à encaisser. J'arriverais probablement mieux à accepter qu'elle sorte avec un homme célibataire et que ça ne fasse de mal à personne.

En ce qui me concerne, j'exagère peut-être en utilisant le mot rabaisser en ce qui concerne rencontrer quelqu'un. Mais c'est surtout que les plans d'un soir, ça ne m'intéresse pas. Du coup si vraiment je rencontrais quelqu'un de bien, je ne m'imaginerais pas lui imposer une situation pareille. Je préfèrerais clairement attendre d'être définitivement seul pour être en totale liberté vis à vis de cette éventuelle autre personne.

2) Vis à vis de la thérapeute, en fait ce n'est pas tant que je ne sois pas d'accord avec ses analyses, que de son manque d'analyse et d'accompagnement. En effet, elle s'est contentée de nous écouter à tour de rôle. De reformuler nos propos (en sachant que ma femme prenait un temps fou à s'exprimer du coup les séances n'avançaient pas). Elle refusait que l'on parle du quotidien et du coup les discussions étaient toujours dans les nuages. Elles ne nous apportait aucun outil pour nous aider dans notre communication... bref je trouvais ces séances quasi inutiles.
Quand j'en ai discuté avec ma psy qui est aussi psychologue conjuguale ça l'a choquée. Qu'elle ne nous donne aucun outil ou exercice pour tenter de communiquer correctement dans le quotidien notamment. Après c'est vrai que ma psy est une thérapeute comportementaliste, donc très dans le pragmatisme, les exercices à faire entre chaque séance, l'analyse scientifique par des tableaux... Moi ça me va super bien parce que je suis comme ça.
Et sinon les rares fois où cette psy a pris la parole, c'était pour partir dans des délires que je comprenais pas. Je le lui disais, mais elle m'ignorait presque et ne reformulait pas. Et au final, au bout de 7 séances, la conclusion c'était que c'était ma femme qui avait besoin d'une thérapie et que je ne servais pas à grand chose...

Sinon concernant le 2e 2), "fils ou filles de cocu.e.s" est-ce que tu parles du post "Famille, enfant" de la catégorie sondages ou d'un autre ? Si c'est d'un autre je ne vois pas trop où se trouve ce post (même avec la fonction recherche je ne trouve pas de post avec ce nom). Si tu as un lien je suis preneur car cela m'intéresse grandement.

3) Ma femme m'a promis qu'intra muros ça n'aurait pas lieu. J'espère qu'elle sera au moins honnête sur ce point. J'ai été clair sur le fait que ce serait intolerable.

4) L'alternance des sorties pour surveiller la petite, on a convenu de mettre ça en place. Mais pour le moment les sorties... Donc dès que possible ça servira.

Et sinon, je reviens sur ton dernier paragraphe :
Mais déjà, puisque tu posais la question plus haut, elle n'est pas exceptionnelle : femme immature dépendante affective, prisonnière de son image de mère qui a pas fini son adolescence, qui a l'impression de ne pas avoir vécu, étouffée par ses non choix de vie, qui trouve un second souffle dans des bras étranges et étrangers en pensant accéder à la liberté pour au final retomber dans une nouvelle dépendance... C'est un classique du genre.
Bon ben t'as tout dit. Je ne suis plus si impressionné de voir que c'est un schéma commun (même si ça fait toujours mal je ne vais pas le cacher). C'est à se demander si ce ne serait pas possible de faire une liste presque exhaustive des schémas de cocufiage vu qu'ils se retrouvent visiblement souvent de ce que j'ai lu ici...
Après je mesure le parcours effectué en un an pour ma part : Je n'y aurais pas cru il y a un an (comme beaucoup de cocus j'ai l'impression), je l'ai pris dans la gueule il y a environ 6 mois, et là je le prends avec un petit baume au coeur qui ne me gâchera pas la journée. Ca va je pense que j'avance, même si de nombreux progrès restent à faire comme on le dit ici. :D
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 749
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22
Mon histoire : viewtopic.php?t=3907

Re: Histoire banale ?

Message par Mitsou78 »

Quand la thérapeute a situé que c'était Madame qu'il fallait soigner, elle a quand même mis dans le mille :wink: :wink:
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Dnj

Re: Histoire banale ?

Message par Dnj »

Mitsou78 a écrit : Quand la thérapeute a situé que c'était Madame qu'il fallait soigner, elle a quand même mis dans le mille :wink: :wink:
Pas qu'un peu visiblement :bonk:
On dirait presque un cas similaire à la femme de jaguarboy
Igore38 a écrit : Mais c'est surtout que les plans d'un soir, ça ne m'intéresse pas. Du coup si vraiment je rencontrais quelqu'un de bien, je ne m'imaginerais pas lui imposer une situation pareille. Je préfèrerais clairement attendre d'être définitivement seul pour être en totale liberté vis à vis de cette éventuelle autre personne
Ca c'est ton choix, si tu es plus à l'aise avec cette façon de procéder alors respecte là.
Après, de toute façon tu es déjà séparé avec madame sans intention de retourner avec elle (exact?) et il n y a que la formalité de la séparation administrative à passer. Du coup, si jamais tu rencontrais quelqu'un tu ne lui imposerais rien de compliqué. "Je suis libre, mais en cours de séparation officielle; mon cœur est libre mais mon toit ne l'est pas encore". Franchement c'est entendable, si j'étais libre c'est un discours que j'entendrais facilement en face. Le tout c'est d'être bien clair dans ta tête : "il n y a pas de cas ou je retournerai avec elle". Si cela est clair dans ta tête alors ça ne devrait pas t'empêcher de te regarder dans le miroir.
Igore38 a écrit : Mais ce qui me fait le plus de mal, c'est qu'elle aille voir des hommes mariés. Qu'elle se rabaisse à ça. Ca reste la mère de ma fille, et de l'entendre dire : "Mais j'en ai besoin" ça me fait mal. Qu'elle ait besoin de coucher avec des hommes mariés pour exister, de faire du mal à d'autres (au sens où elle rend aussi des femmes cocues), c'est difficile à encaisser. J'arriverais probablement mieux à accepter qu'elle sorte avec un homme célibataire et que ça ne fasse de mal à personne.
Ca c'est quelque chose que je trouve étrange.
Madame fréquente des hommes mariés. Techniquement, tu pourrais dire "c'est sale", "ce n'est pas bien", "ce n'est pas réglo pour les épouses" sans que cela ne t'affecte puisque tu n'es plus en couple avec elle. Toi tu choisis de dire "ça me fait mal". En quoi?
Techniquement, ce qui devrait te faire mal c'est le principe d'être allé voir ailleurs pendant que vous étiez en couple, et de ton point de vue ça aurait été pareil qu'elle soit sortie avec un homme marié ou un homme célibataire. Et puis maintenant que tu n'es plus avec elle en quoi le fait de savoir qu'elle couche avec untel ou untel peut te faire mal? Au plus cela devrait te dire "bigre, je m'étais sacrément trompé sur la personne avec qui j'ai vécu... tant mieux que je plie les gaules".
Igore38 a écrit : 3) Ma femme m'a promis qu'intra muros ça n'aurait pas lieu. J'espère qu'elle sera au moins honnête sur ce point. J'ai été clair sur le fait que ce serait intolerable.
Ca c'est bien par contre. Tu es séparé et hors de chez toi elle fait ce qu'elle veut; mais chez toi c'est bien d'avoir mis une limite franche.
Après... je chatouille là ou ça fait mal mais... Mettons qu'elle le fasse. Quand tu dis "c'est intolérable", concrètement tu ferais quoi? Après tout plusieurs fois tu lui as dit que telle ou telle chose était incorrecte sans qu'elle n'y change quoique ce soit. Du coup que mets tu derrière ça? Concrètement qu'es tu prêt à faire si madame te manque de respect une fois encore, jusqu'ou es tu prêt à aller? Parce que dans ta situation (inconfortable mais temporaire) la vraie question est celle là : jusqu'ou suis je prêt à aller pour défendre mon propre respect?
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Histoire banale ?

Message par Sans Prétention »

Re
igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 Je lui ai en gros dit que ce qui me vexait dans le fait qu'elle la porte encore, c'est que ça me donnait la sensation qu'elle la portait comme un trophée, surtout si elle la gardait en couchant avec d'autres hommes.
Que ça faisait genre : "regardez, je fais cocu mon mari".
Et là elle l'a retirée.
C'est con, c'est un détail, mais moi ça me fait du bien.
Il m'a été rapporté une fois qu'un homme (un cf bien sous tous "rapports") avait un faible pour les femmes mariées... Plus de sensations d'après lui.
Ce n'est qu'une anecdote mais qui à mon sens en dit long...

igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 je me rends bien compte que s'exprimer à l'écrit sur un forum ne permet pas forcément d'exprimer les choses comme elles devraient l'être
J'en suis bien conscient.
C'est pourquoi par prudence je préfère parler de tendances générales et de scénarios possibles.
J'admets forcer le trait souvent aussi. Ça permet de poser des questions de manière "percutante"... Et sans violence 😅

J'aime à penser qu'on se positionne mieux par rapport à des repères. Et comme sur les plages bondées en été, l'idéal c'est d'en avoir plusieurs.

Sur le ménage et le partage des finances, je comprends parfaitement et le 50/50 dans cette configuration me paraît impossible dans votre contexte.
Il n'empêche qu'il y a des avancées majeures en la matière : tu sembles avoir compris que même dans ces "détails" tu pouvais maintenir une forme de lien paternaliste à l'origine du pseudo fonctionnement de votre couple. Comme on dit, le diable se cachant dans les détails, tu as saisi que toute action envers l'ex est chargé de significations qui influent sur la situation générale.

igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 ce qui me fait le plus de mal, c'est qu'elle aille voir des hommes mariés. Qu'elle se rabaisse à ça. Ca reste la mère de ma fille, et de l'entendre dire : "Mais j'en ai besoin" ça me fait mal. Qu'elle ait besoin de coucher avec des hommes mariés pour exister, de faire du mal à d'autres (au sens où elle rend aussi des femmes cocues), c'est difficile à encaisser. J'arriverais probablement mieux à accepter qu'elle sorte avec un homme célibataire et que ça ne fasse de mal à personne.
Je te rejoins sur ce point. Et je vois toute la symbolique par rapport aux valeurs que tu souhaites inculquer à ta fille. Je pense comme DNJ que tu peux t'en foutre d'un point de vue "amoureux". Vous n'êtes plus un couple. Mais je vais m'éloigner de son analyse en disant que d'un point de vue éthique, tu es en totale contradiction éducative avec la mère de ta fille. J'imagine que ça te ferait autant de mal que si c'était ta tante ou une amie. Dont acte.

igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 En ce qui me concerne, j'exagère peut-être en utilisant le mot rabaisser en ce qui concerne rencontrer quelqu'un. Mais c'est surtout que les plans d'un soir, ça ne m'intéresse pas. Du coup si vraiment je rencontrais quelqu'un de bien, je ne m'imaginerais pas lui imposer une situation pareille. Je préfèrerais clairement attendre d'être définitivement seul pour être en totale liberté vis à vis de cette éventuelle autre personne.
Si c'est un principe général pourquoi pas.
Si c'est une croyance limitante, faut faire gaffe : tu risquerais de laisser passer la chance de ta vie. S'il y a une chance sur un million... Il faut la reconnaître. Ce qui n'empêche pas de travailler en douceur la séparation.
Alors pareil, je vais parler d'un exemple que je connais plutôt bien qui est celui de Motrix que j'ai eu la chance de rencontrer. Son merveilleux pas de côté l'a sorti des griffes d'une malade mentale (j'emploie le mot en le pesant : il y a eu avis médical).
D'autres ont été dans un schéma similaire. Je pense par exemple à Maxime... Ici : viewtopic.php?p=52251&sid=2d080427bf04d ... 0fd62a43e6

Parfois c'est salutaire, parfois destructeur.
C'est salutaire quand l'intention n'est ni de se venger ni de se réparer. C'est destructeur dans le cas inverse.
On n'est plus dans les années 50. Certaines configurations sont très compréhensibles par la plupart des personnes qui souhaitent refaire leur vie. Par contre, comme toi, je me méfierais des femmes pour qui il n'est pas gênant d'avoir le beurre et l'argent du beurre : symboliquement, tu pourrais, retomber sur ta femme... :bonk:

Comme le dit le proverbe, c'est l'intention qui compte (il y a à dire mais on peut vérifier les tendances).

igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 Vis à vis de la thérapeute, en fait ce n'est pas tant que je ne sois pas d'accord avec ses analyses, que de son manque d'analyse et d'accompagnement. En effet, elle s'est contentée de nous écouter à tour de rôle. De reformuler nos propos (en sachant que ma femme prenait un temps fou à s'exprimer du coup les séances n'avançaient pas). Elle refusait que l'on parle du quotidien et du coup les discussions étaient toujours dans les nuages. Elles ne nous apportait aucun outil pour nous aider dans notre communication... bref je trouvais ces séances quasi inutiles.
Quand j'en ai discuté avec ma psy qui est aussi psychologue conjuguale ça l'a choquée. Qu'elle ne nous donne aucun outil ou exercice pour tenter de communiquer correctement dans le quotidien notamment. Après c'est vrai que ma psy est une thérapeute comportementaliste, donc très dans le pragmatisme, les exercices à faire entre chaque séance, l'analyse scientifique par des tableaux... Moi ça me va super bien parce que je suis comme ça.
Et sinon les rares fois où cette psy a pris la parole, c'était pour partir dans des délires que je comprenais pas. Je le lui disais, mais elle m'ignorait presque et ne reformulait pas. Et au final, au bout de 7 séances, la conclusion c'était que c'était ma femme qui avait besoin d'une thérapie et que je ne servais pas à grand chose...
Intéressant. Je vais te rejoindre sur ces remarques.
Comme souligné plus haut, je n'adhère pas aux propos fumeux ou aux théories qui n'ont aucune accroche avec le réel.
D'ailleurs si ce site a une vertu, c'est bien celle-ci : il permet de repenser notre système. Après, chacun fait ce qu'il veut de ce qu'il a trouvé. Ceux qui n'arrivent pas à surmonter leurs représentations primitives sur le monde galèrent plus longtemps.

igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 Sinon concernant le 2e 2), "fils ou filles de cocu.e.s" est-ce que tu parles du post "Famille, enfant" de la catégorie sondages ou d'un autre ? Si c'est d'un autre je ne vois pas trop où se trouve ce post (même avec la fonction recherche je ne trouve pas de post avec ce nom). Si tu as un lien je suis preneur car cela m'intéresse grandement
Déjà il y a cette conversation engagée entre Sophit et DNJ... Ici :
viewtopic.php?p=68710#p68710

Dans les adultèmes tu te rapporteras surtout au fil consacré aux casseroles des infidèles.
Certes, je dois le remanier en évacuant l'introduction fumeuse que j'ai postée mais des tendances se dessinent... (attention : il y a plusieurs chapitres)
viewtopic.php?f=40&t=3729


igore38 a écrit : ven. 15 janv. 2021 09:48 L'alternance des sorties pour surveiller la petite, on a convenu de mettre ça en place. Mais pour le moment les sorties... Donc dès que possible ça servira.
Ouaip. Sale contexte.
Mais elle arrive bien à avoir des aventures en dehors au point qu'elle n'a pas tellement le temps pour le ménage...
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Bonjour à tous,

Désolé du temps mis pour répondre, j'ai pris quelques jours de congés et j'aime bien me déconnecter des écrans quand c'est le cas, ça fait un bien fou. :D
Dnj a écrit : ven. 15 janv. 2021 16:17 Ca c'est bien par contre. Tu es séparé et hors de chez toi elle fait ce qu'elle veut; mais chez toi c'est bien d'avoir mis une limite franche.
Après... je chatouille là ou ça fait mal mais... Mettons qu'elle le fasse. Quand tu dis "c'est intolérable", concrètement tu ferais quoi? Après tout plusieurs fois tu lui as dit que telle ou telle chose était incorrecte sans qu'elle n'y change quoique ce soit. Du coup que mets tu derrière ça? Concrètement qu'es tu prêt à faire si madame te manque de respect une fois encore, jusqu'ou es tu prêt à aller? Parce que dans ta situation (inconfortable mais temporaire) la vraie question est celle là : jusqu'ou suis je prêt à aller pour défendre mon propre respect?
En effet, tu chatouilles là où ça fait mal. :bonk:
Pour être honnête, avant que tu ne me poses la question, je ne sais pas ce que j'aurais fait dans ce cas-là.
Mais du coup maintenant que j'y ai réfléchi, je pense que j'irais déposer ma demande de divorce directement, libre à elle après de bien vouloir en faire un divorce à l'amiable. Bien sûr j'y perdrais probablement, mais bon, si elle dérogeait à cette promesse, cela voudrait dire que je ne pourrais lui accorder aucune confiance, ne serait-ce limitée...

@Sans Prétention : merci pour les liens, que j'ai parcouru. Une très belle histoire, et de sales histoires concernant les relations avec les enfants.
Et une constante que j'ai pu relever : les enfants ont le plus souffert quand les adultes n'ont pas été honnêtes.
Bon ça parait une évidence mais c'est toujours à souligner.
De mon côté ce qui me rassure c'est que je tiens en très haute estime ma belle famille. On est tous en phase sur l'avenir de ma fille (grand parents, oncles, tantes...). Donc au moins je me dis qu'à ce niveau ça devrait bien se passer, reste à voir comment se comportera ma femme avec ma fille dans le futur...
Avatar du membre

Dnj

Re: Histoire banale ?

Message par Dnj »

igore38 a écrit : jeu. 21 janv. 2021 14:50 Mais du coup maintenant que j'y ai réfléchi, je pense que j'irais déposer ma demande de divorce directement, libre à elle après de bien vouloir en faire un divorce à l'amiable. Bien sûr j'y perdrais probablement, mais bon, si elle dérogeait à cette promesse, cela voudrait dire que je ne pourrais lui accorder aucune confiance, ne serait-ce limitée...
:jap: :jap: :jap:
Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Salut à tous,

Je n'avais pas donné de nouvelles depuis longtemps.
Des hauts et des bas depuis mon dernier message comme je vais vous le raconter.

Début 2021 j'avais accepté l'idée de divorcer, ça me paraissait inévitable.

Cependant madame entrait dans une phase de thérapie intensive avec sa psy.
Et elle a eu des déclics successifs en deux mois :
- plus d'amants
- se concentrer sur elle même (c'est ce que je lui avais demandé car je ne concevais pas un divorce où je voyais la mère de ma fille aussi mal)

Et ce qui devait arriver arriva, on est retombés amoureux.
J'ai été hyper craintif pendant plusieurs mois avec ça.
Mais arrivés à l'été, on était de nouveau ensembles.
Moi je luttais pour ne pas retomber dans les travers de la surveiller et pour être capable de lui faire à nouveau confiance.
Puis depuis un an (donc en gros de mai 2021 à mai 2022) impeccable et moi j'avais retrouvé ma confiance en elle.
On s'était imposés de nouvelles façons de fonctionner dans le couple, des moments à nous, des weekend en amoureux...
Bref j'étais super fier qu'on soit arrivés à surmonter cette épreuve ensembles, j'avais l'impression d'être encore plus amoureux d'elle en fait parce que je pensais qu'on reconstruisait sur des bases bien plus solides.

Mais ça c'était avant.

Je retombe actuellement dans une situation détestable.
Fin mai, ma femme redevient hyper distante et froide d'un seul coup.
Elle me dit qu'elle va revoir sa psy car elle ne comprend pas ce qui lui arrive (car ça faisait 3 mois qu'elle n'allait plus la voir, d'après elle et sa psy il n'y en avait plus besoin).
Au bout de trois semaines, n'en tenant plus, je lui dit qu'il faut qu'on discute, d'autant qu'elle m'avait annoncé peu avant : je prépare un truc avec ma psy, une sorte de lettre, car je n'arrive pas à te dire certaines choses.
Vous vous doutez de l'état dans lequel m'a mis cette déclaration.
Donc je n'ai pas pu attendre et j'ai déclenché la discussion.

Et donc fin juin, discussion : elle me lit ce qu'elle avait déjà préparé avec sa psy.
En gros qu'elle étouffe, qu'elle ne comprend pas pourquoi mais qu'en gros le plus important c'est qu'elle ne m'aime plus.
Qu'elle a besoin qu'on se sépare, de vivre sa vie etc...
Timing bien pourri car à deux semaines des vacances.
On part en vacances une semaine en juillet quand même car tout réservé et promis à notre fille.
Ce qui nous a permis de discuter certains soirs calmement (on discute toujours calmement mais là c'était vraiment bonne ambiance).
Je fulmine parce que je vois qu'on s'entend toujours bien, qu'on a globalement le même avis sur tout mais toujours un truc qui ressort :
Elle étouffe, elle a besoin qu'on se sépare, que c'est la seule solution pour elle, et je n'y comprends rien.

Et voilà où on en est actuellement. Dès qu'on discute on en revient à cette rengaine : la séparation est sa seule option, elle n'en voit pas d'autre, et ne m'aime plus.
Malgré notre amitié, essayer de reconstruire notre couple sur de vraies bases saines (parce que finalement depuis un an c'était pas vraiment sain puisqu'elle a laissé pourrir sans rien me dire ou me laisser sentir, au mois de mai j'avais encore droit à des messages d'amour), c'est pas envisageable pour elle.
Et maintenant il faudrait que tout aille vite. Elle voudrait déjà qu'on se sépare en septembre.
On galère à discuter sur les points logistiques parce moi je ne suis pas prêt.
J'accuse le coup. Mon ancienne psy n'est plus disponible alors je dois en trouver une nouvelle mais pas de rendez-vous possible avant septembre et d'ici là je ne saurai même pas quelles seront mes disponibilités.

Et mêlé à tout ça, mon radar à embrouilles adultérine se remet en alerte maximale parce qu'au moment (donc en mai) où elle a recommencé à être distante, elle a rencontré un vieux copain de lycée.
Et depuis deux mois, elle discute avec lui en permanence. Téléphone, messages WhatsApp et j'en passe.
Elle refuse de me le présenter ou de me parler de lui parce qu'elle considère que c'est son "jardin secret", sa "soupape" dont elle a besoin pour tenir le coup.
Mais vous voyez le truc. Je me dis forcément qu'elle me prend pour un jambon, qu'en fait elle est tombée amoureuse de lui et que c'est pour ça qu'elle veut qu'on se sépare aussi vite.
Je n'ai ce coup-ci aucune preuve d'un éventuel nouvel adultère parce que maintenant elle sécurise bien son portable. Et je n'ai aucun exemple de la teneur de leurs échanges.
Mais ça me rend fou.
Peut-être que c'est vrai, qu'il n'y a rien entre eux et du coup je cogite à tout va pour rien.
Soit je me refait enfumer.
Donc c'est compliqué à gérer.

Tout ça pour en arriver à une conclusion : maintenant je m'en veux de ne pas avoir divorcé l'année dernière.
Ca aurait finalement été beaucoup plus simple et c'était clair dans ma tête car j'avais toutes les cartes en main.
Maintenant je dois de nouveau me préparer à un divorce, et alors que je pensais y être préparé, et ben en fait c'est le bordel, niveau timing, niveau sentiments, avec notre fille de 4 ans au milieu...

Voilà voilà, j'avais besoin de vous raconter tout ceci.
Comme dit je vais retourner chez un/une psy dès que possible car je sais qu'il n'y a que ça qui me permettra d'avancer vraiment.
En attendant rien que le fait d'avoir écrit tout ça m'a fait du bien et je sais que vous êtes tous toujours bienveillants ici.
Preneur de conseils ou d'analyses évidemment même si je sais que là on n'est pas forcément dans le spectre de l'adultère (enfin je sais pas, comme vous voyez).

En vous souhaitant à tous bonne lecture et surtout une bonne journée !
Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 309
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Histoire banale ?

Message par Fishbone »

Salut Igore,

Comme une impression de déjà vécu en te lisant.

Ah ben ouais, tiens? M'est arrivé presque pareil. Tes mots résonnent fort en moi. "Presque", car visiblement, au moment où il t'arrive ce qu'il t'arrive, j'étais prêt à laisser tomber.

On avait décidé de reconstruire. De bonnes périodes, des discussions "apaisées", une lueur d'un avenir en couple reconstruit plutôt positif.

Puis, le radar qui se remet en mode warning.

Elle retourne voir sa psy et....
igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 10:17 Et voilà où on en est actuellement. Dès qu'on discute on en revient à cette rengaine : la séparation est sa seule option, elle n'en voit pas d'autre, et ne m'aime plus.
Malgré notre amitié, essayer de reconstruire notre couple sur de vraies bases saines (parce que finalement depuis un an c'était pas vraiment sain puisqu'elle a laissé pourrir sans rien me dire ou me laisser sentir, au mois de mai j'avais encore droit à des messages d'amour), c'est pas envisageable pour elle.
Et là, tu te dis "merde! J'ai tout donné depuis 1 an, j'ai cru tes paroles (et tes actes aussi, comme des mots d'amour), je me suis reconstruit avec toi en tête, mais là, tu me l'as remise à l'envers? Encore? Alors que je t'aime "à nouveau?"

Même le coup que ça tombe mal à cause des vacances, je m'y retrouve :fou:

Et ensuite, hop! Un ch'tit coup de "je discute avec un ancien ami"
igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 10:17 Peut-être que c'est vrai, qu'il n'y a rien entre eux et du coup je cogite à tout va pour rien.
Soit je me refait enfumer.
Hem! Soit honnête avec toi-même là. Tu te connais mieux maintenant. Si tu cogites autant, sans même avoir besoin de preuves, car elle t'en parle ouvertement (qu'elle discute avec un mec), tu penses pas que ton subconscient sait, mais que vu la situation apaisée entre vous, ton conscient refuse d'ouvrir les yeux?

Le "non, il se passe rien mais je discute beaucoup avec un ancien ami blablabla"....... tu sais ce qu'il se trame, sinon, je pense que tu ne nous en parlerais même pas... Oui, bien sûr que je peux me tromper, et que cette théorie est naze. Ou pas?

Et toi, es-tu absolument sûr d'être retombé amoureux?

Bien évidemment, chacun son histoire et chacun sa façon de penser. Heureusement d'ailleurs.

Jamais de jugement, mais ne serait-ce pas le temps de voir les choses différemment? C'est-à-dire, admettre que vous avez essayer, tout mis en œuvre pour que ça roule à nouveau mais qu'en fait, l'amour dont tu parles, ne s'est-il pas transformé en une amitié (profonde)?

Loin de moi l'idée de te dire "casse-toi", simplement, ayant vécu cela, ne faut-il pas penser à te repositionner sur ton couple?

J'ai posté il y a quelques jours la suite de mon histoire, qui pourrait peut-être t'intéresser. Ouaip... l'est arrivé un moment, le même que toi, où elle était quasi retombé dans ses travers. Sauf qu'elle pouvait/voulait plus me détruire comme la première fois. Alors, on en parlé, et parlé et parlé. Jusqu'à arriver à la conclusion que notre relation, malgré nos efforts (ou grâce à nos efforts???), s'est transformée en profonde amitié (plus que ça, c'est la mère des mes enfants, pas juste une copine).

Alors, on s'est séparé et sommes devenus, uniquement au nom de nos filles (ça restera toujours pour moi une énorme p.... de m... à la ...), des associés, gérant une "entreprise familiale". Depuis, plus le temps passe, meilleure est notre relation. Et.... mieux vont nos vies. Et oui, même si ici, ça me gave de le dire, nous sommes devenus ami (c'est délirant de dire ça).

A dispo au cas où.

Quoiqu'il en soit, essaye de retirer ce qui pourrait être positif pour toi ta fille.

Surtout, surtout, ne te laisse pas tirer vers le bas ce coup-ci! Tire le maximum d'enseignements possibles de ta situation.

Et respire :petard:

:A+ :fleur
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.
Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Salut Fishbone et merci beaucoup de ta réponse.

Je pensais avoir lu en détail à peu près tous les témoignages de ce forum il y a deux ans et là je me rends compte que comme tu dis les similitudes dans nos deux histoires sont assez ahurissantes. :bonk:
J'ai relu une bonne partie de ton post "3 ans après" et c'est flagrant.

Et du coup si tu le permets j'aurais quelques questions sur le dernier post que tu as mis sur ce fil (le 26 juillet) car il y a des éléments que je trouve incroyables et auxquels au stade où j'en suis j'aimerais réussir à accéder.

Par exemple, tu dis que vous avez foiré votre mariage (jusque là comme moi), mais super bien réussi votre divorce. Que vous êtes une "entreprise" familiale. Mais malgré tout tu continues à la traiter de noms d'oiseaux ce que je comprends. Mais du coup je me dis : "je pourrai jamais réussir à collaborer avec elle si je continues à penser ça d'elle". Je sais que l'intérêt de notre fille prime sur tout ça c'est clair, mais être capable de ça, même dans l'intérêt de ses enfants, purée pour le moment c'est dur.

D'ailleurs du coup je remarques que c'est un des points sur lesquels on diffère visiblement :
- Moi je me dis, si j'ai plus aucune confiance en elle, que je continue à croire qu'elle va voir ailleurs, qu'elle me la fait à l'envers (rapport au gars avec qui elle discute en ce moment), je n'arriverai jamais à croire qu'on arrivera à s'entendre suffisamment pour le bien de notre fille. Donc je tâche de me convaincre (et c'est dur) que non, elle ne va plus voir ailleurs, pour tenter de garder un avis a minima positif sur elle. Mais tu es loin d'être le seul à me dire : non mais arrêtes t'es con si t'as le doute et que dans tes trippes ça dit qu'elle te trompe c'est le cas même sans preuve. C'est trop gros !
- Toi, je remarque que tu as pris le paradigme inverse, c'est à dire que tu la traites toujours de noms d'oiseaux, tu n'as pas pardonné, mais t'arrives à collaborer avec elle.

Tout ça pour une question : penses-tu que cette différence que l'on a, pour toi, est un élément décisif dans cette collaboration parentale ? Genre c'est en la traitant de tous les noms et en étant lucide sur ce qu'elle est que tu arrives à la supporter ? (Oui je sais je crois que je réponds à la question mais là c'est dur je me retourne le cerveau parce que tes messages me font comme un éclair).

Pourquoi je te pose la question ? Parce que mon inquiétude principale est ma fille. Je pense que je saurai supporter la séparation d'avec ma femme même si je l'aime encore parce que je trouve que juste le couple, ça s'apparente plus à un deuil, et ça le deuil je sais gérer.
Par contre gérer le fait que cette femme j'y serai toujours attaché le reste de ma vie parce que c'est la mère de ma fille, et qu'en plus ma fille aura des parents séparés, ça j'y arrive pas encore. D'ailleurs dès que j'ai trouvé un nouveau psy c'est la première chose pour laquelle je lui demanderai de l'aide.

Autre question, c'est par rapport à ta phrase : "Après, niveau relationnel amoureux, bouaif.... y'a encore du boulot, nos coeurs ont pris cher, c'est sûr! Mais faut y croire!"
Là pareil, ça raisonne en moi parce que je me dis que vu ce que je viens de vivre, niveau amour je suis bien écorché et ça me parait inconcevable pour moi désormais de retomber amoureux, j'aurai jamais vraiment plus confiance en une femme, je serai toujours sur mes gardes. En tout cas c'est ma pensée du moment mais j'aimerais vraiment me tromper (hoo oui j'aimerais vraiment).
Mais du coup toi, vu ta phrase, t'en es où si c'est pas trop indiscret ? Peux-tu expliciter ?

Sinon sur le reste de ce que tu as dis en effet similitude totale.
- Le "j'ai tout donné" pour reconstruire notre couple depuis un an et pour quoi ? Pour ça ? Bien dég... alors que pareil j'avais tout juste recommencé à l'aimer, et mieux en plus (en tout cas pour de meilleurs raisons qu'une dépendance affective à la con) donc c'est encore plus dur.
- Soit disant elle ne veut pas me détruire comme la première fois, mais au final c'est ce qu'elle fait (là par contre heureusement par rapport à la première fois je suis un peu mieux armé, je prends plus de recul, ne me dévalorise plus...).
Etc...
Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 309
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Histoire banale ?

Message par Fishbone »

Par exemple, tu dis que vous avez foiré votre mariage (jusque là comme moi), mais super bien réussi votre divorce. Que vous êtes une "entreprise" familiale. Mais malgré tout tu continues à la traiter de noms d'oiseaux ce que je comprends. Mais du coup je me dis : "je pourrai jamais réussir à collaborer avec elle si je continues à penser ça d'elle". Je sais que l'intérêt de notre fille prime sur tout ça c'est clair, mais être capable de ça, même dans l'intérêt de ses enfants, purée pour le moment c'est dur.
Bah tu vois, même après toutes ces années, tes questions me poussent à une introspection, comme quoi... :pousse:

Je te livre quelques pensées, un peu brut de décoffrage, faisant volontairement fî des diverses des années écoulées qui ont permis une telle prise de distance.

Donc, oui, Je la traite de noms de piafs pour ce qu'elle a fait. Non, je n'ai pas pardonné ses actes.

Par contre, j'ai fini par pardonner à la mère de mes filles. Pardonné à cette personne avec qui j'ai taillé 18 ans de route de ma vie. Pardonné à cette personne qui a quand-même essayé de reconstruire, sincèrement au début.

Cependant, les dissensions, les ressentis et le temps, ont clairement fini par transformer (modifier?) notre amour, en amitié. Non, pas en amitié justement. En effet, les termes "entreprise familiale", "associée +", trouvés quand j'avais consulté une psy après la découverte, m'ont beaucoup aidés à redéfinir notre relation.

Les noms de piafs, après tout ce temps passé, je les garde pour vous (et pour moi). Je garderai toujours en moi, comme un besoin de se souvenir, pour que plus jamais je ne revive cela. J'aurai toujours en moi cette aiguille plantée dans la gorge (au sens propre, je me suis chopé une tumeur bégnine mais à quelques heures, fatale dans la gorge). Je n'ai plus les ressentis d'avant, ceux qui me faisait voir cette "nouvelle inconnue" à travers le prisme de la haine.

Le temps, et le fait d'avoir pu redéfinir ce que je ressentais ou ne ressentait plus pour elle, a fini par me permettre de faire le deuil de la femme immonde que j'avais en face de moi, en maman aimante et investie pour ses enfants.

Le prisme à travers lequel je la voyais n'est plus le même. La lumière y est réfractée différemment. Plus douce, plus pastelle.

Elle est passée du côté "associée", me permettant effectivement de la voir comme une collègue(imposée), une personne avec qui tu dois collaborer pour un "bien" commun. Une personne dont je n'ai plus du tout les mêmes idées, la même vision des choses, mais avec qui, comme dans nos emplois respectifs, nous devons trouver un terrain d'entente, afin de pouvoir collaborer.

Puis, le temps permet aussi d'apaiser certaines rancœurs, te permettant de pouvoir à nouveau revoir certains points positifs de ton bourreau.

Après, et cela m'a été récemment retourné en quasi reproche, je suis quelqu'un qui laisse toujours une porte ouverte. J'ai tendance à vouloir pardonner à tout prix, car j'en retire, si j'y arrive, toujours une grande fierté (et dans nos cas, se permettre d'être un peu fier de nous, ça fait du bien). Car oui, avoir su pardonner à la personne m'a aussi aidé à me reconstruire au niveau estime de soi. Maintenant, je pense que cela reste très personnel selon la pensée de chacun.

igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 15:25 "je pourrai jamais réussir à collaborer avec elle si je continues à penser ça d'elle"
En me permettant un avis, je te dirais que c'est pas forcément une question de "continuer à penser ça d'elle", mais plutôt une question de tenter de changer la vision que tu as d'elle. Pardonner la personne par nécessité (les enfants) et pour toi (estime de soi). Mais les actes restent impardonnables. Dissocier la personne et les actes quoi :beurk:
igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 15:25 Tout ça pour une question : penses-tu que cette différence que l'on a, pour toi, est un élément décisif dans cette collaboration parentale ? Genre c'est en la traitant de tous les noms et en étant lucide sur ce qu'elle est que tu arrives à la supporter ? (Oui je sais je crois que je réponds à la question mais là c'est dur je me retourne le cerveau parce que tes messages me font comme un éclair)
J'espère t'avoir apporté un semblant de réponse pour ta propre réflexion, sachant que nous fonctionnons tous différemment. TA solution sera peut-être diamétralement opposée à la mienne, ou peut-être un mix de plein de choses.


igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 15:25 Autre question, c'est par rapport à ta phrase : "Après, niveau relationnel amoureux, bouaif.... y'a encore du boulot, nos coeurs ont pris cher, c'est sûr! Mais faut y croire!"
Là pareil, ça raisonne en moi parce que je me dis que vu ce que je viens de vivre, niveau amour je suis bien écorché et ça me parait inconcevable pour moi désormais de retomber amoureux, j'aurai jamais vraiment plus confiance en une femme, je serai toujours sur mes gardes. En tout cas c'est ma pensée du moment mais j'aimerais vraiment me tromper (hoo oui j'aimerais vraiment).
Mais du coup toi, vu ta phrase, t'en es où si c'est pas trop indiscret ? Peux-tu expliciter ?

Merde, j'ai épuisé tous mes jokers, donc je suis obligé de répondre à cette question :cocu:

Des cocus, j'en connait beaucoup. La plupart connus ici-même. Sans tenir de statistiques, je pense pouvoir dire, qu'hormis quelques exceptions, peu sont les reconstruits qui n'ont pas eu un temps de galère sentimentale.
Pour moi, ma vision de l'amour a changé. J'ai beaucoup de peine à démêler mes sentiments, à m'y retrouver. Pas que je n'arrive plus à aimer. Mais que la retenue et la cassure avec laquelle j'aborde mes relations me font échouer.

Actuellement, je suis seul. Pas célibataire= ouvert à se mettre en couple, non, seul. Seul car cette fois, je dois, par respect pour une future relation, me remettre d'équerre, afin de savoir ce que j'ai envie/besoin lors d'une rencontre. Je ne veux plus faire de mal car je croyais être okay, mais ne l'étais en fait pas.

Depuis ma séparation, j'ai vécu deux histoires. Pour les deux (surtout la seconde), j'ai vraiment été persuadé que mon coeur avait changé. J'étais sûr d'avoir trouvé la femme de ma seconde vie. Mais visiblement, mon inconscient m'avait caché certaines choses. Du coup, alors que tout allait bien, j'ai buggé. J'ai pas de vrais explications j'avoue. J'ai paniqué, n'y plus cru, sans raison. Et... à regret immense. Je m'en veux d'avoir fait souffrir, bref...
Oui, je n'aime plus pareil. Cependant, et je le dis sans aucun doute, si un jour, je dois recroiser la bonne personne, tout se remettra d'aplomb, car l'Amour est plus fort que tout.

Donc, perso, je crois et croirai toujours en l'Amour avec un A majuscule. Mais le cocufiage nous a changé, nous empêchant certaines choses qui permettrait à un couple de fonctionner normalement.

Désolé pour la longueur.

Prendre son temps, s'écouter, avoir confiance en soi pour l'avenir. Voilà peut-être 3 clés importantes à avoir à son trousseau pour aborder l'après légèrement plus sereinement.

:fleur :fleur :fleur
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.
Avatar du membre

Mitsou78
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 749
Enregistré le : mer. 23 nov. 2016 18:22
Mon histoire : viewtopic.php?t=3907

Re: Histoire banale ?

Message par Mitsou78 »

Bonjour à vous deux, je vais rebondir sur vos écrits à l'un et à l'autre, pas par paroles d'évangile mais par propre ressenti, ce n'est peut être donc pas LA vérité, juste la mienne, pour ça je m'en excuse.

@igore38, si je prends le recul du regard qui s'impose directement, puisque extérieur à l'histoire, je trouve que "ça pu", que cela sent ou ressent la protection, je ne serai pas étonné que l'histoire ancienne ressurgisse, que le vieux pote d'école soit le sandwich d'hier.... Un goût de rassie, je trouve...
Vraiment un ressenti, aucune certitude, mais....
Elle joue deux tableaux, l'épouse redevenue modèle mais qui ne peut s'engager dans Votre relation ET le come back d'un prétendant (d'école ou de cul d'avant), un truc non ou mal assumé, je trouve.
Donc, à mon avis protège toi...

@vous deux, finalement la vie est seule réparatrice et nul ne peut à mon avis prévoir l'avenir en terme de relation future, avec celle qui part, avec celle qui se présentera demain ou après demain.
Ce que m'a appris l'adultère de mon épouse, c'est que finalement je ne suis et ne pourrai jamais être responsable des actes des autres. Que l'actuelle ou une éventuelle me fasse un petit dans le dos, finalement elle n'en sera que 100% responsable PARCE que elle n'aura pas emprunté le chemin de la parole, de la discussion, de la décision assumée. De ça je n'en serai plus jamais responsable.
La responsabilité du cocu dans un adultère est égale à 0.
Que l'on ait une responsabilité dans une relation dégradée, possible mais de la trahison aucunement, l'acteur en est 100% responsable et de ça je n'assumerai plus jamais aucune culpabilité.

C'est en cela que mon fonctionnement à fondamentalement changé, c'est que je n'aurai plus la volonté, le devoir ou l'obligation de me pardonner un acte qui ne relève aucunement de ma responsabilité.
L'actuelle ou une potentielle autre qui viendrait à partager ma vie et se vautrerai dans la couche d'un autre, ne méritera aucune estime et ne me fera surtout plus culpabiliser de SES propres actes et de la décision en découlant.
Adulte tu ne sais pas verbaliser tes travers, tes défauts, ton ressenti, ton besoin d'autre chose, alors la conclusion s'impose, pars !!!
Même si c'est la mère de mes enfants, tout en préservant ceux-ci, un fonctionnement se mettra naturellement en place et le temps fera qu'il y aura deux personnes dont l'intelligence fera que tout se passe au mieux pour eux..

Bon courage.
L'amour ne se fait bien que l'après-midi. Onze fois sur dix, l'adultère découle du fait que les époux se fréquentent seulement le soir. F. Dard
Pour une femme adultère, le premier amant seul compte, après ils ne se comptent plus. HF Amiel
Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Bonjour à tous les deux,

Je vais vous répondre séparément vu les teneurs.

@Fishbone : je te remercie pour les détails apportés, très constructifs me concernant.
Notamment cette dissociation de la femme et la mère de tes enfants. Cela me parle parce que je sais que je dois travailler là-dessus et que c'est ce que j'ai le plus de mal à faire.
Etant donné que mes sentiments ont toujours été mélangés à ce niveau.
En gros, j'ai choisi ma femme parce qu'elle voulait des enfants (entre autre) et qu'on avait la même vision d'éducation et c'est une des raisons pour lesquelles je l'ai aimée. Je sais que je simplifie mais en gros c'est l'idée, d'où une difficulté pour ma part à séparer parce que finalement ce que j'aimais, ben c'était la mère de mon enfant justement.
Mais je sais que je dois travailler là-dessus et ça me le confirme.

Pour ce qui est de la suite, je t'avoue que j'ai un peu peur qu'il m'arrive un peu la même chose. Et ce que tu me dis me rassure et m'inquiète à la fois mais en tout cas je te remercie de tous ces détails qui m'aideront justement peut-être à ne pas faire les mêmes erreurs.
Bon de toute façon je suis loin d'en être là donc je ne vais pas me mettre la rate au courboullion pour si loin.
Et en même temps comme je suis quelqu'un qui aime se projeter dans le futur, faut quand même aussi que je me dise que le futur ne sera peut-être pas si mal.
Faut continuer à croire au véritable amour comme tu dis.

Et ne t'excuse pas pour la longueur. Au contraire je t'en remercie parce que c'était très détaillé et parfois ce sont les petits détails, les petites phrases chocs anecdotiques qui font le plus réfléchir et pas forcément le résumé d'ensemble qu'on connais. En plus t'as vu moi aussi j'aime écrire des pavés. :D

@Mitsou78 : merci de prendre le temps de répondre également
Par rapport à ta première remarque, en effet faut que je me protège.
Comme tu dis aucune certitude mais... et c'est ce mais qui est usant.
Donc je tâche de me protéger psychologiquement au mieux.

Et sinon j'approuve totalement ta deuxième partie. Pour le coup sur ce type d'élément je n'ai pas de doute : la faute dans l'adultère c'est à celui qui la commet. D'ailleurs la première fois c'était l'élément pour lequel ça avait finalement été le plus rapide pour ma part à intégrer : NON je ne suis pas responsable du fait qu'elle soit allée voir ailleurs, même si comme on le sait on passe forcément au début par une phase durant laquelle on doit s'en convaincre et où on mélange tout.
Pour ma part, en ce qui concerne mes futures relations, ce qui m'inquiète le plus, c'est qu'étant naturellement quelqu'un d'assez pragmatique et indépendant, j'ai peur de rester plus tard dans un schéma où je ne pourrai jamais m'engager non pas parce que j'aurais peur d'être trompé, mais juste peur que le relation un jour se termine aussi. En gros j'aurai peut-être trop peur de rekiffer le célibat et de perdre mon indépendance. Je sais pas si ce sera facile de trouver une femme qui acceptera ces aspects chez moi... mais bon l'avenir nous le dira. :D

En tout cas merci à tous les deux.
Comme dit précédemment, en attendant de trouver la bonne psy, le simple fait d'extérioriser un peu mes pensées, même si c'est par écrit avec vous me fait du bien, et en plus vous m'apportez des éléments de réponse pertinents dans ma réflexion, que demande le peuple ! :jap:
Ce soir on dépose notre fille chez son papi et on va reprendre notre discussion avec ma femme.
Je n'ai pas encore vraiment préparé ce que je vais lui dire mais au moins nos échanges me redonnent un peu de pêche !
Avatar du membre

Fishbone
Cornes d'Or
Cornes d'Or
Messages : 309
Enregistré le : dim. 14 déc. 2014 19:31

Re: Histoire banale ?

Message par Fishbone »

Mitsou78 a écrit : jeu. 11 août 2022 13:05 @vous deux, finalement la vie est seule réparatrice et nul ne peut à mon avis prévoir l'avenir en terme de relation future, avec celle qui part, avec celle qui se présentera demain ou après demain.
Ce que m'a appris l'adultère de mon épouse, c'est que finalement je ne suis et ne pourrai jamais être responsable des actes des autres. Que l'actuelle ou une éventuelle me fasse un petit dans le dos, finalement elle n'en sera que 100% responsable PARCE que elle n'aura pas emprunté le chemin de la parole, de la discussion, de la décision assumée. De ça je n'en serai plus jamais responsable.
La responsabilité du cocu dans un adultère est égale à 0.
Que l'on ait une responsabilité dans une relation dégradée, possible mais de la trahison aucunement, l'acteur en est 100% responsable et de ça je n'assumerai plus jamais aucune culpabilité.
300% en accord avec ce que tu écris Mitsou le :jap: . Je me permets justement, pour nos amis qui lisent, de le relever encore. Je pense que ce point concernant la culpabilité est primordial dans sa reconstruction personnelle, mais aussi en cas de reconstruction du couple.

Pour sa propre reconstruction: ne plus culpabiliser aide, à mon avis, à passer un cap pour avancer. Aide aussi pour toute la suite de sa vie.

Pour une reconstruction du couple: le but n'étant pas que le "fautif" ne soit pas culpabilisé toute sa vie (sous peine que ce dernier ne veuille plus évoquer ce sujet ou retombe dans ses travers). A mon avis, si le fautif accepte ce qu'il a fait ET que vous (nous) admettions que ce n'est pas à nous de porter les erreurs de l'autre, là aussi, cela permettra au couple de pouvoir passer un cap et avancer dans sa reconstruction.

A titre perso, ce fût un gros travail que ma psy avait fait avec moi (je suis le genre de mec qui a tendance a prendre toute la faute sur les épaules pour pour que l'autre en soit "soulagé"). Et ça, ça empêche beaucoup d'avancer.
Mitsou78 a écrit : jeu. 11 août 2022 13:05 Elle joue deux tableaux, l'épouse redevenue modèle mais qui ne peut s'engager dans Votre relation ET le come back d'un prétendant (d'école ou de cul d'avant), un truc non ou mal assumé, je trouve.
Donc, à mon avis protège toi...
Là aussi, j'adhère. C'est un point commun dans nos histoires. L'ancien copain de classe qui, comme par hasard, repointe le bout de son nez à ce moment là de la vie... Bouaif... C'est cet ancien camarade qui fût son premier mec (elle sortait avec au moment de la séparation) quand on a décidé de se séparer. Ce fantôme, revenu du passé qui a été le dernier fusible... qui s'est avéré être au final, un des innombrables sandwichs (il trainait donc dans les parages depuis un bon moment). Igor, je déteste dire ça mais ouais, je trouve que ça sent le moisi là. J'espère sincèrement me tromper. Elle te doit d'être très clair à ce sujet. Limpide même.
igore38 a écrit : jeu. 11 août 2022 14:36 Pour ce qui est de la suite, je t'avoue que j'ai un peu peur qu'il m'arrive un peu la même chose. Et ce que tu me dis me rassure et m'inquiète à la fois mais en tout cas je te remercie de tous ces détails qui m'aideront justement peut-être à ne pas faire les mêmes erreurs.
Bon de toute façon je suis loin d'en être là donc je ne vais pas me mettre la rate au courboullion pour si loin.
Et en même temps comme je suis quelqu'un qui aime se projeter dans le futur, faut quand même aussi que je me dise que le futur ne sera peut-être pas si mal.
Faut continuer à croire au véritable amour comme tu dis
Pour préciser, quand j'ai évoqué que nos coeurs avaient pris chers. Premièrement, ayant eu pas mal d'amoureuses avant de me marier, je sais que mon coeur ne fonctionne plus comme avant. Comme s'il me manquait quelque chose. Mais je ne doute absolument pas de pouvoir re aimer. J'ai re aimé passionnément, à la folie même, sûr de moi. Sauf que j'ai merdé grave et je pense que c'est une question de pas avoir pu lâcher prise.
Et il ne faut pas oublier que nos coeurs ont pas compris ce qu'il se passait. Ils pensaient avoir trouvé leur moitié pour la vie. Ils avaient pas prévu de devoir se remettre en mode "je balance des papillons à mon collègue le ventre" , si tu vois ce que je veux dire. Et, à mon avis, nos sentiments ont changés aussi avec l'âge.

:fleur
« On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une », Confucius.
Avatar du membre

Sans Prétention
Modérateur
Modérateur
Messages : 3871
Enregistré le : jeu. 5 mars 2015 19:32

Re: Histoire banale ?

Message par Sans Prétention »

igore38 a écrit : mer. 10 août 2022 15:25 - Moi je me dis, si j'ai plus aucune confiance en elle, que je continue à croire qu'elle va voir ailleurs, qu'elle me la fait à l'envers (rapport au gars avec qui elle discute en ce moment), je n'arriverai jamais à croire qu'on arrivera à s'entendre suffisamment pour le bien de notre fille. Donc je tâche de me convaincre (et c'est dur) que non, elle ne va plus voir ailleurs, pour tenter de garder un avis a minima positif sur elle.
Hello. Petit passage rapide sur le forum.
Il y a le couple parental d'un côté et le couple amoureux de l'autre. L'idéal, surtout quand on croit au grand Amour (plutôt de type monogame), c'est que les deux soient le même (le couple parental et le couple amoureux). Or, ce n'est pas (plus ?) systématique.

Bon courage cher Amigore.
:fleur
Il existe pour chaque problème complexe une solution simple, directe et fausse (H.L. Mencken)
Avatar du membre

Auteur du sujet
igore38
Cornes de Bronze
Cornes de Bronze
Messages : 48
Enregistré le : lun. 11 janv. 2021 15:01
Mon histoire : viewtopic.php?t=4422

Re: Histoire banale ?

Message par igore38 »

Salut à tous,

J'ai fait une petite pause forum ce weekend car on s'est rendus à un mariage.
Mariage dont j'étais en plus le témoin du marié et ma femme la maquilleuse de la mariée donc pas trop le choix d'y aller.
Au final on y est allés un peu à reculons mais ça s'est bien passé, on a réussi samedi et dimanche à mettre de côté nos différents par respect pour les mariés. Et c'est allés au delà puisqu'on a même réussi à passer un bon moment et à s'apprécier, à rigoler...
Même pas trop de ressentiments au moment des discours, engagements en mairie... juste un peu de nostalgie.
Donc lundi matin j'étais pas mal reboosté parce que je me suis dit OK, on est capables de s'entendre et de partager gentiment.

Mais hier on a profité de la sieste de la petite pour commencer à discuter logistique et de comment on voit les prochaines étapes (séparation, divorce...) et là un peu la cata.
Impossible de se mettre d'accord sur rien, on a accrochés sur des détails et des vieux ressentiments (vous savez la dispute qui finit indubitablement sur les ressentiments sur la belle mère...).
Au final je me rends compte que moi j'avance, pourtant sans psy pour le moment (j'en rappelle une autre cet aprem), et elle, malgré les séances de psy en fait elle patauge. Elle reste coincée dans le passé. Au final hier elle ne m'a fait que le constat de tout ce qui n'a pas marché et qu'elle voulait se barrer le plus vite possible et que c'est la seule solution pour elle pour aller mieux.
Moi je refuse toujours d'infliger ça à notre fille, franchement je ne vois pas comment lui imposer une garde alternée entre chez nous (chez moi) et chez son grand-père (où ma femme compte aller le temps de se retourner) peut coller en même temps que la rentrée.
Donc voilà où j'en suis, j'essaye de la convaincre d'attendre au moins le mois d'octobre en ce qui concerne notre fille, en lui proposant quand même de commencer doucement en mode 2-3 jours de temps en temps pour habituer notre fille.

@Fishbone : à nouveau merci pour ta réponse.
Ouais le coup des papillons dans le ventre j'espère qu'un jour mon coeur m'autorisera à en ravoir vu ce qu'il a pris dans la tronche.

@Sans Prétention : merci également de ton passage.
On est d'accord, il y a l'idéal et ce qu'on a.
Là il va falloir qu'on arrive à dissocier comme il faut le couple parental du couple amoureux. Pour le moment pas facile même si je tend au maximum vers cet objectif pour que le divorce se passe au mieux pour notre fille.

Je vous tiendrai au courant de la suite. :)
Répondre