Prévenir ou survivre à l'infidélité

Quel comportement adopter face à l’adultère, comment réagir? Beaucoup de questions, quelques débuts de réponses. Ne pas poster de témoignage dans cette rubrique.

Modérateurs : Dom3, Eugene

Règles du forum
Forum ouvert aux invités. il est possible d'envoyer un nouveau sujet ou de répondre sans être inscrit. Votre message sera posté, mais requierera l’approbation d’un modérateur avant d’être rendu visible publiquement. Merci de votre compréhension.
Répondre
Avatar du membre

Topic author
Eugene
Cocu de garde
Cocu de garde
Messages : 640
Enregistré le : mer. 10 mai 2006 13:47

Prévenir ou survivre à l'infidélité

Message par Eugene » jeu. 10 mars 2016 08:01

Si vous lisez cet article, c’est que vous êtes infidèle ou y songez, votre partenaire vous a trompé ou vous soupçonnez son infidélité, vous êtes touché par l’infidélité de l’un de vos proches, vous allez d’amant en amant traînant avec vous la peur de vous engager, vous ne voulez pas que l’infidélité ruine votre couple, vous ne savez pas comment annoncer votre infidélité à votre partenaire… C’est aussi, probablement, parce que vous voulez comprendre pourquoi cela arrive.

Statistiques

D’après des recherches sérieuses, de 20 à 30 % des hommes et de 15 à 25 % des femmes vivraient, un jour ou l’autre, une relation infidèle. En additionnant ces chiffres, un couple sur deux risque de se retrouver avec l’infidélité de l’un et – ou de l’autre conjoint. Quoique l’infidélité puisse être une erreur humaine compréhensible et pardonnable, elle constitue pour le couple l’équivalent d’un véritable infarctus. La crise peut ne pas être fatale, mais le couple en reste marqué pour toujours. La majorité des couples infidèles, soit 65 %, divorcent. Les autres vivent difficilement la période qui suit. Ceux qui vont en thérapie s’en sortent mieux parce qu’ils comprennent pourquoi l’infidélité s’est infiltrée dans leur relation. Tout comme les vrais cardiaques, s’ils apportent des changements majeurs dans leur dynamique, ils peuvent même tirer des leçons importantes de leur infidélité. Mais l’infidélité ne peut jamais être thérapeutique.

Les enfants d’un parent infidèle augmentent leurs risques d’infidélité ; on parle alors d’infidélité « générationnelle ». Au milieu du siècle dernier, deux fois plus d’hommes que de femmes étaient infidèles ; mais depuis, les femmes ont presque atteint l’égalité. Plus de 50 % des infidélités ont lieu avec un collègue de travail. L’adultère sévit dans toutes les classes de la population.

Deux infidélités sur trois sont révélées par l’infidèle, les autres sont découvertes par certains indices ou « par une personne qui vous veut du bien ». Pourtant, 90 % de la population considère l’exclusivité sexuelle comme importante ou très importante. Ceux et celles qui discutent de fidélité avant le mariage ont plus de chances de rester fidèles.
Cinq erreurs fréquentes à propos de l’infidélité

1. L’infidélité est une question de sexualité. L’attirance est souvent plus affective que physique ; la sexualité est souvent meilleure à la maison. L’époux infidèle recherche plus souvent à combler un vide affectif. La femme infidèle est plus portée à quitter son mari lorsqu’elle réalise un puissant lien affectif avec un autre homme.

2. L’infidélité est une question de personnalité. Il n’existe pas de personnalité type d’infidèle même si nous découvrons souvent l’existence d’une même dynamique affective.

3. L’infidélité est thérapeutique. Beaucoup de gens pensent qu’une relation extraconjugale peut permettre à une relation de couple de survivre en cherchant des compensations ailleurs. On ne peut pas régler un problème en en ajoutant un autre par-dessus. L’infidélité est trop destructrice pour être thérapeutique.

4. L’adultère est sans danger. « Cette relation ne signifie rien pour moi. » « Ce que l’on ne sait pas ne fait pas mal. » Ces croyances sont en fait utilisées par ceux qui cherchent une justification à leur comportement. Lorsque découverte, l’infidélité menace tous les membres de la famille comme le ferait un ouragan qui foncerait sur votre maison. Les plus graves conséquences vont de la perte de confiance au divorce et au suicide.

5. L’infidélité se termine toujours par un divorce. Même si on ne peut jamais oublier un tel traumatisme, on peut apprendre à pardonner au partenaire infidèle lorsqu’on comprend les réels motifs de son comportement.

Pourquoi cela arrive-t-il ?


Les motifs de l’infidélité peuvent être aussi variés que les situations ou les personnes, mais ils sont généralement la conséquence d’un déséquilibre affectif du couple et impliquent habituellement l’ennui, la solitude et les frustrations de toutes sortes. L’infidélité est souvent une tentative maladroite d’équilibrer, émotivement ou sexuellement, un couple.

1. Les motifs prétextes : « C’est à la mode. Tout le monde le fait, fais-le donc. » « Il est impossible de rester monogame aujourd’hui. » « Une femme libérée se doit d’avoir des amants. » « L’être humain est un animal polygame. » « Pourquoi je m’en priverais. » « Je veux profiter de ma jeunesse. » Toutes ces argumentations sont dues à l’affaiblissement des inhibitions et à une plus grande permissivité sexuelle.

2. Motifs relationnels : tentative pour échapper au contrôle de l’autre ou pour attirer son attention ou par esprit de vengeance, suite à une importante transition de vie (naissance, décès, anniversaire...), une simple opportunité à l’occasion d’un 5 à 7, d’un congrès... besoin de distraction combiné au stress du travail et de la famille.

3. Motifs inconscients : compenser des blessures ou des frustrations de l’enfance ; problème familial non résolu qui se transmet de génération en génération.

4. Mais le motif le plus fréquent est le déséquilibre conjugal sexuel ou affectif : recherche de satisfaction sexuelle ou d’intimité affective ailleurs.

L’infidélité, une affaire de famille

L’infidélité n’est pas héréditaire, mais apparaît comme un héritage affectif. Dans neuf cas sur dix, les parents de l’époux infidèle, du partenaire ou des deux partenaires ont été infidèles, même si le partenaire infidèle en est inconscient ou refuse cette réalité : « Ma mère infidèle ? Voyons donc ! » La vérité est parfois blessante.

D’un autre côté, même si vous essayez de cacher l’infidélité, vos enfants se rendront compte que leurs parents sont en conflits, distants, préoccupés ou intéressés par quelqu’un d’autre. Ils deviennent alors agressifs, hyperactifs, solitaires, dépressifs, ont des difficultés scolaires et peuvent même régresser (énurésie, suçage de pouce…). La peur d’être abandonné par ses parents explique les différentes réactions des enfants.

Reconstituer l’histoire familiale (génogramme) permet de comprendre beaucoup de choses. Les enfants de parents infidèles peuvent répéter le scénario familial en rejouant les mêmes problématiques ou en voulant se venger du parent infidèle sur leur partenaire, ou se dissocier du scénario familial en fuyant toute intimité relationnelle, refusant ainsi le risque d’être blessé par l’infidélité du partenaire.

Que nous le voulions ou non, l’image de notre « âme sœur » se fait à partir des aspects positifs et négatifs de nos deux parents, même si nous nous promettons de ne jamais épouser un partenaire comme notre mère ou notre père. Notre première relation amoureuse constitue souvent une tentative d’exorciser notre enfance en répétant la dynamique émotive familiale.

Une fois la lune de miel terminée, nous nous retrouvons confronté à notre vide existentiel, à nos frustrations, à nos illusions et nous recherchons l’illusoire relation symbiotique dans une nouvelle « âme sœur », elle aussi tout à fait illusoire. Nous devons faire face à notre solitude et apprendre à la gérer, à l’apprivoiser, sinon nous restons d’éternels dépendants affectifs ou craintifs de l’intimité et de l’engagement. Nous ne pouvons ni nier, ni remplir notre vide existentiel. Nous pouvons le reconnaître, l’accepter et partager nos besoins d’intimité avec quelqu’un.

Nous recherchons donc, en amour, la personne qui pourra nous aider à régler les problèmes non résolus de notre enfance, mais qui inévitablement deviendra celle qui nous créera le plus de problèmes. Nous désirons améliorer les traits négatifs de nos parents et retrouver leurs traits positifs et nous sommes attirés par les personnes qui possèdent un grand nombre des traits que nous avions désavoués pendant notre enfance.

Faire face à l’inacceptable

Aucune infidélité n’arrive sans raison, tout comme aucune n’arrive sans avertissement. Est-ce à dire que le partenaire trompé est responsable de l’infidélité ? Les deux partenaires sont en faits co-responsables du déséquilibre qui amène l’infidélité, même si l’infidèle reste seul(e) responsable de sa décision de passer à l’acte.

Même si l’infidélité n’est jamais justifiable, on peut tourner une infidélité à l’avantage du couple. Pour ce faire, il faut que trompeur et trompé connaissent les vraies raisons de l’infidélité, reconnaissent leur part de responsabilité dans le déséquilibre qui a amené l’infidélité, travaillent sur soi et son couple pour faire disparaître les éléments favorisant l’infidélité, réévaluent la relation de couple et refassent un nouveau contrat. Le partenaire trompé doit évidemment apprendre à pardonner et à refaire confiance. Le partenaire infidèle doit mettre fin à la relation adultère et modifier son comportement : il doit aussi se débarrasser de sa honte et de sa culpabilité.

L’annonce ou la découverte d’une infidélité est presque toujours explosive. Il existe toutefois des moyens de minimiser les dégâts : être motivé par un réel désir d’améliorer la relation, être le plus calme possible, choisir le moment pour en parler, rassurer son partenaire sur son amour pour lui, éviter l’hostilité et les comportements accusateur et défensifs, utiliser les techniques de communication efficaces, prendre tout le temps nécessaire pour faire parler son partenaire, répondre aux questions du partenaire sans être trop explicite (le partenaire à le droit de savoir certaines choses), accepter la colère du partenaire trompé, ne pas espérer un pardon immédiat, ne pas s’enfermer dans le silence mais parler de ce qui est arrivé, être sincère et interrompre la liaison pour rétablir sa crédibilité.

Le partenaire trompé doit confronter son partenaire avec ses doutes, il doit affirmer sans porter de jugements, être direct (« Je pense que tu me trompes »), ne pas envoyer de doubles messages style (« Si jamais tu me trompe, je te quitte »), regarder son partenaire dans les yeux et vider la question, essayer de comprendre que son partenaire passe un mauvais moment et qu’il est tenaillé par la culpabilité, la colère, la peur, tristesse, la honte. Le partenaire trompé doit, de plus, ne pas en rajouter sous risque que le partenaire infidèle ne s’enferme. Il ne doit pas non plus s’excuser ou dire « Tout est de ma faute ». Il a le droit d’exiger que la liaison cesse.

Le partenaire trompé doit comprendre qu’il sera difficile pour son conjoint de mettre fin à une liaison somme toute satisfaisante et excitante, relation qui puise parfois ses racines dans les souffrances de l’enfance. Pardonner une telle incartade n’est pas chose facile, mais c’est essentiel. Le partenaire infidèle doit, de son côté, prendre conscience des dégâts provoqués par son acte et accepter de se remettre en question afin de régler, seul ou avec un thérapeute, les blessures de son passé.

Les deux partenaires doivent évaluer si leur relation de couple vaut la peine d’être sauvée, rétablir et respecter les règles de la fidélité, être prêts à combattre ensemble les fantômes d’un passé lointain (enfance) et rapproché (l’infidélité) et se questionner réciproquement sur leur relation amoureuse et leur attrait sexuel.

La thérapie de l’infidélité

Du strict point de vue du couple, l’infidélité est inacceptable car elle sape la confiance nécessaire au projet du couple. L’infidélité est aussi une insulte, une véritable giffle. La colère, réaction compréhensive lors de la découverte d’une infidélité, est une émotion très corrosive. Refoulée, elle finira par exploser en détruisant tout sur son passage. Dirigée contre l’infidèle, elle augmentera le déséquilibre. Toutefois, cette colère pourrait sauver le couple si elle est dirigée contre le déséquilibre conjugal source de l’infidélité au lieu d’être dirigée contre le conjoint ou retournée contre soi, si elle n’est pas transformée en vengeance, si elle se libère de façon acceptable, sans jugement, si elle permet de faire un bilan rétrospectif qui permet de reconnaître les erreurs sans culpabilité. Le véritable responsable de l’infidélité se trouve généralement dans la dynamique déséquilibrée du couple.

Il n’est pas facile de passer de la colère au pardon afin de retrouver l’amour. Ce processus peut prendre plusieurs mois. Au début, le trompé sera obsédé par l’événement, il aura du mal à dormir, de multiples questions envahiront sa pensée ; il pourra même devenir anorexique, boulimique, non-productif, dysfonctionnel, suicidaire ; il pourrait même avoir des idées meurtrières.

Le couple aux prises avec l’infidélité doit toutefois garder trois choses en tête : 1. L’infidélité est le symptôme d’un déséquilibre dont les deux membres du couple font partie ; 2. Ceux qui ne souffrent pas ne sont pas infidèles ; 3. Il est normal qu’il y ait de l’agitation, des larmes, des scènes de colère…Si vous n’y parvenez pas seul, demandez l’aide d’un thérapeute.

La peine d’amour

Les deux partenaires impliqués par une infidélité ont chacun une peine d’amour à vivre. Le partenaire trompé à l’impression qu’il ne pourra plus jamais faire confiance, ni aimer à nouveau. Le partenaire infidèle craint de ne jamais plus retrouver un amour aussi parfait. Tous deux ont un deuil à vivre. Comme tout deuil, les deux partenaires doivent passer quatre étapes : la dénégation, la colère, la culpabilité et l’acceptation. Le couple doit vivre ces phases avant de pouvoir se pardonner et renaître. Le processus demande beaucoup de courage, de détermination, d’énergie et de temps, mais la récompense finale est la naissance d’un amour réel, quoique imparfait.

Vous ne pourrez pas pardonner, ni changer votre vie tant que le ressentiment, l’amertume et la douleur vous habiteront, tout comme vous ne pouvez pas nier la présence de votre vide intérieur. Il n’est pas question ici de demander aux partenaires trompés d’excuser l’infidélité de leur conjoint : ce serait l’encourager. Le partenaire trompé doit plutôt chercher à comprendre ce qui est à l’origine de l’infidélité pour pouvoir progresser dans le pardon et la renaissance du couple.

Le partenaire infidèle doit renoncer à sa relation adultère, s’autoriser à ressentir cette perte, regarder les dommages provoqués autour de lui, pleurer son roman d’amour et chercher les véritables raisons de son infidélité. Le partenaire infidèle doit prendre ses responsabilités.

Le pardon : ultime étape

Viendra un moment où vous sentirez que vous êtes prêt à pardonner. Il est important d’arriver à pardonner car le pardon n’est pas quelque chose que nous accordons à autrui, mais plutôt un cadeau que nous nous faisons à nous-mêmes en assumant notre colère, notre perte, notre culpabilité et notre vide. Pardonner signifie que nous reconnaissons l’enfant blessé en nous, en votre partenaire, en chacun de vos parents. Pardonnez veut dire comprendre, cesser de juger, oublier l’obsession de l’infidélité, rebâtir la confiance mutuelle, recommencer à aller au-devant de l’autre, favoriser la communication, revaloriser la fidélité et favoriser les embrassades. Pardonner, c’est retrouver l’estime de soi. Ne pas pardonner, c’est comme si vous avaliez du poison en espérant que l’autre soit malade.

La partie la plus difficile du processus de pardon concerne la sexualité, surtout si l’adultère a été consommé dans le lit conjugal. La sexualité interdite nous fascine, mais peut devenir une véritable obsession, d’où l’importance pour le partenaire infidèle de ne pas donner d’information sur les détails concernant la sexualité. Si vous décidez de pardonner à votre conjoint infidèle, ne vous punissez pas en refusant de faire l’amour. Sinon, mieux vaut vous séparer. Dites-vous que c’est vous qui avez gagné la bataille si votre partenaire veut vous faire l’amour.

Pour prévenir l’infidélité, exprimez verbalement et physiquement votre amour chaque jour, n’attendez pas la perfection, ni de vous ni de votre partenaire ; ne vous retirez pas dans le silence ; apprenez à exprimer adéquatement votre colère ; conservez une attitude positive à propos du changement ; faites de votre couple une priorité et faites-vous mutuellement des confidences. Pour éviter les infidélités, vous devez découvrir les vraies raisons qui vous ont fait choisir ce partenaire, apprendre à aimer la personne réelle qui vous a séduit, garder les canaux de communication ouverts, apprendre à vous disputer dans le respect, partager vos peurs et préoccupations, apprendre à rire et pleurer avec votre partenaire, re-négocier régulièrement les termes de votre union et établir vos limites.

Si vous avez tout essayé et que rien n’a fonctionné, y compris la thérapie, le divorce peut devenir la meilleure solution. Contrairement à la croyance populaire, il faut beaucoup de courage pour divorcer. Il est toutefois conseillé de consulter un psychologue avant votre décision finale ; vous pourrez alors partir l’âme tranquille en vous disant que vous avez vraiment tout essayé.

Indices d’infidélité

Indices classiques
- Le rouge à lèvres sur le col de la chemise
- Les brusques raccrochages du téléphone
- Des factures d’interurbains élevées
- Des relevés de carte de crédit anormalement élevés
- Une odeur d’alcool ou de parfum inhabituelle
- Une perte d’intérêt sexuel

Indices subtils
- Le partenaire passe de plus en plus de temps à l’extérieur
- Il part plus tôt au travail et rentre plus tard
- Au bureau, il est difficile à rejoindre par téléphone
- Il prend des cours du soir qui se terminent très tard
- À la maison, il est nerveux ou se met à en faire beaucoup plus que d’habitude

Indices verbaux
- Le nom d’un collègue, d’un ami, d’un voisin revient de plus en plus souvent
- Ou, au contraire, il ne parle plus du tout de quelqu’un dont il était souvent question auparavant
- Il commence à avoir des opinions différentes ou des plaisanteries inhabituelles

Indices esthétiques
- Le partenaire se préoccupe de sa forme, fait plus d’exercices et suit un régime
- Il change sa manière de s’habiller, de façon plus sexy
- Il manifeste un changement longtemps espéré (hygiène, mauvaises habitudes...)
- Changement corporel important : chirurgie plastique, implant

Indices alarmants
- La fréquence sexuelle augmente ou diminue fortement
- Il propose de nouvelles positions pour faire l’amour
- Il change considérablement les approches préliminaires ou les saute carrément
- Il cesse de vous parler d’amour ou devient moins romantique
- Il fait de plus en plus de secrets avec ses factures
- Il se précipite sur le téléphone ou le répondeur
- Il provoque des disputes, est plus agressif ou plus défensif
- La tension générale augmente dans la maison et les enfants sont de plus en plus stressés

Scénarios générationnels

Réactions des femmes dont le père a été infidèle
- Colère et méfiance envers les hommes
- Faible estime d’elle même
- Devient elle-même infidèle
- Épouse un mari qui deviendra infidèle
- Choisit un homme qu’elle croit incapable de la tromper
- Choisit des hommes non-disponibles
- Devient la maîtresse d’un homme mariée.

Réactions des femmes dont la mère a été infidèle
- Crainte de l’engagement
- Attirée par des hommes distants ou mariés
- Se venge de sa mère en se débauchant
- Se retranche dans la frigidité et dégoût de la sexualité

Réactions des fils dont le père a été infidèle
- S’identifie à son père et se vante de ses exploits amoureux et sexuels
- Trouve normal qu’une femme accepte les libertinages de son mari
- Réalise le divorce que son père n’a pas osé faire
- Entretient une femme et une maîtresse, incapable de choisir entre les deux
- Épouse une femme qu’il veut sauver en se jurant qu’il sera éternellement fidèle

Réactions des fils dont la mère a été infidèle
- Refuse d’admettre que sa mère ait pu avoir un ou des amants
- Devient impuissant par vengeance
- Incapable de véritable intimité et de fidélité
- Accumule les conquêtes

Moments d’infidélité
Sept moments où les risques d’infidélité deviennent critiques
1. La naissance d’un enfant
2. La crise de la quarantaine
3. La perte d’un emploi
4. Décès d’un proche
5. Maladie ou handicap
6. Divorce des parents
7. Changement de statut social

Yvon Dallaire, Psychologue-Sexologue

Psychologue, sexologue, auteur et conférencier renommé au Québec et en Europe francophone, Yvon Dallaire exerce la thérapie conjugale et sexuelle depuis plus de 30 ans. Il est chroniqueur pour divers médias écrits et participe régulièrement à des émissions de radio et de télévision comme spécialiste des relations homme-femme. Il a créé l’approche psycho-sexuelle appliquée aux couples (APSAC). Membre OPQ, RCPOSS, ASCLIF.

Source


Those who talk behind my back, my ass contemplates

Répondre